Mes aventures de salope (01)

(Redirigé depuis Mes aventures de salope)


Mes aventures de salope (01)
Texte paru le 2019-04-17 par Charmedfan   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3691 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Charmedfan.


(Bonjour à tous ! Je me présente, Maxime, 1m82, 72kg, assez sportif, brun aux yeux marrons, légèrement poilu. Après une longue absence, me voici de retour ! J'ai aujourd'hui 26 ans. J'ai décidé d'écrire une nouvelle série basée sur mes expériences sexuelles des quatre dernières années. Toutes ces histoires sont vraies, sauf les prénoms, et j'ai des photos et/ou screenshot de conversations sur certaines d'entre elles, donc n'hésitez pas à m'écrire si elles vous plaisent ! lesbleus007@hotmail.com



Je m'étais juré de ne plus céder à Kevin, de ne plus coucher avec lui. Plus jamais. Et pourtant... Le beau petit blond imberbe de 25 ans, musclé, avec une grosse queue de 18x5 dormait avec moi ce soir. J'avais accepté de l'héberger parce qu'il avait perdu ses clefs. C'est comme ça qu'il s'était retrouvé en caleçon dans mon lit, me serrant dans ses bras. Mais je m'étais juré que rien de plus ne se passerait. Je ne cèderais pas. Et bien sûr, je le sentais qui commençait à bander entre mes fesses. Je savais que ça arriverai. Il commence à remuer contre moi, et je sens sa main sur ma fesse...

Et merde. Évidemment je bande. Mais non, je ne bougerai pas. Par contre je ne peux pas faire grand-chose de plus. Je suis incapable de l'empêcher de baisser son caleçon, ou de frotter sa grosse queue contre mes fesses. Je suis également incapable de repousser sa main qui caresse mon torse et descend lentement vers mon caleçon... Et incapable évidemment de l'empêcher de sentir à quel point il me fait bander, ou de me caresser lentement la bite sous mon boxer.

Kevin m'embrassait délicatement dans le cou. Il ne disait rien. Il savait très bien m'exciter par la parole, mais il savait aussi qu'il n'en avait pas besoin. Dans l'état où il me mettait, il avait tout pouvoir sur moi. Et tout naturellement, quand il mit sa main sur ma tête et appuya très légèrement, je descendis sur sa queue sans le moindre signe de protestation. Calmement, docilement, silencieusement, il me fit engloutir sa grosse queue. Bien sûr, il n'attendit pas longtemps avant de me baiser littéralement la bouche, avec violence, manquant de me faire vomir à chaque coup. À ce stade, j'étais déjà au bord de l'éjaculation évidemment. Je bandais tellement dur, j'étais tellement chaud...

Quand il sorti de ma bouche pour me foutre à quatre pattes, je n'opposais plus la moindre résistance. J'arrivais juste à m'empêcher de le supplier de me péter le cul. Mais quand il approcha son énorme gourdin de mes fesses, j'eus le courage de lui dire :

— Pas sans capote... C'était plus un murmure excité qu'une parole prononcée. Bon, je savais qu'il était sous prep et qu'il n'y avait aucun risque, mais j'avais décidé par principe de refuser.

— T'inquiètes... Répondit il, amusé, pendant qu'il faisait coulisser sa queue entre mes fesses.

Il mouillait énormément, je sentais ma rondelle s'humidifier tandis qu'il passait entre mes fesses, m'excitant, me narguant. Il ne faisait rien pour essayer de me préparer, mais je sentais mon anus se dilater par ma simple excitation. Sa mouille devait rentrer dans mon cul tellement je dilatais. Et bien sûr, je me sentais petit à petit remuer mon cul en un geste désespérer pour réclamer cette bite à laquelle j'essayais de résister.

Évidemment, ce qui devait arriver arriva. Au fond de moi, je le savais dès que j'avais accepté de l'héberger. Je savais que je finirai sur mon lit, gémissant et à quatre pattes, pendant que Kevin s'enfonçait lentement jusqu'au fond de mon cul.

Et la suite fut comme d'habitude : je hurlais et gémissait comme une pute, lui m'a saisi d'un coup les hanches avant de commencer à me labourer de toutes ses forces. Je savais que je finirai le cul en sang, mais je n'en avais rien à faire : je n'avais qu'un seul objectif, tenir jusqu'à ce qu'il me remplisse de jus, encaisser ses coups, en m'autorisant à gémir autant que je le voulais, puisque je savais qu'il adorait ça.



Ma rencontre avec lui avait commencé avec un banal plan cul Grindr. Il était blond, devait faire 1m72, était musclé, surtout du haut du corps mais avec de très belles fesses, et complètement imberbe. On s'était tous les deux dits versatiles, mais très vite l'échange de messages avait déterminé le dominant et le dominé. Il posait des questions très vicieuses et nous nous étions vite avoués nos fantasmes respectifs. J'étais particulièrement excité par son envie de me livrer les yeux bandés à plusieurs mecs, et de faire de moi sa pute sans savoir qui je suçais et qui je baisais... Bref, extrêmement chauds, nous avions convenu de nous voir pour la première fois en plan à trois avec un certain Cédric, un grand brun aux yeux verts de 29 ans très musclé et un peu poilu. Un plan à trois de rêve.

À peine arrivé, Kevin s'était jeté sur moi sans se retenir. On s'embrassait, se caressait, c'était super chaud. Cédric arriva quelques minutes plus tard pour nous trouver déjà en caleçon et sur le point de baiser. Plus timide, il nous proposa un petit jeu pour se chauffer progressivement. C'est ainsi que nous nous retrouvâmes à faire un poker-gage sur mon lit. Après s'être lancé comme gages de nous déshabiller jusqu'à nous retrouver tous trois nus, avec un coussin cachant le sexe de chacun, je gageai Cédric de sucer Kevin. Le petit blond vicieux était resté bien dur pendant tout ce temps et nous révéla sa magnifique queue dont le brun était avide. Kevin nous gagea ensuite de le sucer à deux, une expérience très amusante et qui me permit de réaliser que Cédric également embrassait très bien.

Ce dernier alla ensuite aux toilettes pour me découvrir en rentrant, à quatre pattes, en train de pomper Kevin de toutes mes forces. Le beau gosse n'avait pas eu de mal à me soumettre à sa queue ;) Il dit alors à l'autre garçon amusé par la scène de me préparer et de me prendre, puisque j'étais déjà en position. Avec son doigté et sa queue longue mais fine, Cédric était le garçon parfait pour me préparer, tout alla progressivement, et rapidement il en était à me dilater avec sa bite pendant que je pompais en gémissant. Kevin, qui me répétait que mes gémissements l'excitaient au plus haut point, ne tarda pas à demander un changement de position.

Je me sentais un peu pute et honteux de servir ainsi à ces deux mâles qui se partageaient mes trous, mais je me rendis vite compte que j'avais bien fait quand Kevin me pénétra : il y alla d'un coup sec et me défonça le cul de toutes ses forces, avec une bite énorme ! Si je ne m'étais pas fait enculer juste avant, j'en aurai hurlé de douleur !

J'ai sucé si fort Cédric pour oublier la douleur qu'il ne tarda pas à jouir. Après s'être douché, il nous "laissa entre nous", voyant que Kevin n’arrêtait pas de m'enculer et que je ne pouvais clairement pas dire stop.

Après son départ, le beau blond se fit beaucoup plus câlin, en me faisant monter sur lui, et nous finîmes ainsi, avec beaucoup de tendresse, de baiser et de caresses. Toujours est-il qu'il m'avoua être fan de mon cul et de mes cris, et me fit promettre de le revoir bientôt...



Et me voici un mois plus tard, bien qu'ayant juré de ne plus le revoir depuis notre dernière dispute, à le supplier de me remplir le cul. Quelle salope j'étais...

Très vite, je parvenais à mes fins. Je savourais chaque pulsation, chaque jet au fond de moi, avant de commencer à me toucher. Mais à peine avait-il jouit que Kevin me plaqua contre le lit, et me mit la main sur la gorge :

— Tututut, pas si vite...

— Qu'est-ce que tu veux ?

— Tu as envie de te faire soumettre ?

— O..Oui...

— Alors tu n'as pas le droit de jouir. Tu peux te toucher, mais avant tu vas répondre à toutes mes questions...

— Les...Lesquelles ?

— Tu vas me raconter toutes tes aventures les plus humiliantes, sans oublier le moindre détail, surtout les plus trash. Je veux tout savoir de ce que tu m'as raconté quand tu as fait ta suceuse au sauna, que tu as fait la chienne tout un week-end ou de comment tu as eu le cul aussi dilaté sur la photo grindr que tu m'as envoyée...

— O...Oui...

— Alors voilà par quoi tu vas commencer...


Vous l'aurez compris, en pratique, j'ai joui en même temps que Kevin, mais je cherchais une façon d'entamer cette nouvelle série d'histoire basée autour de mes vrais plans culs. J'espère que ça vous plaira =) - N'hésitez pas à m'encourager si vous aimez mes textes :) lesbleus007@hotmail.com