Prostitué contre mon gré


Prostitué contre mon gré
Texte paru le 2014-01-25 par Bboy-azn   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg/ MM.jpg

Cet auteur vous présente 2 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 12298 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Bboy-azn.


17 heures, les cours sont enfin terminés. Je viens de sortir d'un contrôle de maths, je sais d'avance que je me suis planté. Je sors de la salle d'examens et je me dirige vers le parking du centre commercial se trouvant juste devant mon lycée. Ils sont là, ils m'attendent. Déjà des grossièretés fusent : "Ah bah te voilà enfin!" ou "La pute est arrivée les gars" ou "Poussez-vous, c'est moi le premier!". Eh oui, je suis bien ce que vous pensez que je suis.

Je retire mon t-shirt pour être à l'aise, je me mets à genoux devant un des 5 garçons, je déboutonne son pantalon, je baisse son calbute et je m'exerce du mieux que je peux. Il a un gros pénis qui me travaille la bouche, et comme si ça ne suffisait pas il prend ma tête dans ses mains et me la presse pour que toute la longueur de son engin entre dans ma bouche, manquant de m'étouffer. Son engin grossissant me fait tellement souffrir, mais je m'efforce pendant 10 bonnes minutes. Enfin, il gicle dans ma bouche et sur mon visage, il me gifle, se rhabille et part en saluant ses potes. Je passe à la deuxième bite, le même schéma avec un pénis moins imposant cette fois-ci, puis la troisième, la quatrième et enfin la cinquième. Quand j'eu tout terminé il était presque 18 heures 30. Le temps que je rentre chez moi il sera déjà 19 heures 15, je dirai à mes parents que j'ai fini les cours à 18 heures et que je suis resté un peu en ville. Arrivé à la maison, j'enlève mes chaussures et je file directement dans ma chambres puis à la salle de bain.

Je pue le sperme, c'est fou. Après une bonne douche, je descends manger avec la famille puis file direct dans ma chambre faire quelques devoirs. Je me dis que bientôt tout ça sera terminé et que mon frère arrivera à payer ses dettes avec l'argent que je gagne en me prostituant. Je commence à être un peu fatigué alors je cherche un plug et me l'enfonce dans mon anus lubrifié. J'ai un peu mal, mais demain c'est samedi et une grosse journée m'attend. Mon corps va prendre cher, je le sens déjà d'ici...

J'ai super bien dormi cette nuit, malgré que je sache ce qui se passera le lendemain. Mon plug n'est plus dans mes fesses, il est tombé. Je me regarde dans le miroir. Mon Dieu ma tête ! cheveux de paille ébouriffés, tête de geek, etc.. Je vais rapidement me débarbouiller le visage et m'arranger les cheveux! Je croise un de mes frère qui me pousse violemment de son bras, je ne me suis jamais entendu avec lui et mon homosexualité nous a encore plus éloigné, alors qu'en ce moment je donne mon corps à des inconnus pour lui... Je vais prendre un bon petit déjeuner, car à part ça je ne mangerai que des pénis et du sperme toute la journée...

Je vais m'habiller... légèrement, de toutes façons mes vêtements ne resterons pas très longtemps sur mon corps. Je prépare mon petit sac : capotes, lubrifiant, porte-feuille, godes, plug, téléphone et je sors de la maison en claquant fort la porte pour que tout le monde entende que je suis sorti. Je prends le bus en direction du quartier (x), je me dirige vers 2 personnes que je connais un peu ; on papote gaiement jusqu'à ce qu'une voiture s'arrête devant nous et que le conducteur m'adresse la parole.

— T'es à combien toi ?

— 60€.

— J'espère que tu fais de tout ?

— Oui je reçois tout, je suce tout, je peux être féroce comme être un mignon petit soumis bien docile.

— Ben parfait, monte alors !

— Ok.

Je m'installe côté passager, le trajet se fait dans le silence, quelque fois coupé par mes questions. Il s'appelle Alexandre, il a 27 ans et il adore dépuceler les jeunes minets comme moi, mais j'ai perdu ma virginité il y a bien longtemps, moi. Il est super beau, des yeux verts brillants et un visage d'enfer. Trop bandant quoi ! Après 30 minutes de route on arrive devant un appart' d'étudiant et on monte au 2 eme étage. Plutôt luxueux cet intérieur, en plus ça sent très bon. Il me dit d'enlever mes chaussures et de le sucer pendant qu'il regarde la télé, direct lui... Je m'agenouille entre ses jambes et sors sa bite. Moyenne mais épaisse au repos, j'ose même pas imaginer quand il va bander ! C'est un vrai plaisir de le nettoyer, je lèche son gland, puis toute sa longueur, et je la prends dans toute ma bouche en essayant de le branler en même temps, il aime ça ; il gémit, il remue ses hanches, son pénis grossit dans ma bouche alors il m'arrête. "Couche toi sur le dos et lève tes jambes en l'air." Je m'exécute et il enfile un préservatif ; il veut me pénétrer mais je l'arrête.

— Attends ! Et le lubrifiant ?

— J'ai pas envie, oublie ça !

— Mais je vais avoir mal, attends !

— Ta gueule je m'en fou, t'es une pute, t'encaisse et tu la fermes.

— S'il te plaît, att... AAAAAH !

Il est rentré d'un coup, sans préparation, sans me prévenir..

— Attends que je m'habitue à ta présence sin... AAAAAH.

Là il commence ses va-et-vient, il me ramone le cul sans se soucier de si j'ai mal ou pas... J'ai les fesses en feu, j'en peux plus... Je n'arrive pas à avoir du plaisir, je ressens juste une douleur atroce dans le derrière... Il se retire, me met à 4 pattes et il recommence ses mouvements de reins. J'ai l'impression d'être une chienne, il me tire les cheveux, me donne des fessées, me crache sur le dos. Maintenant, je suis allongé sur le ventre les jambes écartées et lui, continue de me piner le cul. Il me remet en levrette mais cette fois-ci il se place devant moi et je le suce pour vider le reste de sperme dans ses couilles... Il éjacule par surprise dans ma bouche, me force à avaler et il pose mon argent sur la table puis me lance :

— Allez casse toi, ma meuf va arriver !

— Oui, j'y vais...

— Dépêche putain, faut pas qu'elle te voit là... Au fait tiens, mon numéro…

Il me glisse un petit papier dans les mains, je me rhabille et je cherche un arrêt de bus près de chez lui. Je monte dans le bus, et 1 heures 30 après, je suis de retour dans le quartier.