Sea, Sex and Night (07) Trou pour Rom...


Sea, Sex and Night (07) Trou pour Rom...
Texte paru le 2018-07-31 par XXX duncan   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5752 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. XXX duncan.


L’après-midi touche à sa fin, je viens de déposer des fringues au pressing et flâne en rentrant chez moi… je décide de m’arrêter prendre un verre à la terrasse d’un café Place de la République ce qui me permet de mater les skaters torses nus qui sillonnent la Place avec leurs planches…

Je suis en train de boire une bière quand un mec me demande de l’argent pour manger… sur le moment, ça me fait chier puis je me ravise et lui donne 3 € que je trouve au fond de ma poche. Il me remercie, je le regarde, je le trouve pas mal, grand, brun les cheveux bouclés, mal rasé, il sent la sueur. Il passe de table en table et finit par se tirer. Je touche ma bite raide, je me serais bien fait tirer par ce mec… cela fait deux jours que je n’ai pas baisé et je suis chaud… en rentrant je fais quelques courses, je remonte le boulevard Saint-Martin et je recroise ce mec qui est assis sur un banc. Il vient vers moi et me redemande de la monnaie. Il est bien foutu et vu la bosse qui se dessine à travers son jogging trop serré, il a l’air d’être TTBM.

Je lui file un billet de 5 € et là je m’aperçois, alors qu’il me tend sa main droite pour prendre le billet qu’il lui manque une bonne partie du bras gauche. Bizarrement cela m’excite. Il me parle lentement avec un accent, me demande si je suis marié, je lui réponds que non… il sourit… me demande si je vis seul, je lui réponds oui… me dis qu’il a envie de baiser, prend ma main et la fout sur son fût de jogging. Je sens une bite énorme et bien raide.

— Moi très vicieux, je fais tout ce que tu as envie ! Je t’encule, te suce, te pisse dessus si tu veux ! Tu as beau cul !

Alors que je pense qu’il s’appelle Vlad, Milan ou Teodor, il me dit qu’il s’appelle Dragomir…

J’ai à peine fermé la porte qu’il me plaque contre lui, de son unique main, je baisse mon jean qui laisse entrevoir la raie de mon cul. Je sens son membre dur à travers son pantalon de jogging qui déjà se frotte sur mon trou. De sa main il passe sous mon tee-shirt et me pince le téton droit, de son moignon il continue de me serrer contre lui avec force. Je bande et sens une chaleur diffuse envahir ma chatte… puis, je sens un doigt, puis deux, puis trois qui pénètrent mon anus, déjà trempé et dilaté, à l’idée que je vais donner mon trou de pute à ce rom. Tout en me poussant sur mon lit, il a sorti sa queue qu’il rentre brutalement dans ma chatte.

— Putain ! il fait.

— Putain ! il répète.

— T'as vrai trou de chienne ! Une bonne chatte de femelle à baiser !

En disant cela, il s’active, je sens sa teub aller et venir dans mon ventre, le rythme s’accélère, en plus il tape bien dans mon trou à chaque fois qu’il rentre et ressort son chibre. Ma chatte s’est complètement dilatée et aspire son zgeg toujours plus profond. Je gémis de plaisir à chaque fois qu’il rentre et qu’il ressort brutalement de mon trou.

Ma teub est complètement raide et je mouille tellement que ça goutte sur le lit… l’autre s’en aperçoit et commence à me branler, en sentant son énorme chibre s’activer à l’intérieur de mon bide je crache presque de suite dans sa main. Il se retire et commence à me travailler la chatte avec ses doigts et avec comme seul lubrifiant mon foutre ! Je prends une bouteille de poppers que je sniffe à plusieurs reprises, il se penche au-dessus pour que je lui mette la bouteille sous le nez. Il continue à me dilater le trou et rentre sa pogne qu’il retire aussitôt puis il rentre son moignon direct, il commence à me pistonner.

Je sens son bras à l’intérieur de mon bide, je jouis littéralement du cul.

— Tu kiffes, fils de pute ?

Je reprends du poppers en acquiesçant, il en reprend une bonne rasade et me fout sur le dos, j’écarte les jambes et il refout son moignon dans mon cul, il l’enfonce jusqu’au coude et il me pistonne tranquillement. Mon trou est méga dilaté et il commence à enfoncer son bras à chaque fois un peu plus profond. Il réussit à passer son coude…

— Tu veux que je continue salope ?

— Oui ! je gueule.

Il continue de pousser, son bras est en train de me ramoner les intestins, il arrive presque à l’épaule. Je bande à moitié et je sens ma pisse qui coule, je ne contrôle plus rien, je ne peux pas me retenir. Il bouge son moignon à l’intérieur de mon bide et je vois la peau de mon ventre se soulever à plusieurs reprises comme si un alien avait pris possession de mes entrailles et je jute sans me toucher.

— T’aimes ça la pute ? Il fait en continuant de bouger son bras à l’intérieur.

Puis il commence à se retirer lentement presque à regret. Je pousse sur ma chatte quand il sort complètement son moignon, qu’il remplace par sa grosse queue qu’il rentre d’un coup sec, ses couilles claquent sur mon cul et c’est en gueulant "Curva ! Jogodie !", des insultes en roumain, qu’il balance son foutre au plus profond de mes boyaux.

— Putain, c’est trop bon ! je gueule aussi.

Il s’allonge sur moi et me roule des pelles. Je sens la sueur de ses aisselles et j’ai envie de les lécher, mais il se relève et prend une serviette qui traîne pour s’essuyer sommairement. Il s’accroupit et avec ses doigts, touche ma chatte. Dans le miroir en face du lit je vois ma chatte complètement dilatée.

— Envie pisser ! il fait.

Je rapproche sa bite de mon trou béant et il rentre dedans. Je sens sa pisse chaude se répandre dans mes intestins. Il pisse longtemps ce qui ne gâche rien. Quand il retire sa bite, la pisse commence à couler vu que j’ai le trou complètement ouvert. Je lui demande de me passer le gros plug au pied de mon lit que j’enfonce dans mon cul… j’ai envie de garder sa pisse un moment. Je lèche son zob qui schlingue la pisse et le foutre.

— Toi vraie salope ! Moi aimer ça ! il fait en mordant mes tétons.

Je me lève et file aux toilettes, je rejette sa pisse et son foutre avec regret, ce qui me fait un bon lavement. En revenant, je lui amène de la vodka et de la bière. Nous buvons quelques verres avant qu’il ne recommence à m’enculer, il crache au moins deux fois dans mon cul, nous nous allongeons pour faire une pause, il ne se retire pas et j’ai toujours sa bite dans mon cul.

La sonnerie de mon téléphone retentit, c’est un SMS du mec qui est déjà venu me remplir et dont je n’ai toujours pas vu la tête. "T’es dispo salope ? J’ai envie de vidanger mon jus de couilles dans ton trou de pute !" La lecture de ce message fait monter en moi encore plus d’excitation et en même temps j’ai encore envie d’être possédé par Drago qui a toujours sa queue dans mon trou, ce mec m’excite, tout comme sa brutalité sexuelle. Je réponds au mec que je ne suis pas seul et que je ne peux pas le recevoir maintenant.

"Pas grave, tu laisses la porte ouverte et demandes à ton pote de te bander les yeux, j’ai trop envie de patauger dans ta chatte de pute !"

J’explique à Dragomir qu’un mec doit passer se vidanger… et l’idée a l’air de l’exciter, je sens sa queue durcir dans mon bide.

— Humm ! Je vais faire remplir ma chienne ! il dit en me bandant les yeux avec son tee-shirt qui schlingue la sueur rance.

Il m’amène à la porte et l’entrebâille… à peine je suis à quatre pattes qu’il recommence à me fourrer son zgeg gluant dans le trou et à me niquer avec brutalité tout en mugissant comme un animal en rut. Au bout de quelques minutes, j’entends la porte grincer, Dragomir ne s’arrête pas pour autant… j’entends la voix du mec qui vient de rentrer.

— Humm ! Vas-y, continue mec ! La pute a l’air d’en redemander !

En disant cela, il fout ses doigts dans ma chatte alors que Dragomir est toujours en train de me baiser.

— Waoww ! Elle est bien dilatée cette chatte de sous-pute ! Et elle est bien remplie ! il fait en me faisant lécher ses doigts dégoulinants de foutre.

Je sens un tissu en coton odorant sur mon pif et je me mets à sniffer et à lécher son slob cartonné qui pue la pisse et le foutre séché. Quelques secondes après, il me fout sa grosse teub dans la gueule et je le pompe pendant que l’autre continue à taper dans ma chatte. Le rythme s’accélère et à chaque coup de queue de Drago je m’empale littéralement sur la pine de l’autre.

— Ouais, vas-y sale chienne décrasse bien ma queue !

Je sens un liquide chaud et âcre couler dans ma gorge, il est en train de pisser dans ma bouche. Je déglutis aussi vite que je peux, son jet est puissant et continu. En même temps il me pince les tétons de plus en fort.

— C’est bien ! T’es un bon chiotte en plus ! Je te ferais bouffer ma merde un de ces jours !

Dragomir pousse un cri rauque et je sens sa semence gicler dans mes intestins. Il s’est à peine retiré que l’autre rentre déjà son gros zgeg et commence à me pistonner le trou comme un malade.

— Putain ! C’est trop bon patauger dans ta chatte ! Donne-moi bien ton trou sale pute ! Pousses bien dessus, je veux que ça coule de la chatte ! Je vais bien t’engrosser salope !

Pendant ce temps, Drago passe devant et me fait nettoyer sa queue foutreuse. L’autre continue à hurler des insanités tout en continuant de me démonter le cul, je suis tellement ouvert que je sens ses couilles rentrer en même temps que sa queue… puis au bout d’un moment avec ses deux mains il plaque mon cul sur lui.

— Putain, je vais cracher, sale chienne ! Tu la veux ma plombe salope !

— Oui je veux ta plombe ! je crie, ma queue raidit par l’excitation.

Et dans un dernier grand coup de reins, son jus pourri se répand dans mon bide. Je suis toujours à quatre pattes, les yeux bandés, je demande à Drago de lui servir à boire et j’en profite au passage pour me descendre une bonne rasade de vodka mélangée à de la bière que je m’étais préparée avant l’arrivée de X, que je surnomme ainsi, vu que je ne connais ni sa tête, ni son prénom. Je suis en train de boire quand je sens des doigts rentrer dans mon cul.

— T’es bien ouverte ma pute ! Vas-y pousses sur ta chatte que je te mate déculer avant de te redéfoncer !

Je m’exécute. Il caresse ma rondelle proéminente et ramène le jus qui coule dedans avec ses doigts, il l’élargit en tirant de chaque côté et balance quelques crachats dedans.

Je l’entends parler avec Drago, quelques minutes plus tard il me fait me relever et m’emmène dans ma chambre, Dragomir est allongé sur le bord du pieu, je dois me mettre à califourchon sur Drago et m’empaler sur sa bite déjà raide, je fais quelques va-et-vient, puis je sens X se plaquer derrière moi, il refout deux doigts dans ma chatte qui absorbe totalement la queue de Dragomir et en même temps qu’il retire ses doigts, je sens son gros membre pénétrer dans mon anus et coulisser sur la queue de Dragomir. Il entame un long va-et-vient en se frottant à chaque fois sur le zgeg de Drago qui est bien raide et qui gémit à chaque fois qu’il rentre et qu’il sort de ma vulve complètement dilatée… à chaque fois que je me penche vers lui, Drago me mord les tétines, d’une main je me branle, l’autre brusquement se met à me branler violemment et me fais cracher dans sa main… il retire sa queue et l’enduit de mon foutre avant de la rentrer d’un coup sec et de gicler en même temps que Drago au plus profond de mes boyaux…

— Je dois me casser ! Je me lève dans quatre heures ! il fait.

J'entends un téléphone sonner, mais ce n'est pas le mien, c'est celui de X... Je l'entends répondre :

— Je ne peux pas rester, mais si tu veux et si la pute est OK, tu peux passer, je te file l'adresse ! Quitte pas je lui demande ! Tu seras pas déçu !!

— J'ai un pote qui doit passer ! C'est un mec domi avec une teub de 24/8 ! Ça devrait te faire kiffer ! il me dit.

— Oui ! Il arrive dans combien de temps ? je demande.

— Dans 10 minutes, il habite à côté ! Si ça se trouve, il t'a déjà fait le cul ! Je lui ai filé ton adresse, ton code et ton tél. au cas où ! Laisse ta porte ouverte ! Il dit avant de partir.

Je n'entends plus rien, je retire le tee-shirt qui me sert de bandeau, et me retourne, Drago s'est endormi... je finis mon verre et me sniffe un petit rail de coke... mon portable se met à sonner, c'est un SMS du fameux pote de X.

— C'est toujours OK pour le plan ? Mon pote me dit que tu es une bonne pute et que tu kiffes les grosses teubs comme la mienne !

— Yep ! je réponds un peu allumé.

— Je suis là dans cinq minutes, tu vas m'attendre à quatre pattes ton cul de pute bien cambré prêt à prendre mon jus de couilles !

— OK !

Je vais me mettre dans l'entrée, je plane à moitié... au bout de quelques minutes, j'entends du bruit et la porte grincer. Je sens deux doigts me rentrer dans le trou et le fouiller.

— Putain mon pote m'a pas menti ! T'as un vrai trou de pute ! Vas-y pousse sur ta chatte que je mate ça !

Il fait en sortant sa queue qu'il commence à s'astiquer. Je pousse sur ma chatte et commence à déculer, je sens du jus couler le long de mes cuisses.

— Waow ! Waow !

Il gueule en emmanchant sa teub direct dans mon trou bien dilaté. Je sens son membre aller et venir avec force, ses grosses couilles pendantes claquent sur mon cul et finissent par taper mes couilles qui sont grosses et pendantes aussi à force d'être travaillées et étirées. Il me pistonne longtemps avant de pousser un cri bestial et je sens sa semence gicler dans mon ventre. Il retire sa queue brutalement et la fout sous mon nez.

— Vénère la queue de ton Master ! Décrasse-la bien avec ta langue de chienne ! Qu’il m'ordonne.

Je m’exécute et lèche avec application son membre qui est toujours raide, il y a du jus sur sa queue que j'avale. Il a l'air satisfait de mon travail, il s'assoit sur une chaise. Il me fait signe de venir, je me rapproche de lui à quatre pattes. Il fout sa queue dans ma bouche et commence à pisser.

— C'est la pisse de ton Master, ne la gaspille pas !

Je déglutis au rythme de ses jets d'urine sans en laissant tomber une goutte.

— C'est bien ma chienne ! il dit en me biflant la gueule avec sa grosse teub qui a un peu débandée.

— Tu veux boire quelque chose ? Je lui propose.

— Je veux bien une bière ! il me répond.

Il me suit à la cuisine, je lui tends une canette et en reprends une par la même occasion. J'entends un bruit, je vais dans la chambre, c'est Dragomir qui ronfle. L'autre me suit, d'une main il tient sa bière, l'autre est sur mon cul, il a deux doigts dans mon cul qu'il a repliés à l'intérieur et qui forment comme un crochet... genre il ne lâche plus mon cul...

— C'est qui ce mec ?

Je lui raconte l'histoire...

— Tu ramasses des SDF pour te faire niker ?

— Ça m'arrive !

— Humm ! Tu me fais kiffer salope ! T'es prête à tout pour avoir une teub dans ton trou ?

— Oui Maître ! Je lui réponds un peu pété...

— Humm ! Redis-moi ça, bâtard !

— Oui Maître !

— Humm ! Viens vénérer le chibre de ton Maître ! Et nourris-toi de ce qui en sort !

Il recommence à pisser dans ma gueule longuement, je bois toute son urine sans en perdre une goutte.

— C'est bien ma chienne ! Je crois que je vais encore te féconder et te travailler ta chatte qui est mienne ! Je vais formater ton trou à ma bite ! Je kiffe les grosses moules anales ! T'es juste un morceau de viande avec deux trous à gaver sans scrupules !

Au moins c'est un mec qui sait parler aux lopes comme moi et ses paroles me font bander. Il me pousse sur le lit à côté de Dragomir qui ronfle de plus belle et commence à me saillir avec bestialité.

— Pompe la queue de ton clodo !

Il m'ordonne en continuant de plus belle à me défoncer le trou à grands coups de reins. La queue de Dragomir commence à durcir au contact de ma langue et du même coup il se réveille... il n'a pas l'air surpris de voir un autre mec en train de m'enculer. Brusquement, il ressort sa queue et demande à Drago de prendre sa place. Il me fout à quatre pattes sur le pieu.

— Vas-y ! Baise-moi cette pute ! Fais-toi plaisir !

Dragomir fout sa queue directement dans ma chatte et me baise avec force. Pendant ce temps, l'autre mec s'est assis dans un fauteuil et branle sa grosse queue en nous matant... c'est à ce moment que je m'aperçois qu'il porte un énorme ballstretcher en métal qui lui étire les couilles un maximum et qui font le pendant à sa teub de 24/8... ce mec m'excite vraiment, vicieux et perv' comme je kiffe. Quelques minutes après Dragomir pousse un cri rauque et crache son jus dans mon cul. Il se retire et s'écroule sur le lit. L'autre mec s'étend sur le lit, la teub complètement raide. Je le regarde vraiment, il est grand, il doit mesurer 1,90 mètre, bien foutu, très poilu sur le torse, une barbe et les cheveux longs avec un catogan.

— Viens t'assoir sur la queue de ton Maître ! Il dit.

Je m'accroupis la chatte complètement dilatée sur sa queue turgescente, je la sens rentrer dans mon ventre et commence à faire des aller-retour sur ce pieu fièrement dressé.

— Vas-y, fais-moi juter dans ta chatte !

Je continue d'aller et venir, à un moment je prends ses couilles et les rentre dans mon trou qui absorbe aussi son gros ballstretcher. Je suis collé à lui.

— Putain, je suis complètement en toi, bâtard ! Tu vas me faire cracher salope ! Tu veux le foutre de ton Maître ?

— Oui je veux ton foutre, Maître !

Dans un spasme violent, il jouit et je sens plusieurs jets de foutre remplir mon bide. Il reste un long moment collé à moi avant de commencer de se retirer, je dégage ses couilles et sa queue dégoulinant de foutre. Je me jette dessus pour le nettoyer avec ma langue. Il commence à mettre ses doigts dans ma chatte ouverte et me les fait lécher un par un. Il écarte mon trou avec ses deux mains et balance plusieurs crachats dedans.

— Putain ! Je veux ce trou de pute ! T'as envie de devenir mon trou que je baise et que je fais baiser par qui je veux ?

— Oui Maître !

Ce mec me chauffe vraiment... il introduit plusieurs doigts dans ma chatte, et tourne sa main, vu que je suis complètement ouvert je pousse et absorbe sa main, il pousse et je sens sa main se refermer et son poing commence à me ramoner les boyaux, je crie de plaisir et rapidement il a déjà son avant-bras enfoncé dans mon bide... de la pisse coule de ma queue, mais je ne peux pas me retenir. Il se remet à se pogner le chibre. De longues minutes plus tard il retire son poing et éjacule dans mon trou béant. Il se relève et s'essuie sur mon ventre.

— Je dois y aller ! J'ai ton numéro et je te rappelle quand j'aurais envie de ton trou de pute !

Il dit en se levant. Je le regarde partir et sombre dans un sommeil comateux. Quand je me réveille, il est 4h du matin et je suis seul, Drago est parti. Je fous les doigts dans ma chatte qui est encore ouverte, du jus a coulé sur le lit et je commence à me branler, je gicle violemment, si fort, que je reçois du sperme dans la gueule. Je cherche une serviette et m'essuie sommairement avant de me lever. Je me fais couler un expresso et cherche mon portable qui a glissé sous mon lit. Je recherche les appels et SMS entrant pour voir le numéro du mec qui est venu, mais c'est un appel masqué... je ne connais même pas son prénom et je n'ai pas son numéro...

"Fait chier !" je pense. C'est la première fois que j'ai vraiment envie de me soumettre à un mec et pas que pour un plan... mais bon peut-être qu'il rappellera un jour... je me dis avant d'aller prendre une douche et de m'apercevoir que Drago avait vidé mon portefeuille avant de partir... je trouve ses fringues crades dans la salle de bains, il est reparti avec des fringues propres, cela me fait sourire...