Mon cousin Romain (07)


Mon cousin Romain (07)
Texte paru le 2018-02-09 par ‎Julien Nancy   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 62 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7407 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. ‎Julien Nancy.


Template-Books.pngSérie : Mon cousin Romain

Nous étions pile entre Noël et Nouvel An et les journées se succédaient tranquillement : sorties en famille, jeux de société, repas sympathiques, petites séances de baise avec Romain, etc. Henri était moins enclin à participer à des parties à trois, ce qui me convenait bien a priori. Cela n’empêchait pas Romain de disparaître parfois pour une petite heure dans sa chambre et je ne crois pas que ce fut pour enfiler des perles.

Pour rompre un peu avec la routine, nous décidâmes, Romain et moi, d’aller à la piscine. On devait y retrouver Lucas, un ami à moi et sa copine Caroline. La piscine n’était pas très loin de la maison et nous y allâmes à pied. Arrivés sur place, nous avons payé nos entrées en échange d’un bracelet numéroté d’où pendait une clé. Le vestiaire homme était une immense salle avec des casiers et des cabines individuelles pour se changer en toute intimité. Cela n’empêchait pas certains mecs de se désaper devant tout le monde, mais ce n’est pas l’option que nous retînmes. Il y avait aussi des douches collectives. Certains la prenaient en slip de bain, d’autres étaient carrément à poil. N’ayant pas envie de bander en public, j’allai enfiler mon maillot de bain dans une cabine. Romain fit de même et nous nous retrouvâmes ensuite sous la douche. C’est à ce moment-là que Lucas entra dans le vestiaire.

— Salut Julien, me lança-t-il en posant son sac sur un banc. Bougez pas, j’arrive.

— Visiblement pas très pudique, Lucas se déshabilla complètement et vint nous rejoindre, nu, dans l’espace des douches.

— Lucas, je présente Romain, mon cousin.

— Enchanté, répondit-il.

Romain avait du mal à ne pas regarder l’entrejambe de Lucas. Une bite qui, bien qu’au repos, semblait être d’une belle longueur. De jolis poils bruns, visiblement entretenus, cachaient quelque peu ses testicules. Aucunement gêné, Lucas se savonna devant nous, puis nous lança :

— Vous l’avez l’air de faire vos timides.

— Comment ça ? fit Romain.

— La douche en maillot de bain répondit-il.

— Ah, fis-je.

— Vous avez peur d’être à poil devant tout le monde ?

— Un peu, fit Romain.

— Peur de quoi ?

Je ne sais pas ce qui lui a pris, mais Lucas baissa le slip de Romain jusqu’à ses genoux, libérant le pénis à demi bandé de mon cousin.

— Qu’est-ce qui te prend, Lucas ? lui dis-je.

— On est tous faits pareils, répondit-il. Tu ne vas pas être choqué, tout de même.

Lucas remarqua non seulement la demi-molle de Romain, mais il n’avait pas pu ne pas voir qu’il était rasé intégralement.

— En plus, quand on est bien foutu comme toi, fit-il à Romain, on devrait être fier de le montrer.

Il n’en fallut pas plus pour parachever l’érection de Romain qui remonta illico son maillot de bain. Cela n’émut pas du tout Lucas qui restait de marbre. De mon côté, je commençais à bander et je quittai la douche pour aller m’assoir sur un banc.

— Bon on y a ? lança Lucas.

— On retrouve Caroline dans le bassin ? demandai-je.

— Non, elle n’est pas venue, elle n’est pas dans son assiette.

Nous passâmes une bonne heure dans l’eau et Romain nous annonça qu’il avait un peu froid et qu’il préférait aller se rhabiller.

— J’espère qu’il n’est pas fâché, me demanda Lucas.

— Ça, il faudrait que tu le lui demandes.

— Je vais aller voir.

Je fis encore deux longueurs de bassin et finis par sortir de l’eau. De retour au vestiaire, je fus surpris de ne pas les trouver là, bien que leurs affaires soient posées sur un banc. La salle était vide.

— Romain ? Tu es là ? lançai-je. Lucas ?

Je fis le tour des cabines. Une seule était fermée.

— Romain ? Tu es là ? répétai-je à voix basse.

— Oui, entendis-je au travers de la porte qui, brutalement, se déverrouilla.

Je l’ouvris et faillis tomber. Romain était debout, la bite dans la bouche de Lucas qui, agenouillé, se masturbait tout en gratifiant mon cousin d’une belle fellation.

— Entre et referme vite la porte, me fit Lucas en lâchant un instant la bite de Romain.

Aussitôt le verrou remis en place, Lucas fit glisser mon slip de bain jusqu’à terre et se remit à sucer Romain. Avec sa main libre, il commença à me triturer le paquet qui ne tarda pas à prendre toute sa dimension. Puis il me branla un peu et dirigea ses lèvres vers ma queue, abandonnant celle de Romain qui poursuivit en se masturbant. Debout à côté de mon cousin, je lui offris mes lèvres et nous échangeâmes un baiser ce qui fit redoubler l’excitation de Lucas à en juger par l’énergie qu’il déployait à présent à pomper alternativement nos deux dards. Alors que nous n’étions pas loin, Romain et moi, du point de non-retour, Lucas retira sa bouche et nous masturba. C’est Romain qui juta le premier, inondant le torse du Lucas de son sperme. L’orgasme de mon cousin déclencha le mien et j’éjaculai abondamment là où le sperme de Romain avait atterri.

Sans un mot, nous fîmes assoir Lucas sur la petite banquette de la cabine et nous nous plaçâmes chacun à un de ses côtés. Je posai mes lèvres sur un des côtés de son gland tandis que mon cousin fit de même de l’autre côté. Nous y allions l’un et l’autre de petits coups de langue qui firent jouir Lucas presque aussitôt. Sentant venir son orgasme, je fis descendre ma bouche sur le pieu dressé vers le ciel et il me balança sa purée que, bien évidemment, je m’empressai d’avaler. Puis, il se redressa et nous lança simplement :

— Il faut que j’y aille, je vous laisse. À bientôt.

Nous nous regardâmes, Romain et moi, puis, en rigolant, nous nous embrassâmes.