Rome antique (32)


Rome antique (32)
Texte paru le 2015-01-26 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg/ MMMFFF.jpg

Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 8399 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Rome antique

Malgré la position inconfortable on a fini par dormir un peu mais dès le soleil levé, on était réveillés. Une furieuse envie de me gratter et d'uriner comme tous les matins me tenaillait la vessie. Adrien lui, dormait, assis et appuyé à un arbre.

— Comment va mon maître chéri ? En forme comme une belle salope ?

Eros venait de faire son arrivée.

— Redresse-moi, j'ai une envie de pisser du feu de dieu.

— Mais que crois-tu ? Que tu donnes des ordres ? Si t'as vraiment envie, pisse-toi dessus. J'attends tes potes Castor et Pollux pour te préparer ainsi que ton grand ami Rêvé. Alors pas de si grands besoins que ça ? Comme tu veux. Voilà aussi le tanneur. Bon toi, tu lui détaches un poignet du collier. Vous autres, attachez sa cheville bien serrée au poignet libre. Bien. On fait le même chose avec l'autre cheville et l'autre poignet. Joli ! Si tu te voyais ! On ne voit plus que ta rondelle un peu ouverte en fente. On va faire la même chose à Rêvé.

Je les entendais et en me balançant un peu j'ai pu voir ses cuisses largement écartées.

— On va attendre un peu que tout le monde soit là. Le tanneur, tu as apporté l'objet à la domina ?

— Oui et ça l'a beaucoup amusée. Je pense qu'elle va aimer s'en servir.

Le gamin de Rome est arrivé et d'un coup son pagne s'est soulevé, il était suivi de Camilla et de Sabine derrière elle. En dernier sont arrivés les deux nubiens que j'avais moi-même achetés. Nus et vus de ma position, leurs sexes paraissaient encore plus imposants.

— Bon, tout le monde est là. Voilà deux salopes qui n'attendent que de se faire éclater la rondelle. Comme vous le voyez, ces rondelles ont déjà servi. Inutile donc de les ménager mais pour que chacun de nous prenne son plaisir, je propose de les ouvrir progressivement et de faire goûter à celui-ci ce que l'on va enfiler dans l'autre. Après avoir fait le tour dans les fesses du plus jeune, nous inverserons et ferons goûter le plus jeune avant d'enfiler Oculus.

Il avait bien préparé son affaire et j'allais voir chacune des queues qui allaient défoncer Rêvé avant. La voir, la saliver et la préparer devant le regard des autres. C'est le gamin qui s'est placé devant ma bouche pour que je le suce. Il prenait plaisir à ce que je le fasse, me disant qu'il allait pouvoir baiser mon ami après, que je devais bien mouiller sa queue.

— Salive bien. J'ai envie de vraiment lui défoncer son petit cul. Je suis sûr que pour le moment y a que toi qui l'a pris. Allez, arrête, tu vas sucer le suivant pendant que je vais enfiler ton pote. Tu seras sûrement plus intéressé pour le sucer en entendant gueuler ton pote.

Castor est venu mettre sa queue dans ma bouche pendant que le gamin se plantait sans précaution dans l'anus de Rêvé, lui arrachant un cri de douleur quand il s'est enfoncé à fond. Bouche pleine je ne pouvais pas lui dire de faire attention. D'autant qu'Eros jouait avec mes couilles. Les soulevant et laissant retomber dans sa paume d'un geste répétitif qui a vite provoqué une douleur en moi. Le gamin a dû se vider et a libéré la place d'un joyeux "au suivant". Ils se sont succédés l'un après l'autre dans ma bouche puis dans les fesses de Rêvé. Arrivé à Eros, il s'est mis tête-bêche pour pendant que je salivais, qu'il puisse taper carrément sur mes boules pour jouer de ma douleur.

— C'est bon, mon maître. Tu aimes ça, je vois ta queue mouiller et briller de plaisir. Pense aux deux nubiens qui vont passer après. Je te réserve une surprise pour la dernière queue.

Il est sorti de ma bouche en souriant pour enculer Rêvé, me laissant découvrir l'énorme gland du premier des noirs. J'ai dû ouvrir au maximum la mâchoire, n'osant pas imaginer ce morceau dans les fesses de Rêvé. Je l'entendais geindre par à-coups sous les queues qui se succédaient. Quand le noir s'est retiré je ne pouvais plus parler tellement j'avais la mâchoire proche de la crampe et le deuxième a profité de ma bouche ouverte pour la forcer un peu plus. Cette fois j'ai entendu vraiment gueuler Rêvé pendant que je suçais comme je pouvais. Le pauvre allait avoir le trou comme une vieille chatte fripée. Je pensais en avoir fini quand le deuxième noir s'est dégagé mais Sabine s'est installée sur mon torse, exhibant un des olisbos de Flavius coincé par une ceinture, de taille à me faire pâlir.

— Je l'ai choisi pour toi avec les conseils d'Eros. Epais mais pas long. Ce sera bien la première fois que je te ferai sucer un semblant de membre avant d'enculer un de tes amis.

Je n'entendais plus Rêvé que pousser des gémissements, sûrement un peu parti dans un univers proche de la mort mais d'où on revient toujours. L'objet en poterie vernissée que Sabine me poussait dans la bouche avait la même forme qu'un sexe. En pointe avec un gland d'un diamètre plus large que la hampe. J'étais pantelant quand elle a cessé de glisser entre mes lèvres pour aller entre les cuisses de Rêvé. Le pauvre n'en pouvait plus mais le gamin lui a tendu sa tige à sucer en même temps.

— À ton tour de bien saliver, ton maître attend des bites et du jus dans son cul.

J'ai entrevu Camilla se frotter à Adrien avant que je bascule pour recevoir la queue du gamin qui ne m'a pas ménagé. Enfonçant sa queue d'un coup sec avant de me limer comme un furieux. À peine il avait joui que Castor s'enfilait à son tour, un peu plus épais et plus long. J'ai commencé à gémir de plaisir mais j'avais oublié mon envie d'uriner et en butant comme un furieux sur ma vessie j'ai pas pu me retenir et me suis pissé dessus, à la grande joie d'Eros. Après que Castor ait joui, j'ai eu les queues qui se sont succédées au rythme de leurs jouissances. Eros s'est planté en moi en rigolant.

— T'apprécies, hein ma salope. Je vois ta queue raide depuis le début. Imagine les queues que Rêvé est en train de sucer et qui vont t'éclater la chatte comme pour une fille. Je parierais que tu vas jouir avant que ta femme t'encule. Les deux nubiens vont faire de gros dégâts et tu t'en souviendras. Il a joui dans un dernier coup de reins en me donnant une claque sur les couilles.

J'ai gueulé mais déjà je voyais le premier noir approcher en souriant entre mes cuisses et forcer le passage dans mon cul gluant. Une fois le gland passé, il a été loin en moi. Mon trou pourtant habitué me faisait mal et j'ai dû gueuler quand il butait au fond de moi, mais il ne s'est pas arrêté avant de jouir à son tour, laissant la place au dernier. Cette fois le gland était énorme et même avec le foutre qui coulait de mes fesses, il a forcé pour me pénétrer et je n'ai pu me retenir quand enfin il est entré dans mon cul, j'ai eu un spasme et j'ai joui comme un fou sans me contrôler, de gros jets sortant de ma queue jusqu'à mes tétons. Pendant que le noir me labourait, Eros ramassait mon jus avec ses doigts et me le tendait à lécher. Je ne savais plus ce que je faisais, totalement parti au pays du plaisir infini. C'est Sabine qui m'a fait sortir de mon état en glissant l'objet entre mes fesses.

— Tiens mon époux, détends-toi pour moi. J'ai vu comment tu aimais et ne t'en empêcherai jamais tant que tu me combles toi aussi.

Eros avait vu juste et l'accessoire déformait mon conduit sans aucun mal, glissant en moi. Sabine, penchée sur moi m'embrassait, folle du plaisir qu'elle procurait et j'ai compris pourquoi quand elle a retiré la ceinture, laissant la partie en moi j'ai vu une partie dépasser de l'autre côté et sa chatte trempée.

— Bien, on va vous détacher, vous allez pouvoir aller au caldarium vous laver, vous puez comme deux pourceaux. Vous nous rejoindrez au triclinium où j'ai fait préparer un festin de roi.

On a eu du mal à se relever. C'est Adrien qui est resté pour nous aider à avancer jusqu'à la piscine du caldarium.

— Comment as-tu pu supporter ce dont je me doutais uniquement à cause de ce collier ?

— Disons que je t'ai peut-être servi un peu, sinon je crois qu'ils te seraient passés dessus deux fois.

— T'es unique toi ! Après ce qu'ils t'ont fait subir, tu penses à moi ?

On est descendus dans l'eau où le tube en cuir s'est ramolli et que Adrien a détaché doucement. L'eau chaude m'a détendu comme j'espérais.

— Viens si tu peux encore un peu marcher on va se tremper dans le frigidarium. Le choc de l'eau froide va retendre la peau de nos anus qu'ils ont maltraités. Pour moi ce ne fût pas désagréable mais je te plains. Tant et de diamètre différents à la suite tu n'as jamais eu droit à cela.

— Pour toi, ça valait le coup et j'ai pas mal appris ce soir.

Il s'est assis dans l'eau froide, a eu un frisson au contact du froid dans ses parties intimes. J'ai fait la même chose, sachant que la douleur extérieure allait passer et je lui ai conseillé de faire comme moi, de se doigter pour chasser les humeurs liquides des participants avant que le trou ne se referme. Il a souri en le faisant en même temps que moi.

— Quel phénomène que la domina. Elle était aussi déchainée que les autres.

— Oui. Je pense que je suis très bien tombé. Que dirais-tu ce soir d'une sortie en mer avec la galère ? Juste Sabine, Adrien, toi et moi.

— Avec plaisir mais emmène aussi le tanneur pour le récompenser de son travail.

On était sortis et Adrien enduisait la peau de mon sac qui pendouillait, pas mal d'huile odorante qui me faisait du bien.

— Si tu veux, oui. Il te plait ?

— Disons qu'il a été moins brute que les autres.

J'ai envoyé Adrien prévenir le nautonier de mon envie de sortie nocturne et on est allés au triclinium nous restaurer.


(à suivre)