Tout simplement le paradis

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG131.jpg


Numéro 131

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 131
Date de parution originale: Août-Septembre 2004

Date de publication/archivage: 2018-02-02

Auteur: anonyme
Titre: Tout simplement le paradis
Rubrique: Le sexe sans état d'âme

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3877 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


C'était mes toutes premières vacances à la montagne. Et franchement je ne suis pas un adepte de la montagne Je préfère la plage où il est toujours agréable de mater les mecs bien bronzés dans leur maillot de bain serré même si je déplore qu'il y en a de moins en moins. Mais ce n'est pas grave, voir leurs muscles onduler lorsqu'ils jouent au beach-volley est toujours un pur plaisir.

Ici, mis-à-part les vaches et les fleurs, il n'y a pas grand monde. C'est mon ami Thierry qui m’avait proposé de changer un peu de cadre. Il m'a assuré une superbe surprise que je ne risque pas d’oublier. Il parait même que je vais changer d'avis sur la direction de mes prochaines vacances.

Ça fait une bonne demi heure que nous marchons à travers les sous bois. J’entends de l'eau qui coule, comme une cascade. Effectivement, nous arrivons à la bordure d'un étang. Et j’en crois pas mes yeux lorsque je vois tout plein de mecs à poil en train de se donner au soleil, voire carrément en train de baiser. C’est tout simplement le paradis. Et va savoir d’où ils viennent! Des Allemands, des Belges et des Espagnols, un vrai rendez-vous de dieux grecs venus passer leurs vacances sur terre.

On se fraie un passage et nous installons nos serviettes. Thierry est déjà à poil, moi, je tarde. Bien que je ne sois pas pudique, j’ai une trique d’enfer qui me met mal à l’aise. Je me sens rougir. Un des mecs s'avancent vers moi. Magnifique athlète aux muscles saillants. «On voit que c’est la première fois que tu viens ici. Attends je vais t’aider!» Et sans attendre, il enlève mon short et s’abaisse pour me pomper la queue...