Politiquement incorrect


Politiquement incorrect
Texte paru le 2006-05-09 par Jill   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 81 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7890 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Jill.


Me destinant au journalisme politique, je fis, lorsque j'avais 25 ans, un stage dans une publication qui était accréditée auprès des instances politiques. J'y fis des découvertes surprenantes.

Tout commença lorsque j'entrepris de suivre un député d'un bord politique. Je l'interwievais à l'assemblée nationale et tout en parlant, nous continuâmes la discussion jusqu'aux toilettes où il voulait aller. J'y entrai d'abord parce qu'il avait un appel sur son portable. Je terminais lorsqu'il vint se placer à côté de moi et commença à pisser. Quelques secondes plus tard, un autre député de l'autre bord arriva. Ils se connaissaient sans doute très bien puisque le nouvel arrivant lui fit remarquer qu'il bandait à moitié. Je n'avais pas osé regarder même si j'appréciais les mecs de cet âge, un peu nounours et poilus. Il rajouta en rigolant: "C'est le petit jeune qui te fait ça? Je vais te donner un coup de main." Et je le vis à ma grande stupeur prendre la bite de son collègue et commencer à le branler.

Du coup ils allèrent vers une cabine où ils me firent signe de les suivre. Ils se branlaient tous les deux assez vite et l'un d'eux me défit le pantalon. Toujours à deux, dans un beau geste d'union politique, ils commencèrent à me sucer; l'un les boules, l'autre le dard. Mon député devait être excité car il se releva précipitamment pour jouir dans la cuvette tandis que l'autre avalait mon sperme. Ils me proposèrent tous les deux de faire ça un peu mieux dans d'autres conditions et avec d'autres collègues, ce que j'acceptais tout de suite par curiosité.

Trois jours après, je fus appelé par l'un des deux et fus "introduit" auprès d'un ministre dans le but premier de l'interroger à son tour, tout en sachant qu'il y avait anguille sous roche. Je n'aurais jamais imaginé qu'il était gay, qu'allait-il se passer? On parla tout d'abord du sujet premier qui m'intéressait puis le sujet dévia rapidement sur les moeurs des hommes politiques. J'appris ainsi qu'une personnalité de premier plan avait remis une décoration à un transsexuel sous le prétexte quelconque mais c'était en fait parce qu'il l'avait fait bander pour la première fois depuis des années... Le ministre me demanda qu'elles étaient mes pratiques sexuelles. Je ne me gênai pas pour en parler et exagérer un peu le nombre de mecs que je me faisais. Il me demandait des détails car il aimait fantasmer sur les histoires qu'on lui racontait où qu'il lisait. Je voyais qu'une belle bosse déformait son costume de luxe et j'avais de plus en plus le regard rivé dessus.

Il appela son cabinet et demanda de ne pas être dérangé. Il s'approcha de moi qui étais resté assis sur la chaise et vint coller sa braguette sur mon nez. Puis il me fit m'allonger sur son bureau et m'encula doucement. Dans ma tête, des images se télescopaient.

Il m'invita après à une soirée privée. Il y avait plusieurs jeunes mecs qui semblaient venir de la banlieue au vu de leur look.

L'un deux tenait un doberman en laisse. Nous commençâmes alors une sorte de jeu de rôle, j'étais le minet et eux les lascars. La pièce pourtant luxueuse où nous étions était considérée comme une cave. Je fus couché sur une sorte de hamac en cuir avec les jambes écartées et attachées à deux étriers en hauteur. Mon cul béant avait été travaillé par un gode que j'avais gardé en moi une partie de l'après-midi avant de venir. Le hamac était réglable en hauteur. Le premier d'entre eux cracha dans sa main, baissa juste un peu son survêt d'où sortit une bite bien raide et épaisse quoiqu'un peu courte. Je n'eus pas le temps de regarder plus qu'il s'empala sur moi, me transperçant d'un coup, ce qui m'arracha un cri. Le ministre arriva et m'embrassa pour me faire taire tout en me pinçant les seins sans douceur. Trois mecs me passèrent dessus en quelques instants, j'avais la chatte luisante de mouille, de sperme et de merde.

Un des lascars approcha le chien et baissa le hamac grâce à une poulie. Je m'étais déjà fait prendre par un berger allemand et je n'avais plus peur après avoir compris que la bite de l'animal ne resterait pas bloquée dans le cul mais ressortirait après un petit moment. La bête se mit à l'ouvrage tandis que le ministre me glissa sa bite dans la bouche. Il devait être soit excité, soit éjaculateur précoce car il se détourna pour me jouir sur le torse. Le chien me limait avec presque plus de douceur que les mecs précédents. Quand il eut terminé, il acheva consciencieusement sa tâche en me léchant intégralement le cul que j'avais en feu et le torse. Quant à mon politique, il était en train de se faire palper et déshabiller méchamment, ç'allait être son tour...



Dernier courriel connu de l'auteur : jill0109@voila.fr