Parking et pissotière 3


Parking et pissotière 3
Texte paru le 2013-09-09 par Sexto60   Drapeau-be.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 20 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 13699 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Sexto60.


Template-Books.pngSérie : Parking et pissotière

Le type monte dans la camionnette, rejoint les deux autres ainsi que B qui ferme la porte. Le chien qui se nomme Duc va directement renifler une bite pendant que son maître se fout à poil, dénudant une grosse queue poilue que l’animal vient directement lécher.

B me dit alors de me mettre à quatre pattes comme une chienne et dans cette position, sous le ventre du chien, pendant entre ses pattes arrières, je peux admirer le début d’une superbe tige de chair mauve et luisante qui sort du fourreau et grossit à vue d’ œil.

Je bande à mort à l’idée qu’elle viendra bientôt s’enficher dans ma chatte anale pour me saillir et j’imagine la grosseur qu’aura le nœud pendant l’éjaculation.

Le maître dont j’apprends qu’il s’appelle Guy prend le chien par son collier et guide son museau vers mon cul et ma raie. L’animal vient renifler entre mes globes et je sens sa langue dans mon sillon que B ouvre à fond en écartant mes fesses.

— Voilà salope me dit Guy, fais renifler ton cul de chienne et ton sexe pleins de pisse à Duc, il adore ça, ça l’excite.

Le chien se met à lécher ma fente en collant d’abord sa truffe à ma rondelle qui suinte encore de pisse et de sperme puis sa langue vive et agile s’insinue dans mon trou béant. Son maître s’est agenouillé à ses côtés et branle tout doucement le pénis du chien qui se redresse et bande de plus en plus.

La vue de ce gros sexe canin, l’idée qu’il va me pénétrer me fait presque jouir tellement mon excitation monte à regarder cette longue tige mauve se raidir.

B ouvre bien ma rondelle avec ses doigts et je pousse fort mes chairs à l’extérieur, si bien que la langue du chien caresse délicieusement les ourlets de mon tunnel intime encore tout sensible d’avoir été défoncé par toutes ces bites juste auparavant. Je suis en levrette et regarde entre mes jambes et vois des petits jets de liquide jaillir du membre de l’animal. L’un des autres se penche sous lui et engouffre le braquemart dans sa bouche pour le sucer.

Guy dit alors :

— Oui, suce lui la bite qu’elle soit bien dure pour saillir cette chienne, sa femelle…

Je sens encore la langue quelques instants sur mon anus puis l’animal saute sur moi pour me monter et la tige de chair raide vient cogner mes fesses puis s’insinue dans ma fente, cherchant mon orifice pour m’enculer.

Le braquemart est tout dur, pointu et je sens la pointe frapper dans mon sillon qu’il inonde en étant à la recherche du trou qu’il veut saillir.

Il s’agite quelques fois puis trouve l’ouverture et, avec bonheur, je sens enfin son dard transpercer ma rondelle et me pénétrer d’un seul coup.

L’animal s’excite à fond, caressé par son maître, et commence à faire des va et vient pour faire coulisser son pénis tout dur dans mon anus et je sens plein de liquide s’échapper de mon trou dilaté tandis que j’ai la sensation fabuleuse de ce mandrin qui n’arrête pas de grossir à l’intérieur de ma chatte.

Guy s’assied alors sur l’un des fauteuils sacs qu’il approche de moi de manière à ce que je puisse le sucer et, me tenant la tête, il lime véritablement ma bouche comme si c’était une vulve pendant que son chien me sodomise.

— Mmmmmh, suce moi bien la pute pendant que mon chien te pistonne le cul, j’adore voir ça…

La bite de l’animal est bonne et glisse de plus en plus vite dans mon fourreau, dilatant encore ma corolle et tout le boyau et soudain, je suis pris d’un orgasme vertigineux qui me secoue tout le corps.

Je me mets à trembler en jouissant et à ce moment, j’ai l’impression que ma rondelle éclate et que mes chairs explosent.

Le chien s’est encore enfoncé et pour se mettre à jouir et m’ensemencer, m’a pénétré avec l’énorme nœud situé à la base de son sexe. Celui–ci est rentré dans ma chatte qui s’est resserrée autour et je sens la bite du chien agitée de soubresauts qui secouent toutes mes entrailles jusqu’au plus profond de mon ventre.

La sensation de douleur et de plaisir mélangés est trop géniale et lorsque l’animal se met à éjaculer sans aucune retenue dans mon boyau, j’avale pratiquement la bite de son maître dont le gland est dans le fond de ma gorge.

Guy se crispe alors en tenant mon visage, se met à éjaculer dans ma bouche et j’ai un nouvel orgasme fou rien qu’à penser que je suis là, à quatre pattes, sailli dans le cul par un chien dont je suce le maître en même temps et que tous les deux m’inondent de giclées de sperme et que trois autres types se branlent en profitant de ce spectacle.

Je tête la grosse queue de Guy pour en extraire tout le jus de ses couilles et je n’arrête pas de jouir du cul en sentant le chien qui pulse fort dans mon boyau totalement dilaté et qui m’ensemence longuement.

Je me sens chienne, truie, salope et j'adore ça.

Puis, Duc se remet à bouger entre mes fesses mais mon vagin de mec sailli le tient prisonnier et l’empêche de sortir de moi.

Cela dure un bon moment mais la sensation de jouissance qui s’empare de moi lorsqu’il retire son membre de mon trou de balle est incroyable.

La grosse boule puis sa bite ramollie s’échappent de mon rectum en faisant un bruit de bouchon qui saute et j’ai l’impression qu’un litre de sperme canin s’en écoule pour dégouliner le long de mes cuisses que son sexe frappe en étant encore secoué de spasmes.

Puis, l’engin se remet à durcir directement et l’animal remonte sur moi tandis que B prend la place de Guy pour se faire tailler une pipe et me fourre son dard dans la bouche.

— Suce moi aussi chienne dit il… ça m’excite trop…

La bite de Duc cogne encore ma raie et mes fesses et son maître le guide pour qu’il revienne me saillir dans le cul. Il entre dans mon fourreau détrempé et graissé de son sperme comme dans du beurre et je sens immédiatement le gros sexe se remettre à gonfler et devenir dur comme une trique, dilatant toute mes parois rectales à l’extrême et me faisant jouir comme jamais.

Le chien me vagine en me bourrant très vite et très fort et j’ai à nouveau l’impression que mon trou de cul se déchire et explose, encore plus que la première fois.

Mais à peine ai-je senti cette douleur qu’une nouvelle vague de jouissance incroyable traverse mon ventre puis tout mon corps quand le chien se met à éjaculer et à jouir dans mon anus tandis que ma chatte se referme spasmodiquement autour de l’énorme boule de chair pour la rendre captive et l’aspirer au fond comme une chienne en chaleur.

Je sens vraiment le sperme jaillir par saccades tandis que la bite de l’animal tressaute et se contracte sans arrêt dans mon fourreau ce qui est dément. B décharge dans ma bouche et un autre qui se branlait en nous regardant vient plonger sa queue entre mes lèvres dès que B a fini de vider ses couilles, juste à temps pour faire gicler son sperme à son tour dans mon gosier.

Le chien qui a terminé d’éjaculer reste encore plusieurs minutes enfourné dans mon trou de cul tandis que je sens son sperme en déborder et dégouliner sur mes fesses et mes cuisses et le dernier en profite pour me faire pomper son gland pour éjaculer dans mon gosier.

— Mmmmh salope, qu’est ce que tu suces divinement me dit il en se vidant dans ma bouche, avale tout comme une pute…

Lorsque le nœud de la bite de Duc est dégonflé, il sort de moi et son membre fait encore une fois ce bruit très excitant en s’échappant de mon trou.

Mais ce n’est pas fini car le chien, super excité par toutes ces odeurs de sperme, de pisse et de foutre anal se remet à bander et vient mélanger sa langue à celle de son maître pour me lécher le cul.

B le branle en même temps et très vite l’animal a à nouveau envie de me monter et de me saillir et il m’encule pour la troisième fois.

Cette fois, il me coïte frénétiquement, éjacule très vite sans m’exploser le fion avec son nœud et lorsqu’il se retire du liquide s’écoule sans arrêt de son sexe pendant.

— Viens sucer ton mâle maintenant me dit Guy, il adore ça aussi… et il l’a bien mérité en te baisant trois fois…

Et me caressant la tête comme si j’étais une chienne, il me guide vers le ventre de l’animal pour que je prenne son dard mou et l’enfourne dans ma bouche et boive son jus. La bite canine se redresse et regonfle un peu sous la caresse de mes lèvres et elle se met à dégouliner sans arrêt. C’est un liquide léger et salé et je me régale de ce jus comme de celui des amants que je venais de sucer. Je pompe délicatement le mandrin du chien prenant bien soin de ne pas lui faire mal et son maître flatte ma croupe et titille délicieusement les bourgeons de chair qui sortent de mon trou éclaté.

— Ton trou de balle est complètement ouvert salope, je vais te le dilater à fond, j’ ai envie de te fister …

Deux secondes plus tard, je sens plusieurs de ses doigts me pénétrer et il les rentre à fond comme dans du beurre tellement mon trou est béant.

— Ooooh les amis, quel fion de pute, regardez, il m’avale complètement…

Quatre doigts ont maintenant pénétré mon anus et je sens qu’il les referme mais il ne parvient pas à me mettre toute sa main. Il les fait coulisser et tourner dans tous les sens, m’arrachant des cris de douleur et de jouissance insoutenable tandis que ma bite dressée contre mon ventre jouit et décharge sans que je ne me touche et que du sperme et de la pisse en jaillissent sans aucun contrôle par saccades. Je suis épuisé et me mets à trembler de tout le corps lorsque Guy retire sa main de mon ventre, libérant encore un jet de foutre et de sperme canin qui gicle de mon trou de balle que je sens ouvert à tous les courants d’air. J’avais déjà arrêté de sucer le chien car j’étais hors service et je m’allonge sur un des matelas pour profiter de toutes ces sensations extrêmes qui m’agitent encore de frissons.

B se met à me caresser les seins, les tétons, le cou en me disant que j’ai été très bonne. Je sens la langue du chien me lécher la bite et les couilles, lapant tout le liquide qui me détrempe et je relève les jambes pour que sa langue vienne faire des douceurs à mon anus en feu et lui apporte un peu de fraîcheur. Pendant ce temps, Guy et les deux autres se rhabillent et Guy remet son chien en laisse.

Ils sortent de la fourgonnette et j’entends Guy me dire qu’il vient là, promener son chien presque tous les jours.