Récit d'un incube 01


Récit d'un incube 01
Texte paru le 2015-01-10 par ‎Carl Andy   Drapeau-ht.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9597 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. ‎Carl Andy.


Template-Books.pngSérie : Récit d'un incube

Bonjour. Je m’appelle Steeve. Et voici mon histoire.

J’ai toujours su que j’étais différents des autres garçons de mon âge. Pour commencer j’ai acquis ma puberté très tôt. Je devais avoir 10 ans quand j’ai commencé à salir mes sous-vêtements. Je n’ai jamais compris ce qui m’arrivait jusqu’à ce que j’entende parler de la masturbation. À 12 ans je me masturbais ; et je me masturbe toujours aujourd’hui. Tous les garçons de mon âge se masturbent direz-vous. Mais pas une dizaine de fois par jour.

Oui, j’aime prendre du plaisir personnel. Surtout que je suis un accroc au porno. Je me masturbe beaucoup. Le matin au réveil, une deuxième fois sous la douche, quatre fois aux toilettes du lycée durant la journée, une fois arrivé à la maison après les cours, deux à trois fois en regardant du porno et une dernière fois avant de m’endormir. Oui, je me masturbe beaucoup. Et le pire c’est que je ne me fatigue jamais. J’ai questionné des amis sur ce sujet. Personne n’a été plus loin que trois fois par jour. C’est comme si mon pénis ne pouvait s’empêcher de se gonfler de sang et de vomir du sperme.

Ce qui me rend encore plus différent des jeunes garçons de mon âge c’est que pendant qu’ils matent le cul et les seins des femmes moi, secrètement, j’épie les abdos, le bas-ventre et les fesses des mecs dans les vestiaires de l’école et je fais très attention pour ne pas leur dévoiler mon érection. Oui, je suis gay. Je l’ai toujours été je pense. Et même si notre génération est devenue plus tolérante envers les homosexuels, je ne crie pas mon orientation sexuelle sur tous les toits.

Physiquement je me trouve pas mal. Je suis dans les 1m70, cheveux châtains tirant sur le blond. Corps mince pas musclé du tout. Une belle paire de fesses que je me plais à caresser. Un pénis pas trop extraordinaire, 18cm en érection et des veines apparentes. J’adore mes deux boules pendantes toujours pleines de semence.

J’allais oublier la dernière chose qui me rendait diffèrent des autres. Chaque soir depuis mes 15 ans, je rêvais qu’un homme me faisait l’amour. Et pas n’importe lequel. Il s’agissait du même chaque soir. Un homme plus haut et plus âgé que moi. Il avait la peau rougeâtre et une longue barbe qui descendait jusque sur sa poitrine. Son crane ne portait aucun cheveu et sur son front deux bosses semblaient vouloir surgir.

Ce rêve commençait toujours de la même façon. Je suis couché dans mon lit quand soudain je sens quelqu’un tirer les draps sur moi. J’ouvre petit à petit les yeux pour voir cette silhouette se dessiner dans le noir. Saisis par la peur je m’apprête à crier mais sa large main se pose sur ma bouche et profite pour me glisser deux doigts. Son corps glisse sur le mien et son visage se rapproche du mien. Il plonge ses yeux dans les miens et là je lis un sourire vicieux, rempli de malice.

Il retire ses doigts de ma bouche et pour une raison que j’ignore je ne crie pas. Au contraire, mes lèvres sont entrouvertes et ne réagissent pas quand il rapproche sa bouche de ma bouche. Mes lèvres lui retournent ce baiser et bientôt c’est sa langue qui vient investir ma bouche tandis que ses mains parcours mon corps, me caressent le torse et me flattent les tétons. Plus bas, son pénis écrase le mien. Il est immense et ma pine semble être riquiqui devant la sienne.

Je ne reste pas inactif. Mes mains atterrissent directement sur ses fesses velues. J’adore ça. Il me présente sa queue et timidement je la prends en bouche. Son gland a bon goût. J’ai du mal à savoir s’il est sucré ou salé. Tout ce que je sais c’est que j’adore le lécher. Mais mon compagnon lui veut aller plus loin et sans attendre il me fourre le reste de sa pine dans la gorge et ses couilles s’écrasent sur mon menton. Avec un rythme endiablé il me lime carrément la bouche. Son sexe est si grand que ma mâchoire me fait mal. Le rouge me monte aux joues et les larmes aux yeux. J’ai du mal à respirer et la salive dégouline de ma bouche.

Il se retire subitement pour me retourner violemment. Il m’attrape par la hanche qu’il tire vers lui. Je sens son visage s’enfouir entres mes deux lobes de chair et sa langue humide part à la recherche de mon anus. Sa langue force mon entrée et je la sens entrer et sortir de mon intimité. Des vagues de chaleurs sortent de mon fondement pour arriver à mon visage. Et malgré moi je commence à émettre des gémissements et à bouger des hanches. Il abandonne mon cul.

Je sens quelque chose de dur se poser sur ma rosette. Quand je comprends que c’est son pénis il me pénètre entièrement le fondement. J’ai le cul en feu et je pousse un cri. Je sais qu’il ne s’agit que d’un rêve mais les sensations sont si réelles… quand il se rend compte que je suis calme il commence un léger va-et-vient. Doucement, puis il sort entièrement son chibre pour me le planter jusqu’à la garde. Les poils sur ses couilles viennent me frotter les fesses. Devenant de plus en plus à l’aise en moi. Il augmente la vitesse et me laboure le cul. Moi, la vive douleur que je ressentais au début s’est vite transformée en plaisir. Je pleurais pourtant. Je voulais qu’il me possède, que cela dure une éternité. Mais arrivé à un moment, il s’agrippa à mes épaules entrant tout son sexe dans mon cul. Son corps se mit à trembloter et je sentis un liquide chaud se répandre dans mon intérieur. Il jutait. Il jutait abondamment. Je le sentis remplir mon cul et je sentis du sperme me couler des fesses pour aller tacher les draps. Et moi, sans que je ne me touche, je me suis mis moi aussi à éjaculer.

Les lendemains je me réveille toujours baignant dans mon propre sperme.

À suivre...