Un mercredi soir bien chaud


Un mercredi soir bien chaud
Texte paru le 2022-01-16 par Frenchbi69   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1813 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Frenchbi69.


J'étais à Paris du 8 au 10 décembre 2021, pour des raisons professionnelles.

Mercredi soir, je me suis fait un petit plan sympa avec un petit brun bien sexy... 1.72m 64 kg.


Arrivés dans sa chambre, on s'est chaudement embrassés tandis que nos mains s'attardaient sur nos braguettes, nos culs... Je me suis agenouillé devant lui, j'ai un peu mordillé sa bosse, puis, j'ai défait le bouton de son jean avec mes dents et baissé sa fermeture éclair. Il portait un slip rouge, que j'ai immédiatement commencé à lécher... j'ai aussi titillé ses aines avec ma langue et son cul avec mes mains. 


Puis je me suis redressé et nous nous sommes à nouveau embrassés. Je lui ai fait retirer son pull et il déboutonné et enlevé ma chemise. Il avait un torse très poilu et également beaucoup de poils sur le ventre. Son petit cul était bien rebondi. 


Je ne sais plus précisément comment les ébats se sont ensuite déroulés car il y a eu beaucoup de caresses, de baisers, de succions et de coups de langue... Mais on a été alternativement en 69 puis assis pour se sucer et se bouffer le cul. Dans nos fellations, nous nous aidions de nos doigts pour exciter nos trous et décupler le plaisir.


C'était très excitant de glisser le bout du doigt dans son cul, mais il voulait pas que j'aille plus loin. Il avait une raie très poilue, aussi fournie qu'une forêt vierge ! Bizarrement, ça ne m'a rebuté et j'ai délicieusement bouffé son trou après qu'il aie bien bouffé le mien. Nous avons inversé les rôles à plusieurs reprises, avec gourmandise, nous complimentant sur le rebondi de nos culs et l'étroitesse de nos petits orifices nets et serrés.


Parfois, nous nous interrompions pour nous embrasser et laisser nos queues se reposer, agitées de soubresauts, une petite goutte perlant au bout des glands. Nous respirions les aisselles de l'autre.


Je lui ai suggéré que chacun enfile le slip de l'autre ; il a accepté. Et nous nous sommes embrassés, lui allongé et moi sur lui, frottant frénétiquement nos bosses l'une contre l'autre. J'ai sorti ma bite sur le côté du slip et je l'ai enfilé dans le sien et je me suis mis à la faire aller et venir, mimant une pénétration en missionnaire, ses jambes presque repliées contre son torse.


Ensuite, nous nous sommes encore retrouvés nus, pour nous sucer, nous embrasser nous caresser. Nous avons éjaculé, moi sur son torse, par les oeuvres de sa main et de sa bouche, lui sur son ventre.