Rendre service ou le chien de ma tante


Rendre service ou le chien de ma tante
Texte paru le 2011-05-15 par Tintin   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 25 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 14742 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Tintin.


Ma tante Sophie, a gagné un voyage de quinze jours à une loterie commerciale. Profitant de ma disponibilité après mes examens elle me demandait de venir chez elle pour garder sa maison : surtout son chien Titan, un berger allemand qu'elle ne voulait pas mettre au chenil, et aussi pour arroser ses plants qu'elle chouchoute sans arrêt.

J'avais souvent fantasmé sur ses seins magnifiques et sur ses fesses bien rondes que j'avais eu le plaisir de mater lors de l'une de ses séances de bronzage dans son jardin. Mes visites chez elle étaient fréquentes mais il ne s'était jamais rien passé entre nous, sinon quelques regards aussi complices qu'énigmatiques.

Depuis le décès accidentel de son mari, ma Tante semblait avoir une vie très rangée malgré ses 30ans. Malgré sa rente post accident elle continuait son travail de responsable financière dans l'entreprise où elle travaillait. Ses 5 ans de veuvage ça devaient quand même peser sur sa vie de femme, non ?

Nous étions début Juillet, ma Tante était partie depuis 2 jours, je disposais de sa maison. Il faisait un temps superbe, j'étais allé promener Titan dans la matinée, j'attendrais "la fraîche" pour arroser les plants selon les recommandations de Sophie.

Je décidais donc de m'offrir une séance de bronzage dans son jardin. Bien clôturé et sans vis a vis, c'était l'endroit idéal pour faire du naturisme. C'est donc nu, en toute quiétude, que je m'allongeais sur une chaise longue, Titan lui s'était allongé dans l'ombrage d'un arbre. Une bonne heure s'était écoulée, je somnolais.

Une sensation de fraîcheur sur ma queue me réveillait soudain, je bandais, j'ouvrais les yeux pour voir Titan debout à mes cotés qui léchait ma pine à grands coups de langue. C'était trop agréable, je rejetais l'idée de le chasser, surtout que je sentais monter mon plaisir.

Je dégageais même mon gland que le chien léchait immédiatement provoquant en moi des plaisirs inconnus. Sa langue râpeuse était un régal, ma jouissance s'annonçait imminente je voulais aller jusqu'au bout de ce plaisir. Les picotements dans mon ventre étaient de plus en plus forts. Haletant je jouissais sans retenue, une grosse flaque de sperme inondait mon ventre. Le chien lapait le tout à grands coups de langue.

J'avais pris un bon moment de récupération pendant lequel je repensais d'un coup aux plaisirs dont certains de mes amis m'avaient parlé, masturber et sucer une queue, en boire le sperme. L'idée ne m'avait jamais rebutée, mais l'occasion ne s'était jamais présentée, dommage que je n'ai pas d'ami pour ça sous la main !

Je m'était assis au bord de la chaise longue, Titan vint renifler ma queue qu'il gratifiait à nouveau de quelques coups de langue, subitement il s'agrippait à mon genoux et se mis a limer comme pour baiser un femelle. Je glissais un œil vers son sexe, le bout rouge de sa pine sortait de son fourreau. Sans réfléchir je posais la main sur ce fourreau, Titan s'arque boutait et limait à tout va, sa pine sortait maintenant entièrement du fourreau, elle commençait à prendre une belle dimension mais aussi à éjaculer en longues saccades un sperme translucide ressemblant à de l'eau.

Je récupérais quelques gouttes de la semence du chien sur mon autre main pour la porter à ma bouche. Je goutais c'était un peu amère mais pas plus désagréable que mon propre sperme que je léchais souvent pour éviter de laisser des traces suspectes dans les draps, que ma mère aurait pu voir.

L'occasion était trop belle pour voir ce que ça faisait de sucer une bite. Titan s'était remis à quatre pattes, sa pine battait palpitante sous son ventre, continuant dé lâcher des gouttelettes de sperme. Une belle boule énorme marbrée de veines bleues ornait maintenant la base de sa bite. Je me penchais contre le flanc du chien attirant son mandrin vers ma bouche. Le prenant en bouche sans réfléchir je suçais, le flot de sperme continuait de gicler en saccades, j'avalais au fur et à mesure ....

Titan s'allongeait en boule, se léchait la queue qui très vite rentrait dans son fourreau. Je me promettais de recommencer ces jeux très très vite tant ça m'avait plu, voire excité.

Le soir, la température avait baissée, il faisait quand même très doux, je décidais d'arroser les plantes. J'avais enfilé un vieux pantalon de jogging réservé au jardinage même si je préférais le nudisme qui me procurait une sensation nouvelle de liberté. Puis j'entrepris de couper les fleurs fanées, je m'agenouillais au bord d'un massif. Titan resté assis à mes cotés, s'approchait soudain, il me reniflait les fesses. Sans préambule il enserrait mes hanches entre ses pattes avant, mimait une saillie ou qu'il m'enculait, amusé je glissais une main entre lui et mes fesses pour saisir le fourreau de sa pine.

Titan limait de plus belle, je sentais sa pine raide au travers de mon jogging, qui frottait sur mes fesses, m'inondant de son sperme. L'envie de le resucer me tenaillât instantanément, je le replaçais sur ses pattes et la tête posée sur son flanc j'enfournais sa pine à pleine bouche, pompant sans retenue, me régalant de son foutre abondant.

Puis rassasié je rentrais me doucher, puis me coucher. Après une journée aussi fertile en nouveautés, difficile de trouver le sommeil. Je ne cessais de penser à Titan sur mon dos, moi qui voulait essayer de me faire sodomiser, l'occasion était trop belle. Je repensais à mon ami qui m'avait vanté ces plaisirs que lui adorait (il voulait sans doute que je les partagent avec lui, sur le coup je n'avais pas osé !), me précisant qu'il était beaucoup plus agréable pour les partenaires de se lubrifier le petit trou. Je me promis d'essayer dès le lendemain, surtout que j'avais repéré un tube de vaseline dans la salle de bain.

Le lendemain j'avais traité les problèmes ménagés, puis après un copieux repas je me préparais pour retourner à la bronzette n'oubliant pas de me munir du tube de vaseline. Nu je reprenais place sur une chaise longue, Titan lui s'était allongé à l'ombre. Je patientais une heure ainsi puis je sifflais le chien qui s'empressait de venir me rejoindre.

Installé à quatre pattes au bord de la chaise, je tendais les fesses, Titan vint aussitôt me renifler la raie, puis commençait à me lécher à grand coups de langue. C'était très agréable, j'en bandais déjà à moitié. Jugeant le moment venu de tester plus, je m'enduisis le petit trou de crème, en prenant soin de bien graisser l'intérieur, puis je posais la main sur le fourreau de la bite du chien qui aussitôt s'agrippait à mes hanches.

La bite du chien à la taille d'un doigt cherchait mon orifice anal, c'était un peu douloureux, je décidais donc de le guider en plaçant le bout de la bite sur mon trou. Titan me pénétrait d'un coup, à chacun de ses coups de reins je la sentais qui prenait du volume, comme la boule prenait forme je préférais éviter qu'elle entre je la bloquais donc avec mes doigts.

Titan me pinait le cul à un rythme effréné, grâce à la vaseline c'était très agréable, rapidement je bandais à fond envahi d'un plaisir jusqu'alors inconnu pour moi, je sentais des picotement dans mon ventre. Je ne sentais pas le chien éjaculer, seulement sa pine palpiter en moi. Le moins que je pouvais dire c'est que c'était génial, d'autant plus excitant que c'était vicieux de se faire sodomiser par un chien. En mon fort intérieur je me traitais de fou, mais c'était trop bon !

Titan avait cessé de me pilonner, il cherchait à se retirer, la vaseline facilitait son retrait, sa pine se libérait dans un "plouf" particulier lâchant un flot de foutre qui dégoulinait sur ma raie, engluant mes cuisses. Le chien venu derrière moi me gratifiait de grands coups de sa langue habiles, nettoyant les coulées de son plaisir. Puis je présentais ma pine décalottée à la langue râpeuse, elle eut tôt fait de me faire jouir avant de tout lécher.

Quel plaisir ! Je patientais un bon moment avant de renouveler l'expérience. Vigoureux, Titan se remettait rapidement en action, la curiosité passée, je profitais plus encore du plaisir d'être sailli comme une femelle. Les jours suivants je me faisais reprendre plusieurs fois.

La quinzaine avait passée très vite, ma Tante était de retour enchantée, mais aussi contente de retrouver sa maison et son chien. D'emblée elle me proposait de prolonger mon séjour chez elle, ce que je m'empressais d'accepter. Du coup Titan se trouvait au repos, du moins pour la journée.

Le lendemain Sophie m'informait qu'elle allait prendre un bain de soleil, me précisant qu'elle préférait le faire nue, je lui proposais de lui tenir compagnie, elle acceptait avec un plaisir évident. Nous nous retrouvions donc nus sur les chaises longues placées cote à cote, évidemment je ne pouvais m'empêcher de mater les formes avenantes de tantine, résultat je bandais ce qu'elle ne manquait pas de remarquer.

Titan qui ne mesurait pas l'incongruité de son action, arrivait et tentait de placer son museau dans l'entrecuisse de Sophie, elle le repoussait doucement. Du coup il venait vers moi, lapait ma bite encore raide, mon envie de jouir me persuadait de le laisser faire sous le regard ébahi de Sophie. Son sourire malicieux autant qu'intéressé m'encourageait a me laisser aller, je jouissais donc sans retenue laissant le soin à Titan de nettoyer mon plaisir. Du coup elle me lançait amusée :

— visiblement tu as pris de bonnes habitudes en mon absence ! Elle continuait. Et tu as essayé quoi d'autre ? Avant de poursuivre. Titan t'a sailli ?

j'étais devenu écarlate, ne sachant plus quelle attitude prendre. Du coup ma Tante continuait :

— Ne craint rien j'adore aussi que Titan me prenne comme une chienne.

Sans plus Sophie se levait pour venir à genoux près de ma chaise longue, sa main courrait sur mon corps puis descendait vers mon sexe et mes bourses, avec les quels elle jouait d'un air distrait. Titan lui voyant ce cul devant lui, enfourchait ma tante qui guidait sa bite vers son anus. Elle laissait même la boule entrer, l'habitude sans doute.

— Viens me lécher la chatte en même temps.

Je ne me faisais pas prier, m'allongeant sous elle profitant de l'occasion pour la caresser partout, notamment ses seins, ses fesses, son ventre, ses hanches. Relevant la tête entre ses cuisses je pouvais voir la pine du chien enfoncée à fond en elle. Je tétais le clito arrachant des cris de plaisir à ma tante, sa chatte suintait de son plaisir. Titan se libérait de sa gaine étroite. Sophie s'allongeant dans l'herbe écartant les cuisses, m'invitait :

— Viens prend moi !

Je m'enfonçais dans sa chatte avec une énergie traduisant mon envie d'elle, lui arrachant des soupirs de plaisir. Elle lançait son ventre contre le mien pour me sentir plus profond en elle. Enfin je pouvais "baiser" avec cette beauté de mes rêves, satisfaire aussi un de mes fantasmes.

Evidemment la nuit se terminait dans un lit commun, pleine de plaisirs et de variétés. Mes vacances tournaient au conte de fée entre ma tante et Titan, des plaisirs sans fin ! Une totale complicité s'était établie avec elle qui n'hésitait pas a partager ses amants dont elle entendait profiter un maximum. Elle semblait insatiable ma chienne de tantine.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!