Les mémoires d'un ex-hétéro - Ma première fois

Drapeau-qc.svg Zipper

Zipper1-5.jpg

Volume 1 — Numéro 5

Texte d'archive:


Archivé de: Zipper – Volume 1 – Numéro 5
Date de parution originale: Novembre-Décembre 1994

Date de publication/archivage: 2004-12-17

Auteur: Real
Titre: Les mémoires d'un ex-hétéro - Ma première fois
Rubrique: Fait vécu

Note: Ce texte a été reproduit sur l'archive avec l'autorisation de Zipper (2000 - Contact: jeandenis@microtec.net)

Ce texte a été lu 8226 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Mon nom est Réal. J'ai 40 ans et jusqu'à il y a 6 ans, je menais une vie bien rangée avec une femme, des enfants et la traditionnelle résidence de banlieue. Voyez le genre?

À ce moment- là, nous avions mon épouse et moi un couple d'amis avec qui nous passions beaucoup de temps et même une belle partie de nos vacances. J'avais un fils de huit ans et une fillette de cinq ans. Eux avaient un fils de seize ans et une gamine de quatre ans.

Un bon soir, alors que nous jouions aux cartes, je dus aller à la salle de bain qui était située au deuxième étage. Je dus alors passer devant la chambre de Jacques, le fils de 16 ans.

La porte de chambre étant entrouverte je jetai un bref coup d'oeil. Quelle surprise j'eus! Jacques était en train de se faire plaisir. Il était là étendu sur le dos, jambes écartées, tenant dans sa main une verge impressionnante.

Illustration: Zilon

Dans la semi-obsurité, je le distinguais très clairement, ses pectoraux bien démarqués, son petit ventre qui s'affaissait aux rythme de la jouissance, une petite touffe de poil entourant une belle grosse queue surplombant deux belles boules rondes et rosées.

Tout à coup, il perçut ma présence dans l'encadrement de la porte, au lieu de cesser, il me fixa avec insolence et continua de se prodiguer des caresses sur sa poche gonflée et sa queue extraordinairement raide.

Cela n'aurait pas dû m'éxciter, mais ma verge se mit à gonffler et je ne pus m'empêcher d'y toucher.

Il me regarda droit dans les yeux alors que sa jouissance éclata sur sa poitrine. Il soupira très fort me souria et à ce moment mes amis me crièrent qu'ils s'impatientaient.

Ce soir-là je fis l'amour passionnément à ma femme, mais dans ma tête je ne cessais de revoir la scène qui m'avait tant perturbé.

Quelques jours plus tard une autre partie de cartes fut organisée chez nos amis.

Au moment du coucher, Jacques souhaita bonne nuit à tous et me regarda droit dans les yeux en me souriant.

J'ai entendu le bruit de ses pas, le son de la douche et le silence au deuxième étage. Prétextant un mal de ventre je montai à la salle de bain. Sa chambre baignait dans une demi-obscurité et lui, couché sur le dos en train de se masturber. J'étais hypnotisé, je me sentais incapable de détacher mon regard qui détaillait chaque partie de son corps.

Alors tout bascula, j'avançai près de son lit et je posai ma main sur sa poitrine et la descendit lentement afin de prendre possession de sa graine bien dure.

Il poussa un râle de plaisir lorsque je me penchai. Pour la première fois de ma vie, je mettais une queue dans ma bouche, ce fut délicieux sensuel et trop rapide. De sa main il me caressa la graine que j'avais bien raide. À ce moment, il éjacula une quantité considérable de sperme qui alla choir au fond de ma gorge. J'en fis autant. J'éjaculai également beacoup sous l'effet de ses caresses à peine esquissées.

Mais en bas, on s'impatientait et je descendis rapidement en crachant son nectar dans un kleenex que je mis dans ma poche.

Nous avons recommencé une autre partie de cartes et quelques minutes plus tard, j'aperçus sur ma cuisse, une goutte de sperme. Etait-ce le sien ou le mien? Ma queue sursauta et je sus que ma vie serait désormais boulversée pour ces quelques minutes de jouissance..