Un plombier au tuyau énorme


Un plombier au tuyau énorme
Texte paru le 2022-03-05 par Etienneguy48   Drapeau-qc.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

M.jpg

Cet auteur vous présente 40 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1961 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Etienneguy48.


Il m'est souvent arrivé de regarder des films où un plombier sexy baise un client et je dois avouer que ce genre de scènes me laissait froid, jusqu'à cette semaine.

Mercredi passé, j'arrive chez moi, après le travail, pour m'apercevoir que le tuyau sous l'évier de ma salle de bains est bouché. N'étant pas très manuel, je pense tout de suite à un ami sachant qu'il avait déjà flirté avec un plombier. Je me décide donc à lui téléphoner pour lui demander s'il a toujours contact avec ce mec et heureusement, il m'avoue qu'il le voit quelques fois pour le sexe. Je lui explique mon problème et gentiment, il me propose de le contacter. Quelques minutes plus tard, il me rappelle pour me dire que le fameux plombier pouvait, dès maintenant, se rendre chez moi. Par chance, il demeurait qu'à quelques minutes de chez moi.

Soit une dizaine de minutes plus tard, il sonne à la porte, son coffre d'outil à la main. En le voyant, je me rappelai l'avoir déjà entrevu au bar. Je l'invite donc à entrer pour le conduire à la salle de bain. C'est là que commence les scènes de film porno gay.

Il se positionne sur le dos, la tête sous l'évier. Aussitôt, je remarque qu'il ne porte rien sous son jeans. La forme de sa queue se laisse parfaitement entrevoir. Je dois avouer que ce n'est pas tout à fait mon type d'homme, mais de savoir qu'il est nu sous son jeans commence à m'exciter.

Comme toujours quand je suis à la maison, je ne porte qu'un boxer ample et un t-shirt et je ne désire nullement que cette excitation devienne évidente. Ce qui m'importe au moment présent, c'est que ce plombier débouche ce tuyau, mais pourtant, je ne parviens plus à détacher mon regard de son jeans. Je n'ai qu'une envie et c'est d'y poser ma main. Je sais bien que s'il lève la tête, il verra aussitôt mon érection, ma queue sortant de mon boxer. Je pense aller enfiler un jeans, mais il est trop tard ; il se demanderait le pourquoi du pourquoi.

Je tente alors de cacher ma queue en la replaçant sous mon boxer, mais en vain. Et là, il fait ce qu'il n'aurait jamais dû faire ; il pose sa main sur son jeans pour, lui aussi, replacer sa queue. Je la vois grossir et le terme grossir est presque un euphémisme. Ce mec n'a pas une queue sous son jeans, mais une matraque. Maintenant, il est parfaitement bandé et poursuit son travail comme rien, les bras au-dessus de la tête, sous l'évier. Je sais bien qu'il est gay, mais comment m'assurer que je peux tenter quelque chose sans me faire rabrouer.

Je m'approche donc et m'agenouille près de lui, feignant de m'intéresser au fameux tuyau bouché.

- Et puis, vas-tu en venir à bout ?

- Aucun problème avec ce tuyau du moins, me répond-il de sa grosse voix. Si tu remarques bien, il n'est pas là le problème.

- Comment ça ? Ce n'est pas le tuyau qui est bloqué ?

- Pour être bloqué, il l'est bel et bien par contre, si tu regardes plus bas, c'est mon tuyau qui a besoin d'être débloqué, dit-il en tripotant sa queue par-dessus son jeans. Tu la regardes depuis tout à l'heure sans rien faire, poursuit-il en déboutonnant son jeans pour la sortir, me montrant un mastodonte circoncit au gland énorme.

Sans me faire prier, j'ouvre la bouche et me, mais à la sucer avidement. Je n'avais encore jamais eu une si grosse bite dans la bouche et dieu sait que j'en ai eu des queues entre mes lèvres. Elle doit mesurer près de 27 centimètres et elle est assez épaisse pour me faire mal aux mâchoires. Et pendant que je le suce, il poursuit son travail.

- Crois-tu que ton cul serait capable de la prendre au complet ? Demande-t-il tout bonnement.

Il ne sait pas à qui il a affaire ce plombier. Aussitôt, je me débarrasse de mon boxer et prend place sur sa queue mouillée de ma salive. Je dois avouer que je prends mon temps, plus que d'habitude, avant de la faire entrer au complet mais une fois au fond de moi, ouf … Je la sens bien, très bien même et j'accélère mes mouvements. Il y a un bout que mon cul ne s'était pas fait plaisir à ce point. Je monte et descends, montais et descendais, sa queue se plaquant contre ma prostate pendant que je me masturbe.

Lui, il continue toujours son travail, mais je peux l'entendre gémir sous l'évier jusqu'à ce qu'il laisse entendre un long cri pendant que je sens la chaleur de son foutre me remplir le cul. J'accélère ma masturbation, venant à grands jets sur le mec tout en poursuivant mes mouvements du bassin, car je sens encore très bien sa queue en moi. Lentement, je quitte ma position, sa queue sortant de mon cul. Je m'agenouille et prends sa bite en entier dans ma bouche pour la lécher de son foutre gluant. Une fois nettoyée, je la replace dans le jeans que je boutonne.

- Avise-moi quand tu auras terminé, je serai au salon, dis-je en quittant la salle de bain pour le laisser faire son travail.

Soit une dizaine de minutes plus tard, je le vois apparaître, son coffre d'outil à la main.

- Tu sais quoi, me dit-il. Si je suis venu ce soir, c'est que je savais qui tu étais quand Marco m'a téléphoné. Je me suis dit que je ne pouvais pas manquer cela.

- Comment ça ? Dis-je en le regardant avec curiosité.

- Je t'ai souvent vu au bar et chaque fois, je me suis dit que tu avais un cul spécialement conçu pour ma queue. Marco m'avait avoué que tu adorais te faire planter.

- Il a dit cela ? Tu vois donc qu'il ne mentait pas.

- Je vais y aller. Tu sais, pas besoin d'attendre qu'un tuyau soit bouché pour me téléphoner. En passant, c'est gratuit.