Surprise de mon homme


Surprise de mon homme
Texte paru le 2015-01-16 par ‎HardBottom   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5739 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. ‎HardBottom.


Durant ma promenade avec le chien, je reçois un SMS de mon homme m'indiquant qu'en revenant, je dois rentrer par le jardin dans la cuisine, qu'une surprise m'attends et que je devais suivre les instructions. Je me demande bien ce qu'il se passe, nous n'avions rien de prévu ni à fêter.

Je rentre donc et vois sur la table quelques affaires, un verre à moitié rempli, un flacon de poppers, un cachet, un autre petit flacon ainsi qu'une feuille avec des instructions à suivre. J'entends dans le salon une voix qui m'est inconnue. Un mec parle avec mon homme, sans pouvoir comprendre ce qu'ils se disent.

Excité et nerveux, je me dis que rien de grave ne pourra m'arriver vu que mon homme est là. Je lis les instructions et me mets à l'oeuvre, sachant maintenant que je passerai à la casserole durant un plan qui s'annonce très hot, vu la présence de l'autre mec, des instructions, des affaires placées sur la table et des chems.

J'avale le cachet avec le contenu du verre, me rendant compte qu'il y a du G dans le verre. Je file sous la douche et me fais un bon lavement en profondeur. L'érection ne se fait pas attendre. La douche accomplie, je me sèche, j'ouvre l'autre flacon rempli de poudre blanche et prends une dose. J'enfile le jock ainsi que mes skets, mets les bracelets cuir aux poignets. Un lecteur mp3 fait partie de l'équipement. J'enfile les écouteurs. Musique trance mais agréable. Je me mets à genoux, enfile le bandeau sur les yeux, prends une bonne dose de poppers. En criant "je suis prêt Monsieur", je me rends compte que l'invité doit sûrement être mon boss P-Y.

L'excitation est encore plus forte. J'attends...

Quelques minutes passent, j'entends la porte s'ouvrir. Je sens l'odeur du poppers m'envahir à nouveau. Deux mains prennent ma tête et m'obligent à ouvrir ma bouche. Une bite s'introduit et je commence à la sucer avec plaisir. Soudainement, on me redresse. On se dirige vers le salon. Quatre mains s'affairent autour de moi. Jambes écartées, mes chevilles sont attachées au sol, mes bras sont tendus vers le plafond. Je tire mais ne sais plus les bouger. Je sens à nouveau l'odeur enivrante du poppers. Je ne vois rien, et n'entends rien d'autre que cette musique qui contribue à me mettre dans un état second avec ce que l'on m'a fait avaler et sniffer. Quelqu'un me lubrifie le cul et je sens un petit objet s'y glisser. On m'arrache le jock, prend les couilles et je sens qu'on est en train de me les bonder.

Soudainement, mon cul est pris de spasmes, ils m'ont foutu l'électro... Mes couilles sont tirées vers le bas. Régulièrement ils me gazent au poppers. Je plane bien, j'ai bon. L'intensité de l'électro augmente au fur et à mesure que le temps passe et qu'on me donne des claques sur ma queue dressée et mes couilles. Un des deux commence à me sucer divinement et en même temps, je sens qu'on me place des pinces aux tétons puis le long de mes cotes. Bien stone et gazé, je suis au bord de l'explosion d'être ainsi traité.

Mais tout s'arrête net... on me détache poignets et chevilles, j'en profite pour me dégourdir les membres. On me place une paille dans la bouche... même goût que le verre en cuisine. Je bois tout. Un flacon s'approche de mon nez, je ne rechigne pas de reprendre une dose de C et sniffe fort.

Ils me placent sur ce qui doit être un bock ou un tréteau ... mais d'où ils sortent ça ? On m'attache à nouveau les jambes écartées, ensuite les bras le long devant. Pour finir, mon torse est aussi solidement attaché à la partie rembourrée sur laquelle je suis "couché". Ils continuent à bien me gazer... ils savent s'y prendre pour abuser de moi !

On me lubrifie à nouveau le cul et je sens qu'on va me le dilater. Une bite s'enfonce dans mon cul pendant que l'autre s'occupe de ma bouche. Ils me défoncent tous les deux, le cul et la bouche en même temps... en s'intervertissant régulièrement. Mon esprit est totalement ailleurs... je plane... malgré le mordant des pinces et mes couilles toujours ficelées et tirées vers le bas.

Subitement, on me tient fermement la tête. Je ne parviens plus à sucer la bite que j'ai en bouche. J'arrive juste à la caresser de ma langue. Je sens lentement un liquide chaud envahir ma bouche. Il me pisse dans la gueule ! Je referme mes lèvres autour de cette bite afin de pouvoir avaler. Il m'enfonce sa queue plus loin tout en tenant ma tête et me remplis sans pitié... je bois sans rechigner. Il me lâche la tête et je le suce à nouveau.

Mais rapidement, les deux se retirent de mes trous. Ils me détachent pour me coucher sur le dos. J'imagine que je me trouve sur la table, rembourrée d'une couette. Mes mains sont à nouveau attachées au-dessus de ma tête, mes jambes relevées derrière la tête aussi. Même mes couilles sont tirées vers le haut. Ils me regazent à nouveau à fond et recommencent à me baiser le cul et la gueule. Je me délecte de ce plaisir. Mon cul doit être bien ouvert après tout ce travail.

Je sens que celui qui m'encule à ce moment va rapidement me remplir le cul de son jus. En même temps, la bite dans ma bouche se durcit encore, puis se retire d'un coup pour me juter sur la gueule. Quel plaisir divin !

Après quelques instants de répit, je sens à nouveau l'électro dans mon cul. Un des deux s'approche de ma tête et alterne entre baisers et tirages sur les pinces niveau tétons. L'autre me branle et me suce inlassablement. Je sens que je vais jouir à mon tour. Lorsque j'atteins presque l'orgasme, on m'embrasse langoureusement. Je me rends compte que c'est pour étouffer mes gémissements et cris... ils avaient relié toutes les pinces à une corde sur laquelle ils tirent juste au moment où je jouis. Mon corps est traversé par une série de spasmes incontrôlables tellement la sensation de douleur excitante des pinces combinée à l'orgasme est forte.

Au bout de quelques minutes, j'arrive à me calmer et à reprendre un peu mes esprits. Ils me détachent, m'enlèvent bandeau et écouteurs. On s'assoit tous les trois dans le divan et parlons du plan et de notre ressenti à chacun. Personne ne semble déçu, au contraire.

Au départ de P-Y, nous lui souhaitons un bon retour tout en espérant le revoir très vite.