Une double amitié c'est le plus beau cadeau


Une double amitié c'est le plus beau cadeau
Texte paru le 1999-08-28 par BoyGay   Drapeau-be.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 4 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6952 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. BoyGay.


L'histoire que je vais vous conter m'est arrivée il y a un an, je venais de fêter mes 17 ans. Plein d'amis sont venus à la maison et nous nous étions fixés comme objectif de faire la fête sans alcool. À la fin de la soirée tous le monde est retourné sobre sauf deux amis jumeaux, Gaétan et Cédric qui devaient dormir à la maison, car il n'avaient que 16½ ans et ils n'avait pas de voiture. Ils étaient super mignon, les cheveux courts et blonds, des yeux bleus comme l'océan, ils mesuraient 1m75 et ne devaient pas peser plus de 68 kg. Je les trouvaient parfait! Il m'était déjà arrivé de penser à eux en me massant le sexe quand j'étais seul dans mon lit, mais jamais je n'avais tenté de les draguer car j'avais peur de la réaction qu'ils auraient pu avoir.

L'heure était déjà bien avancée et il était temps d'aller se coucher. Je me doutais que nous allions discuter durant de longues heures, j'explique à ces deux juniors où se trouve la salle de bains pour qu'ils puissent enfiler leur pyjamas, ils partent ensemble se changer, du temps que moi je passe un caleçon américain et un tee-shirt dans la chambre. J'étais déjà installé sur mon lit quand Cédric est entré dans la chambre avec juste un boxer blanc et une bosse majestueuse ressortait. Je ne pus m'empêcher de regarder son torse et ses longues jambes imberbes, il s'est avancé vers moi et m'a chuchoté à l'oreille:

— Ne t'en fais pas nous sommes comme toi, et pour ton anniversaire nous avons décidé de t'offrir un cadeau exeptionel. Nous t'avons déjà vu nous regarder dans les douches de l'école.

Je ne pouvais rien répondre à cela et un sentiment de bien être m'envahit, je sentais bien que mon anatomie avait bien compris le message. J'ai regardé Cédric avec un grand sourire et je lui ai juste répondu "Merci!" À ce moment là, Gaétan est entré dans la chambre, il était le même que son frère, il portait le même boxer mais en noir. Ils se sont couchés tous les deux près de moi, nous étions éclairés par la lumière de pleine lune. Je sentais la main douce de Cédric passer sur mon torse et je pouvais sentir sa respiration contre ma joue. Un grand silence envahissait la pièce, juste le bruit des caresses pouvaient s'entendre. Son frère quant à lui caressait mon entrejambe. Ses mains étaient moites, mais la délicatesse qu'il mettait pour accomplir son gestes me faisait bander de plus belle. Avec ses lèvres, il embrassait aux travers de mon caleçon mon sexe si raide, je sentais la chaleur de sa bouche et des frisons m'envahissaient. Je me bougeais un peu de façon à pouvoir embrasser Cédric et je lui caressais ses fesses si bien dessinées. Il écartait les jambes de façon à ce que je puisse stimuler son anus au travers son boxer, Cédric dégageait une telle chaleur que celle-ci me donnait un sentiment de sécurité.

Gaétan remontant vers moi, sortit de son boxer un long morceau de soie et tenta de m'attacher les mains aux barreaux du lit, l'ambiance était tellement respectueuse et sensuelles que je ne me débattais pas. Une fois mes bras écartés, il m'embrassait les dessous de bras tandis que Cédric installait dans la chambre quelques bougies afin d'augmenter l'ambiance érotique. Une fois que celles-ci brillaient, il m'a enlevé mon caleçon et tous les deux sans rien dire, ont commencé à me raser le pubis et les couilles. Ce moment était exquis, je sentais leurs mains se déposer son mon sexe et le masser en le bougeant dans tous les sens. Quand ils ont eu fini, ils se sont mis à me masturber tout en passant leur langue sur mon prépuce. Les deux frères s'embrassaient avec ma queue entre leur langues, j'étais le plus heureux, ce spectacle me comblait de joie et je sentais mes muscles se contracter. Ma respiration était très profonde, je savourais cet instant.

Je n'avais toujours pas découvert leurs tiges toujours gardées à l'abri de leur boxer. J'ai ressenti une forte pression venant de mes couilles et le nectar remonter tout au long de ma queue pour enfin jaillir et effleurer les deux visages. Ils se sont embrassés en léchant cette sauce onctueuse et ils ont commencé à se caresser. Gaétan est descendu le long de la poitrine de son frère et lui a baissé le boxer pour laisser découvrir un sexe de 16 cm, complètement rasé aussi. Le bout de son gland était gluant tellement il avait mouillé. Il lui prit sa queue en bouche et l'avalait toute entière. Son frère lui tenait la tête contre son bas-ventre et tentait d'enfoncer encore plus. Après quelques minutes, mon sexe s'était de nouveau raidi et Cédric s'est retiré de son frère pour m'écarter les jambes et s'y mettre à genoux entre. Je pouvais sentir la chaleur de son corps et ses mains se déposaient sur mes cuisses.

Il me les relevas et mit son gland visqueux contre mon anus. Tout doucement, je le sentis pénétrer en moi, j'avais assez peur et mon coeur battait de plus en plus vite. Je sentais cette chaleur s'enfoncer de plus en plus en moi et l'émotion me monter aux yeux. Gaétan me détacha et me permit de lécher son gland. Je faisais tourner ma langue contre cette douce partie et jouais délicatement avec le reste de sa tige afin de ramener la peau sur le gland. Son frère allait de plus en plus vite et je l'entendais jouir, jusqu'au moment où il déversa sur ma queue toute sa jute. Gaétan s'est retourné et m'a sucé jusqu'à ce que je jouisse de plus belle. Comme lui n'avait pas encore juté, son frère lui à proposer de le pénétrer tandis que moi j'ai embrassé longuement Cédric.

Nous avons terminé la nuit tous les trois dans le grand lit, l'un contre l'autre et nous étions nus. La chambre avait une odeur très masculine qui flirtait avec mes narines. Mes mains durant la nuit ont souvent caressé le sexe de mes deux amis. Merci à eux pour cette nuit extraordinaire.

Si mon histoire vous à plue, écrivez-moi!