Nature, soleil et Caraïbes


Nature, soleil et Caraïbes
Texte paru le 2003-03-03 par Isabelle00   
Ce texte a été reçu d'un internaute anonyme. Il a été impossible d'en vérifier la source et/ou confirmer à l'adresse email reçue.



Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9059 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Isabelle00.


J'ai visitée la Guadeloupe l'hiver dernier. Je me suis installée à Sainte-Anne dans des gites sympas à proximité de "Chez Elle", restaurant de qualité. À l'est de l'île, vers la pointe des château,x il existe des plages sauvages où il est possible de pratiquer le naturisme.

Le soleil ardent comme toujours en cette periode, je me suis endormie sur la plage à l'ombre des cocotiers, bercée par le buit des vagues. J'étais tout à fait nue et couverte de transpiration. Je me suis reveillée sentant un soufle sur moi. Ce n'était pas l'alisée: à ma grande surpise, une grande et jolie métisse avait posé sa serviette tout près de moi et et se caressait methodiquement et savamment. Je pouvais entrevoir l'entrée bien rose de sa "cocotte" toute lubrifiée. Elle me regardait voluptueusement, cherchant mon approbation.

Je me suis appochée toute excitée et j'ai perçu son odeur divine: poivrée et tiaré, ravissant (encore) mes narines. Nous avons echangé un sixty-nine fabuleux, le velour de son épiderme ajouté aux odeurs muqueuses me transportant de plus en plus. Nous étions toutes mouillées, toutes les deux, la température ambiante ajoutant aux résultats de nos caresses. Elle a exigé fermement mais voluptueusement que ma langue explore son trou du cul, ce que je fis sans me faire prier. Au bout de deux heures environ, le besoin de faire un peu de toilette se fit jour. Certes l'eau de mer des Caraïbes était à notre disposition.

C'est là qu'Ivane me demanda si je souhaitais une toilette aprofondie et soignée. "Pourquoi pas!" lui dis-je. Elle siffla entre ses doigts. Surgissant des arbustes voisins un superbe chien "bas-rouge", la salive coulant de sa bouche s'approcha immédiatement de ma copine de rencontre et se mit à la lècher sur tout le corps. C'était la première fois que je voyais un spectacle aussi fantastique et mon excitation bien qu'à peine éteinte se raviva comme une meule de foin sec rencontrant un litre d'essence et une allumette.

Je peux dire que sa toiltte fut très bien faite et complètement à fond. Elle se mit à quatre pattes pour faciliter les soins de l'animal. Sa lague passait et repassait et sur sa motte toute humide, comme dans la vallée profonde et mystérieuse de sa raie des fesses. Bien entendu elle jouissait comme une malade. Dans cette position l'animal s'arcque-boutait au fil de ses caresses buccales, sa langue d'une agilité incroyable s'activait sur les lèvres d'Ivanne et ailleurs de temps en temps. Le goût sallé de la traspuration devait lui calmer la soif.

Je me suis à nouveau sentie toute trempée de l'entrecuisse. Je trouvais ce chien de plus en plus beau et je voyais sa grosse et belle pine s'agiter dans le vide mimant le rut avec sa chienne favorite sans doute. Les boulles luisantes et son pénis immense (au moins 25 centimetres) luisait de ses lubrifications et tressautait comme pour des éjaculations et de temps en temps, des giclées fines et peu onctueuse sortaient de ce sexe fabuleux. Je n'ai pu m'empêcher de réclamer à mon tour des soins de toilette aprofondis...

Ivanne a 23 ans moi 35. Y a-t-il des petites coquines qui connaissent ou
ont connu des aventures de ce genre? J'aimerais échanger des informations et
des photos avec des filles aimant ces fantaisies (entre autres). À bientot
peut-être et soyez assurées de mon entière discrétion.