Se faire farcir dans le boisé, derrière chez-moi


Se faire farcir dans le boisé, derrière chez-moi
Texte paru le 2022-05-14 par Etienneguy48   Drapeau-qc.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MM.jpg/ MM.jpg

Cet auteur vous présente 40 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1335 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Etienneguy48.


En mars dernier, je me suis enfin décidé à vendre mon condo pour acquérir une maison en banlieue. Natif de la campagne, la verdure me manquait et le balcon de mon condo était devenu une source de frustration. J'avais le goût de me sentir réellement chez moi et avec l'aide d'une amie, j'ai trouvé la maison idéale.

Située en campagne, ma coquette maison se trouve tout au fond d'un quartier, sans voisin arrière. En fait, on y trouve une forêt qui elle, cache une petite rivière bordée de grosses roches plates. Ces dernières peuvent vous apparaître anodines seulement, c'est par elles que prend toute l'ampleur de cette merveilleuse aventure que j'ai vécue ce weekend.

J'ai donc pris possession de ma maison en avril dernier. Une seule chose lui manquait; une piscine. Avec tout ce terrain derrière, je décidai donc d'en faire creuser une, apportant donc avec elle tous les travaux qui, je dois l'avouer, sont en train de me rendre fou. Mais bon, on n’a rien pour rien comme on dit.

Donc, samedi, je me décide donc à me rendre à la rivière, histoire de m'éloigner de ce chantier infernal. Je pars avec ma tablette dans l'intention de m'allonger sur une roche pour y terminer un roman. Le ciel est rempli de nuages mais quelques percées de soleil agrémentent la journée. Seul, j'ai ce coin magnifique pour moi tout seul. Je m'installe pour commencer ma lecture au son du clapotement de l'eau et, levant les yeux, j'aperçois un mec qui s'approche. Il est grand, mince, dans la trentaine, une chevelure noire glissant sur ses épaules. Non, pas mon type de mec. Je me replonge donc dans ma lecture et le mec poursuit son chemin.

Quelques minutes plus tard, un autre mec fait son apparition, et un autre, et un autre. C'est alors que je me dis que cet endroit est un peu trop populaire pour moi mais il vaut mieux, pour l'instant, que ce chantier qu'on opère chez moi. Je poursuis donc ma lecture mais une question envahit mon cerveau de mec; pourquoi y'a-t-il que des gars qui se promènent le long de la rivière et surtout, pourquoi certains d'entre eux changent de cap pour entrer dans la forêt? Nous sommes samedi, 14 heures alors, je ne peux m'imaginer qu'ils sont tous là pour du sexe. Toutefois, ça ressemble étrangement à cela et je décide donc, tout en poursuivant ma lecture, de jeter un oeil aux prochains mecs qui passeront près de moi. Par expérience, je peux facilement capter les regards, sachant s'ils cachent un intérêt ou non. Et honnêtement, je me dis que ce serait trop beau de savoir que ce lieu paradisiaque, tout près de ma maison, pouvait être un lieu de cruise entre mecs en chaleur.

Tranquillement, les nuages quittent le ciel, laissant place aux chauds rayons. Je me débarrasse donc de mon gilet et pourquoi pas, de mon bermuda. En maillot de bain et à demi-nu, je pourrai certes plus facilement m'apercevoir si les mecs me matent ou non. Je place donc ma tablette près de moi et m'allonge pour me faire bronzer, gardant les yeux entrouverts et les cuisses bien écartées. Je lance un regard autour de moi et, n'y voyant personne, je me mets à me tripoter le sexe, pour le faire grossir. Faut ce qu'il faut... Je dois savoir si ce bois derrière chez moi deviendra ou non un terrain de jeu.

Et puis d'autres hommes arrivent et là, je vois qu'ils ralentissent le pas en passant près de moi, le regard bien fixé sur mon corps ou disons-le, sur la bosse sous mon maillot. Je suis heureux comme un enfant sur une balançoire. Par contre, personne n'arrête, poursuivant leurs pas et tous, entrant dans le boisé. Je comprends donc que l’action se passe là et quoi de plus normal? J'enlève donc mon slip et enfile mon bermuda, gardant bien entendu la fermeture éclair baissée. J'enfouis ma tablette dans mon sac, ainsi que mon gilet et me lève pour entreprendre une chasse aux mecs.

J'entre dans le boisé, suivant l’un des sentiers, tripotant mon membre pour m'assurer qu’il demeure bien dur sous mon bermuda. J'entrevois alors ce mec à la chevelure noire, le cul bien en vue, qui attend qu'une queue s'y introduise mais non, il ne me plait pas. Je passe tout près et poursuit mon chemin et c'est là que je le vois, appuyé contre un arbre, son jeans entrouvert. Une bête, comme je les aime. Il doit avoir autour de 45 ans, les cheveux rasés, un énorme tatouage sur le bras gauche et une barbe de quelques jours. Il donne l'impression d'un bûcheron en pause. Je ralentis le pas en lui jetant un regard mais lui, de son côté, se contente de caresser sa bite par-dessus son jeans. Il ne me regarde pas. Je m'arrête tout bonnement et sors ma queue de mon bermuda. Il n'est pas question que je manque ce viking et surtout, cette queue que je perçois sous son jeans. Je commence à me crosser, mon regard tentant de rejoindre le sien mais non, il fixe toujours au-delà. Doucement, je baisse les yeux pour toiser l’ouverture de son jeans qui laisse paraître un peu de poil à la base de sa bite. Je contemple ses larges doigts qui palpent son serpent qui ne cherche qu’à sortir mais non, il le laisse sous le tissu, sachant parfaitement que ça m’excite au max. Lentement, je m’approche, juste assez près pour qu’il glisse son regard sur moi. Je lui souris, tentant une approche en lui caressant sa poitrine par-dessus son marcel. Il demeure toujours de glace mais ne s'oppose pas à mes caresses. Lentement, je glisse ma main le long de son ventre et introduit mes doigts sous son jeans. Il me regarde toujours, avec son air sérieux, mais me laisse faire, ne s’opposant pas au fait que mes doigts lui caressent les bourses. C’est alors que j’approche mon visage du sien et c'est là qu'il dit

- Ne t'avise jamais de m'embrasser. Je recule légèrement, son ton démontrant bien que je me dois de l'écouter.

- Tu es ici pourquoi au juste?

- Tu veux le savoir? Une seule chose m’intéresse ici. Baisse ton bermuda et tu vas le sentir, crois-moi. Je m'exécute aussitôt et il me plaque, face contre l'arbre. Écarte tes jambes et donne-moi ton cul.

Je comprends donc que ce qu'il désire n'est rien d'autre que de m'enfiler sa queue dans le cul. J'ai à faire à un hétéro qui adore la sensation de sentir sa bite dans un cul bien serré. Je me penche donc et sans attendre, il sort sa queue de son jeans et me l’enfourne directement dans le ballon. Je la sens à merveille car ce mec est pourvu d'un engin du tonnerre et ce n'est certes pas la première fois qu'il encule un mec. J'adore ses grands coups et sa respiration devient de plus en plus haletante. Soudain, il se retire et m'oblige à me retourner et à m'agenouiller pendant qu'il se crosse à vive allure. J'ouvre la bouche, sachant bien ce qu'il attend de moi et lorsqu'il crache son yaourt, il entre sa grosse queue entre mes lèvres et je gobe tout, sentant ce chaud liquide glisser le long de ma gorge. Il me sourit, d’un sourire sarcastique, avant de me dire, pendant qu'il attache son jeans

- J'aime bien les salopes dans ton genre, et il prend le pas de marche en me laissant seul, agenouillé et surtout, excité au max.

Lui s'est bien servis mais moi, je demeure sur mon appétit. Je me relève et remonte mon bermuda, heureux de m'être fait enfiler par ce beau mec mais déçu de ne pas avoir joui. Il me faut donc repartir à la chasse car j'ai beau m'avoir fait embourber le 4X4, mon troufignon demeure bien en jus, prêt à recevoir d'autres magnifiques asperges.

Je poursuis donc ma quête, suivant les sentiers qui, bien piétinés, démontrent qu'il y a déjà un bout de temps que les mecs se donnent rendez-vous dans ce boisé derrière ma maison.

Ici et là, je vois des mecs se sucer, s'enculer et parfois, trois ou quatre se payer du bon temps mais personne ne m'excite assez pour que je me joigne à eux. J'en suis rendu à me dire que je devrai terminer la job tout seul tant je commence à désespérer mais j'ai une telle envie de me faire baguer le pigeon que je décide, tout bonnement, de m'offrir au premier venu.

Je me débarrasse complètement de mon bermuda et je m'accroupis par terre, sur les genoux, le cul bien en vue, bien relevé de sorte à ce que personne ne puisse le manquer. Je n'ai pas à attendre bien longtemps que je sens quelque chose glisser entre mes fesses. Je ne me retourne pas, excité par le fait d'ignorer qui se trouve là. Il avait beau se servir et surtout, me mazouter le pingouin bien à fond. Je suis là et il se sert, tout simplement. Je sais que ça fait pute mais bon, plusieurs en rêvent alors que moi, je le vis et je le dis.

En quelques minutes, le mec me rempli le popotin et disparaît. Je demeure encore là, sur mon appétit mais pas grave, j'attends le prochain, sachant parfaitement que dans les boisés, les mecs se servent volontiers lorsqu’un cul est offert sur un plateau d'argent. Et c’est un autre qui en profite jusqu'à ce que j'entende deux voix derrière moi. Ma curiosité me dit de me retourner mais non, je demeure là, sans bouger, le visage contre terre. Soudain, je sens une chaleur entre mes fesses. L'un des mecs lèche le sperme qui coule, poussant ma rosette de sa langue et lorsque je relève la tête, je vois une grosse biroute devant moi qui attend d'être sucée bien à fond. Elle est longue et très large et pas très blanche. Par expérience, j'ai à faire à un arabe. Il s'agenouille et sa bite se trouve à hauteur de ma bouche que j'ouvre grandement pour la gober bien à fond. De ses mains placées derrière ma tête, il m'oblige à la prendre bien à fond dans ma gorge tandis que je sens mon cul se faire empaler. En fin de compte, j'ai bien fait de m'offrir à qui le voulait bien mais là, cette grosse bite que je suce, je la veux entièrement dans mon cul. Il suffit juste que j'attende que l'autre jouisse et surtout, je me dois de ne pas trop la pomper de sorte à lui laisser le temps de faire son entrée triomphante dans la ville de Sodome. Seulement, l'autre mec semble y prendre un si grand plaisir qu'il prend son temps, se retirant lorsqu'il sent qu'il va venir et chaque fois, je le maudis.

Je me décide donc à prendre les choses en main. Je lève le visage et regarde le mec devant moi, lui soufflant mon désir qu'il me défonce la boîte à cachous. Il sourit et dit quelque chose, en arabe. Je ne comprends rien mais ça fonctionne car le mec se retire et enfin, enfin, je sens cette belle grosse bite me défoncer bien à fond, à grands coups et violemment. Je ne parviens plus à retenir ma respiration et mes petits cris démontrent bien que je raffole de ce bambou. Je passerais des heures entières à me faire bourrer de la sorte mais le mec, lui, n'en pouvant plus, lâche son foutre en moi en criant en arabe qui me semble des vulgarités. Il se retire et l'autre, aussitôt, se remet à me manger le cul, avalant tout le foutre qui coule de ma rosette. Mais lui aussi désire jouir et il m'enfile à nouveau pour, cette fois, ne pas trop attendre avant de décharger. Tous deux me sourient avant de me quitter et encore une fois, je demeure là, sur mon appétit, jusqu'à ce que l'arabe à grosse queue rebrousse chemin. Il prend place près de moi, se couchant sur le dos pour me fixer en me souriant.

- Tu sais que tu es mec craquant. J’aimerais bien t'embrasser. Surpris, je plisse le front, ne m'attendant nullement à cela de sa part. Je lui donne ce qu'il veut et dieu qu'il embrasse bien. J'aimerais te faire jouir à mon tour, me dit-il en me caressant une joue. Malheureusement pour toi, je n'aime pas me faire bourrer le cul.

- Tu pourrais peut-être bourrer le mien à nouveau, lui dis-je et sans se faire prier, il enlève son bermuda et sa queue, bien droite, m'invite à m'y asseoir.

Wowww... Je la sens encore plus profondément et cette fois-ci, c'est moi qui contrôle et de voir ce joli visage brunâtre qui se crispe tant son plaisir est grand... Sa large main se referme sur ma bite et son mouvement de va-et-vient m'oblige à cracher mon nectar sur son torse tandis qu'il se laisse encore aller pour me remplir à nouveau le cul de son sperme chaud et gluant. Il étire son bras pour m'inviter à me blottir contre lui. C'est la première fois qu'un mec est si tendre dans un endroit du genre.

- Je ne t'ai jamais vu ici, me dit-il.

- Je viens d'emménager dans le coin. Je me suis acheté une maison de l'autre côté du boisé. Je ne connaissais pas cet endroit.

- Wow... tu es proche du terrain de jeu alors, dit-il en riant.

- Et toi tu viens souvent avec ton chum?

- Ce mec n'est pas mon copain. Je l'ai rencontré tout à l'heure. Je ne sais même pas son prénom.

- Que dirais-tu d’un verre? Je t’invite chez moi si tu en as envie.

- Avec grand plaisir.

Nous nous rhabillons et prenons le pas de marche, jusqu’à la maison où, une fois dans la cuisine, il s’empresse de baisser mon bermuda et de s’agenouiller pour me manger le cul. Il n’a pas de limite ce mec et ça me plaît bien. Je lève une jambe et la dépose sur le comptoir, écartant mes fesses avec mes mains pour lui offrir d’y glisser bien à fond sa chaude langue baveuse. Déjà, mon popotin me fait sentir qu’il apprécierait bien à nouveau se faire loper et j’en avise le mec.

- Tu sais que ce cul est fait pour moi, me dit-il en se relevant. Il n’est jamais satisfait et en redemande toujours plus. J’aime bien

Je monte sur le comptoir, m’agenouille et écarte les jambes pour lui offrir ma chouette bien humide. Sans se faire prier, il m’enfonce sa perche, d’un seul coup brusque, accélérant immédiatement ses mouvements de va-et-vient, sachant parfaitement maintenant que je suis capable d’accepter que son machin me défonce le cul comme un taureau en rut. Il pose ses mains sur mes épaules, les empoignant pour se donner un appui, amplifiant ses coups de reins en laissant entendre son plaisir de sa grosse voix. Je sens en moi chaque coup donné, chaque mouvement de sa queue qui veut s’enfoncer toujours plus. Je veux le voir, regarder son visage crispé et c’est alors que je lui demande de se retirer pour que je puisse m’étendre sur le dos. Il se retire et je prends place, Il empoigne aussitôt mes pieds qu’il lève au bout de ses bras, écartant mes jambes à l’extrême pour se dépêcher à me taper dedans. Je le regarde, son joli visage d’arabe, ses grimaces qui le rendent trop excitant pendant que sa bite me fouille le cul bien à fond.

Il prend en main ma verge pour la branler avec vigueur et je sais qu’il désire me voir jouir et je décide de me laisser aller, de ne pas me retenir, de lui offrir ce qu’il veut. Je le laisse donc dégorger ma sangsue, lui envoyant ma purée au visage et sur la poitrine pendant qu’il me turbine le cul avec euphorie. Les doigts remplis de foutre, il les glisse sur ses lèvres, sort sa langue pour les lécher tandis qu’il fait monter la sauce. Ses mimiques me laissent entrevoir qu’il est sur le point de venir. Il me fourre avec tant d’ardeur que des gouttelettes perlent sur son front. Tout à coup, son corps entier est rempli de spasmes et il laisse entendre un long cri tandis qu’il lâche sa bordée en moi, ne lambinant pas sur la force du labourage, ne ralentissant pas ses coups de reins. Je sens que sa queue perd de sa robustesse mais il reste en moi, diminuant tout de même la cadence.

Il se penche et m’embrasse, posant ses mains de chaque côté de mon visage. Il me regarde droit dans les yeux, m’offrant son plus beau sourire. Ce mec me plaît.

- Tu as quelque chose de prévu pour ce soir? Lui dis-je en caressant son biceps

- Rien, pour l’instant du moins.

Je l’invite donc à rester souper, sachant bien qu’il apprécierait, autant que moi, une soirée de baise torride où il pourrait amplement saucer sa graine dans ma caisse.