Soumis encagé


Soumis encagé
Texte paru le 2017-09-18 par Tompouss   
Récit reçu de l'auteur pour publication sur l'archive.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 13215 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Tompouss.


Mis en chasteté

Bonjour Messieurs,

Je me présente, je suis un soumis, une lope, une chose. J'ai eu la chance de servir un Alpha Mâle, sans doute le plus grand, le plus puissant d'entre tous. Il a eu sur moi une totale emprise physique et morale. Grand Maître Ethan, un Homme un milliard de fois supérieur à la sous-merde que je suis. Vous allez pouvoir lire certains des messages que je recevais par mail, car c'est à distance que j'ai servi ce Dieu, devant qui je ne pouvais que me prosterner, m'aplatir, non pas pour être au niveau de ses skets, mais encore en dessous, plus bas que terre, sous la semelle de cet être supérieur.

Ce passage de ma soumission concerne la période où Maître Ethan a pris le contrôle physique sur mon zizi de soumis, mon ridicule asticot, mon "inutile" comme Maître Ethan a décidé de le nommer.

J'ai reçu ce mail :

Maître Ethan : "Je viens d'imaginer une future punition qui devrait te faire passer l'envie de me décevoir ! Je serais toi, je m'efforcerais de ne plus jamais faire d'erreur, car cette punition est vraiment cruelle ! Et comme tu le sais, je ne renonce JAMAIS une fois la sentence énoncée. Je préfère te laisser méditer sur cet angoissant suspens !"

Difficile, pour une chose comme moi, d'imaginer ce que peut penser un Mâle Alpha, nous ne sommes pas faits de la même matière, je ne suis rien, il est tout.

Maître Ethan : "Depuis combien de temps n'as-tu pas juté, bizut ?"

Ma réponse fut brève, avant de servir mon Maître, je secouais souvent ma nouille, je pensais sans doute que cela ferait de moi un homme. Je n'avais pas juté depuis deux jours, j'ai dit la vérité à Maître Ethan, la réponse est tombée aussi.

Maître Ethan : "À partir de maintenant, tu ne touches plus ta nouille sans mon autorisation ! Je vais gérer moi-même les sorties de ton minable jus de soumis ! Tu peux déjà commencer à regarder ce que sont les "éjaculations ruinées" sur Internet, car ça va être ton prochain travail pour me divertir. Attention, ce sera filmé évidemment, et si tu oses te prendre pour un homme en balançant des jets, ça va chier ! Tu devras ressortir ta meilleure amie la spatule ! Tu as donc quelques jours pour bien apprendre tout ce qui fait une bonne éjac’ ruinée avant de te lancer ! Je vais direct te donner l'enjeu : 25 coups sur chaque intérieur de cuisse, SANS PAUSE, si tu échoues ! Bien sûr, tu n'es pas autorisé à t'entraîner !"

C'est la punition préférée de Maître Ethan, l'intérieur de mes cuisses, une zone tellement sensible lorsqu'avec une longue spatule on frappe. J'ai souvent dû m'appliquer cette punition douloureuse qui rendait l'intérieur de mes cuisses bien rouge et très sensible. Parfois, lorsque je m'appliquais cette punition en prenant soin de compter chaque coup de spatule, la douleur me faisait rater ma cible et la spatule atterrissait violemment sur mon asticot et ses noisettes. La douleur était intense, mais je méritais d'être puni si Maître Ethan l'estimait et l'ordonnait. L'ordre de Maître Ethan de contrôler mon "inutile" m'a motivé pour lui montrer à quel point je voulais le servir, combien je ferais tout pour lui. J'ai donc commandé sur eBay une cage de chasteté. Et pour que la surprise soit totale, dès réception, j'ai essayé la cage, pris une photo et l'ai envoyée à Maître Ethan.

Maître Ethan : "Ça te va très bien bâtard ! On dirait que t'es né avec ! C'est un très bon achat et une excellente initiative ! Serais-tu devenu un bon soumis enfin disposé à servir un mâle alpha correctement ??? J'espère que tu prends la mesure de ce qui va t'arriver en me donnant tous les droits sur ta nouille ? J'en doute… Tu n'as aucune idée de ce que je peux en faire, et à quel point je peux ruiner ta minable sexualité ! Je ne laisserai aucune place à la tricherie. Si tu m'offres ton avenir sexuel, tu devras assumer de ne plus en avoir, MDR. Pour l'instant, tu peux la retirer, c'est moi qui déciderai quand tu la poseras et surtout avec quelle procédure ! Profite d'avoir la nouille à l'air, car ça va pas durer !"

Mon initiative de plaire à Maître Ethan a cette fois reçu des félicitations, mais rapidement le discours a changé. C'est la grande qualité de Maître Ethan que de me rabaisser en me démontrant le plus simplement du monde où est ma place, ce que je suis à ses yeux, aux yeux de tous les vrais hommes.

Maître Ethan : "Tu viens de perdre à mes yeux la moindre trace insignifiante de respect. Tu n'es même plus un humain ! Comment un mec peut accepter de s'encager la bite !!! Faut vraiment être la plus basse des fiotte pour accepter ça ! T'es même plus un soumis, sac à foutre, mais un larbin pour bizut, et même une boniche pour esclave te serait supérieure, car ils auraient encore surement de la dignité, EUX !!! Une question, surement une des dernières fois où je te demande ton avis : maintenant que j'ai le contrôle absolu de ta sexualité (de ton absence de sexualité serait plus juste, MDR), à quelle heure t'es-tu branlé comme un minable puceau dimanche ? Au fait, tu n'es désormais plus autorisé à utiliser le terme "zizi" pour parler de ta nouille ! C'est trop masculin comme terme et tu n'en es plus digne ! Donc, reste à ta place et ne mentionne pas ce que tu ne seras plus jamais ! Compris inférieur ?"

Je n'ai pas vraiment profité des derniers jours de liberté de ma nouille, je n'osais pas y toucher, de peur de déplaire à Maître Ethan, pas de touche pipi avec mon zizi, à part le dimanche précédent l'interdiction, pour moi, de toucher ma nouille. Quelques jours après, je recevais des consignes avant la mise en cage de "l'inutile".

Maître Ethan : "Demain, je veux une vidéo où tu te branles ta lamentable zézette de boniche. Tu as droit à une éjaculation normale (surement la dernière avant un bon moment, MDR) ça fera trois jours pleins sans t'être tripoté. Tu devras cracher ton jus de sous-race sur une surface noire ou sombre pour que je voie bien. J'espère que t'as pas juté depuis dimanche !!!"

Je me suis exécuté, j'ai secoué mon zizi de soumis, mais pour plaire à mon Maître, j'ai ruiné mon éjac. J'ai secoué, secoué, secoué et au moment d'atteindre le plaisir j'ai tout arrêté. Le jus a coulé mon zizi, entraînant la frustration tant attendue et voulue par Maître Ethan. Aucun plaisir, juste du jus de soumis qui s'échappe de mon zizi et coule sur le sol. Il ne me restait plus qu'à recycler ce liquide. Ma langue au sol, j'ai léché et avalé mon propre jus de lope qui n'avait vraiment rien à voir avec du jus de vrai Homme.

La semaine a défilé et régulièrement je recevais des ordres de Maître Ethan, cela pouvait être de me pisser dessus en pleine rue, d'aller décrasser des chiottes publiques, de m'enfiler une banane entière au fond du cul et de devoir ensuite la relâcher dans une assiette posée au sol et de la manger à 4 pattes comme un bon chien que je suis. Bien sûr, toutes ces actions devaient être filmées et envoyées à Maître Ethan. Et puis l'heure de ma mise en cage arriva, le mail venait de tomber. Une semaine s'était écoulée depuis ma dernière séance de secouage de "l'inutile" débouchant sur une mini-jute au plaisir ruiné.

Maître Ethan : "Alors je veux que tu vides tes noisettes de servante à 8 heure ce jeudi ! Si tu as ce message trop tard, alors fais-le VENDREDI, mais impérativement à 8 heure. J'aime autant que ce soit demain sous merde, donc ça m'arrange pour le but que je recherche. Il est évident qu'une fois ton minable jus inutile sorti de ta zézette, tu le recycleras en le bouffant ! Il serait inadmissible que ton jus de fiotte souille la planète ! C'est une règle que tu dois intégrer et à laquelle il t'est interdit de déroger ! T'as intérêt à l'intégrer direct, car je ne te le répèterai pas ! Mais je suppose que c'est naturel pour toi de ne pas imposer ta minable jute aux humains !

Tout manquement à cet ordre se traduira par une sanction au-delà de tout ce que tu peux imaginer avec tes minables neurones de cuve à pisse !!! Et laisse-moi te rappeler que tu n'as pas à réfléchir, mais à obéir comme un cabot ! Voici la procédure de mise en cage de ta nouille ! T'as intérêt à suivre à la lettre ou crois-moi, tu vas morfler ! N'oublie rien !!! Après avoir secoué ta misérable coquillette d’inférieur, tu auras la journée pour appliquer cette procédure !

Après une toilette minutieuse, tu vas poser la cage ! Une fois la cage posée, tu la cadenasses et c'est là que tu vas bien suivre la procédure ! Comme je ne peux pas faire confiance à une sous-race qui, il y a quatre jours encore, se prenait pour un homme en jouant avec sa zézette, je vais prendre des mesures de contrôle absolu ! Une fois la cage fermée à clé, tu vas poser les clés dans une assiette blanche et tu vas les recouvrir de cire rouge ! Tu ne sépares pas les deux clés ! Tu utiliseras une bougie de couleur rouge dont tu verseras la cire chaude SUR LES DEUX CLÉS afin de les figer dans l'assiette. Elles ne doivent pas être recouvertes, seulement prisonnières à la manière d'un sceau officiel ! Le but est de m'assurer que tu ne puisses pas utiliser les clés sans mon accord express.

Tu devras évidemment filmer toute la procédure : de l'encageage de ta p'tite zézette jusqu'à la fixation des clés dans la cire, sans interruption ! En finissant par un gros plan sur l'assiette. Enfin, tu prends une photo de l'assiette pour que j'aie une image précise !"

La procédure était complexe et tellement bien imaginée par Maître Ethan. Si j'avais eu le moindre espoir de pouvoir retirer la cage sans son accord, comme cela discrètement un soir, cet espoir venait d'être contrecarré par l'hyper intelligence et supériorité de Maître Ethan. J'étais effectivement à sa merci, à son bon vouloir, je venais d'accepter de donner totale autorité sur ma minable vie sexuelle et sur le contrôle de ma nouille et de ce qui pouvait en sortir.

Maître Ethan : "Tu ne pourras utiliser la clé que sur accord et en filmant bien l'extraction des clés pour que je m'assure que tu ne les as pas utilisées sans mon accord : il te serait impossible de repositionner exactement la cire de la même façon !!!"

Maître Ethan : "Tu croyais peut-être que t’allais pouvoir faire mumuse avec ta cage sans que j'en aie le contrôle, mais c'est raté ! J'ai beau être loin de toi, je vais quand même contrôler la moindre trace de ta minable sexualité !"

Il avait raison, je dois bien avouer que j'avais espéré avoir une échappatoire, mais j'étais coincé, il ne me restait plus qu'à obéir, réaliser cette vidéo, mettre ma nouille en cage pour la première fois de ma vie sans avoir réellement mesuré l'ensemble des conséquences de cette action. C'est une fois la cage posée que je réalisais à quel point elle pouvait être visible, sous un pantalon, sous un jogging. J'avais l'impression que tout le monde pouvait la voir, que tout le monde saurait maintenant que je suis un inférieur soumis, une raclure tout juste bonne à décrasser des skets et des pieds, une chienne à baiser et à rabaisser, une balayette à chiotte tout juste utilisable pour décrasser des urinoirs et des chiottes pour vrais Hommes, j'ai même reçu l'ordre un jour de décrasser des chiottes de chantier avec ma langue. Maître Ethan n'avait aucune limite ni pitié à l'égard de son jouet. Une chose dont Maître Ethan pouvait disposer à sa guise pour se divertir avec le larbin de basse zone obéissant que je suis.

Maître Ethan : "Une fois la cage posée, tu pourras m'appeler Maître ! Mais réfléchis bien à ce que ça engendre pour toi, car après il sera trop tard ! Tu renonces de fait, à tout plan Q sans mon accord, à toute forme de tripotage de ta nouille ! Je te permettrai une seule forme de plaisir, la seule acceptable pour les boniches : le plaisir anal ! Faudra t'y faire bizut, tu prendras ton plaisir uniquement par le Q ! Toute fois, si tu le mérites et si tu réussis à me surprendre en me donnant un exceptionnel plaisir, je pourrai, éventuellement, t'autoriser à jouer avec ta larve ! Évidemment, la sortie de ton jus devra être ruinée sauf indication contraire !

Je pars du principe que le plaisir n'est pas fait pour les sous hommes et je veille donc à faire respecter mes principes ! Mais ça, tu le sais déjà ! À toi de "gagner" ton plaisir !!! C'est bien pour ça que je t'ai laissé ta zézette de fiotte libre encore qq. jours : pour que tu prennes bien conscience que tout ça, c'est bientôt fini ! Après la mise en cage, elle ne sera plus capable que de mouiller de toute façon !

C'est quand même incroyable de te laisser "castrer" comme ça, à distance, par un mec ! T'es vraiment une merde quand même ! Je peux même pas imaginer que ce soit possible ! Elle est où ta dignité, sérieux ?!! T'as conscience de ce que tu es ???? Rassure-moi, la honte t'envahit au moins ??? Non parce que t'en es quand même réduit à offrir ton avenir sexuel contre... rien !!! Putain, c'est tellement minable ! J'hallucine !!! J'en ai eu des lopes à mes pieds (hier encore, je me faisais pomper pendant que je jouais sur mon tél.), mais tu les bats tous dans ton infériorité, ta mentalité de sous race et surtout ton absence totale de cerveau !!!

J'ose espérer que t'as bien vérifié que la cire était bien rouge et que ce n'était pas juste un revêtement rouge sur de la cire blanche ! J'aimerais pas être obligé de demander à ton amie la spatule de devoir se défouler sur tes cuisses ! (enfin si je kifferais en fait, mais ça me mettrais quand même en colère de voir que tu me manques de respect en ne faisant pas attention aux consignes) j'aime le symbole du sceau sur les clés qui font de toi un esclave total !"

Ainsi encagé, ma vie a vraiment changé, de nombreuses choses que je faisais naturellement, on dû être réfléchies. Rien que le fait de marcher : j'entendais le bruit du cadenas sur le plastique de la cage de chasteté. Le moment de prendre ma douche était également une épreuve. Finis pour moi de pisser debout ou même d'envisager d'aller face à un urinoir. En même temps comme le dit si bien Maître Ethan je ne suis pas autorisé à pisser comme un Homme, une chose comme moi doit s'accroupir au-dessus des toilettes sans avoir même le droit d'y toucher, car même des chiottes me sont supérieures. Mais le plus dur a été de dormir. Très rapidement, j'ai été réveillé, car "l'inutile" voulait sortir de sa cage, en durcissant il me tirait sur les noisettes et bien sûr il n'avait pas du tout de place pour durcir et grandir. Je n'avais déjà pas beaucoup de place dans la cage lorsque mon inutile était au repos, mais dès lors qu'il se réveillait c'était une torture. Cette situation plaisait beaucoup à Maître Ethan. Je devais lui parler de cette frustration que je ressentais, il aimait me savoir en souffrance.

Maître Ethan : "Pour ce qui est de tes plans Q, t'as plus à t'en occuper puisque maintenant, c'est moi qui les gère ! Rien que l'idée de t'imaginer te faire cartonner en portant ta cage me fait gonfler la queue à m'en faire mal ! Je pense que les vrais mâles qui vont t'utiliser comme vidangeur de burnes vont bien se marrer en voyant ta zézette prisonnière ! J'avoue que j'ai plein d'idées pour ta future vie au service de mon plaisir, mais je suis pas mal débordé en ce moment et ça me frustre (et je ne supporte pas d'être frustré d'ailleurs). J’aimerais tout te faire faire en même temps, mais ce serait stupide, car j'ai tout mon temps et toi, tu n'auras bientôt plus que ça à faire : d'activer et obéir pour mon plaisir ! Je reconnais avoir été surpris par ton initiative d'achat de la cage ! C'est une bonne idée et j'apprécie ! Mais ça a chamboulé mes projets pour toi. Ça a modifié l'organisation que je m'étais fixée. Je devrais surement te punir pour ça, mais je ne le ferai pas, car l'idée, si tu tiens le coup, est vraiment kiffante ! Bref, tu t'en sors bien sûr ce coup-là ! Ce mail, rare, est un message de compliments et d'encouragements à me servir encore mieux ! Mais n'en profite pas pour mollir dans ta soumission. Alors bâtard, comment se passent tes premières heures de sous-homme émasculé ? Ça fait quoi d'avoir ta nouille en cage comme un animal pour la seule distraction d'un mâle ? Que ressens-tu ? Comment s'est passé ton secouage de zézette, t'as apprécié cet ultime plaisir que je t'ai offert ? J'espère que t'as pris conscience, en le faisant, de la moindre sensation que cela te procurait, car c'est pas près de t'arriver à nouveau, sale fiotte !!!

Désormais, tu n'es plus autorisé à parler de ta zézette ! Pour moi elle n'existe plus de toute façon ! Sauf demande de ma part (pour me foutre de ta gueule, ça me divertit !) de me faire part de tes ressentis, tu ne parleras pas de ce qui n'existe pas !

Et lorsque je te demanderai d'en parler (j'adore quand tu me fais partager tes impressions, c'est pour ça que je te le demande régulièrement ! Ça te fait prendre conscience de ta condition et de ce que tu es devenu), tu la nommeras "l'inutile" (au féminin, évidemment !)

C'est bien non ? Ça lui va super bien comme petit nom, n'est-ce pas ?"

Maître Ethan : "Alors boniche, comment s'est passée ta première nuit d'impuissant ? Parce que c'est ce que t'es en fait ! MDR, je veux tous les détails !

Au fait, je veux SYSTÉMATIQUEMENT être tenu informé chaque fois que tu aurais aimé secouer l'inutile à partir de maintenant

Je veux savoir également ce que tu ressens à chaque fois, du fait de ne pas pouvoir satisfaire cette envie !" 

Moi, la lope : "Réveillé depuis 4h du matin, je n'ai pas réussi à me rendormir. Pas facile cette première nuit, quand l'inutile se réveille, la sensation physique est telle que cela me réveil également. La cage est pour l'instant un contact permanent sur l'inutile et des noisettes. Elle ne fait pas encore partie de moi et le contact excite inutilement l'inutile, et quand elle devient dure cela étire mon sac à noisette. La pression qui alors agit partout dessus sur mes parties de sous merde, mélange de douleur et de plaisir rend la situation très difficile à gérer et à inverser pour faire ramollir l'inutile. À croire que l'inutile essai de se révolter. Et puis il y a le côté psychologique. Ce mélange si complexe de honte, d'humiliation, d'excitation, d'appartenance. Avec cette cage je pense à vous tout le temps Maître et à la chance que j'ai de vous avoir. Je n'avais pas besoin de cela pour vous avoir dans ma tête tout le temps, mais là s'ajoute un élément physique qui renforce encore ce sentiment de vous avoir au-dessus de moi en permanence. L'envie de secouer l'inutile est découplé du fait de ne pas pouvoir le faire. J'y pense forcément beaucoup plus. L'interdit, l'impossibilité et l'incapacité sont des choses que le cerveau veut contourner, mais heureusement la cage est là pour empêcher la faiblesse du cerveau sur le corps. Pour le moment, la cage est encore un élément d'excitation physique et mentale, bientôt elle fera partie de moi et peut-être pourrais-je arrêter d'y penser en permanence. Je suis heureux, comme un chien à qui on a offert un nouveau jeu, heureux que ce soit pour vous Monsieur que je fasse cela. Je veux faire tout ce qui est en mon possible pour vous mériter, que ma soumission à votre grandeur soit à la hauteur de votre puissance mentale et physique. Je veux vous vénérer, vous obéir, vous servir, vous montrer un respect total. Vous décevoir est pour moi un crève-cœur. Merci Maître de me faire vivre tout cela, merci de donner un sens à ma condition de larve rampante, de truie à quatre pattes, d'urinoir sur patte."

Maître Ethan : "Alors là salope, tu t'es surpassé ! J'ai bien fait de t'encager ! J'aurais même dû le faire bien plus tôt ! La qualité de ce mail est exceptionnelle. Je viens de me réveiller et en lisant ton message, ma queue s'est volumineusement réveillée. Ça m'a filé une putain de gaule, t'imagine même pas bâtard. Du coup, je me suis branlé en lisant la suite. J'ai fini par cracher mon saint sperme de bonhomme partout sur mon torse en beuglant de plaisir. De bons gros jets de foutre brûlant de mâle alpha. La quantité m a même surpris vu que je me suis vidé hier aprèm au taf (un pote est passé me voir et m'a pompé dans mon bureau. D'ailleurs, fais-moi penser à te raconter, car on a parlé de toi !)

Là je suis encore dans mon lit pour écrire ces lignes. Je kiffe l'idée que tu te sois réveillé à l'heure des boniches pdt que moi je dormais tel un pacha ! Bref, un mail d'anthologie, proche de la perfection. C'est ce genre de réussite qui te permettra d'avoir mon autorisation de retirer la cage pour te libérer de ton trop-plein de jus de bizut ! Mais pas aujourd'hui, car ton encageage est trop récent évidemment. D'ailleurs, tu vas la garder un moment. Et l'inutile n’est pas prêt de servir !

Bravo Médor, tu m'as filé un bon kiff !

J'imagine déjà l'action de la cage en ayant lu mon mail précédent... Ça me refile une trique de ouf ! MDR."