Mon meilleur ami, une tentation (02)


Mon meilleur ami, une tentation (02)
Texte paru le 2020-06-25 par Max16   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 4 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5138 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Max16.




Les mois passaient et mon envie de me faire baiser par Ethan, elle ne passait pas. Ainsi, fantasmer sur mon meilleur ami n'était pas seulement une passade mais un désir qui n'attendait que d'être assouvi. Pendant des mois j'ai continué à me branler en pensant à lui et à profiter de toutes les occasions pour mater son corps.

Je connaissais maintenant son corps à la perfection, à une exception près. La forme de ses biceps, sur lesquels j'avais déposé ma langue à de nombreuses reprises dans mes rêves. Sa peau, blanche, un blanc pur, qui permet d'entrevoir parfaitement les veines sous sa peau. Celles-ci sont saillantes au niveau de ses bras, le rendant encore plus sexy. En maillot de bain on devine même une de ses veines partant de son bas ventre et se perdant en dessous de la ceinture. J'imagine cette veine qui lui permet de faire bander son sexe, lorsqu'il doit se masturber dans son lit. Chaque fois que je vais chez lui, je l'imagine se masturbant dans son lit, je cherche un caleçon sale oublié ou des mouchoirs usagés sur sa table de chevet. Malheureusement comme j'ai pu vous le dire, il a plutôt une tendance maniaque que bordélique.

Son corps m'obsède tellement qu'il m'est arrivé de rêver de lui. Bien sûr mes rêves étaient loin d'être innocents. J'étais toujours là en train de le séduire, et par un heureux miracle cela marchait. Je me retrouvais en deux secondes à sucer sa queue, que mon subconscient voyait très blanche comme sa peau, et non-circoncise. Je voyais cet hétéro, gentiment se laisser séduire par ma bouche sur sa hampe, peu à peu se détendre. Plus seulement passif de cette fellation, il commence à prendre le contrôle, me tenant par les cheveux et enfonçant son sexe dans le fond de ma gorge. Je pouvais sentir au fond de moi sa queue se gonfler de plaisir. Dans mon rêve sa queue était grande certes mais parfaitement adaptée à ma bouche pour la happer de tout son long. Cela pouvait durer pour ce qu'il semblait des heures, des heures de sa queue frappant le fond de ma gorge, de moi léchant le moindre centimètre de son corps.

Sa virilité reprenant souvent le dessus, il se sentait toujours obligé dans mes rêves de décider violemment de me prendre pour enculer mon trou bien trop étroit.

Malheureusement, la plupart du temps c'était à ces moments-là que mon cerveau décidait de me réveiller. J'ai tenté maintes fois de refermer les yeux pour prolonger ce rêve, espérant revoir son corps nu, sans succès. Il n'y avait que moi et ma queue, tendue vers le ciel et mouillée. N'y tenant pas je me branlais avec les souvenirs fugaces de ces rêves, avec une détermination toujours plus grandissante de le voir nu.

Arrivèrent alors les vacances d'été. Chaque année Ethan et moi partions ensemble avec notre club de course pour une semaine d'entrainement. Une occasion pour moi de le voir plein de sueur, torse nu au soleil, en short moulant. Bref, le rêve. Comble du bonheur, durant cette semaine, j'ai eu l'occasion de partager ma chambre avec lui, et même mieux, mon lit. En effet, pour des questions de budget, nous sommes amenés à dormir dans un grand lit ensemble. Pour ma part je suis aux anges, en ce qui le concerne lui, il doit avoir peur que je lui saute dessus depuis quelque temps (avec toutes les allusions que je lui fais, soi-disant pour rigoler). Il n'aurait pas du tout tort à vrai dire.

Durant cette semaine, je bave intérieurement à chaque sortie de la douche. J'ignore s'il cherche à me narguer mais il a la fâcheuse manie de sortir de la douche avec une serviette autour de la taille et rien d'autre. J'essaie alors désespérément de chercher une bosse sous la serviette, tout en n'attirant pas son attention. Ethan est malheureusement méfiant depuis mon coming-out et se cache beaucoup plus de ma vue. J'arrive cependant à voir çà et là une petite bosse, qui m'oblige à me concentrer énormément pour ne pas voir moi-même une bosse pointer dans mon pantalon. Après la serviette et une gymnastique pour enfiler un caleçon sans perdre sa serviette, il se retrouve en boxer. Et là il me faut toute la concentration du monde pour ne pas bander sévèrement. Je me verrais mal lui expliquer que je bande en le voyant. Mais pourtant, ses abdos, ses cuisses poilues (mais pas trop) exposées comme ça me durcissent le sexe petit à petit. Il a de plus, une fâcheuse tendance à remonter trop haut son caleçon ce qui a pour effet de relever ses couilles et sa queue dans un paquet bien maintenu. Et quel paquet ! Au fond je suis un peu jaloux, ma bite est de taille normale, mais je peux affirmer que la sienne est énorme et que ses couilles sont lourdes et pendantes. Qu'est-ce que j'aimerais mettre ma main au paquet pour tâter tout ça. Il est là devant moi, dans ses sous-vêtements Calvin Klein, à moitié nu et pourtant, rien n’y fait, il me reste inaccessible.

Loin d'imaginer tout ce qui se passe dans ma tête il continue sa routine, cherchant des chaussettes dans sa valise posée par terre, m'offrant son cul en se baissant en avant. J'en profite, sachant que dans cette position il ne pourra pas surprendre mon regard. Ses fesses sont musclées et parfaitement formées. Depuis derrière je vois dans son entrejambe son paquet compressé. J'aimerais me lever, descendre son boxer et caresser ma queue contre sa raie, que je peux voir partiellement en transparence (humidité de la douche + boxer blanc = transparence, merci Calvin Klein ;)). Je suis passif, mais là, la tentation serait trop grande d'enculer un hétéro et de lui élargir son trou, de le dominer.

Il se relève, me regarde… Ai-je été trop lent à réagir ? A-t-il surpris mon regard ?

A suivre…