Mon premier sauna à 18 ans


Mon premier sauna à 18 ans
Texte paru le 2018-02-02 par JohanPaulik   Drapeau-be.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 12311 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. JohanPaulik.


Bonjour, je m'appelle Magnus, j'ai 18 ans depuis un mois. Je suis célibataire car je n'ai pas encore réussi à rencontrer le bon mais je pense que ça arrivera bientôt. Je suis assez sportif car je fais beaucoup de danse et tout le monde trouve que j'ai un corps magnifique surtout avec mes abdos dont je suis très fier !

Le dimanche juste après l'anniversaire de mes 18 ans, j'ai décidé d'essayer un sauna gay. Il faut dire que j'en rêvais depuis longtemps car on m'en avait dit que du bien. Et mes nombreuses masturbations me laissaient toujours un goût de frustration. Les relations avec les garçons que j'ai rencontrés n'ont jamais été géniales. La plupart avaient juste envie de jouir très vite alors que moi je voulais explorer plus. J'adorais les sucer mais je ne pouvais jamais le faire bien longtemps car ils jouissaient trop vite. J'ai appris un jour avec un garçon de 21 ans que mes tétons étaient très sensibles. Il les avait léchés avec sa langue et j'étais devenu fou ! J'avais eu presque envie de me faire prendre cet après-midi là tellement il m'avait excité avec sa langue sur mes tétons devenus de plus en plus durs. Mais finalement on avait décidé de remettre l'expérience à plus tard quand on aurait plus de temps. Je n'ai plus eu de nouvelles et j'ai appris qu'il s'était mis en couple.

Donc, ce fameux dimanche je me dirigais vers le sauna appelé La Griffe et qu'on m'avait conseillé pour son prix très raisonnable et encore dans les moyens de mon maigre argent de poche (20 euros par semaine seulement). Ici, je dus payer que 8 euros à cause de mon âge, cool ! Ce que je n'avais pas prévu, c'est que dans ce sauna, le dimanche était une journée naturiste. Bon, tant pis, j'étais quand même trop motivé et je ne voulais pas avoir fait tout ce chemin pour rien. Je me souviens encore de ce jour tellement il fut particulier et je vais essayer de vous le raconter au mieux.

Je descends un petit escalier et j'arrive dans les vestiaires. Mon numéro est le 17 et je peine un peu à le trouver. Le voilà, je peux me débarrasser de mes vêtements et je prends la petite serviette qui ne cache rien du tout. Ouf, je ne bande pas ! Ça m'aurait trop gêné d'entrer avec une érection et j'aurais dû attendre jusqu'à ce que je puisse être plus discret. Heureusement, je suis bien plus stressé qu'excité. Je me balade dans le sauna. En-dessous, il y a une piscine, un sauna sec et un humide et quelques douches. Au premier, il y a trois salles TV dont une pour fumeur et un bar assez classique. Le deuxième est en deux parties. D'un côté, une salle cinéma et de nombreuses cabines et de l'autre une pièce en pénombre avec un grand lit et aussi quelques cabines. Tout ça est sympa et j'entends parfois qu'il y a quelques occupations dans les cabines. Ce qui est vraiment dommage, c'est que pour le moment il n'y a que des vieux ou même des très vieux. Que des mecs d'au moins 60 ans ! Quelle horreur et en plus, la plupart sont bedonnants. Vraiment un tue-l'envie.

Je prends un coca au bar où le patron du sauna sert les clients. Il est également nu et possède un très gros sexe, assez impressionnant. Il n'est vraiment pas rapide pour servir mon coca et met un temps fou à aller le chercher dans une autre pièce. À mon avis, je suis sans doute le seul à en boire ici. Je décide d'attendre sur un divan d'une des salles TV qu'un joli garçon arrive et soit certainement pour moi vu que je serai le seul de son âge. Le film gay qui passe sur la TV est vraiment chouette. C'est un film de Bel Ami avec de très beaux garçons qui se baladent sur un lac pour finir par faire magnifiquement l'amour. Je contrôle mon érection et la cache sous la petite serviette. Un homme très gros et très vieux s'approche de moi et me touche la jambe. Je fais un mouvement de recul et lui dit non après son insistance. Il doit vraiment comprendre que l'énorme différence d'âge et son physique ne sont vraiment pas compatibles avec un garçon aussi beau que moi. Je fais même plus jeune que mon âge car on me demande tout le temps ma carte d'identité ! Il se calme et regarde le film à côté de moi.

Après une dizaine de minutes, un de ses amis arrive derrière le divan et ils se mettent à discuter du film de manière assez crue. Ça me gêne beaucoup car ils font des insinuations sur moi et cela finit par m'exciter un peu. Je préfère attendre avant de partir car il ne faut surtout pas qu'ils s'aperçoivent de mon érection. Je pense aussi que les cours de danse d'hier m'ont particulièrement fatigués car je perds toute mon énergie et profite de plus en plus de la douceur de ce divan.

Je sursaute, le mec derrière vient de mettre ses mains sur mes tétons et me les caressent. Non, pas là ! C'est pas possible, ça m'excite en fait ! Et ils s'en aperçoivent. Mais je les repousse quand même. Celui de derrière dit à l'autre : "Oula, il est sensible celui-là." Je leur dis non et que c'est surtout le film qui me fait de l'effet. Il vient s'installer sur mon côté droit. Mais pendant que je surveillais ce qu'il faisait, celui de gauche vient passer la langue sur mon téton gauche. Noooooooooon, je deviens rapidement fou et leur dis : "Allez-y, faites ce que vous voulez !" et puis j'enlève ma serviette et me branle pendant qu'ils me lèchent les tétons à gauche et à droite. Un troisième arrive et je le laisse me sucer. Putain, il faut que je me calme. Je vais quand même pas devenir la salope de cet endroit !

"Dis au patron que la drogue commence à faire effet et qu'il peut fermer le sauna." Je me rends compte que non seulement j'atteins un niveau d'excitation assez énorme mais qu'en plus ils m'ont drogué ces salauds. J'ai envie de leur dire d'arrêter mais je n'ai plus la volonté de les stopper et à chaque fois que je sens une langue toucher un de mes tétons j'ai l'impression de chavirer encore plus. Le patron arrive, accompagné des autres clients. Ils sont tous nus et ne cachent pas leur érection. Le patron avec sa très grosse qui ne me fait plus peur mais m'attire énormément. "Regardez le comme il regarde ma bite, j'ai l'impression qu'on va lui offrir un cadeau de Nöel !"

Effectivement, je suis de plus en plus demandeur et je ne résiste pas quand un type m'enfonce sa bite en bouche. Il me baise la bouche sans aucune gêne, mais j'aime ça ! Ils sont moches, vieux et gros mais j'ai envie d'être tout à eux et d'être leur chose. J'aperçois quelqu'un en train de filmer avec un téléphone portable mais je ne parviens pas à trouver la motivation de leur dire d'arrêter. Mon plaisir, mon envie et mon excitation sont tellement forts que je perds toute volonté et toute mesure. Et mes tétons qui deviennent tellement durs et excités que chaque caresse de leur langue me fait encore un peu plus pénétrer dans une soumission complète. "Retourne-le, il va goûter de ma bite et va apprendre ce qu'est le vrai sexe." Oh non, elle est énorme, j'ai peur mais je ne peux pas résister et je me laisse faire comme un chiffon. Bizarrement, j'ai aussi envie qu'il me prenne comme une chienne et qu'il me défonce.

Je l'entends mettre du gel sur sa queue et je sens qu'il en badigeonne mon trou avec son doigt. Je n'ai encore jamais été pris mais j'ai l'impression d'avoir fait ça toute ma vie tellement je me laisse faire facilement. Il entre en moi, je le sens. Son gros ventre sur mon dos, sa bite s'insinue. "Qu'est-ce qu'il est serré ce petit, je l'adore !" Ça me fait mal, je me mets à pleurer mais je ne crie pas car j'ai aussi envie qu'il continue et qu'il aille bien plus loin. Un plaisir nouveau se dégage de moi. Je la sens de plus en plus et j'ai l'impression que mon cul est en train de bander lui aussi tellement cela m'excite. Je le sens qu'il me défonce à présent et très régulièrement. Un mec devant moi prend ma tête à deux mains puis se branle avec ma bouche. Je manque plusieurs fois de m'étrangler et je secoue la tête. Heureusement, il comprend et ralentit le mouvement quelques secondes mais je sens que je ne suis que leur objet. Le patron se déchaîne derrière moi et me traite de petite salope. "Ouuuuuuui, je suis votre salope ! Je suis à vous. " Mais, je deviens fou ? Voilà maintenant qu'en plus je les encourage. J'ai perdu toute gêne, ma bite est en feu tellement je bande. Mais je n'arrive même pas à me toucher car ils me tiennent les bras. Je n'ai jamais bandé comme cela, jamais au point qu'à chaque fois qu'elle touche le divan, j'ai l'impression que je vais défaillir d'un orgasme.

Le mec de devant me jouit dans la bouche tout en embrassant le patron qui peu de temps après se lâche également dans mon fondement. J'ai l'impression que mon cul va éclater tellement je sens des jets de sperme en moi. Je ne me rends pas compte mais je viens d'avaler du sperme comme si j'étais mort de soif. Je tremble d'excitation. Ils me couchent sur le divan et je sens de nombreux jets de sperme sur tout mon corps. Incroyable, j'ai l'impression que j'en ai pas encore assez et que je veux me baigner dans des litres de sperme. Je me branle et je sens un désir fou me gagner dans tout le corps. Ils sont en train de me pisser dessus à présent ! Mais j'adore et les jets qui atteignent mon visage me font éjaculer comme jamais. En jouissant, j'ai ouvert la bouche et elle est pleine de pisse mais je jouis comme jamais en criant de plaisir.

Je me suis endormi et je me réveille quelques temps après en sentant qu'un mec est en train de jouir dans la bouche. Mais qu'ont-ils fait de moi pendant que je dormais ? Je ne le saurais jamais mais mon corps est trempé et le divan aussi. Je chasse le mec et lui dis d'arrêter. Le patron vient m'aider et m'accompagne jusqu'aux douches. "Je ne sais pas si tu t'en souviens mais tu as été filmé pendant que tu t'amusais avec nous. Je suis content de t'avoir rendu service et de t'avoir bien fait jouir. Mais si tu ne veux pas que cette vidéo soit dévoilée, tu reviendras nous voir la semaine prochaine à la même heure. J'ai un travail pour toi... Ah oui, à propos, personne ici ne t'a drogué ! C'était juste pour te désinhiber complètement et j'ai l'impression que ça a bien marché." Et il part dans un rire tonitruant en me donnant une claque sur les fesses.

Je ne sais pas ce qui me donne le plus envie de venir, cette vidéo (il ne connaisse même pas mon nom) ou cet immense plaisir ? Je dois rester sérieux, mon adolescence ne peut pas finir ici...