Mise à dispo (08)


Mise à dispo (08)
Texte paru le 2013-11-08 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

M.jpg

Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 10335 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Mise à dispo

— Un tatoueur perceur? Hooooo

— Je suppose que le maître a des visées sur toi, mais je sais pas lesquelles.

En parlant Cyrille faisait de petits va-et-vient avec le gode sans sortir la tête et Ludo grognait doucement. Le corps du gode faisait quand même 5 centimètres et je voyais les plis de son cul glisser en moussant dessus.

— Détends toi! je vais le sortir doucement comme il est entré, il faut que dans certaines occasions tu prennes bien mieux que ça ce qu'on t'enfiles dans le cul.

Il a tiré doucement le gode, le laissant re-rentrer quand il voyait que Ludo se contractait et tirant à nouveau dessus. Quand il a été éjecté, le cul de Ludo avait des boursouflures tout autour et Cyrille arrivait à glisser 4 doigts dans la mousse qu'il avait produit.

— Tu baves du cul comme une lopette Ludo et ça fait un genre de graisse qui facilite le passage de ce qu'on veut.

Il a remis le gode, cette fois sans trop de problèmes si ce n'est un long soupir d'aise quand il a été dans son cul.

— Au fait Eric, tu n'y es pas allé chez le tatoueur toi non plus! Même avec tous les bracelets de cheville.

— Heu! Non.

Cyrille m'a regardé d'un drôle d'air sans rien ajouter. Il a continué à assouplir le trou de Ludo qui grognait et je lui ai retiré le bâillon boule pour qu'il me suce la queue. Cette fois il criait moins et je sentais qu'il prenait plaisir à pomper ma queue.

— Pas mal Ludo, t'as un cul qui se dilate bien, autant que d'autres lopettes. Je vais remplacer le gode par un plug de bonne taille que tu porteras pour ta visite. Avec la forme qu'il a, il ne glissera pas de ton cul.

Quand j'ai vu ce que Cyrille allait chercher sur le mur j'ai eu un oh de surprise.

— Celui la?

— Oui.

Le plug était gros comme une poire avec une tige très fine, longue, terminée par un truc souple qui ne pouvait pas entrer dans un cul par sa forme. Il a fait le changement, enlevé le gode pour placer le plug. Cyrille a rattaché Ludo au mur et a changé les croquettes et mis de l'eau cette fois dans la gamelle.

— Repose toi jusqu'à ce qu'on vienne te chercher.

On est remonté ensemble faire un tour dans le parc. Nic tenu en laisse par Nicolas avait le cul dégoulinant de foutre frais et Nicolas en avait un peu sur les lèvres, pas gêné du tout. Le temps aidant tout le monde semblait de bonne humeur. Même Benjamin qui ne faisait plus la gueule à son frère mais qui avait toujours la matraque bandée. Cyrille m'a laissé un moment pour aller voir le maître et il avait un petit sourire aux lèvres au retour.

— Après manger tu te laveras encore mieux le cul que d'habitude et tu mettras ton collier d'esclave avant de descendre dans la cave. La porte sera ouverte et je la fermerais derrière toi.

J'allais faire une remarque puis je l'ai fermé.

— Ok Cyrille.

Après manger je suis remonté me laver le cul et les dents, Cyrille avait posé sur le lit le collier d'esclave en cuir avec les anneaux autour. Je l'ai enfilé, l'odeur du cuir m'a foutu la gaule et je suis descendu jusqu'à la cave, croisant Nicolas qui m'a fixé, surpris. J'avais à peine franchi la porte que Cyrille la refermait derrière moi. Il m'a suivi en bas. Il avait un pantalon de jogging déformé au niveau du sexe.

— Penche toi devant l'anneau fixé au sol! À 4 pattes. Discute pas.

J'ai obéi et il a fixé une chaîne de l'anneau au collier, très courte qui permettait pas de voir derrière. J'ai senti ses doigts graisser mon cul.

— Je vais t'enfiler un gode comme celui de Ludo. Je sais que toi tu supportes sans problème.

Je l'ai pas vu mais je l'ai senti quand même passer! Il m'a posé des poignets de cuir avec un anneau et les a fixés au collier avant de me détacher du sol. Ludo était debout pas loin de moi, le même collier large au cou et il avait vu la pose du gode dans mes fesses. Il bandait , mais lui en plus portait un parachute à couilles avec pas mal de poids qui retenait sa queue à l'équerre.

La porte arrière de la cave s'est ouverte et le maître est sorti du coté passager de la camionnette. Il a passé rapidement la main sur nos culs et nos queues pour vérifier, a souri à Cyrille.

— Monte derrière avec eux, tu attacheras le collier au truc du plafond. Surveille quand même qu'ils ne s'étouffent pas en tombant.

On est monté et Cyrille nous a installé face à face, attaché au collier par une petite chaîne qui pendait au plafond. On était vraiment pas loin l'un de l'autre sans se toucher. Il a refermé la porte et la camionnette a démarrée. Chaque virage et surtout les coups de freins nous faisaient nous frôler par le sexe. J'ignorais comme Ludo où on allait, si le trajet était long ou pas. Le collier tirait sur la chaîne et m'étranglait un peu, accentuant encore mon érection comme celle de Ludo. La camionnette devait être en ville, on arrêtait pas de démarrer et de s'arrêter. Puis y a eu une marche arrière et la porte s'est ouverte sur une porte cochère et Ludo nous a détaché le cou du plafond.

— Sortez de là et tournez dans le couloir à droite. Quelqu'un peut vous voir si il passe.

On s'est dépêché, malgré le plug, de sortir et de rentrer dans le couloir. Le maître nous a dit d'attendre dans une salle où y avait des revues et des sièges. On était seuls avec Cyrille, mais lui en pantalon de jogging et nous nus. Le maître est entré par une porte qu'il a refermée derrière lui et Cyrille s'est assis pour lire une des revues de tatouage. Y a eu un bruit de sonnette et un mec est entré, nous a détaillé en souriant pour aller ouvrir une porte. Il a discuté à la porte, laissant exprès je crois la porte entrouverte. Il a fixé un rdv, je voyais dans l'espace de la porte un visage de jeune qui matait intrigué. Il a refermé et nous à tous fait entrer par une autre porte. Il y avait une banquette recouverte d'un drap et un fauteuil de gynéco, séparés par un tabouret et des appareils qui ronronnaient doucement. Le maître feuilletait un catalogue. Il a désigné un motif et a montré Ludo. Le mec lui a demandé où il voulait le tatouage et il a désigné le cou de Ludo. Il l'a fait allonger face sur la banquette, y avait un espace avec une serviette pour mettre le visage et Ludo a été attaché pour ne plus bouger la tête. Après qu'il ait appliqué de l'alcool sur son cou, il a pris une sorte de stylo relié aux appareils et a commencé à bosser. Il essuyait régulièrement avec un coton et j'ai pu lire "BÂTARD SM" à la limite de la zone plus sombre où il avait des cheveux.

— Tant qu'il sera nuque rasée on le verra. Si plus tard vous changez d'avis ou si il vous quitte il n'aura qu'a laisser repousser. Je lui perce les tétons comme vous avez demandés?

— Oui avec un calgut provisoire le temps de la cicatrisation. Je passerais des anneaux moi même ensuite.

Ils ont retournés Ludo qui cette fois avait débandé et ils l'ont attaché serré le temps de percer le bout du téton et de mettre une sorte de lien en nylon épais dans le trou.

— Voila suffit qu'il n'y touche pas 2 ou 3 jours. Et celui là? Le mec me regardait, me jaugeait du regard.

— Bien, vous connaissez la signification des anneaux qu'il porte à la cheville. Lui je voudrais 2 choses. Une à la limite de ses fesses, sous une ceinture et l'autre au dessus de sa queue, sur le pubis.

Il a montré les motifs sans que je puisse les voir. Le mec m'a fait allonger sur le ventre, ils m'ont attaché serré, les cuisses de chaque côtés de la banquette et le mec a fait ce qu'on lui indiquait. Ça me brûlait juste au dessus de ma fente de mec, au dessus de plug.

— Allez relève toi et installe toi sur le fauteuil! Il l'a réglé pour travailler juste au dessus de ma queue, là aussi je ne voyais pas ce qu'il écrivait mais la brûlure me faisait réagir et bander. Il tenait ma bite écartée de son boulot du poignet. Je devais mouiller dessus.

— Voila le travail! Ça te convient?

Le maître s'est penché dessus, a souri.

— Comme d'habitude oui! T'es un pro. Je t'enverrais un chèque et une invitation pour la prochaine chasse.

Je me suis relevé, le tatouage entre mes fesses me brûlait et je marchais cuisses écartées. Cyrille nous a raccompagné jusqu'à la camionnette. Le temps qu'il ouvre, un gamin qui passait nous a maté en rigolant. On est monté et Cyrille a refermé pour nous attacher par le collier avant de taper sur la cabine de la main. On est reparti , sur la route du retour j'ai demandé à Cyrille ce qu'il avait marqué. Il a eu un sourire amusé.

— Tu verras bien mais ça correspond bien à toi.

Il m'a donné un petit coup sur le gland débandé qui pendait dans la peau.

— Tu vas faire sensation avec ça. En plus tu peux pas trop refermer les cuisses sur le tatouage tant qu'il est boursouflé! T'as jamais remarqué ce que j'avais tatoué sous les couilles. Je te montrerais ça une autre fois. En arrivant vous aurez le droit d'aller vous étendre un moment mais en gardant le collier et les liens pour ne pas vous gratter. Ludo je t'ai prévu une piaule entre ton pote Eric le tatoué et moi. Le temps que tu cicatrises. Après le maître décidera.

On a roulé mais quand la camionnette s'est arrêtée, c'était du coté du parc et la cloche avait sonné, tous les mecs étaient là quand les portes ont été ouvertes par Cyrille. Y a eu des ricanements quand ils ont vu qui était attaché dans la camionnette et encore pire quand ils ont pu voir eux ce qu'il y avait marqué sur mon pubis alors que je le savais pas moi-même. Il nous a détaché du plafond et on a pu sortir. Ma démarche était hésitante, pas trop à cause du plug, mais surtout par le frottement entre mes cuisses. Le maître est descendu.

— Vous aurez le temps de tout voir! Faites bon accueil à Ludovic, un petit nouveau. Plutôt maso comme vous voyez. Eric vous le verrez mieux demain. Pour le moment régalez vous de ce que vous voyez et bon appétit. Cyrille! Emmène les dans leur chambre. Nicolas ira leur porter un plateau tout à l'heure.

De les voir fixer mon pubis en rigolant je me suis foutu à bander comme un malade et Cyrille m'a entraîné dans ma piaule la queue en avant.