Une pipe au réveil, rien de meilleur

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG74.jpg


Numéro 74

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 74
Date de parution originale: Janvier 1996

Date de publication/archivage: 2013-05-30

Auteur: Raoul
Titre: Une pipe au réveil, rien de meilleur
Rubrique: Draguer, c'est facile

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3826 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Il y a une quinzaine d’années, étudiant, je travaillais deux nuits par semaine comme veilleur de nuit dans un hôtel. Mon meilleur souvenir n’est pas de la nuit, mais d’une certaine matinée.

Un splendide client, un mâle comme je les aime, viril, baraqué, trente-cinq berges environ, brun, hâlé, moustache, un vrai canon de mec, m’avait demandé de le réveiller vers 7h30.

— Je suis dur à réveiller le matin, me dit-il!

— Ne vous en faites pas, c’est l’heure à laquelle je pars. Je monterai moi-même vous secouer!

À 7h30, j’ai quitté mon poste en disant à la réceptionniste: "Je monte réveiller le 210, rappelez-le à 8h00." Avec mon passe j’ai pénétré dans la chambre en question. Il était là, à poil, torse brun, légèrement velu, deux larges tétins sombres perdus dans les poils, cuisses puissantes et, au milieu de tout cela, une érection maousse, nom de Dieu! Il devait faire un sacré rêve! Une bite qui faisait à vue de nez ses vingt centimètres, d’un bon poids, épaisse, aplatie sur le dessus avec un gland qui sortait à moitié, et dessous deux grosses couilles velues dans leur sac trop grand.

J’ai secoué le mec; il grogna. J’ai décidé alors de le réveiller en douceur. Du plat de la main, juste au-dessus des poils, j’ai tenté une caresse. Doucement j’ai malaxé la pointe d’un téton qui a durci immédiatement. L’homme a gémi. Il allait se réveiller. Il fallait faire vite! J’ai englouti sa verge, j’ai pris ses couilles dans ma main et je les ai massées. Il commença à se tordre de plaisir, ouvrit un œil et parut surpris: "Merde, un mec! Si on m’avait dit ça! Continue, mon petit, c’est bon!" Je n’avais pas besoin d’encouragements!

Je me suis coincé entre les cuisses, là j’étais mieux à pied d’œuvre. Ma main droite en anneau autour de la verge qu’elle contenait difficilement coulissait, tandis que ma bouche s’activait sur le gland. De temps en temps, je le ressortais de la bouche et de la langue je lissais le bel abricot brûlant. De la pointe, je picotais sous le méat, à la base du frein. La main gauche, elle, s’activait sur le sac velu qui contenait les glandes. Je les massais du bout des doigts, l'une après l’autre. Du bout de la langue je traçais le chemin depuis les couilles, le long de la hampe jusqu’au frein. L'homme se tordait de plaisir. Quand je le sentis frémir, je me suis arrêté pour recommencer encore et encore. Je voulais le mener crescendo à un plaisir dont il se souviendrait.

À un moment, je sentis qu’il n’en pouvait plus, qu’il n’allait pas tarder à éjaculer. Il se tendit comme un arc et cria: "Je jouis!” Pensait-il que j’allais me retirer et me faire éclabousser la figure de sa semence? Non, j’aimais trop le jus de couilles! À longues rasades il m’éjecta son nectar; je crus qu’il n’en finirait jamais! Il s’écroula enfin et murmura: "Ben mon cochon!" J’avais la bouche pleine de sperme que ma langue barattait. J’ai abandonné sa verge.

À ce moment-là le téléphone sonna: c’était la réceptionniste pour le rappel du réveil. Il se tourna vers moi: "Gentil, le personnel, ici! Et au service du client...” Il ajouta: "C’est toi qui assure le réveil des clients?" "Non, mais je les choisis. J’aime les moches, vieux, avec rien dans le caleçon!" Et je repris la verge en main. J’assurai alors un troisième rappel qui fut aussi arrosé que le premier.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!