Une femme pas comme les autres

Drapeau-fr.svg H pour H

HH5.jpg


Numéro 5

Texte d'archive:


Archivé de: H pour H – Numéro 5
Date de parution originale: Janvier 1990

Date de publication/archivage: 2020-12-19

Auteur: Fred
Titre: Une femme pas comme les autres
Rubrique: Heureuses surprises

Note: Le magazine Hommes pour Hommes ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 2813 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Résumé / Intro :

En palpant son slip, j’ai découvert une énorme bite.


Le jour de mes trente ans, après un bon repas dans un resto avec deux copains de l’hôpital où je travaille, on a voulu finir la soirée dans une boîte de Strasbourg. Mes deux copains sont mariés. Moi, je suis célibataire et je baise aussi bien avec des mecs qu’avec des nanas.

À peine dans la boîte, je remarque une belle blonde aux formes généreuses. On se balance un regard en coin. Apparemment, je lui plaisais. Je laisse mes copains à leur bouteille de champagne et je rejoins la belle créature. Côté maquillage, elle n’y était pas allée de main morte mais peu importe. Je lui dis que je m’appelle Fred, et je lui fais :

«On va faire un tour dans ma voiture ?»

Elle me répond par un sourire et je la vois qui se dirige vers la sortie. J’étais un peu étonné de la facilité avec laquelle elle venait d’accepter. Dans la voiture, elle m’a roulé un tel patin que j’ai cru étouffer. Sa langue s’enfonçait dans ma gorge avec voracité. En glissant ma main entre ses cuisses, je me demandais si c’était une vraie ou une fausse blonde. C’est alors que, en palpant son slip, j’ai rencontré une énorme bite tendue et dure comme une barre de fer ! Surpris, j’ai commencé à branler cette grosse pine à travers la culotte de dentelle. Je sais garder mon sang-froid. Et puis, il y avait longtemps que je n’avais pas tenu une aussi belle bite dans ma main.

J’ai sorti la mienne. Tant bien que mal, on a réussi à se mettre tête-bêche sur la banquette avant de ma voiture. J’ai pris sa grosse queue dans ma bouche pendant qu’il commençait à me pomper avec rapidité et savoir-faire. Son gland énorme remplissait à lui seul ma bouche.

Sans vouloir vexer les nanas, ce sont quand même les mecs qui taillent les meilleures pipes. J’ai déchargé dans sa bouche dès que son sperme a giclé sur ma langue.

Quand j’ai retrouvé mes copains, ils étaient complètement ivres. L’un d’eux m’a dit :

«Et la belle blonde ? Tu nous la présentes ?»

Je lui ai dit qu’elle n’était pas son genre, et on est partis.

Fred, 30 ans.