Mon meilleur ami, une tentation (03)


Mon meilleur ami, une tentation (03)
Texte paru le 2020-06-25 par Max16   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 4 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5199 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Max16.




Notre séjour sportif continua encore quelques jours. Des jours d'orgasmes visuels, de léchage de vitrine, à défaut de léchage de son corps. Toute la semaine j'essayais de me contenir. Pour tenir, il m'a fallu plusieurs fois aller me branler sous la douche pour calmer mon sexe, qui se mettait à bander à toute occasion : dans la mer, en nageant à ses côtés, aux entraînements en le voyant en short moulant. Bien entendu, c'était plutôt des demi-molles qu'une belle érection, mais tout de même, mieux valait rester discret.

Alors que la semaine avançait, la fatigue se faisait de plus en plus ressentir. Ethan est plus endurant et sportif que moi, cela explique sans doute son corps galbé. Cependant, plus d'entraînements, impliquaient plus de douleurs. A longueur de journée je l'entendais se plaindre, dire qu'il avait mal ici ou là. Je le comprends, j'ai moi-même des courbatures partout et j'apporte aussi mon lot de complaintes.

Le soir, nous sommes tellement fatigués qu'on ne fait pas grand-chose, on se pose tranquillement, on lit, on papote, et on travaille un peu (école oblige). J'aime beaucoup ces moments-là, c'est simplement lui et moi, à proximité rapprochée, dans notre lit double.

Le jeudi soir de notre semaine nous sommes dans notre chambre après une journée d'entraînement et un délicieux repas. Comme à notre habitude nous rejoignons notre chambre pour nous poser. Ethan n'ayant pas eu le temps de se doucher avant de manger, il part sous la douche. Il est une de ces personnes qui passe beaucoup de temps à se laver. Je suspecte d'ailleurs qu'il ne fait pas que se doucher mais qu'il en profite pour se vider. Si seulement il le faisait en moi, ça éviterait du gaspillage. Bref, sachant qu'il en a pour un moment, je me précipite dans sa valise pour trouver son sac de linge sale. C'est là que je trouve ses chaussettes et ses caleçons. Ne voulant pas perdre une seconde je plonge mon nez dans ses chaussettes. Elles puent après tout ce sport qui l'a fait bien transpirer. L'odeur m'excite. Vite lassé cependant, je me concentre sur ses caleçons. Je les analyse avant, à la recherche de la moindre trace de sperme séché. Il n'y en a pas beaucoup malheureusement. Toute tache se retrouve léchée par ma langue qui aimerait goûter de ce jus frais à même son distributeur. Malgré tout, cela m'excite suffisamment pour sentir mon sexe durcir. Le savoir à côté m'excite encore plus, je plonge alors ma main dans mon pantalon, tout en plaquant son caleçon sur mon visage. Là aussi l'odeur est puissante, j'imagine ses couilles suantes frotter le tissu et laisser leur odeur. Je renifle partout, comme un chien en chaleur. Je continue de me toucher dans mon pantalon, je serais prêt à exploser, mais je ne peux le faire là. Au même moment, j'entends la douche s'arrêter. En sursautant et ayant peur d'être surpris, je remets rapidement tout en place, en essayant de ne pas me trahir.

Le stress m'a fait légèrement débander, mais une bosse reste visible. Je décide alors de me coucher sur le lit, un livre stratégiquement posé sur ma bosse. Quelques minutes plus tard, Ethan sort de la salle de bain, avec son éternel serviette autour de la taille. Il commence sa gymnastique pour enfiler son caleçon et pendant qu'il est occupé, j’en profite pour m'éclipser aux toilettes. Je ne veux pas me branler, pas maintenant. Je sors la queue de mon boxer, mouillé par l'excitation. Je tente de sécher ça tant bien que mal, et je retourne dans la chambre. Je passe le pas de la porte et là, surprise, Ethan semble avoir décidé de rester en boxer. C'est inhabituel mais ça ne me déplait pas. J'en viens même à me demander s’il ne me narguerait pas. Je sais qu'il est conscient d'être beau. Je le suspecte de savoir qu'il m'attire et de me torturer pour ça. Il porte un boxer rayé qui met bien en valeur la zone de son sexe. En effet, les lignes horizontales ne sont plus bien droites.

La surprise m'a fait m'arrêter, et bien sûr la première chose que je regarde est son boxer. Je regarde ensuite son visage et je vois un sourire sur ses lèvres. Le salaud le fait exprès, j'en suis sûr. Il reprend la lecture de son magazine comme si tout était normal. Je rejoins le côté de mon lit, encore ébranlé par cette vision. Je me cale proche de la tête du lit, de manière à ce que je puisse regarder son corps sans qu'il puisse voir mon regard. Je suis là, faisant semblant de lire, lisant trois fois la même phrase. J'aimerais poser mon livre, lui arracher le sien des mains. Me tourner sur son corps, immobilier ses mains, sentir son paquet contre mon corps. J'aimerai lui voler un baiser, quitter ses lèvres pour son cou, ses aisselles, ses tétons, puis descendre peu à peu. J'aimerais que pris d'une pulsion, il décide d'accompagner ma tête plus bas, qu'il l'a plonge contre son sexe. M’asphyxiant à moitié, ma bouche plaquée contre son boxer.

Il n'en est rien malheureusement. Le temps passe, je ne trouve pas le courage, je regarde, j'imagine, rien de plus.

Le temps avance et il est bientôt l'heure de se coucher. Je vais enfiler mon pyjama aux toilettes. Je n'ose pas me déshabiller devant lui, de peur de bander sans arriver à me contrôler. Quand je reviens, Ethan a malheureusement lui aussi enfilé son pyjama.

— J'ai vraiment mal aux jambes, me dit-il

— Oui c'était intense aujourd'hui, tu veux un massage peut-être ?, en disant ça je sais pertinemment qu'il dira non. Il déteste qu'on le touche.

Quelle surprise alors quand il me répond oui. Je suis excité et un peu inquiet.

Je ne suis pas expert en massage, loin de là. Je me dis malgré tout qu’au moins j'aurais l'occasion de le toucher en profondeur…

Il a mal aux cuisses, derrière la jambe. Il se met alors sur le ventre pour que je puisse le masser correctement. Il est là étendu sur le lit, même avec son pyjama je peux admirer ses fesses bien formées et ses cuisses musclées. Je commence gentiment à masser son mollet par-dessus le pyjama. Je suis étonné de la fermeté sous mes doigts. Il est encore plus musclé que je ne le pensais, mes deux mains sont sur son mollet et remontent gentiment.

Il se plaint alors que le tissus lui arrache les poils. Il se retourne et s'assied pour enrouler son pyjama jusqu'en haut des cuisses et se remet sur le ventre. Cette tenue m'excite énormément je peux voir ses jambes parfaites, ses poils, ses muscles.

Je reprends mon massage, sentant cette fois ma peau directement contre sa peau. Lassé du mollet, je décide de monter mes mains vers ses cuisses. Je remonte peu à peu, ce contact m'excite et je me sens durcir peu à peu. Afin de mieux le masser et d'avoir plus de force, je me mets à califourchon sur lui, une jambe de chaque côté de son corps. Il me suffirait de me basculer un avant pour plaquer mon entrejambe contre ses fesses. En vrai professionnel, je ne le fais pas. Je continue mon massage, et décide plutôt de monter encore. M'attendant à tout moment à des contestations, je m'étonne de l'entendre gémir en disant que cela lui fait du bien.

Mes mains se trouvent maintenant au début de ses fesses, à la jonction de sa cuisse. Son pantalon n'étant pas remonté suffisamment, je me retrouve contraint de glisser la main dessous. Je ne prends pas pleinement ses fesses en mains, mais je vais clairement au-delà des limites attendues. Loin d'être satisfait, je redescends un peu et mets mes mains de chaque côté de sa cuisse pour remonter gentiment. Ma main entre ses deux jambes, remonte jusqu'à son entrejambe. Je la laisse dans les environs et je sens la chaleur qui en émane. J'avance encore un peu, si j'avance tout droit je serai à deux centimètres de lui mettre un doigt dans le cul, je décide alors d'enfoncer ma main vers le bas, en allant à l'intérieur, je sens alors sans nul doute ses couilles à travers son boxer. Il ne m'en fallait pas plus pour bander. Je me retrouve alors à califourchon, les mains sur les corps d'Ethan, en train de bander.

Heureusement sa tête est plantée dans les cousins et il ne réalise pas à ce qu'il se passe dans mon caleçon. Je continue à le masser, me rapprochant de temps en temps de ses zones intimes.

Après quelques minutes, il me dit que c'est bon.

J'ignore s’il y met un terme parce que j'ai dépassé les limites où s’il est satisfait du massage et qu'il va mieux. Le problème reste le même, je suis sur son dos en train de bander, ce n'est pas mon pyjama qui va cacher mon érection et il ne va pas tarder à se retourner.

Pendant qu'il est encore sur le ventre, je tente de cacher mon érection en bloquant ma queue dans l'élastique de mon boxer, pour amoindrir la bosse. Je m'enlève rapidement et me positionne dos à lui, de manière à ce qu'il ne puisse pas me voir.

— Merci hein !, me dit-il. Tu me dis si tu en veux un aussi.

— Ouais, ouais, je lui réponds, focalisé à faire dégonfler ma queue.

Peu à peu tout revient à la normale, il ne semble pas avoir remarqué grand-chose et se met au lit. Je fais de même, toujours excité au fond de moi. Je me retourne, cherchant le sommeil. Le temps passe, j'entends Ethan respirer régulièrement. Il est là à côté. Après cette séance de massage j'ai encore plus envie de lui que d'habitude et je ne suis pas sûr de pouvoir m'endormir dans cet état...

A suivre…