Zobs Story (2) (récit avec photos)


Zobs Story (2) (récit avec photos)
Texte paru le 2006-12-09 par Charles   Drapeau-be.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 351 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 27176 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Charles.


Template-Books.pngSérie : Zobs Story

J – 40

Fabrice s'installa à genoux sur le sofa, offrant son cul au beau mec qui astiquait sa queue et y déroulait une capote. La bite de Gérald gonflée à bloc s'approcha du trou de son amant et s’enfonça doucement dans l'anus chaud et humide. Fabrice poussa un cri mêlé de surprise et de douleur mais, bien vite, sous les caresses de Gérald, il s’abandonna et cria que c'était «ultra bon» et qu'il la voulait jusqu'au fond. Gérald, le grand patron de Gay TV, vivait depuis huit mois (un record pour lui!) avec Fabrice, un mec très sexy qui travaillait comme mannequin dans une agence italienne. Gérald, bien qu’il se refusait à se l’avouer, trouvait déjà leur liaison barbante. Il essayait continuellement de raviver la flamme en pimentant leurs jeux sexuels. Ce qui le faisait triquer, c’était de saillir son mec dans des endroits comme des toilettes publiques, un chantier, une aire d’autoroute ou un sex-shop. Ils avaient déjà essayé de nombreux endroits et toujours avec beaucoup de bonheur. Ils s’étaient même fait pincés par un gardien de parking et maté par un routier. C’était la première fois qu’il allait le baiser dans son bureau.

En y entrant avec Fabrice, il avait dit à son secrétaire, le petit Mike, de ne les déranger sous aucun prétexte... mais il n’avait pas tourné la clef dans la serrure. À l’idée de pouvoir être surpris à tout moment, il s’était mis à bander comme un turc et il avait carrément arraché le pantalon de Fabrice. Celui-ci avait bien été un peu surpris mais il s’était prêté au jeu sans problème. Gérald enfonça son pénis plus loin et se sentit envahi d'un désir ardent. Il voulait que Fabrice prenne son pied. Ses mouvements de va-et-vient doux et continus faisaient râler son ami de plaisir. Il enfonçait son pénis lentement, mais activement pour amener le plaisir commun.

— Oh oui, mon amour, baise-moi... Défonce-moi!

— Tu aimes ça, hein, petite pute? Te faire défoncer par ton mec sur un canapé... Et si mon secrétaire entrait et te voyait comme ça, la croupe tendue... comme une pute!

— Viens... viens en moi...

Derrière la porte, dans le couloir, Mike s’était approché pour mieux entendre. Il n’avait jamais imaginé que son patron, le beau Gérald, puisse être une bête de sexe. À l’entendre ramoner son petit ami, Mike se caressa la bite raide à travers ses jeans. Ça faisait des semaines qu’on ne l’avait pas touché et il avait envie de hurler.

Mike était un mec plus qu’appétissant mais assez petit. Sa taille était un véritable complexe et il était persuadé de ne pas avoir trouvé l’homme de sa vie à cause de ça. Comme il fréquentait peu le milieu et les boîtes branchées, il réduisait son terrain de chasse au boulot et à la rue. Entravé par une éducation prude et stricte, il avait beaucoup de mal à «oser» faire le premier pas, à aborder un garçon qui lui plaisait. Ah si, tout de même, il avait un jour rencontré un type super au Monoprix. Leurs regards s’étaient croisés à plusieurs reprises entre les rayons du supermarché et Mike avait finalement eut le courage de parler... Le style de réplique idiote comme «On s’est déjà rencontré, non?» Et l’autre avait répondu: «Non, mais ça me plairait de te connaître mieux!» L’endroit n’était évidemment pas propice aux grandes effusions. Ils s’étaient vu trois ou quatre fois – resto, ciné, théâtre - et le type n’avait plus donné signe de vie. Ils avaient fait l’amour deux fois et pour Mike, c’était plutôt réussi. L’autre n’avait pas dû avoir le même avis... C’est l’éternel problème: être au diapason, vouloir la même chose au même moment... Parfois, Mike pensait que les pédés étaient plus compliqués que les hétéros.

Mike épiait donc son patron derrière la porte du bureau. Il était rouge d’excitation et de honte.

— Ouais... ouais... ça vient...

— Enfonce-toi plus loin, mon chéri!

Gérald allait jouir et il hurla de plaisir quand il sentit son sperme monter de ses couilles qui battaient en rythme contre les fesses de son amant. Il dit à ce dernier qu'il allait venir. Il accéléra le rythme en ahanant comme un fauve en rut. Fabrice ne le reconnaissait presque pas. Depuis quelques temps, il pensait que Gérald n’avait plus le même désir pour lui et qu’il avait un autre amant. Gérald ondulait sur la croupe de Fabrice et poussant des cris rauques...

Il pensa: «Eh merde, qu’ils aillent tous se faire voir ailleurs!» De toutes façons, Mike et les autres se doutaient de ce qu’il faisait à Fabrice dans son bureau. Il sentait les muscles anaux de son amant lui serrer la queue. Cela l'excitait et sa queue se gonflait plus fort encore, à lui faire mal. Fabrice, les cuisses bien écartées levait et descendait son petit cul sur la bite qui le limait en force. Ses râles devenaient de plus en plus bruyants: mais il ne s’en préoccupait pas. Le baiseur respirait bruyamment, il ne maîtrisait plus sa queue, il n'était plus qu'une bite dans un trou chaud et humide. Fabrice rebandait et de sa main droite se branlait, secouant ses couilles qui tapaient en descendant sur celles gonflées de Gérald. Super excité par ce trou juteux, il poussa son mec en avant pour le mettre à quatre pattes. Il décula, laissant apparaître un trou rose dilaté. Il transpirait tellement que la sueur coulait le long du sillon de son cul musclé.

L’enculé contracta les muscles de son cul pour bien enserrer la queue qui le ramonait et pour tirer un maximum de sensations de ce limage intensif. Il avait arrêté de se branler depuis un certain temps car il sentait la jouissance trop proche. Il voulait accéder au plaisir en même temps que Gérald. C’est ce qui arriva. Le plaisir arriva au même moment chez les deux hommes. Fabrice ne se toucha même pas la queue. De grands jets de sperme s’écrasèrent sur l’accoudoir du canapé. Ils s’écroulèrent tous deux sur le canapé, épuisés. Leur respiration était rapide et saccadée. Un sourire éclairait le visage de Fabrice et Gérald y répondit:

— Verdict?

— Tu vas en prendre à perpète, mon vieux.

— J’adore quand tu te fais un peu pute. Ça me rend fou.

Il posa un doux baiser sur les lèvres de son mec.

— Tu sais ce qui m’aurait vraiment plu? dit Fabrice.

— Non.

— C’était de voir entrer un de tes collaborateurs pendant que tu me baisais.

— Tu aurais aimé ça, toi?!

— Eh oui.

— Pas aussi pudique que je le croyais alors!

— Depuis que tu me fais l’amour un peu partout, j’y ai pris goût... Chaque fois, je me demande où ce sera la prochaine fois.

— Je te promets de trouver mieux encore.

— J’y compte bien!

Fabrice se rhabillait déjà. Si l’idée d’être surpris pendant la baise l’excitait, celle d’être découverts là, queue ballante et désir au point zéro, lui plaisait moins. Les deux garçons reprenaient leur souffle et le silence s’installa dans la pièce. Une odeur de sperme flottait dans l’air et Gérald augmenta l’air conditionné. Fabrice ajusta sa chemise en regardant l’image clean que lui renvoyait le miroir.

— Ça avance votre casting?

— Y’a intérêt! Nous sommes à 40 jours du lancement de l’émission...

— Ça me rend dingue de te savoir enfermé dans ce bureau avec des beaux mecs prêts à tout...

— Rassure-toi, je ne m’occupe pas directement du casting. C’est Robert qui est chargé de cette tâche très lourde.

Fabrice s’assit derrière le bureau de Gérald et souleva un dossier dans une pile.

— Je peux?

— Si tu sais garder un secret.

— Une tombe, mon chéri! C’est le dossier des «déjà sélectionnés»?

— Exactement! Nous en avons déjà sept!

— Je peux faire le huitième, non!

Gérald sourit. Il savait parfaitement bien que Fabrice n’était pas fait pour ce genre d’expérience. Au début de leur relation, Fabrice désirait faire l’amour dans la pénombre. C’était sûrement ce côté un peu prude qui avait séduit Gérald. Fabrice, avec ses 27 ans, semblait sortir d’un roman de Balzac. Il baignait dans le romantisme. En huit mois, la perversité de Gérald avait fait tomber bien des préjugés de son amant mais il y avait encore bien du chemin...

— Oui, je sais ce que tu vas me dire... Je ne suis pas fait pour ce genre de trip... ça me rend fou de t’entendre dire ça... Et au fond, je sais que tu as raison!

Il feuilleta un des premiers dossiers.

— C’est très complet comme dossier! lança Fabrice au milieu de sa lecture.

— Nous poussons les recherches assez loin, oui. Il s’agit de savoir où on met les pieds.

— Je vois. Surtout à propos de leur sexualité!

— Pas question de se retrouver avec dix mâles sans libido. Pas question non plus d’en avoir dix qui ne pensent qu’à baiser jour et nuit. Comme tu peux le constater, notre équipe épluche tout...

— Comme je connais Robert, il doit être un excellent «éplucheur»!

— Ah bon, tu connais Robert sous ce jour-là?

— Je peux t’assurer que si Robert ne m’a jamais touché avec les mains, il m’a cent fois violé avec les yeux. Tous les gays sont des vicelards... Ils ne pensent qu’à ça!

— À quoi?

— À sauter sur tout ce qui bouge, mon amour!

— Non!? «Ils» sont comme ça? répondit Gérald avec ironie.

— Arrête de te foutre de moi!

— Et toi? Le cul, tu n’aimes peut-être pas?!

— Ce n’est pas ma priorité.

— Ça ce n’est pas nouveau. Quand je t’ai rencontré, tu n’avais pas encore dépassé ta période «Petite maison dans la prairie». J’ai tout de même fait progresser les choses, non?

Fabrice ricana et reprit sa lecture.

</tr>
Candidat n°1: LucÂge: 32 ans
Vie privée: célibataire, vient de terminer une liaison de 5 ans avec un collègue de travail marié, Robert.
Vie professionnelle: fonctionnaire au Ministère des Finances
Hobbys: natation, footing, musculation, lecture Fantasmes/rêves: Rencontrer l’homme de sa vie
Photo:
Candidat1.jpg
Sexualité: Gay, actif 80%
Divers: 1m83
75 kg
Torse poilu, muscles fins et déliés. Joli cul.
Brun
Pronostic: Son charme et son charisme seront ses atouts mais il semble un peu trop froid et réservé.

Gérald posa un baiser sur la nuque de son mec.

— Le premier m’a l’air plutôt chouette.

— Actif à 80%! C’est pour ça que tu le trouves... chouette?

— Petit con!

— Petit cul!

Et les mains de Gérald palpèrent les fesses de Fabrice.

— Encore! Ne me dis pas que tu...

— Toujours prêt!

— Pas question! J’ai un rendez-vous d’ici une heure. Faut que je file!

Fabrice se leva, enfila sa veste Armani et s’apprêta à sortir.

— Même pas droit à un bisou?

— Juste un alors!

Leurs lèvres se touchèrent sensuellement et la langue de Gérald se faufila lentement de l’autre côté. Il serra très fort le corps chaud de son mec contre le sien, le forçant à sentir son érection.

— Tu vois dans quel état tu me mets!

— À ce soir, grand cochon!

Fabrice était déjà sorti. Le patron de GayTV prit le deuxième dossier et l’ouvrit...

</tr>
Candidat n°2: Pierre Âge: 19 ans
Vie privée: vit chez ses parents qui ignorent tout de son homosexualité.
Vie professionnelle: Étudiant en architecture.
Hobbys: sorties en boîtes, cinéma, la baise Fantasmes/rêves: Vivre pleinement sa sexualité au grand jour et en découvrir toutes les facettes...
Photo:
Candidat2.jpg
Sexualité: Gay actif/passif (50/50)
Divers: 1m78
69 kg
Imberbe. Musclé fin et sec.
Châtain clair.
Adore les animaux et principalement les chevaux.
Pronostic: Son physique de minet lui attirera des sympathisants mais son côté futile lui fera du tort.

Ce petit Pierre lui rappelait quelqu’un. Il se souvint de ses 18 ans et d’un de ses premiers amants. Il laissa voguer son imagination... Cette année-là, les vacances d'été étaient vite arrivées. Il avait eu ses 18 ans en mai et il découvrait de nouvelles facettes à sa sexualité. Ses premières tentatives avec les filles ne l’avaient pas vraiment ravi et il commençait à se poser des questions. En juillet, il passait quelques jours chez son ami Loïc. Comme la maison n’était pas pourvue d’un nombre suffisant de chambres, ils couchaient dans le même lit.

Le père de Loïc les emmenait souvent dans le haras dont il était co-propriétaire. Ils connaissaient cet endroit car ils avaient l'habitude de monter à cheval depuis des années. Ce jour-là, un lad les amena dans l'écurie des étalons. En entrant dans cette écurie où se mêlaient odeurs de crin, de paille et d'urine, ils découvrirent les nouveaux arrivés. Il y avait des poneys et ils furent étonnés d’en voir certains en érection. Ils riaient et se penchaient pour examiner le sexe de ces animaux. C’était assez étonnant.

— Regardez comme elle est grosse!

— Et encore, dit le lad, vous n’avez pas vu celle de «Boomer», notre nouvel étalon. Ça c’est de la queue...

Il les avait emmené jusqu’au box de «Boomer» et là ils avaient vu et compris l’expression «avoir une bite de cheval»!

— On dirait une cinquième patte! avait lancé Gérald.

— Une cinquième jambe! On dit «jambe» pour un cheval! avait corrigé le lad.

Celui-ci avait pris la bite d’un étalon à deux mains et l’avait massée. La queue avait grossi rapidement. Bien bandée, elle faisait la taille d'une batte de base-ball! Elle était énorme. Vincent, le lad, qui était un vrai vicelard, regarda les deux garçons droit dans les yeux en continuant sa masturbation. Après un quart d'heure de ce petit jeu, l’étalon qui était resté très calme jusqu’ici, s'agita et éjacula avec force sur le sol. Cet épisode de sa jeunesse, Gérald ne l’oublierait jamais puisqu’il accéléra l’orientation de sa sexualité. Vincent, le lad, l’embarqua avec son copain Loïc dans des parties à trois dans les coins cachés du haras. Vincent les baisait très bien et leur apprit des tas de choses. Les jeux allèrent très loin. Leurs relations à trois se pimentaient lorsqu’elles avaient lieu dans un box, juste à côté d’un étalon. Gérald avait découvert ces plaisirs interdits et particuliers avec joie. Vincent trouvait toujours un nouveau détail pour rendre la chose excitante. Gérald reçut même un jour un jet de sperme de «Boomer» en pleine figure... Expérience bizarre qui l’excita mais qu’il ne désira jamais reproduire.

Gérald tourna la page et découvrit le troisième candidat qui était sans doute son préféré. Tout en lisant le dossier, il sentit durcir sa queue sous son jeans.

</tr>
Candidat n°3: Luis Âge: 25 ans
Vie privée: En ménage avec un homme de 45 ans, son patron. Beaucoup d’amants.
Vie professionnelle: Barman dans une boîte cuir de la capitale. Modèle pour sous-vêtements sexy à ses heures.
Hobbys: Le sexe, seulement le sexe. Fantasmes/rêves: Aller toujours plus loin dans ses fantasmes. Surtout ne jamais trouver l’amour!
Photo:
Candidat3.jpg
Sexualité: Gay 100% actif. Pratiquant le SM
Divers: 1m82
80 kg
Brun, bouc et cheveux très courts.
Poilu.
Pronostic: Cette belle salope va faire des ravages chez les candidats et parmi les téléspectateurs. Il faut compter sur ce candidat...

Il frottait son engin très dur à travers la toile de son pantalon et hésitait à en extirper sa longue queue raide. On frappa à sa porte lorsqu’il saisit le quatrième dossier...

— Entrez!

La porte s’ouvrit et Mike poussa la tête:

— Excuse-moi, Gérald... On vient d’avoir un coup de téléphone intéressant... un nouveau candidat potentiel qui devrait te plaire... Comme Robert est absent!

— Qu’est-ce qui te fait penser que ce candidat va me plaire?

— Le peu qu’il m’ai dit au téléphone me dit qu’il s’agit d’un vrai excité de la braguette!

— Ben dis donc, tu as une belle idée de ton patron!

— Je me trompe, peut-être?

— Toi, tu t’es branlé derrière la porte pendant que...

— Je me suis branlé mais je n’ai pas joui. Je voulais garder tout au cas où!

Tout en disant cela Mike s’était appuyé contre le chambranle de la porte et avait pris une pose audacieuse. Il s’humecta la lèvre inférieure en plantant son regard dans celui de Gérald.

— J’ai toujours eu envie de toi, Mike...

Mike lui sourit d’un air conquérant.

— Mais j’ai toujours pensé qu’un patron ne devait pas baiser avec son secrétaire.

La mine de Mike était contrite.

— C’est sans appel, mon minet!

Mike se redressa et sentit le rouge lui monter aux joues. Il avait l’air ridicule de s’être embarqué dans cette conversation. Qu’avait-il espéré? Se faire le patron?

Il allait sortir lorsque Gérald l’arrêta:

— J’aime mieux lorsque tu souris.

— Je...

— Tu as essayé, je ne t’en veux pas! Il y a des tas d’autres mâles qui ne demandent qu’à coucher avec toi.

— Ben alors, il faudrait leur dire que je suis là...

— Ouvre les yeux!

— Que crois-tu que je fais? Je n’arrête pas d’ouvrir de très grands yeux...

— Tu les ouvres mal!

— Qu’est-ce qu’il a de plus, ton Fabrice?

— Rien. Absolument rien! Sauf qu’il n’est pas mon secrétaire... Convoque-moi ce nouveau candidat! Cet après-midi...

Mike hocha la tête sans rien ajouter et sortit.

Gérald reprit sa lecture. En lisant le CV du quatrième candidat, il pensa que Robert avait sélectionné les premiers candidats avec un goût certain.

</tr>
Candidat n°4: Thierry Âge: 26 ans
Vie privée: Célibataire
Vie professionnelle: Professeur de gym dans un lycée parisien.
Hobbys: Sexe et sport. Fantasmes/rêves: Se faire baiser par un maximum de mâles en une soirée.
Photo:
Candidat4.jpg
Sexualité: Passif 100% Toutes les sexualités hard.
Divers: 1m81
74 kg
A horreur qu’on l’embrasse.
Pronostic: N’a pas de limite! Ça devrait le pousser à faire des choses déplaisantes et jouer en sa défaveur.

Thierry sirotait un diabolo menthe à la terrasse du Café Beaubourg. Qu’allait-il faire pour remplir cette journée de congé? Il pensa d’abord aller au sauna et puis il changea d’avis. Une voix familière le ramena sur terre. Il enleva ses lunettes de soleil pour mieux voir celui qui lui parlait.

— Qu’est-ce que tu fous là?

— Tu pourrais être plus aimable et dire: «Bonjour Tonton Guy, comme c’est aimable à toi d’être venu me dire bonjour!»

Thierry remit ses lunettes et soupira. Son oncle Guy – le frère de sa défunte mère – était un mec collant et fatiguant. Bien sûr, lorsqu’il avait dix-huit ans, il l’avait beaucoup fréquenté et avait trouvé en lui un initiateur. Guy était un gay de chez gay. Personne ne pouvait l’ignorer en le voyant et surtout en l’entendant. Dix ans plus tôt, il était plutôt «soft» mais, depuis qu’il avait fait son coming out – mode l’exige -, il avait changé du tout au tout.

— J’ai une surprise pour toi!

Aïe! Ça c’était angoissant! Thierry détestait les surprises de son oncle Guy. Enfin, la plupart du temps!


Aziz en avait marre de ce taré de Rachid. Vivre dans cette ZUP de merde c’était déjà l’enfer... et cette enflure l’embarquait toujours dans des plans foireux. C’était pas son truc tout ça! Mais voilà, quand on est beur et pédé à la fois, la vie n’est pas facile. Rachid était le «King» du quartier – le petit voyou le plus respecté du coin - et traîner avec sa bande pouvait donner le change. Chaque fois qu’il s’était fait pincé par les keufs pour des délits mineurs, Aziz avait eu de la chance. Cette chance serait-elle encore longtemps avec lui? C’est pas qu’il tenait vraiment à son médiocre boulot de serveur au fast-food du quartier et à la vie tout aussi médiocre qui allait avec! Mais il croyait à sa bonne étoile! Un truc de ouf allait lui arriver, c’est certain.

— Vous prendrez quoi comme boisson?

Le beau jeune homme qui lui faisait face le regarda droit dans les yeux et répondit:

— Sexe. Sans capote.

Aziz secoua la tête.

— Pardon?

— Coca! Coca sans glace, s’il vous plaît.

Merde! Il était sur le point de disjoncter.


Gérald caressait doucement sa tige noueuse sous le bureau en feuilletant ce dossier. Il imaginait déjà les scènes de baises qui allaient se réaliser dans le loft... Il était bien placé pour savoir que les pédés aimaient vraiment le sexe et que certains ne vivaient que pour cela! Il ne fallait pas que son émission soit qu’une partouze continue mais... Il y avait parmi leurs téléspectateurs des hommes qui apprécieraient autre chose que la baise. Quoi qu’il en soit, les quatre premiers candidats étaient des canons. Et ça... c’était vachement important pour tenir les mecs devant leur écran jusqu’au bout.

Le cinquième candidat complétait parfaitement le tableau.

</tr>
Candidat n°5: Jean-Michel Âge: 33 ans
Vie privée: Divorcé.
Vie professionnelle: Chef de chantier chez Bouygues.
Hobbys: Le vélo, la natation, le cinéma, le théâtre, la lecture et les longues promenades avec son labrador. Fantasmes/rêves: Trouver l’amour... avec un mec!
Photo:
Candidat5.jpg
Sexualité: Bisexuel parfait. 100% actif mais...
Divers: 1m87
82 kg
Poilu
Pronostic: Le mâle bien dans sa peau et assumant pleinement sa double sexualité. Sympa et cultivé, il est un des favoris.

Le téléphone retentit et Gérald, perdu dans ses rêves cochons, mit quelques secondes à revenir sur terre... Il décrocha...

— Oui?

— C’est Robert! J’ai un petit problème avec le candidat n°6!

À suivre...



Dernier courriel connu de l'auteur : dirtygayhairy@hotmail.com