Unique dans les annales


Unique dans les annales
Texte paru le 2017-08-13 par Aldolaclass   
Ce récit a été publié sur l'archive par l'auteur d'après une activité d'écriture proposée au menu "Écriture" du menu général.

M.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4906 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Aldolaclass.


Tout avait commencé lorsque par hasard en jouant avec mon berger allemand, j'avais remarqué qu'il adorait se rouler au sol en ma compagnie et que surtout, dès que je l'imitais en me mettant à quatre pattes comme lui, il me montait dessus en frétillant de la croupe comme si j'étais une vraie chienne en chaleur... Au début je n'y prêtais guère attention, considérant cela plus comme un jeu amusant qu'autre chose. Mais voila... mon cul n'en pensait pas autant et il se mit lui aussi à y prendre goût tant et si bien que très vite je me posais la question qui allait tout changer pour moi: et si au cours de ses roulades et surtout au moment de ses saillies, j'avais les fesses toutes nues? Que se passerait-il, alors? Est-ce que — ce que je n'osais même pas imaginer — serait alors possible? Est ce que l'impensable pourrait se réaliser? Est ce que mon cul brûlant et trop timide pour approcher une bite humaine trouverait enfin son compte dans cette union animale?

Toutes ces question bizarres me turlupinaient et me hantaient tellement l'esprit que je décidais le soir même de rejouer avec Brad, mais en nocturne et cette fois-ci vêtu seulement d'une cape et complètement nu en dessous. Il était donc bientôt vingt-deux heures lorsque je sortis mon berger de son chenil pour l'emmener gambader dans le bois... Très vite il se mit à renifler mon derrière nu en cherchant à y fourrer son long museau. Il faut dire que je m'étais largement enduit les fesses d'une bonne dose de miel pur pour le pousser à me lécher la raie. J'avais même introduit, à l'aide d'une canule perforée, quelques centilitres du précieux nectar dans mon anus et dans mon rectum.

Arrivé à l'orée du bois, j’ôtais ma cape et m'accroupis en attendant de voir sa réaction. Il me renifla de nouveau mais comme j'étais un peu plus écarté, il se mit à me lécher avec gourmandise. Je me mis très vite à gémir et m'écartais d'avantage afin de mieux offrir mes fesses à cette langue râpeuse et bienfaisante. J'avais très bien fait de me remplir les fesses et même l’intérieur de mon anus de miel, car à ma grande joie, sa langue pointue et charnue se mit à forcer doucement mon petit trou en feu pour me fouiller plus profondément. Je le laissais faire en m'écartant encore plus et en gémissant de plus belle. J'étais aux anges et cette grosse langue y était pour beaucoup. Il me caressa ainsi un long moment jusqu'à ce qu'il décide de passer à l'étape suivante...

En effet, je l'avais tellement excité en remuant les fesses et en les écartant au maximum, que son instinct animal avait très probablement estimé la "chose" faisable. Il me monta dessus à quatre pattes et son gros pénis se mit alors à fouiller maladroitement mes fesses à la recherche de mon anus. Oh mes aïeux! Il était vraiment immense! Plus gros que le mien en tout cas! C'était la toute première fois que je le voyais bander ainsi et j'en étais à la fois tout ému et tout retourné. J'avais lu quelque part que le sexe des bergers pouvait atteindre très facilement dix-sept centimètres de long et quatre centimètres de diamètre! Et qu'en plus une grosse boule se formait à sa base et qu'elle se coinçait souvent à l'intérieur des femelles, à tel point qu'il fallait parfois attendre des heures pour l'en sortir. Mama mia! Allais-je accueillir cette chose monstrueuse dans mon derrière? Allais-je vraiment laisser Brad m'enculer et me baiser comme une chienne? Ma raison et mon éducation me le déconseillaient mais bien sûr, mon joli cul bouillonnant n'était pas du même avis... Bien au contraire!

C'est pourquoi ma main vint vite à la rescousse du fabuleux pénis de Brad afin de le guider et de l'aider à investir l'étroit chemin de mon rectum. Son gland était maintenant sur mon petit trou et j'en crevais réellement d'envie. Heureusement que le miel pur était très glissant car il exerça soudain une forte poussée et m'envahit très profondément le rectum en m'arrachant un cri de douleur. Beaucoup plus que la douleur, c'était surtout le fait de me faire pénétrer par une masse de chair aussi impressionnante qui me stupéfiait. C'était comme si mes fesses étaient passées subitement, en à peine quelques secondes, de la taille quarante à la taille cinquante! Mais bon, je l'avais bien cherché et il fallait maintenant assumer, car derrière moi, Brad commençait à s'activer sérieusement et à me limer le cul férocement. Passée les premières douleurs du début, je me mis rapidement à apprécier et à savourer cette toute première sodomie que me procurait cette tonitruante pénétration. Je bougeais les fesses et les écartais autant que je le pouvais pour encore mieux sentir ce pieu immense me ravager le cul!

J'étais fou de joie de découvrir ce nouveau plaisir aussi délicieux qu'intense! Et dire que j'avais laissé cette pine de folie se promener tranquillement sous mon regard indifférent durant toutes ces années, sans songer un seul instant à me l'enfoncer dans le cul! Quel immense gâchis, mes aïeux! Mais dorénavant je comptais bien me rattraper et multiplier autant que possible mes balades nocturnes avec Brad (bien évidemment le cul à l'air!), afin de me faire saillir par mon compagnon et me faire à chaque fois défoncer la raie par son prodigieux pénis! Car je savais parfaitement que je ne pourrais plus dorénavant me passer de cette incroyable boule de feu qui remplissait incroyablement mon cul!

Il avait atteint à présent un rythme frénétique et je commençais même à ressentir sa grosse boule se former à la base de son pénis. Oh mes aïeux! Allait-il me l'enfoncer aussi? Je ne mis pas très longtemps à le savoir car avec une puissance inimaginable il s'engouffra de tout son long, sa grosse boule de sperme y compris, dans mes entrailles en feu. Je n'en pouvais plus... Mes fesses et mon anus étaient dilatés à l’extrême, le laissant librement me sodomiser et m'enculer bien à fond! Chaque poussée de Brad m'arrachait de grands cris. Cris de douleur ou de plaisir? Je ne le savais pas moi-même. Je n'étais plus qu'un gros cul incroyablement défoncé par une bite hors norme qui me faisait hurler dans la nuit... Je sentais la grosse boule enfler encore dans mon rectum en me dilatant de manière inimaginable. Le plus beau, c'est que je n'avais pas la moindre envie que cela cesse et pensais déjà à remettre cela dès le lendemain soir... Et même peut-être tous les soirs! Jusqu'à ce que mon cul explose sous les puissants assauts de cette bite enragée! Plus il me pompait le cul avec force plus je m'écartais et m'offrais d'avantage à cette tornade qui me déchirait l’arrière-train!

Je soulevais un peu plus mon gros derrière afin de faciliter cette pénétration de folie et la rendre encore plus profonde et plus démente... J'en devenais absolument dingue! Je hurlais tellement c'était trop bon! Je sentais à présent ma rondelle s'écarteler de façon inimaginable, traduisant une nouvelle augmentation du diamètre de son pénis mais je le laissais faire en me contentant d'offrir mon cul passivement à cette tempête de feu qui emportait tout mon postérieur. Il se mit alors à me pénétrer furieusement et de manière plus saccadée, me faisant hurler de plus belle. Mais tout ayant une fin, ses violents et voluptueux coups de boutoir diminuèrent subitement tandis qu'il m'aspergeait le cul et le rectum d'une abondante sève chaude et bienfaisante. C'était assurément un coup qui allait rester dans ...les annales!