Lui balancer la purée!

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG74.jpg


Numéro 74

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 74
Date de parution originale: Janvier 1996

Date de publication/archivage: 2013-06-01

Auteur: Jean-Loup
Titre: Lui balancer la purée!
Rubrique: Mecs des villes, mecs des champs: le choc!

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 2936 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Il m'avait assez chauffé avec ses allusions et ses regards de salope qui en veut, le Parisien! J'ai profité à un moment que tout le monde soit dans l'eau, sauf lui et moi. Je me suis levé, et ostensiblement je me suis flatté la viande sous le maillot, en le regardant droit dans les yeux. Son intérêt fut à la hauteur: il s'est mis à durcir dans son calcif.

— C'est mon manche qui te fait envie, mon joli? je lui fais. Allez, suis-moi, tu vas me faire du bien!

Il m'a suivi derrière l'ancienne maison de l'éclusier. Là on était peinards.

Ah, la salope, il s'est jeté sur mon pieu comme un affamé! Il m'a bouffé le morceau au-travers du slip de bain en mouillant bien, puis il l'a sorti et se l'est enfilé derechef dans la gueule en miaulant de plaisir. Quelle petite pute! Il savait y faire, le bougre! Il me titillait autour du gland, il me pointait la boutonnière, et han! il s'avalait toute la longueur d'un coup, jusqu'aux glaouis. Il s'était sorti le manche et s'astiquait en même temps. Il m‘a dit:

— Allonge-toi sur le dos.

Il a craché sur mon gros pieu rouge, s'est accroupi au-dessus, et il a commencé à s'asseoir dessus. Le gland a passé son trou de balle, et hop!, d'un coup, tout y est passé! Dément le petit cul bien serré! Il était aux anges, le petit salopiot! Il m'a dit:

— Aaah, qu'elle est bonne, ta bite! Aaah, tu me remplis bien le boyau!

Et puis il a commencé à monter et à descendre de plus en plus vite, tout en se branlant la pine. Il fallait que je lui lâche toute la sauce. C'est monté, et je lui ai largué ma bonne purée dans le derche, bien à fond, à cette pétasse qui en voulait!


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!