Oued (08)


Oued (08)
Texte paru le 2014-08-24 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9987 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Oued

Le lendemain en me réveillant j'ai pas fait attention en me levant , j'avais Fouad qui dormait encore sur la descente de lit. Je l'ai réveillé et lui ai demandé de commander deux déjeuners à la réception le temps que je prenne ma douche. J'ai pris mon temps, j'ai bien entendu taper puis entrer puis plus rien. Je me suis séché et suis sorti. Le jeune d'hier était là avec Fouad à attendre.

— T'as réfléchi? Tu viens avec nous?

— Je voudrais bien savoir pourquoi.

— Là bas tu apprendras vraiment à faire l'amour, pas à baiser comme un con.

J'avais fait signe à Fouad de prendre sa douche avant le café. Et j'avais surpris le regard qu'avait jeté le mec sur mon membre après la douche.

— Ca te gêne pas d'être le seul habillé?

— Heu vous voulez que je sois à poil?

— Quand je suis là oui.

Il s'est déshabillé, joli corps, beaux abdos et pectoraux avec son sexe a demi bandé fixant le mien .

— Assieds toi . On déjeune et on part. Il n'y avait rien pour moi à la réception?

— Ho si j'ai oublié, pardon, c'est derrière la porte.

— Hé bien va le chercher.

— Comme ça? Nu?

— C'est toi qui voit mais je ne pense pas que tu reviendras bosser ici alors décide toi.

Il est sorti nu et revenu assez vite avec un paquet plié et un sac plus un carton qu'il a posé sur le lit. Fouad était sorti de la douche et fixait le sexe du mec.

— C'est quoi ton prénom?

— Saïd et vous?

— Tu n'auras pas l'occasion de t'en servir. Appelle moi maître.

J'ai donné un coup de fil pour que l'hélico se prépare et j'ai défait le paquet. Comme prévu il y avait le gilet et le pantalon en cuir que j'ai enfilé. Dans le carton il avait joint 2 paires de bottes et j'ai enfilé celle à ma pointure. J'ai regardé dans le sac et j'ai souri ils avaient bien travaillés.

— Aller habillez vous on s'en va.

Ils ont été rapide et après un passage à la réception ou ma carte a fait bon effet on s'est dirigé vers l'héliport. Une fois assis à l'arrière J'ai fait mettre une cagoule à mes deux élèves pour pas qu'ils se repèrent et on a décollé, tournant sur nous même pour les perdre un peu. On a volé une heure avant que le pilote se pose sur mon ordre.

— Déshabillez vous, et jetez vos affaires par la porte vous n'en avez plus besoin.

Fouad a été rapide mais Saïd a renâclé un peu avant de se mettre nu et de jeter le tout à terre. Le pilote a décollé, dispersant les fringues dans le sable. J'avais fait ôter les cagoules , le désert défilait sous l'hélico et au loin on a aperçu les bâtiments du haras.

— Voila où vous allez vivre jusqu'à ce que je juge que vous êtes au point.

Le pilote s'est posé sur l'héliport le temps de nous débarquer et m'a quitté avec un grand salut. Dés qu'il a décollé ils ont été 3 ou 4 à se rapprocher et quand ils ont vus le médaillon à mon cou j'ai eu droit au salut traditionnel arabe.

— Prenez le plus grand et mettez lui un collier de dressage et des poignets de bondage aux poignets fixés au collier je le verrais plus tard.

J'ai vu Saïd se défendre mais ils étaient trop et il a du supporter le collier et les menottes au cou. Il me regardait , surpris du traitement.

On est allé Fouad et moi jusqu'au bureaux climatisés et j'ai fait remonter un peu la température. Tout le monde était dans l'attente de mes décisions.

— Ecoutez moi bien, les juments les plus rétives devront être détachées, les très passives resteront dans leurs stalles. Les rétives vont chercher Rachid et un grand noir. Ils jouent les maîtres mais n'en sont pas. Il faut les attraper les menotter et me les amener. Je suis le nouveau maître de ce haras et il va y avoir du changement pour le bien de tous...Sauf quelques uns. J'attends Rachid et le black menotté ici.

Il y a eu un grand remue ménage dans le haras et au bout d'une heure j'ai vu arriver Rachid et le black, moins fiers, menottés mains dans le dos.

— Lequel de vous deux a déjà été sodomisé? Je n'ai pas eu de réponses. Bien, vous ne connaissez pas ce que vous infligez aux juments. Je vais changer ça. Arrachez leurs fringues, toutes, je suis certains que l'idée de subir ce qu'ils vous faisaient a du calmer leurs ardeurs sexuelles.

En effet une fois nu on voyait leurs sexes recroquevillés dans la touffe de poils. Ridicule.

— Pour vous rendre comme les autres juments à saillir vous allez être rasé, sexe et cul. Vous serez sous surveillance avec une vraie jument qui elle aura toutes les attentions. Vous, aucune à part l'ouverture régulière par n'importe quel mec qui a envie de se vider les couilles. On va vous emmener pour le rasage et je vous reverrais après. J'ai aussi avec moi cet arabe qui est un vrai macho et qui a besoin d'apprendre à servir pour mieux se servir ensuite. Il a une belle bite mais je veux qu'il accepte la même dans le cul ainsi que des plus petites sans protester. Il va passer lui aussi au rasage, plus pour le rendre un peu fragile et moins viril. Enfin voici Fouad que je me réserve mais pourrais partager à l'occasion.

Ils sont partis raser les trois futurs enculés j'ai entendu des cris et des rires, même des coups. Je les ai vu revenir déjà moins fiers sans leurs système pileux, sans pouvoir cacher ce qui les rendait si fiers il y a peu de temps. Tous les trois portaient un carcan incluant les mains . On voyait bien qu'aucun poils n'avaient été oubliés.

— Tournez vous et mettez vous à genoux. Dépêchez vous sinon ça pourrait devenir pire. Posez la tête par terre, écartez bien les cuisses. Mieux que ça Saïd et toi le black. Montrez nous vos culs qui vont être des chattes ouvertes à tous. Rachid toi t'as compris ce qui t'attends, tu montres mieux que les deux autres. Placez leurs des colliers au dessous des genoux et fixez une barre entre les deux colliers qu'ils prennent l'habitude d'exhiber leur chatte.

Une fois les barres en place j'ai ouvert le sac que j'avais amené avec moi et en ai sorti des trucs en cuir, humides.

— Je vais entourer vos couilles inutiles pour le moment avec une de ces lanières. Vous voyez qu'il y en a de différentes largeurs. En séchant au soleil, elles vont durcir mais aussi se rétracter un peu. La seule solution pour l'humidifier et donc la détendre est de demander de vous faire prendre et arroser ensuite du liquide que voudra celui qui vous aura ouvert la chatte. À vous de satisfaire votre partenaire, ça peut faire très mal une fois sec. Allez les mettre dans les cages inoccupées. Je vais monter Satan, lui prouver que je suis aussi son maître à lui. Sellez le.