Pipe somnambule

Drapeau-fr.svg H pour H

HH30.jpg


Numéro 30

Texte d'archive:


Archivé de: H pour H – Numéro 30
Date de parution originale: c. 1993

Date de publication/archivage: 2018-02-18

Auteur: Didier
Titre: Pipe somnambule
Rubrique: Jeux d'amour et de hasard

Note: Le magazine Hommes pour Hommes ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3172 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Résumé / Intro :

Didier, lui, il lui arrive de sucer en dormant. C’est bien, surtout si le prince charmant se réveille pendant, en bandant.


Mon histoire commence il y a un an et demi, quand j’ai eu mon nouvel appartement. Lorsque j’ai vu le voisin du rez-de-chaussée pour la première fois, je me suis dit : “C’est un pêcheur, pas la peine d’y compter. Il est pourtant beau.” Et quatre mois plus tard, nous sommes devenus des copains.

Un soir, en revenant de discothèque, nous nous sommes endormis tous les deux dans sa voiture. Quand je me suis réveillé, j’avais sa belle bite dans la main. Je ne pouvais que la sucer. Lui, il dormait toujours. Sa bite était si belle et bien trop bandante pour ne pas la lui sucer. Quand il s’est réveillé, il est allé se coucher comme si rien ne s’était passé.

Son sperme est tellement bon, que je ne peux m’empêcher de le sucer encore une fois...

Puis, il y a un mois et demi, sa copine le laisse tomber. Il me dit : “Didier, peux-tu rester avec moi ce soir, car cela ne va pas du tout niveau moral !” J’accepte. Au moment de nous coucher, il me dit : “Ça ne te dérange pas si je dors à poil !” Je lui réponds que non et que d’ailleurs je vais en faire autant.

Nous voilà tous les deux nus dans le lit. Il a un superbe corps. Tout à coup, je sens sa main sur ma bite, je me mets à bander à fond. Il commence à me caresser et, tout d’un coup, il prend ma bite dans sa bouche. Pour Christophe, on a l’impression que ce n’est pas la première fois, car pour sucer, c’est un expert. Il me lèche les couilles et descend jusqu’à mon trou du cul rasé. Puis, il commence à me mettre un doigt, puis deux jusqu’à trois. Moi, pendant ce temps, je lui suce la bite et lui lèche les couilles. Puis, il me propose de baiser.

Nous commençons à nous préparer le cul. C’est Christophe qui commence à me baiser. Je prends vraiment mon pied. Mon cul est bien mouillé. Il y a tellement longtemps que j’attendais ce moment. Au moment de jouir, je ne peux m’empêcher de le pomper à fond et il me décharge dans la bouche. Son sperme est tellement bon, que je ne peux m’empêcher de le sucer encore une fois. Ce fut une aventure que je n’oublierai jamais. Je l’aimais Christophe. Hélas, cela n’était pas réciproque. Dommage ! Il ne me reste plus que mes yeux pour pleurer car je l’aime toujours.

Et si toi tu es mignon et à la recherche d’un ami, pour vivre une relation qui pourra peut-être devenir durable, si affinités, alors n’hésite pas à écrire enjoignant ta photo, de préférence de nu. J’ai trente-trois ans, je suis bien monté.

Didier, 33 ans. (50).