Sea, Sex and Night (03)


Sea, Sex and Night (03)
Texte paru le 2017-10-24 par XXX duncan   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5003 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. XXX duncan.


Template-Books.pngSérie : Sea, Sex and Night


Soumission et aliénation envers mon rebeu...


La sonnerie de mon portable retentit, j'ouvre un œil et regarde de suite mon écran, ce n'est pas Yanis qui m'envoie un SMS, c'est Fred, un pote à moi qui s'inquiète de ne pas avoir de mes nouvelles et qui m'invite à dîner ce soir... enfin tout à l'heure car il est déjà 16h32... J'hésite un peu et je réponds que je suis d'accord pour aller bouffer avec lui dans un restaurant sur la plage... Il fait chaud et cela me fera du bien de me substantiver normalement... Je ne crois pas que Yanis me convoquera ce soir... C'est dingue, à peine réveillé je pense déjà à ce rebeu et je bande... Je me suis endormi en sniffant son pantalon de survêt blanc et je porte encore son tee shirt odorant. Mon pieu est vraiment crade et pendant la nuit le jus des dizaines de rebeus, à qui j'ai servi de vide-couilles, a coulé et ça pue le foutre séché, ce qui ne me déplaît pas puisque je me branle à nouveau... Je crache si violemment que je m'en fous plein la gueule. Je me décide à prendre une douche en laissant mes draps souillés sur le lit.

Accroupi dans la baignoire, du foutre continue de couler de ma chatte endolorie que je sens béante, je la touche avec mes doigts, effectivement mes lèvres sont bien gonflées et je rentre mes doigts direct dedans, "bonne chatte de femelle" dirait sûrement Yanis... en me touchant je repense aux dizaines de queues qui m'ont piné, à tout ce foutre qui est encore présent dans mon bide, je repense à la grosse teub marron de Yanis qui me pénètre, à sa pogne dans mon cul...et j'ai encore envie...envie d'avoir un zob odorant de rebeu dans ma chatte...je suis insatiable, je suis addict au jus de musulman... Putain je suis complètement obsédé par ce mec au point que je ne pense qu'à Lui...

Hier j'ai senti que ma place était de servir Yanis, être à ses pieds, lui obéir, être là juste pour son seul plaisir, être juste sa chienne... En partant, Yanis m'a dit que la prochaine fois je devais lui ramener ma CB, qu'il gérerait mon fric et que je devrais rester vivre dans son taudis et je suis tellement troublé par la virilité exacerbée de ce mec que je me sens prêt à me livrer à Lui, prêt à vivre tel un esclave... C'est dans cet état d'esprit que je retrouve Fred à la terrasse du restaurant sur la plage...

— T'as l'air crevé Tom? T'as trop baisé?

Il ne pense pas si bien dire. Je souris et lui raconte ma nuit d'avant hier au parc...

— Pas mal! T'as pas froid aux yeux, ça craint les rencontres dans les lieux de dragues. Tu peux tomber sur n'importe qui! Tu peux te faire agresser !

Je lui réponds que c'est pareil sur internet, vu qu'il ne fait que des plans sur les chats gay. Il me raconte son dernier plan cet après-midi, avec un passif sur Grindr et me propose de terminer la soirée avec lui. Bien que ma chatte ait encore envie de bites et qu'il m'a souvent niqué, je n'ai pas envie de sa bite, aussi je prétexte un gros coup de fatigue pour rentrer chez moi tout seul et me reposer. Je regarde encore mon téléphone mais je n'ai reçu aucun SMS. En remontant la plage, je m'aperçois que c'est le marché de nuit et je traîne en regardant les stands des camelots. Je tombe sur un stand de fringues de sport et je trouve un pantalon de jogging ainsi qu'un tee-shirt "Fly Emirates" et un boxer semblables à ceux de Yanis, comme ça je pourrais garder ses fringues odorantes. Je rentre chez moi, heureux de cet achat, je retire les étiquettes et les fourre dans un sac en plastique, prêts à être emporter.

Il est minuit, je reprends une douche et me lave le cul pour vider le reste du foutre car j'ai cradé mon slibard pendant le repas. Je ressors en short, débardeur et tongs aux pieds, les gens du marché de nuit remballent leurs marchandises et certains sont déjà partis. Je remonte l'avenue qui longe la plage, je n'ai rien trouvé d'intéressant à acheter, au bout de la rue juste avant le parking, il reste un vieux G7 que deux mecs finissent de remplir. Je passe sans prêter attention, ma maison est à deux pas et je suis en train de me dire que ce soir je vais me coucher tôt quand soudain j'entends gueuler :

— Hey mec !

Je me retourne et vois un gars me faire signe, je m'approche.

— Tu me remets sale pute? il fait.

Putain ce sont les deux potes de Yanis. Je ne sais même pas comment ils s'appellent.

— J'étais sûr que c'était toi la pute, c'est ce que je disais à Brahim!

— Putain tu nous as trop chauffés cette nuit avec ta chatte de meuf! Djamel m'en parlait tout à l'heure! Et regarde, on a le zob tout raide!

Je suis scotché et instantanément je sens ma chatte qui mouille et qui devient brûlante. Je regarde autour, il n'y personne, en plus leur camionnette est stationnée dans un endroit sombre, sous les arbres. Je les mate, ils ont tous les deux un jogging noir Adidas, torse nus, pieds nus dans des claquettes Puma. Le kiff, je sens l'odeur de leur transpiration en m'approchant d'eux ce qui me déclenche une trique d'enfer. Ils montent à l'arrière du G7 et referment les portes.

— Tu sais ce qui te reste à faire salope ?

— Oui je suis là pour faire mon taffe et vous vider les couilles! je fais en me foutant à genoux devant eux.

— On sait que t'es qu'une kahba à rebeux! Fous-toi à poil connasse et vénère-nous comme tu vénères ton Maître Yanis! C'est notre "khoya" (frère/ami/pote) et on a le droit de t'utiliser aussi sale chien de cefran!

Je suis à oilp devant ces deux lascars et j'ai trop envie d'être leur pute, ce que je suis déjà...

— Tu kiffes les reubeux! Sniffe mes ieps kelba, comme tu le fais avec nôtre khoya! ordonne Djamel en me foutant une baffe.

L'autre se touche le zob à travers son jogging. Je lèche les iepds de Djamel, ça sent un peu la transpi et il y a du sable entre ses doigts de pieds. J'essaye de recracher mais il me refout une baffe. Puis il colle ma tête sur son zboub qui est déjà raide. Son odeur est moins forte que celle de Yanis mais ça m'excite de savoir qu'à leurs yeux je suis la pute de Yanis, que je suis sa propriété.

— Viens pépom sous race de cefran! fais Djamel en sortant sa grosse bite marron coupée.

Il mouille de la bite et je lèche ce qui coule, Brahim nous mate en se touchant d'une main et de l'autre il tape un texto. Quelques minutes après, alors que je suis en train de sucer Djamel et Brahim, j'entends des coups sur la tôle de la camionnette. Brahim ouvre la porte latérale et je vois un keum rentrer.

— Désolé les mecs je savais pas que vous étiez occupés! J'ai ce que vous avez commandé! il dit en leur tendant un sachet de papier kraft.

Je suis à poil à quatre pattes devant les deux cailleras, le mec me regarde, c'est un rebeu aussi d'une cinquantaine d'années. C'est le patron du stand de chichis.

— Je la connais cette petite pute! Elle est bonne ? il fait.

— Ouais trop elle est bonne! Mate sa techa de kahba! dit Djamel en braquant son portable en mode torche sur mon trou.

— Putain! fait le keum en foutant deux doigts dans mon anus encore dilaté. Putain! il refait.

— Elle prend que du jus Halal! Tu veux l'essayer? lui demande Brahim.

Il n'a pas fini sa phrase que l'autre dégrafe la boucle de son ceinturon. Je vais vers lui, sa bite est grosse et épaisse bien veineuse et schlingue bien la sueur et la pisse. Je prends sa bite dans ma bouche et commence à le sucer. Il se baisse et me tire les tétines et il a l'air de prendre du plaisir à me les torturer. Je sens sa bite gonfler et taper au fond de ma gorge. Il m'attire vers lui en me tirant les tétons qu'il pince de plus en plus fort.

— Putain! Résistante en plus! J'aime ça les putes comme toi! Tiens gars, fais moi un rail et un pour l'autre pédé qu'il me donne bien sa chatte!

C'est un peu shooté que je prends sa grosse teub dans mon trou encore douloureux, mais rapidement je couine de plaisir et ça l'excite encore plus il me bourrine à fond. Il agrippe mes hanches pour rentrer sa bite bien à fond, ses couilles claquent sur mon cul, c'est comme le piston d'une mécanique bien huilée qui coulisse et c'est en hurlant comme un animal qu'il crache sa semence bien profond dans mon bide, je sens son jet puissant karchériser mes intestins. Une fois terminé il me repousse et referme son froc.

— Merci les keums c'était un plaisir! Et toi la pute bien envie de te défoncer ta chatte à l'occasion! Passe me voir tu auras double dose de chichis et de foutre! Je me grouille sinon ma meuf va encore gueuler! il dit en partant.

— Bâtard, c'est nôtre tour de te remplir! dit Djamel une fois la porte refermée.

Comme chez Yanis ils me niquent à tour de rôle et crache chacun leur tour dans mon trou de pute.

— Je t'ai filmé bâtard! Je suis sûr que ça fera kiffer Yanis de voir que tu remplis bien ton rôle de kahba!

Je suis toujours à poil, ça sent la sueur et la baise dans l'espace confiné du véhicule. Après quelques lignes de coke, ils recommencent à se branler, Djamel s'est allongé par terre.

— La pute! Viens t'empaler sur la teub de ton muslim ! Vient prendre ta bite!

Je m'accroupis et ma chatte aspire littéralement sa bite, je fais quelques va-et-vient, je sens sa grosse queue gonfler. Pendant ce temps Brahim me donne son zguègue à sucer au bout de quelques minutes il se place derrière moi, me pince les tétines et rentre sa bite avec celle de Djamel dans ma chatte qui est à nouveau complètement dilatée. Il va et vient avec vigueur dans mon trou tout en se frottant sur la bite de son pote. Putain c'est trop bon, je pense en les entendant râler. Je sens Brahim taper à grands coups de rein dans ma chatte et la queue de Djamel qui continue de gonfler dans mon trou. Puis c'est l'explosion, d'un seul coup je les sens juter, il y a tellement de foutre que j'ai l'impression qu'ils pissent dans mon cul. Au bout de quelques instants je me redresse et nettoie leurs queues molles, je ne perd pas une goutte de leur sperme.

— T'es une bonne pute! Yanis va être content de savoir qu'on a bien profité de son bâtard! Yanis te téléphonera bientôt! Il doit se faire scred en ce moment! me dit Djamel d'un air mystérieux.

— Et file nous ton numéro salope! Qu'on puisse venir se vider les couilles quand on en a envie! rajoute Brahim.

Je suis dehors et je les salue quand Brahim sort sa bite et commence à me pisser dessus, suivi par son pote. J'essaie de boire ce que je peux et je repars trempé de pisse. Je rentre chez moi et retire mes fringues mouillées et me jette sur mon pieu. Finalement, j'ai bien fait de ne pas changer les draps, je vais m'endormir avec l'odeur de la pisse de Djamel et de Brahim et avec leur jus dans mon trou de pute à rebeux... Je pense à Yanis, je me sens complètement soumis et aliéné à Yanis, j'ai fait ça pour Lui et savoir que ça l'excitera de voir ses potes m'utiliser m'excite tout autant... Son seul plaisir est mon plaisir...