Les hordes du plaisir

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG67.jpg


Numéro 67

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 67
Date de parution originale: Novembre 1994

Date de publication/archivage: 2012-09-12

Auteur: Pascal
Titre: Les hordes du plaisir
Rubrique: Comment se draguent-ils?

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3725 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Je n'en croyais pas mes yeux: il y avait bien une trentaine de mecs en train de se bricoler les uns les autres dans le noir. On aurait dit des insectes agglutinés contre le mur. Au-dessus, il y avait un soupirail qui laissait passer un peu de la lueur des réverbères du boulevard. Il y en avait qui plongeaient dans la masse, d'autres qui en partaient, et une multitude d'autres qui erraient autour sans oser approcher de trop près, comme moi. Et le plus étrange, c'était le silence qui régnait là.

J'étais à la fois attiré par ce qui se passait dans cette grappe humaine, et un peu dégoûté par son aspect, et aussi par le fait que tout le monde touchait à tout le monde sans se soucier des qualités physiques ou morales des individus. J'ai pris mon courage à deux mains, et je me suis débraguetté. J'ai sorti complètement ma verge, même les couilles, et j’ai refermé quelques boutons autour, comme pour faire un cockring. Ça m'a excité d'être comme ça devant tout le monde, même s'il faisait presque complètement noir.

Je me suis approché en décidant de ne pas essayer de voir qui faisait quoi. Je me suis intégré aux insectes de la nuit. Tout de suite, une main, deux mains ont attrapé mon sexe dur. Puis j'ai senti une langue me lécher les glaouis. Une autre main a voulu passer par mon pantalon pour me doigter le cul, mais je l'ai repoussée. Alors, j'ai commencé à voir d'autres verges tendues, manipulées, sucées, des pantalons aux pieds, des mecs à genoux. Moi aussi, j'ai saisi un sexe dur, puis un autre, et je me suis senti avalé par la masse mouvante...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!