Zoophilie


Zoophilie
Texte paru le 2010-08-15 par inconnu   
Ce texte provient d'archives du web, de courriels et/ou d'anciens babillards électroniques. Il peut arriver que la provenance exacte de ce texte n'a pu être déterminée, bien que nous ayons effectué toutes les recherches nécessaires à l'identification de son auteur ; sinon, les informations retrouvées vous sont signalées en début de texte. Ce dernier est donc présenté ici, sur Gai-Éros, en tant que pièce d'archive inconnue afin de préserver le but premier du site, être une archive virtuelle des écrits homoérotiques à travers le temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte et désirez que les crédits qui vous sont dus vous soient accordés, n'hésitez pas à nous écrire.



Cet auteur vous présente 209 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 63534 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. inconnu.


Retrouvé sur WaybackMachine dans des archives datant de 2000 (chez.com/marco91)

J'ai longtemps hésité avant d'écrire et surtout de publier ce texte, il ne me gêne pas d'exhiber mes aventures diverses et mes fantasmes les plus secrets mais j'ai quelques craintes à avouer cette perversion. Ce texte risque peut-être de choquer mais ça fait partie de la vie...

C'est vers 16/17 ans que j'ai découvert les délices de la langue râpeuse d'un chat. La petite bête m'a léché du début de mon érection jusqu'à mon éjaculation sans que je ne me sois touché et elle n'a laissé aucune goutte sur mon bas-ventre. J'ai souvent recommencé cette séance et quelques années plus tard, j'ai fait la même chose avec le chien de mes parents, j'avais alors une vingtaine d'années.

Il s'appelait Teddy et c'était un simple bâtard de taille moyenne. Au début je me contentais de me faire lécher le sexe dans la grange, il aimait ça car à peine ma braguette ouverte et mon sexe sorti, il frétillait et sans hésiter commençait son travail! J'aimais lui décharger dans la gueule et il me nettoyait parfaitement jusqu'à la dernière goutte.

Une nuit alors que j'étais seul à la maison, je décide d'essayer d'aller plus loin avec le chien, je me mets alors complètement nu, je me couche sur le sol et Teddy commence à me lécher comme d'habitude mais ce coup-ci, j'ose poser ma main sur son sexe et je fais sortir sa verge de son fourreau velu, ce n'est évidemment pas la première fois que je vois le sexe d'un chien mais ça me fait quand même bizarre d'en caresser un! Il bande maintenant, il n'est pas spécialement bien monté et sa queue est fine et très effilée au bout, elle est rose et brillante. Le chien est maintenant très excité et je me mets à quatre pattes tel une chienne, c'est incroyable mais il me monte aussitôt comme il le ferait avec une congénère! Je sens alors son sexe humide qui frotte la peau de mes fesses mais il ne trouve pas le trou et finalement: il éjacule sur le sol. Cette "aventure" n'a pas eu de suite par faute d'occasions et j'ai quitté la maison familiale pour vivre ma vie et j'ai oublié ces bizarreries sexuelles, jusqu'à ma rencontre avec Alain, une bonne dizaine d'années plus tard...

C'est par l'intermédiaire d'un réseau de téléphone spécialisé que j'ai rencontré cet homme, il cherchait un mec soumis et se disait dominateur et c'était bien le cas. Il avait 55 ans et c'était un ancien militaire. Bref... Ce soir après m'avoir bien enfilé, il me dit :

— T'as déjà fait ça avec des animaux?

Je lui relate alors mes parties avec mon chien Teddy et ça semble bien l'intéresser, il me dit alors:

— J'ai deux chiens et j'aimerais te voir jouer avec mais je ne t'oblige pas...

Je suis quand même hésitant car je suppose qu'il ne me demandera pas de simples caresses mais je suis vicieux et j'accepte sa proposition. Dire que ce dimanche après-midi, je suis cool, serait mentir. Quand j'appuie sur le bouton de la sonnette du pavillon, je sais ce qui m'attend derrière la porte... Alain ouvre la porte et me fait entrer, il est marié mais sa femme infirmière dans une maison de retraite est de service toute la journée et une partie de la nuit.

Nous commençons par une partie de baise et de pipe habituelle et il fait rentrer ses deux grands chiens, ce sont tous les deux des bergers allemands, ils sont gentils et viennent tout de suite me renifler le sexe. Je n'ai pas spécialement peur mais ça me fait quand même drôle de sentir leurs gros museaux et leurs souffles sur ma queue... Je suis assez désemparé et je ne sais pas trop par quoi commencer, Alain s'en doute car il me dit:

— Agenouille toi entre eux et caresse leurs bites.

En bon soumis, j'obéis alors. Je commence par prendre une paire de couilles dans chaque main, elles sont noires, lisses et brillantes, les chiens, sans doute surpris, ne bougent absolument pas et se laissent faire sans signe particulier d'excitation. Je fais glisser la peau et les deux sexes jaillissent, ils bandent et ils n'ont pas du tout la même apparence! Celui que je tiens dans ma main droite ressemblerait plutôt à celui de Teddy mais en trois fois plus gros, il est presque rouge et son extrémité est constituée d'un bout effilé, un peu comme une langue, l'autre est particulièrement impressionnant, d'une taille nettement supérieure à celle d'un sexe d'homme déjà bien monté; il se termine par une boule qui pourrait rappeler un gland et la tige est blanchâtre, longue et épaisse. La peau est parcourue de multiples vaisseaux rouges et violets, elle brille et est très douce. Alain me dit :

— Suce d'abord la grosse queue de Sam.

Il me montre donc la plus grosse des deux, je n'ai bien sûr alors jamais sucé un chien et j'ai quand même une appréhension et une certaine sensation de dégoût. C'est quand même en hésitant que j'approche mes lèvres du sexe à l'aspect plus que bizarre... Je ne sais pas si seul j'aurais osé faire ça mais j'obéis à Alain et la verge animale glisse doucement dans ma bouche tandis que son copain me lèche le sexe. Finalement je ne trouve pas le goût de la chose désagréable, c'est peut être plus chaud que celle d'un homme et si l'odeur en est plus forte, elle n'en est pas pour autant mauvaise. Sam ne bouge toujours pas mais Alain le tient malgré tout par le collier, l'autre chien me bouffe maintenant le cul tandis que je pompe la grosse queue. Petit à petit je dois admettre que je prends un réel plaisir à tailler une pipe à l'animal qui sans doute ne ressent aucune sensation particulière... Ça m'excite même au point de bander sous la langue de l'autre chien, Alain me tripote le cul en me regardant sucer son clébard, il glisse ses doigts dans mon rectum et me branle la rondelle.

— Tu vas lui servir de chienne maintenant qu'il est bien excité. Mets-toi à quatre pattes!

J'obéis et le chien semble effectivement très excité, il tourne autour de moi en poussant des gémissements, il pose une patte sur mon dos et tente de me chevaucher, Alain sourit et reprend la bête par le collier, je regarde son énorme mandrin luisant qui se balance sous son poitrail. Alain l'aide à me monter dessus, je sens le sexe brûlant qui claque d'une manière désordonnée sur mes fesses, le chien est grand et je sens son souffle dans mon cou, il bave un petit peu et ses griffes me labourent le dos et les épaules, il essaie désespérément de m'enculer mais son instinct ne trouve pas l'ouverture naturelle d'une chienne, c'est finalement assez violent d'autant que l'autre chien excité par la situation me bouscule également!

La bête monte ses pattes arrière sur mes fesses, il tente encore de me saillir, il est de plus en plus nerveux et grogne dans mon oreille, Alain se décide alors à l'aider et il dirige le sexe vers mon anus, je sens bien son bout sur ma rondelle et soudain il me pénètre! C'est alors vraiment terrible, l'énorme bite s'enfonce d'un seul coup et même si je ne recherche pas particulièrement de tendresse dans mes rapports avec les hommes c'est la première fois que je me fais mettre avec une telle violence! La bite du chien va et vient en moi avec une rapidité incroyable, il est lourd et j'ai du mal à le supporter, je m'écroule sur les coudes et je sens alors qu'il décharge en moi, il se retire aussitôt, je regarde sa bite encore dégoulinante de sperme, le foutre du chien est très liquide et très clair, presque comme de l'eau. Alain me dit alors,

— Tu as aimé? Ce n'est pas la première fois qu'il saute un mec! Maintenant tu vas finir Rollex!

Il fait alors coucher l'autre chien et il écarte ses pattes, le sexe m'est maintenant complètement exposé, je caresse les deux couilles qui forment une grosse boule bien serrée, je fais sortir le sexe de son fourreau et le branle un instant avant de me pencher pour le sucer. La queue est plus petite que celle de Sam et je la suce doucement, je sens maintenant le sperme qui s'écoule de mon rectum encore sensible et un tantinet douloureux! Alain voyant ça ricane et me dit:

— Sam a des éjaculations extraordinaires, il t'en a mis l'équivalent d'un grand verre!

Rollex jouit alors, je ne veux pas avaler et lâche le sexe, je reçois le sperme sur le visage, un peu plus épais que celui de Sam il reste malgré tout également très clair.

— T'avales pas?

Alain n'a pas l'air satisfait du fait que je laisse couler le sperme de son chien hors de ma bouche, je me nettoie le visage et lui dit que je n'ai quand même pas osé.

— C'est dommage j'aurais bien aimé voir ça, tu pourrais encore essayer avec Sam la prochaine fois, j'aimerais tellement voir ça en vrai, j'ai vu des photos avec des femmes et ça m'excite un max de voir du foutre de chien dans une bouche!

Vraisemblablement c'était un vrai fantasme pour lui! Je suis quand même un peu gêné de lui refuser mais l'idée de recevoir le sperme d'un chien dans la bouche et pire de l'avaler me révulse et m'écœure malgré tout. Je lui demande si les autres mecs qui avaient pratiqué la zoo pour lui l'avaient fait.

— Je n'en ai eu que deux, le premier a accepté juste les premières gouttes et il n'a pas avalé, l'autre a refusé, tu veux vraiment pas essayer? Je ne veux pas te forcer non plus!

J'aurais finalement préféré! Il n'insiste pas et il me propose alors sa bite à pomper. Tout en suçant je réfléchis à sa demande et c'est un vrai dilemme, évidemment d'un côté j'étais alors très vicieux et avide de sensations et d'aventures sexuellement bizarres mais d'un autre côté l'idée de goûter à ce liquide inconnu et issu d'un corps animal me fait quand même peur. Je ne souviens pas avoir ainsi hésité quand à 15 ans j'ai avalé le sperme de mon premier "amant", je l'ai fait naturellement et sans me poser la moindre question.

Notre relation a cessé peu après comme cessent la plupart de ces aventures uniquement basées sur le sexe et c'est par le hasard qu'environ un an après je tombe sur lui via le Minitel. J'ai plus ou moins oublié l'épisode de zoophilie et nous convenons de nous revoir chez lui. Après une première pipe il me dit,

— Ça te dirait de remettre ça avec Sam, j'ai perdu Rollex l'été dernier.

Je ne m'attendais pas à ça mais l'idée ne me déplaît pas et il fait entrer le gros chien.

— Tu lui taille une belle pipe!

Il fait coucher le chien et lui fait écarter les pattes, je retrouve alors l'énorme mandrin aux formes bizarres.

— Tu en as fait d'autres depuis?

— Je n'en ai pas eu l'occasion.

C'est en tout suçant que je me souviens alors de son fantasme, il n'en a pas reparlé, il me regarde tailler la pipe tout en me caressant les fesses et le sexe tout en se branlant doucement avec son autre main, ce genre de spectacle l'excite vraiment! Le chien est sur le point de jouir car je sens sa bite se raidir et vibrer dans ma bouche, je décide alors de le faire décharger sur ma langue et pour qu'Alain ne rate rien j'ouvre la bouche et maintiens le bout du sexe sur ma lèvre inférieure. Je vois alors jaillir le sperme très liquide par gros flots, c'est fou mais ça n'arrête pas de sortir, on croirait un robinet d'eau grand ouvert, Alain regarde la scène en se branlant de plus en plus vivement, il est maintenant terriblement excité ... à la limite de l'épilepsie! J'ai maintenant la bouche complètement pleine et Sam laisse tomber une dernière grosse goutte. Le sperme a un goût très âpre, indéfinissable mais pas du tout écœurant malgré la quantité, mais je préfère quand même le goût du foutre humain! Alain veut jouir à son tour dans ma bouche et mélange son sperme à celui de son chien, je ferme les yeux et en me forçant quand même je déglutis lentement le liquide... Voilà j'ai quand même réalisé son fantasme et finalement ce ne fut pas désagréable.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!