Tu joues avec mon cul et un gode


Tu joues avec mon cul et un gode
Texte paru le 2017-08-12 par Soumis à la bite   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 33 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6942 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Soumis à la bite.


— Viens ma chienne, on va jouer !

Tu as dans tes mains le gode que j'avais acheté pour préparer mon cul à ta bite, tu le tiens droit devant toi, à la hauteur de mes fesses. J'arrive à quatre pattes et, en reculant, je m'apprête à m'empaler dessus.

— STOP !

Tu craches un gros mollard sur ma rondelle.

— Je suis bon avec toi salope...

— Merci Maître.

Tu rentres le gode dans mon cul. Élargi par ta queue, il n'a aucun mal à avaler l'engin maintenant. Je couine de plaisir. Tu laisses le gode dans ma chatte et tu te mets devant moi. Cela t'excite et tu sens ton sexe qui se tend. Je bave de plaisir en le voyant. Je sais que ça va être ma fête. J'ouvre la bouche, de la salive s'en échappe et forme un filet jusqu'à terre. Tu aimes quand ma bouche est bien humide, c'est plus agréable pour ton gland. Tu caresses ton torse devant moi, tu touches ton pénis, tu joues avec et je suis comme hypnotisé, ça te fait rire:

— Elle est belle ma queue, hein! Elle te plaît salope!

Tu la décalottes lentement et tu te rapproches de moi, tu la branles et elle grossit, durcit encore devant mes yeux. Je meurs d'envie de la sucer, mais je sais que je n'ai pas le droit de m'avancer sans autorisation. On reste comme ça. Je suis de plus en plus humide. Je mouille du cul autour du gode, je bave encore plus, des flots de salive tombent à terre.

— Bonne chienne !

Je t'implore des yeux, j'ai tellement envie de sentir ton gland dans ma bouche, sa forme si douce à sucer, à téter. Alors tu avances lentement ta verge et tu frottes ton gland sensible contre ma langue. Je sais que je dois garder la bouche ouverte pendant que tu prends ton plaisir. Tu fermes les yeux et continues ce mouvement de va-et-vient de ton gland contre ma langue.

— Mmmmh, c'est bon...

Ma bave lubrifie à merveille ta queue et rend ce va-et-vient délicieux pour toi. Ton plaisir augmente et tu as envie de plus. Tu prends ma tête dans tes mains et, prenant appui, tu pousses ton pénis au fond de ma gorge d'un coup. Han ! Une jouissance délicieuse part de cette sensation de ton gland contre ma gorge et te fait soupirer d'aise. Mmmh ! Tu restes comme ça un moment, planté au fond. Je suis totalement rempli par ta bite. Je me sens dominé par ton pénis. Tu reprends les va-et-vient, mais en allant jusqu'au fond cette fois.

— Tète bien salope...

C'est le signal que j'attendais, je ferme la bouche, et avec ma langue, je forme un fourreau qui entoure totalement ta queue pour te donner un maximum de plaisir.

— Waouh, comme c'est bon... T'es une bonne suceuse...

Tu te laisses aller à ton plaisir, ta bite coulisse dans ma gorge. Quand je sens le goût de ta mouille, je sais que tu vas bientôt vouloir m'enculer.

Au moment où ton pénis sort de ma bouche, je me sens tout vide. Tu restes là devant moi, tu branles encore ta grosse queue devant mes yeux. Je ne peux la quitter du regard. Quelque chose se passe au niveau de mon cul. Je le sens qui masse le gode, comme s'il était vivant, comme s'il connaissait son job, sa raison d'être. Je sens aussi mon sexe qui est tendu, tout dur.

— Oh regarde, elle bande ta petite bite !

Tu t'approches et sembles t'intéresser à ma queue.

— Elle est vraiment pas bien grosse... Et là, c'est quand tu bandes ?!

Tu approches ton sexe du mien, comme pour comparer les tailles. Je sens ton pénis tout chaud toucher le mien. Ta queue est si longue et épaisse, la mienne tellement plus petite que c'en est humiliant.

— Tu comprends pourquoi c'est moi qui t'encule ? Tu comprends pourquoi c'est toi le soumis ? Une vraie queue de mâle, c'est ça !

Tu passes ta main sur toute la longueur de ta bite. Je regarde ma petite queue, ton gros membre, et je ne peux qu'être d'accord. Ta queue a la forme d'un gourdin plus épais en son centre. J'aime car cela m'élargit bien l'anus quand tu m'encules. Tu empoignes ta queue dans ta main et tu la branles, elle est super raide :

— Retourne-toi salope, j'ai envie de mettre ma queue au chaud dans ton cul de chienne.

Je regarde encore une fois ta bite, la mienne, et j'obéis. Je sens mon anus qui s'ouvre encore davantage, il est prêt à accueillir le pénis du mâle dominant. Je me plie en deux sur le lit, j'écarte les jambes, j'écarte les lobes de mes fesses avec mes mains pour m'offrir à toi.

— C'est bien salope, tu apprends vite !

Tu t'es positionné derrière moi et tu sors le gode de mon cul. Mon anus reste ouvert. Tu admires le bon job que tu as fait avec mon trou, que tu trouves élargi juste ce qu'il faut. Élargi par ta grosse verge. Ta bite est très dure et c'est presque douloureux qu'elle ne soit plus au chaud. Alors tu positionnes ton gland contre ma rondelle. Tu regardes mon anus qui, aussitôt, s'ouvre encore plus, pile à la grosseur de ton sexe. Cet anus est vivant, et il t'appartient, tu le sais. Tu commences à entrer ton pénis dans mon cul et la douce chaleur t'envahit aussitôt.

— C'est bon dans ton cul salope.

Tu sais que mon cul doit encore s'élargir alors tu n'as encore entré que la moitié de ta queue, le temps que ta bite fasse sa place, que je m'élargisse pour elle. Mais après, tu ne tiens plus, et rentres tout d'un coup sec. Han ! Jusqu'aux couilles ! J'accuse le coup. Je suis perforé. Tu restes planté au fond sans bouger. Je sens que je m'élargis et que la douleur disparaît. Tu le sens toi aussi, tu sens que ta bite et dans un fourreau humide que tu peux commencer à limer.

— Tu sais que tu as un cul qui est fait pour la bite toi ? C'est trop bon comment il me masse la queue.

Tu restes comme ça, planté au fond de moi. De temps en temps, tu fais des mouvements du bassin pour faire bouger ta bite mais en restant bien au fond pour bien enculer. C'est plutôt doux et je me laisse aller au plaisir. Ta fessée claque et me brûle soudainement.

— Tu l'as pas vue venir celle-là pédale !

C'est le coup d'envoi d'une sacré enculade. Tu me se serres le cou pour me maintenir plaqué pendant que tu encules. Tu fais faire des aller-retour à ta queue dans mon cul en grands mouvements. Ce n'est plus doux du tout et ça me fait mal. Toi tu prends ton pied et accélère encore le mouvement. Je m'y fait et tu surprends mon cri de jouissance.

— Ah tu aimes ça salope !

Alors tu fais exprès de rentrer encore plus loin ta bite en donnant de grands coups au fond. Han ! Han ! Je ne sais plus si j'ai mal ou si c'est bon mais je gémis à chaque coup comme une chienne. Et tu y vas, des grands coups Han ! Han ! Han ! Tu prends ton plaisir et lime de plus en plus vite. Alors tes couilles te picotent, tu sais que tu vas bientôt féconder ta chienne, remplir ton vide-couilles de sperme. Ahhhhhhhh ! Ton éjaculation semble ne jamais devoir finir. Je sens de longs jets me remplir totalement. Tu regardes mon sexe et tu me vois éjaculer à mon tour, par l'effet de ta grosse bite dans mon cul. Mmmmh c'est bon...

Je me réveille, je ne sais à quel moment je me suis endormi. La seule chose dont je me rappelle, c'est que tu m'as baisé comme un roi. Tu m'as baisé comme un roi la bouche et le cul. Je me rappelle de cette sensation quand tu as éjaculé en moi. Je ne savais pas qu'on pouvait SENTIR comme ça, quand un mec éjacule dans votre cul. Tes jets devaient être vraiment puissants. Et abondants, car je sens mon anus humide qui déborde encore de sperme. J'y mets un doigt que je suce, pour goûter la saveur de ta semence. J'ai la tête qui tourne, j'ai l'image de ta queue comme omniprésente devant mes yeux. Je veux encore sucer cette bite. C'est la seule chose qui compte pour moi désormais : ta queue.

Je me rappelle alors de l'avertissement du médecin (voir l'épisode Visite chez le sodomologue) : Ce mec est un hyperséminal. Lors de l'éjaculation, ses bourses produisent une quantité importante de semence. Cette semence rend totalement addict. Elle soumet totalement le partenaire à la volonté de l'hyperséminal. Vous êtes prévenu.

Trop tard...