Rapports des prêts (01)


Rapports des prêts (01)
Texte paru le 2014-11-03 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 188 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6870 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Servus49.



Template-Books.pngSérie : Rapports des prêts

RAPPORT A MON MAÎTRE DE MON UTILISATION PAR MAÎTRE VG le 14/02/2014

En fin de matinée Maître VG que j’avais rencontré déjà deux ans auparavant m'appelle sur mon portable pour me donner quelques précisions sur mon habillement que je devrai porter : propre, slip blanc, cockring, pull et chemise facilement ouvrable et enlevable et pour le pantalon de même. Il me précise également ce qu'il attend de moi : un esclave n'est pas uniquement un objet sexuel, son désir doit être de se donner et de plaire à son maître, et cela doit se voir dans son regard, dans son comportement. La relation maître-esclave ne doit pas être simplement sexuelle. Par exemple les esclaves de Rome devaient répondre à toutes les attentes de leurs maîtres, leur obéir en tout mais tout en restant des mâles…

Il me donne rendez vous à 16 heures devant l'église Saint-Mery. Il me faut 40 mn maximum pour m'y rendre.

À 15 heures, toilette de fond en comble (douche, lavement) rasage du visage, pose du cockring (toujours difficile à poser compte tenu du diamètre de mon scrotum : 6cm). Pas de slip blanc (je croyais en avoir un… faute!) je mets donc un slip le plus clair possible, pantalon de survêtement. Comme pull je mets la veste de survêtement qui s'ouvre par le devant. Blouson. Me voila fin prêt.

Metro, arrivée à 15h45… Je fais un peu le tour du quartier, très belles maisons du 15-17° siècles et Beaubourg… Je suis à l'heure, le maître aussi. Suivant ses consignes du matin, je l'accueil avec un sourire, le salue et lui propose de lui porter son sac.

Nous partons, je me positionne un peu en retrait, à 50 cm derrière lui sur le côté, vers le bar Bears'Dean (là où il m'avait déjà utilisé deux fois il y a deux ans) Le bar est encore fermé, nous déambulons, il cause beaucoup sur l'art mais aussi en me disant qu'un esclave doit montrer sa joie de sa condition.

16h05 Le bar est ouvert, nous rentrons, il s'assoit, je reste debout. Il commande une bière et pour moi un coca (mon choix). Nous descendons au sous-sol, demi obscurité.

— Retire mon blouson et ôte le tien.

Il me présente ses jambes à masser l'une après l'autre.

— Retire-moi mes chaussures, sens mes pieds, imprègne toi de mon odeur.

— Retire mes chaussettes, sens et lèches mes orteils, et essaie de rentrer mon pied le plus profond possible dans ta gueule d’esclave…

Je m’exécute le mieux possible… mais cela n’est pas désagréable… J'ai chaud.

— Retire ta veste de survêtement, ouvre ta chemise.

— Occupe-toi de mes tétons…

(je me rappelle qu'il aime cela et surtout quand on s'en occupe fortement). Je m'exécute. Tout cela entrecoupé de moments sensuels où il me demande de l'embrasser, de rentrer ma langue dans sa bouche.

Il s'occupe aussi de mes tétons… toujours très sensibles.

— Aiiiiiiieeee !

— Tu fais trop de bruit, ferme la…

Il reprendra cela par la suite mais moins fort et je me retiendrai alors… Il me retire ma chemise

— Retire ton pantalon.

Je suis nu cette fois, entre ses jambes, à genoux, il me triture mes couilles et ma queue.

— Maître, puis-je vous signaler que je jouis assez vite.

— Je ferai attention car je ne veux pas que tu jouisses, au moins pour l'instant…

— Donne moi ta ceinture.

— Je n'en n'ai pas, Maître.

Il retire la sienne. C’est pendant que je suis en train de lui lécher les pieds, cul tourné de trois quart vers lui, qu’il me cingle à plusieurs reprises les fesses et surtout une fois ou j'ai du mal à rester en position.

J'avais apporté un appareil photo afin de pouvoir illustrer mon rapport à Mon Maître SM. Il me prend en train de lui sucer les pieds et me fait positionner pour photographier mon cul marqué.

— Baisse mon pantalon, hume ma verge et mes testicules à travers mon slip, et en même temps occupe-toi de mes tétons.

Je dégage son sexe en baissant son slip avec les dents, je m’occupe de ses testicules en les gobant, il aime que je les étire bien… j’alterne avec sa verge… En levant les yeux je vois qu'un mec s'était approché et Maître VG le suce.

Il me fait prendre deux photos de son travail (il les effacera ensuite). Le mec se retire, Je m'occupe toujours de sa verge (pas trop longue ni épaisse), il gémit de plaisir (souvent pendant tout ce temps…) ceci me fait bander de voir que je lui donne du plaisir et qu'il apprécie ma prestation.

Mes mains doivent s'occuper de ses tétons et je dois avoir le cul bien exposé pour que les mecs présents puissent me mater… Il me fait retirer ma bouche, maintient ma tête par mes cheveux près de sa verge. Il se termine lui-même en se branlant… Dans des gémissements de plaisir il éjacule sur mon visage en plusieurs jets de sperme sur ma figure…

— Tu ne t'essuies pas…

— Branle-toi bâtard…

— Maître puis-je retirer le cockring ?

— Oui salope.

Je suis à un mètre de lui, à genoux jambes écartées, je ne bande pas… je me paluche la queue, quand je sens que je vais jouir, je présente ma main pour récupérer ma jute d'esclave.

— Retire ta main.

Je lui signale que je pense que Mon Maître souhaiterait que je ne perde pas ce foutre. Je peux remettre la main. Juste avant de jouir, je le regarde… il me fait un oui de la tête et là je me mets à gémir, à pousser des petits cris de jouissance et mon foutre jaillit dans ma main (pas beaucoup…).

Quelques secondes de récupération, Je présente ma main au maître qui me fait signer que je peux lécher. Je m'applique… lui montre ma main vide… Il me fait remarquer d’un geste qu'une goutte est tombée au le sol. Je vais la lécher. Je dois ensuite le rhabiller puis c’est à mon tour. Habillés tous les deux, il me demande de m'asseoir à côté de lui car il veut récupérer. Il me serre contre lui et nous restons quelques minutes ainsi. Une personne vient s'asseoir près de nous, la conversation s'engage sur un sujet assez brûlant actuellement, le mariage pour tous, le loby LGBT, la PMA, GPA… je suis en accord avec le mec qui est médecin, qui vient de perdre son ami d'un cancer : que tout cela a été déclenché en se servant des gays pour en fait déstabiliser la société. Mais Maître VG est beaucoup plus laxiste sur ce point…

Nous nous retirons, j'accompagne Maître VG à son métro.

— J’ai pris du plaisir avec toi, je suis satisfait…

— Moi Maître, je suis heureux d’avoir pu vous procurer du plaisir…

Je suis de retour à 18h40. J'ai été utilisé 2 heures.

Le soir, je remets ma cage de chasteté que j’avais retiré pour l’utilisation. Quelques minutes sur les sites des histoires gay et me couche. Une bonne nuit mais je me suis réveillé tout de même plusieurs fois… Cela, je pense, me montre mon appartenance et que même mon sommeil appartient à Mon Maître.

Pardonnez moi d'avoir été aussi long… mais je voulais vous donner le plus de détails possible Mon Maître.

Ci-joint toutes les photos… je n'ai pas fait de tri car ceci vous appartient de le faire. Si vous souhaitez que je mette ces photos ou l'une ou l'autre sur mon profil smboy, dites le moi et si c'est en galerie public ou privée.