Mon suédois (04)


Mon suédois (04)
Texte paru le 2021-08-18 par Marc31   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 119 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1321 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Marc31.


Template-Books.pngSérie : Mon suédois

Mon suédois 04

C’est vai que ma vie se déroule bien, mon mari et son associé, se comportent correctement, je touche ma part de mon travail au club, et j’ai su investir, en prenant une participation et comme j’ai touché ‘Mon’ héritage, je suis à l’aise financièrement.

Je pourrais presque arrêter de travailler au club et lors de mes soirées privées, mais j’aime bien. Pour ce qui est du club, j’adore cette sensation ; être aguichante, être désirée par de beaux hommes noirs, danser avec eux, sentir la montée de leur désir, mon ventre collé contre leur sexe qui prend des proportions… Les exciter, mais sans en faire trop, il ne faudrait pas qu’ils éjaculent trop tôt… sentir des mains sur mes fesses, sous ma jupe… Pas de mauvaise surprise pour mon cavalier, il sent ma petite verge, et même je dirige sa main sur mon sexe. Jai déjà eu quelques réactions… De toute façon, tout le monde sait que c’est un club homo.

Et puis j’annonce ‘la couleur’ deux cent la pipe, quatre cent me faire prendre et mille pour la soirée… J’ai peu de refus, ma réputation m’a devancée, ils savent que je sais travailler et que peu importe la taille de leur sexe.

J’ai quelques clients réguliers, trop bien membrés pour n’importe quel Q, sauf le mien qui sait les accueillir et les faire jouir, tout en douceur, en prenant mon temps… je ne me fais pas ‘enculer’, je fais l’amour, une grosse différence qui a fait ma réputation. et puis c’est comme cela que je prends mon plaisir, l’homme croit dominer, sur de son ‘monstre’, mais en fait c’est moi qui mène le jeu amoureux ! et j’ai même quelques clients disons ‘particuliers, qui ont des fantasmes….

Dont un attaché culturel de l’ambassade de France, lui c’est soit de me lécher le cul (pardon) après que je mesois faite prendre et le sperme s’écoule, s’evade, soit de m’embrasser profondément après que j’ai fait une fellation et que j’ai la bouche pleine de sperme… Il n’y a que cela qui le fasse bander et je dois le masturber, dés fois il éjacule… Dés fois….

C’est d’ailleurs chez lui que j’ai rencontré, ce que je pourrais appeler mon ‘petit amoureux’. Un weekend à la campagne dans un chalet Je savais qu’il y aurait quatre hommes, mais heureusement, je les connaissais. Surtout un travail d’accompagnatrice, d’Escort, je devais faire le service en tenue… Bas noirs, guêpière, etc.… Bref en ‘pute’, mais heureusement je ne serais pas seule et, j’aurais une collègue. Et puis ils boivent beaucoup et les soirées ne s’attardent pas. Le seul problème est que je ne suis pas censée savoir où cela se passe, on m’amène et on me ramène le lendemain ou après… Bref, l’autre ‘fille’ était un garçon, un adorable petit pédé, beau comme tout, un joli cul rond… la taille fine, les cheveux mi long, un rien de maquillage. Je comprenais qu’il avait du succès auprès de ces messieurs. Qui heureusement ne répugnaient pas à se servir de moi. Eh, la travestie, pute avec des seins qui savait si bien se servir de son cul… Bref à deux heure du matin, tout les hommes étaient ivres et dormaient, certain, n’avaient même pas pu jouir en nous ou dans nos bouches. On se retrouve seuls, avec Bo,( c’est son petit nom). On parle et puis on flirt, il a la peau douce et parfumée, je préfère les blacks, bien virils, mais là il me plait. Bisous, caresses et il essaye même de me prendre, il essaye, enfin il réussit presque, il a déjà jouit et sa verge est disons ‘petite’. Je trouve cela mignon comme tout, cette petite chose qui s’introduit en moi. Alors je fais de mon mieux et j’arrive même à lui faire avoir une vraie érection, je ne sais même pas si il éjacule, je ne crois pas, je l’aurais senti. Et puis on parle… Il a dix huit ans et il commence dans le métier, je ne sais même pas si il est vraiment ‘homo’, il adore jouer avec mes seins… Ses parents l’ont chassé de chez eux et il est sans domicile. Pour ce soir, c’est réglé, mais demain ? Je le prends en pitié et en amitié et je lui propose de venir à la maison, mon mari n’y verra aucune objection et puis son petit cul devrait lui plaire, sans compter que j’ai une opportunité pour lui, au club. (Une fille qui s’est mise en couple) Il ne connaît pas trop ? Ce n’est rien, je serais sa professeur. Le lendemain, et oui, nous sommes réservés pour deux jours, je lui explique bien des choses. Comment s’ouvrir puis se refermer, tourner des fesses, faire semblant de jouir, même on il n’a qu’une ‘pauvre nouille’ dans son Q. Il est doué, enfin plutôt ‘Elle’ est douée, un coté féminin très développé, je reprends son maquillage, sa coiffure et il assure vraiment. J’en serais presque jalouse, mais les ‘gros porcs’ et blancs de surcroits, je les lui laisse et je devine que dans le club…

Bref, on participe tout le dimanche et le soir, retour à la maison. Je n’ai pas envie d’aller au club... Fatiguée et bien ‘baisée’. Mon mari est un peu surpris de me voir arriver avec Bo, mais vu le chiffre d’affaire du weekend, j’ai bien travaillée et en je lui amène un joli petit cul. C’est vrai qu’il est beau, bien rond, un peu haut… J’adore ce petit gars… si je pouvais, il serait ‘bandant’. Sans surprise, alors que nous sommes dans la salle de bain, arrivée de mon mari, il est nu, selon, son habitude, une verge en pleine érection, pas moyen de se tromper. Il me fait signe de sortir, et en bonne épouse soumise j’obéis, mais… Je garde la porte ouverte et je vois…. Bo est presque sous le choc, une aussi belle verge en érection un ‘mâle’ aussi fort et puissant…. Un signe, il comprend vite, il se met à genoux, mon maitre le retourne, position de levrette haute… Pas besoin de gel, mon mari mouille comme une fontaine. Le gland juste posé sur la rosette offerte.. Pénétration en douceur, juste le gland…. Il doit forcer, le pauvre chéri n’est pas encore assez ouvert. Et ce petit cri quant la verge est vraiment en lui… Il a découvert un ‘vrai’ homme…. J’adore ce spectacle et je caresse les couilles de mon homme, pendant qu’il baise (pardon pour le mot, mais oui..) cette future salope. Salope qui découvre le vrai plaisir de se faire prendre par un vrai homme. Elle jouit en couinant. Oui ‘elle’ car elle jouit en fille…. Et quant il se vide, ce spasme des deux… c’est adorable ! Elle ne sait pas encore, elle doit apprendre, et c’est moi qui nettoie la verge de mon chéri. Un travail de femme…. Elle apprendra. « C’est une bonne, je la prends dans mon cheptel, apprends lui, je la veux au féminin !’ » « Oui, mon mari, mon Maitre. »

Et je connais la suite, Bo, encore sous le choc de sa découverte est un peu… Je l’aide à s’épiler, du rapide, juste à la crème. Une nuisette du parfum et je la conduit jusqu’à son ‘lit nuptial’. Et la suite, je ne peux que la deviner, mais je n’entends que des petits cris de plaisir. Elle est ouverte et profite de sa nouvelle féminité. Féminité que je constate au matin lorsque je leur apporte le café au lit, Bo, à un regard extatique et comblé, blotti (e)dans les bras de son homme… je suis en tenue, jupe noire courte, collants résilles petit tablier…. Sexy et féminine, mais dans mon rôle de soubrette… Un signe, je me mets à genoux et je les regarde faire l’amour, oui faire l’amour, elle est bien ouverte et ce membre puissant la pénètre sans problème…. Elle doit comprendre que nous ne sommes que des femelles au service de notre Maitre. Elle m’a vu agir hier et elle sait qu’elle doit nettoyer la verge qui lui a donné du plaisir… Puis salle de bain, mais comment l’habiller ? Ses anciens vêtements de garçon, surement pas… Une ancienne petite robe à moi, du temps ou je n’avais pas de poitrine, mais bien moulante pour mettre son adorable cul en valeur, un string rouge, mais je dois lui montrer, comment cacher certaines choses… Une brassière avec des amplis. Maquillage, coiffure et je peu présenter notre nouvelle venue ! C’est moi qui lui trouve son nom ‘Lydie’. Je le, ‘la’, laisse s’habituer à sa nouvelle personnalité, je joue la soubrette (j’aime bien en plus) c’est elle la femme…

Mon seigneur et Maître m’ordonne (grosse voix !) de la conduire en ville et d’habiller Lydie, elle doit commencer demain soir… et avant nous avons de la visite, mon ‘flic’ pour avoir son accord et son cousin. Oh, son cousin.. Je le connais bien, un black, hyper membré et vraiment sans douceur ! Je sens que je vais m’en faire deux… Mon mari sera surement occupé par ‘la dernière’ conquête… De toute façon, il faut que j’aille en ville, mon ‘flic’ quand j’étais en secrétaire sexy, m’a éclaté mes bas, ma dernière paire… Bref, je prête une robe à Lydie, un rien de maquillage et nous partons.

  Coiffeuse, pour moi aussi, un rie plus blonde..   Épilation, maquillage, les yeux en permanent et on fait des courses, pour elle une tenue presque sage, et pour la nuit…. Elle est mignonne come tout, elle apprend vite à marcher en faisant rouler ses hanches sur des talons, sans excès. Juste féminine. Et comme, elle n’a que dix huit ans, mais parait bien plus jeune, elle attire bien des regards. Une jeune fille, presque une femme… Habillée sexy, sans trop… J’ose même lui mette ‘la main au cul’… comment elle roule bien des fesses, Mon mari, lui a donné le gout des bonnes choses ! Ses courses, mes courses, je me suis fait faire ; tatouage des lèvres et reprendre mes cils… Un rien trop, mais, c’est mon métier !

Maison, aille, ce regard, il la mange des yeux, elle lui plait bien, alors….. Il l’entraine sur le canapé et lui ordonne de se déshabiller. (lui apprendre l’obéissance) Lui est déjà nu, quel bel homme ! C’est vrai qu’iis sont beaux, elle est presque ouverte et il peut la pénétrer en chienne…. Comment elle couine bien, elle aime et lui donc…. Mon homme est merveilleux, un homme, un Maître black, j’adore ! Il la pénètre bien, et elle commence à savoir accueillir un homme … Mais pas vraiment, elle ne sait pas serrer son cul, lorsque le gland, se pose contre. L’homme doit avoir l’impression que c’et une victoire, sa victoire… Elle apprendra bien assez vite. Je sais maintenant que c’est son futur métier, prostitué… Pas besoin de la forcer, elle aime cela et je sais à son regard, qu’elle est sous domination de son nouveau Maître, il n’aura qu’à claquer des doigts pour la rendre servile et amoureuse. Je le sais, je suis aussi passée par là et cela dure encore. Salle de bain, je lui apprends à se laver vraiment, ses fesses doivent parfaitement propre. Nos clients sont très ‘à cheval’ sur le ‘clean’, nous sommes en suède…

Quoique parfois, lorsque on se fait prendre par tout un groupe… le trois ou quatrième apprécie de mêler son sperme à celui des autres. La petite putain française doit être traitée, comme un ‘trou’…. Etre rabaissée, mais cela ne me dérange plus, j’en ai fait mon métier… Je suis une ‘pute’ et je m’en sors plutôt bien. A moi de former la nouvelle génération. Arrive, la soirée et nos premiers visiteurs, mon flic, naturellement et le cousin. Pour mon flic, je me suis habillée ‘soubrette’ sexy, mini robe, petit tablier, je sais qu’il adore les uniformes, les tenues… Mais il préfère quant même s’attaquer à la petite jeune en jupette… presque un uniforme, mais d’écolière (un vrai salaud…) Cela va, Lydie a presque compris son rôle. Elle à peur du Monsieur…. Et se laisse séduire. Elle a de l’avenir et joue bien son rôle. Le cousin en profite pour s’occuper de mon cas, enfin de mes fesses… Ce n’est pas désagréable, il est bien ‘monté’, mais ce manque de douceur, il me ‘baise’ plus qu’autre chose. Mais, c’est son truc, baisser une française et une putain en plus…. Je sais aussi ‘jouer’ et après avoir eu peur de son énorme ‘engin’ je me laisse ‘violer’ en poussant des petits cris de douleur, puis de plaisir… Le client doit être satisfait, et je ne fais vraiment l’amour qu’avec mon mari. Donc, on y passe route les deux, seul changement : avec mon flic ; il me veut juste habillée bas, porte-jarretelle et la verge en évidence… Il changerait ? En tout cas, il apprécie toujours autant un vrai ‘glory hole’ et me ‘baiser’ sur une table, sur le dos en me tenant les jambes en l’air… Pendant ce temps Lydie, goute au délice du cousin, puis de mon mari… heureusement pour moi, comme mon maître’, là c’est mon maître, me sentant un peu jalouse, me fait le plaisir de m’honorer… Quel homme, cela va faire trois fois qu’il jouit ! Et moi, enfin !

Fin de la soirée, il a deux femmes…. Donc, nous dormons toutes les deux, lovée, contre le torse puissant de notre homme… Au matin, domination, direction, oblige, c’est Lydie qui fait le serrvice et nettoyer l’appartement, en soubrette, bien sur, mais dans un style plutôt ‘sage’, sexy, sans abuser. Elle doit apprendre à obéir à son homme et à sa ‘directrice’, car c’est moi qui vais la diriger, lui apprendre le métier. Métier, qu’elle apprend vite, dés le premier soir au club, elle se fait cinq clients en ‘complets’, deux fellations… Bon chiffre pour un début. Il faut dire que je l’ai bien aidée... Lydie est habillée en vraie ‘pute’ micro robe en latex, talons… Bas noirs, une jolie petite poitrine (des faux, bien sur) mais bien collés. Elle attire le regard, elle croise encore plus haut les jambes. Un regard sur la braguette de l’homme, il bande ? Une danse très rapprochée, se frotter.. Puis normalement la chambre….

Moi, je fais dans le ‘plus sage’ sexy, mais en laissant deviner mes jambes mes jarretelles.. Laisser planer une ombre de mystère, de sensualité… Bien sur, si je suis là habillée sexy, très maquillée, c’est que je suis aussi une pute. Oui mais, ‘plus ‘distinguée’. Nous sommes en semaine et je me fais mes cinq ‘complets et trois pipes… C’est vrai que je suis douée pour les fellations et mes clients me connaissent. C’est plus rapide, efficace et cela fait toujours du chiffre. Il faut que Lydie apprenne qu’il faut toujours avaler, ou faire semblant et dire à l’homme que son sperme est génial et abondant, pas du sperme… Du miel. Que les hommes sont bêtes….

Bref, une bonne soirée, suivie par quelques autres et je déclare à mon mari, que la relève est assurée et que je dois aller faire un tour en France, Sven à du mal à lancer une nouvelle boite, un hôtel ‘de charme’ dans lequel, je, on a investit….

Mais c’est une suite à suivre…

Bisous.