Mon cousin Romain (12)


Mon cousin Romain (12)
Texte paru le 2018-02-16 par ‎Julien Nancy   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

M.jpg/ M.jpg

Cet auteur vous présente 62 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6471 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. ‎Julien Nancy.


Template-Books.pngSérie : Mon cousin Romain

Malgré l’intensité de ma vie sexuelle, je n’en avais pas pour autant oublié mon cousin Romain. Nous avions même entrepris de poursuivre une certaine intimité entre nous. Nous nous téléphonions très souvent, la plupart du temps le soir, pour nous raconter nos expériences. C’était toujours l’occasion aussi de se masturber ensemble. Ces jouissances par téléphone, bien qu’un peu frustrante, nous maintenaient très proches l’un de l’autre. Il nous arrivait aussi de faire des séances de webcam qui, là encore, nous donnaient l’occasion de nous branler.

Ce soir là, nous avions convenu, justement, d’une séance de vidéo à distance. Romain m’avait promis une petite surprise. Vers 22 heures, alors que la maison était tranquille, je m’installai, à poil, devant mon ordinateur et me connectai à Romain.

— Salut cousin, me lança-t-il.

— Salut Romain.

Il était assis sur une chaise, complètement à poil et tournait le dos à son ordinateur. Sa webcam était visiblement installée derrière lui. Je ne compris pas immédiatement les raisons de cet angle de prise de vue mais j’en eus une petite idée lorsqu’il me montra ce qu’il s’était procuré :

— Regarde ce que j’ai acheté, fit-il en agitant devant la caméra un gode noir de belle dimension, en forme de bite, naturellement.

— Wow, fis-je.

Il me montra aussi la ventouse située à la base de l’engin. Puis, il la fixa à sa chaise, puis, me tournant le dos, vint se positionner au dessus. Il faisait face à son écran d’ordinateur, de sorte qu’il pouvait me voir. Mais sa caméra était dans son dos, de sorte que j’avais une magnifique vue sur ses fesses qui allaient s’abattre sur le gode bien posé à la verticale.

— Le cadrage est bon ? demanda-t-il.

— Oui, parfait.

— Alors let’s go.

Il appuya le gland de plastique sur sa rondelle et (sans doute avait-il déjà préparé le passage avant notre connexion), il s’empala dessus jusqu’à faire disparaître le phallus artificiel.

— La vue est splendide, lui assurai-je.

De mon côté, j’avais réglé ma webcam de sorte qu’il puisse à la fois voir mon visage et ma bite, si bien que lorsque je commençai à m’activer sur ma queue, il me lança :

— Oh oui, mon Julien, vas-y, branle-toi pour moi.

Excité par sa voix mais surtout par les montées et descentes qu’il faisait sur le gode, je sentais mon membre durcir encore.

— Retourne-toi, lui demandai-je.

Il se retira très lentement. Je voyais le gode réapparaître, centimètre par centimètre. Il vint ensuite me présenter sa queue devant la caméra, en pleine érection, fit quelques mouvements de branle et alla se remettre au dessus de sa chaise, mais cette fois-ci, face à l’objectif. Il s’écarta bien et se remit à danser sur le godemichet-ventouse. Sa bite dansait au même rythme, de bas en haut tandis que ses boules, collées à son corps restaient parfaitement immobiles.

— J’adore ce que tu fais, lui dis-je.

— J’adore aussi ce que je me fais, cria-t-il en haletant.

Il faisait des mouvements de grande amplitude et je me plaisais à imaginer les sensations que cela lui procurait. Il devait prendre un pied d’enfer à sentir le latex frotter sur ses sphincters à chaque va-et-vient.

— Reviens devant ton écran, lui dis-je.

De mon côté, j’avais relevé mes pieds pour les poser sur les accoudoirs de mon fauteuil, offrant à sa vue mon anus dans lequel je venais d’introduire un doigt.

— Quel dommage que tu n’aies pas de gode, me lança-t-il.

La vue de sa croupe transpercée par le gros membre noir qui le pilonnait eut très vite raison de moi.

— Romain, je vais gicler, annonçai-je.

— Vas-y, me dit-il, vide-toi.

— Ahhhhrrrrr… Je viens, fis-je en déchargeant sur mon ventre.

— Je sens que ça va monter aussi, me répondit-il.

Il décula de son gode puis vint se placer devant la webcam.

— Tu me vois bien ? demanda-t-il.

— Oui, vas-y, gicle-moi ton bon sperme bien chaud.

— Je jouiiiiiiiiis, fit-il en expulsant sa semence que je vis sortir en cinq ou six jets puissants dirigés vers la caméra, comme s’ils m’étaient destinés.

Il en avait sûrement mit partout. Quant à moi, mon sperme commençait à couler de mon ventre. Romain remit sa caméra au dessus de son écran et moi, je récupérai ma semence dans ma main et portai le tout à ma bouche.

— C’est bon ? fit-il.

— Oui, délicieux.

— Et toi ? Tout est allé par terre ?

— Sur un vieux journal.

— Tu penses à tout ?

Nous en rigolions et devisâmes un moment avant de décider de couper la communication et d’aller dormir.

— On se revoit quand ? Me demanda-t-il. Demain ?

— Tous les soirs si tu veux.

Puis, il m’envoya un bisou. Je fis de même et éteignit mon ordinateur.



Asuivre.png