Réveillon 2015


Réveillon 2015
Texte paru le 2015-01-15 par Jill   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive

MM.jpg/ FF.jpg

Cet auteur vous présente 81 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 10631 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Jill.


Le réveillon du 31 décembre 2014 vient de s'achever. Je l'ai fêté avec mes parents. Olivier, mon père, a 45  ans, c'est un grand brun costaud. Cécile, ma mère, a 42 ans, c'est une belle blonde qui a beaucoup de succès. Lou ma sœur a 20 ans. Elle est lesbienne mais vient de se faire plaquer par sa petite amie et moi, Gaspard, j'ai 17 ans. Mes parents sont des gros fêtards, mon père aime bien boire. Mais cette fois, ils n'ont pas pu faire le réveillon avec nos voisins. Parce qu'en plus ils sont assez chauds. Ils partouzent de temps en temps avec eux. Je le sais car ils parlent beaucoup de sexe. Mais là ils sont fâchés. Mon père a de multiples maîtresses. Ma mère le suit dans ses aventures. Mais ce qui me gêne c'est qu'ils sont très exhibs. J'ai déjà vu plusieurs fois mes parents faire l'amour ensemble sans pudeur. Ils ne ferment pas la porte de leur chambre. Ils commencent le soir sur le canapé dans le salon après les films et terminent leurs parties de jambes en l'air dans leur lit. J'ai vu mon père avec des copines de ma mère etc. Bref c'est sans doute par réaction que je suis pudique et que j'attends d'être amoureux pour avoir ma première relation sexuelle. Je sors juste avec une fille de ma classe.

Mais si je reviens au réveillon, l'ambiance n'est pas aussi bonne que d'habitude. Mes parents ont pas mal bu, même ma sœur, mais pas moi. Et arrive le moment des 12 coups.....Mon père embrasse alors ma mère à pleine bouche, c'est très chaud, pendant que j'embrasse Lou sur les joues. Puis on les regarde continuer. Ils s'arrêtent enfin puis se moquent de nous en disant qu'on ne sait pas embrasser. Lou dit qu'elle n'a rien à apprendre. Chiche lui répond mon père et il lui propose de l'embrasser. Ma sœur réagit un peu froidement en lui répondant qu'il est son père mais ce dernier rétorque que comme elle est lesbienne il n'y aura que le côté mécanique. Je suis effaré de voir l'effet de l'alcool sur eux. Et ils s'embrassent. C'est curieux. À la fois excitant et dégoûtant. Ma sœur interrompt tout à coup en disant que bof, ça ne lui fait rien. Mon père a une lueur dans les yeux et répond que ce n'est pas ça qui l'aura fait bander.

Puis il lui lance le défi d'aller embrasser sa mère. Je m'inquiète car je sais par ses confidences que Lou fantasme sur elle et qu'elle en est même plus ou moins amoureuse. Et dans l'état où elle est, elle ne réfléchit pas et saisit l'occasion. Ma mère a toujours dit qu'elle pensait être plus homo qu'hétéro. Elle s'embrassent toutes les 2. Et je vois mon père les regarder et le désir brûler dans ses yeux. Elles s'allongent alors toutes les 2 sur le canapé et se caressent. Mon père se tourne alors vers moi en me demandant si je ne veux pas l'embrasser et sans attendre me prend par le menton et m'attire à lui. Je me retrouve avec sa langue dans ma bouche et la sensation de ses lèvres, fermes et douces à la fois. C'est très sensuel, je fonds littéralement. J'ai envie que ça continue d'autant que son odeur m'électrise. J'ouvre les yeux, il me fixe avec une lueur particulière. On s'interrompt, toujours dans les bras l'un de l'autre, je vois ses poils noirs frisés qui dépassent de sa chemise ouverte. J'ai envie qu'il me serre, qu'il me fasse des choses que je n'arrive pas à qualifier.

Pendant ce temps ma sœur a commencé à lécher ma mère. Mon père me dit qu'il est super excité et qu'il doit faire l'amour maintenant. De mon côté, je bande. Il me palpe à travers mon pantalon et me prend ma main qu'il me fait mettre dans le sien. Je touche un autre sexe pour la première fois, il est gros, dur, humide. Il me donne envie. Puisque le canapé est pris, mon père m'entraîne dans sa chambre. Il se déshabille en y allant. Il n'a plus que son boxer complètement déformé et son gland qui dépasse. Je le regarde, il a un peu de bide, beaucoup de poil sur la poitrine mais peu sur le ventre. Ses cuisses m'excitent elles sont larges et musclées. J'ai envie qu'il me serre entre elles. Sa bite est dressée, énorme par rapport à la mienne et ses couilles sont déjà remontées tant il est excité. Il me déshabille en 5 secondes et m'allonge sur le dos. Il me lèche les seins et descend vers mon cul. Je ne croyais pas que c'était possible mais quand sa langue entre dans mon anus, je manque de décharger. Il me dit qu'il n'en peut plus qu'il lui faut un trou. Il remonte un peu sur moi et me tend son gros dard luisant. Je ne sais comment m'y prendre mais je le saisis dans ma bouche et mon père fait quelques va-et-vient qui me donnent un peu des hauts-de-cœur mais il arrête et dirige alors sa bite vers mon cul. J'ai peur et effectivement, ça fait mal. D'autant qu'il force un peu le passage. Il s'appuie sur ses avant bras et a beau me mordiller l'oreille, m'embrasser, me pincer les seins, sa pénétration est douloureuse et ses allers et retours aussi. Mais il gémit de plus en plus fort et bave même. Il me dit tout à coup qu'il jouit et s'affale sur moi. Il prend ma queue et me branle. Je jouis immédiatement, comme jamais.

Il m'emmène avec lui dans sa salle de bains où nous prenons notre douche ensemble. Il me lave comme lorsque j'étais enfant. Je vois qu'il commence à dégriser.  Il me dit qu'il veut aller dormir.

Voilà. Nous sommes le 1er janvier 2015 après-midi. Nous nous sommes levés tous les 4. Personne n'a parlé du réveillon. On ne se regarde pas trop en face. Ma sœur qui est étudiante a dit qu'elle repartait dans son studio dans la ville où elle fait ses études. Mon père a sorti qu'il allait passer 2 jours chez ses parents pour finir des vieux travaux. Et moi je suis partagé. J'ai adoré beaucoup de choses, c'était trop bon, sauf la sodomie. Mais je ne pense pas être gay. Et je ne sais que penser de mon père que j'aime et qui désormais peut me faire envie.