Anton (06) : Différence entre versions

(Balise : ÉditeurVisuel)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Anton Ep 6 Un mariage consommé
 
Anton Ep 6 Un mariage consommé
  
[[:C:PPC]]
+
[[C:PPC]]
 
Et c'est reparti, pour la première fois depuis le big bang, sur une idée de Junior, voici la suite des aventures de Anton ( Tooni ) . L'idée originale est de Junior, les cascades et la chorégraphie sont de Charly … ( toute similitude ou ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est absolument fortuite )
 
Et c'est reparti, pour la première fois depuis le big bang, sur une idée de Junior, voici la suite des aventures de Anton ( Tooni ) . L'idée originale est de Junior, les cascades et la chorégraphie sont de Charly … ( toute similitude ou ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est absolument fortuite )
  

Version actuelle datée du 26 octobre 2021 à 11:00

Anton Ep 6 Un mariage consommé Et c'est reparti, pour la première fois depuis le big bang, sur une idée de Junior, voici la suite des aventures de Anton ( Tooni ) . L'idée originale est de Junior, les cascades et la chorégraphie sont de Charly … ( toute similitude ou ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est absolument fortuite )

La troisième étape du mariage était arrivée. Tooni, ne savait pas quel modèle de dispositif de chasteté son mari allait lui offrir. C'est un point très important dans ces mariages. Et si Guss restait très attentionné, il n'abordait pas le sujet.

Le mariage avait été proclamé plus de cinq semaines plus tôt et sa consommation se préparait. La consommation du mariage signifiait que la procédure était terminée. Six semaines était un délai raisonnable dans ce milieu. Pour ce qui est de la consommation sexuelle, vous vous imaginez bien qu'il était consommé depuis un moment déjà … Ils n'avaient pas attendu, il faut pas déconner non plus !

Tooni était tenu à l'écart de la préparation de la cérémonie. Il n'avait pas le droit d'y participer. C'était comme une surprise qu'on lui préparait. Il ne voyait plus que rarement le chastisan qui, lui non plus, ne lui donnait aucune information.

Tooni restait très occupé, on lui avait attribué un champ de grande taille et il avait recruté trois personnes pour l'aider. Ils était tous d'un cran supérieur au sien, ce qui veut dire, si vous avez bien suivi, qu'ils avaient tous une queue plus grosse que la sienne et pourtant, c'est lui qui commandait. Deux n'étaient pas mariés et ne portaient pas de dispositif de chasteté. Seul le troisième en portait un, c'est lui que Tooni avait nommé chef d'équipe. C'était normal … Surtout qu'il était marié à un garde, peu gradé certes mais un garde tout de même …

Tooni avait mis les limites très clairement pour ce qui est des deux employés qui ne portaient pas de dispositif.

– Si jamais j'en vois un se branler ou tripoter l'autre je vous fais porter un dispositif en permanence tant que vous travaillerez pour moi !

C'est comme ça qu'il faut parler aux branleurs ! Désormais c'est comme cela que Tooni appelait les homme de cran peu élevé, avec une petite bite si vous préférez, et qui en plus ne portent pas de dispositif de chasteté.

La sixième semaine allait se terminer. Il y avait une grande salle réservée aux festivités qui était désormais interdite à Tooni. C'est là que se préparait la fête. Si Tooni voulait s'y rendre, les gardes visiblement embarrassés se plaçaient devant lui et appelaient un chef. Aucun garde n'aurait osé le repousser physiquement, il n'était pas pensable de lever la main sur l'époux du grand chef. On lui demandait alors gentiment de ne pas insister, que des ordres avaient été donnés. La curiosité de Tooni le chatouillait de plus en plus mais il restait raisonnable, il ne cherchait pas créer de problèmes …

– Il faut se faire apprécier des gardes … Lui avait expliqué Addji . Sans notre mariage nous serions d'un cran bien inférieur au leur. Il ne faut pas les frustrer, on finirait par se faire haïr et ce n'est pas bon pour nous.

C'était la voix de la raison et Tooni le comprenait bien. Il travaillait donc à se faire apprécier par toute la caserne.

Ce jour là on l'avait appelé d'urgence au champ, un problème qui nécessitait sa présence immédiate. Addji l'avait accompagné mais arrivés au champ tout était normal. Les trois hommes travaillaient comme prévu, aucun d'entre eux n'avait entendu parler d'un problème sur place …

– Mais c'est une blague ou quoi ? S'inquiétait Tooni.

– On t'aura fait une farce … Rajoutait Addji.

– Enfin je me demande qui est à l'origine de cette plaisanterie. Si jamais je le retrouve … Râlait Tooni.

Sur le retour il passaient devant une sorte de taverne.

– Si on s'arrêtait ici pour déguster un thé ? Proposait Addji.

– Je ne sais pas, je … Il se passe quoi à la caserne ? Il y avait de l'agitation …

– Raison de plus pour rester à distance. Insistait Addji .

Finalement ils s'installaient à une table. Une fois de plus Tooni appréciait son nouveau statut. L'aubergiste était d'un cran bien supérieur à celui de nos deux amis, il avait une plus grosse queue, mais pourtant c'est lui qui s’affairait pour les satisfaire.

Ils se faisaient servir une de ces boisson exotique qui vient de l'autre bout du monde, c'était une merveille, Tooni ne connaissait pas. Ils appelaient ça du cacao … Puis Addji avait envie de déguster une gâteau …

– Mais dis moi Addji. Qu'est-ce qui se passe ? J'ai l'impression que tu veux gagner du temps … Bon on rentre à la caserne ou pas ?

Addji ne disait plus rien, il avait la bouche pleine de son gâteau et faisait la tête de celui qui était pris la main dans le sac. Il avalait et reprenait …

– Bon, OK, tu m'a repéré ! On m'a demandé de te garder loin de la caserne jusqu'à l'heure du changement de garde.

– La consommation du mariage ?

– Oui !

– Mais c'est dans deux jours ?

– La dernière cérémonie n'est pas à deux jours près !

Ils traînaient donc en ville avant de prendre la direction de la caserne. Sur place, tout semblait normal jusqu'au moment ou on invitait Tooni à se rendre dans la salle des banquets.

Tout le monde était là et l'attendait. Son époux Guss, qui portait un plastron de cuir, une cape et un kilt en lanières de cuir cloutées. Il était encore plus sexy que d'habitude. Les deux témoins étaient là, Redy et Maaro. Le chastisan était là aussi !

Une petite cérémonie rapide était organisée, on demandait une dernière fois à chacun des époux de confirmer leur choix, Maaro rappelait les engagements des époux et confirmait le mariage.

Le chastisan intervenait en dernier.

– Maître Tooni, j'ai travaillé pendant des jours pour que le dispositif soit terminé dans les délais … Mais j'ai eu des difficultés pour me procurer la matière première.

Il ouvrait alors une petite boite en bambou et en sortait un magnifique dispositif de chasteté en ivoire de dentosaure ! ...

Je vois que vous aussi ça vous épate, vous aussi ! ( Note de l'auteur )

C'est simple, c'est ce qui se fait de mieux. En voyant cela Tooni versait une larme, il avait imaginé un moment que son mari Guss ne l'aimait pas … Et là il lui offrait le dispositif le plus luxueux, le plus rare qui se faisait ! Ça avait du lui coûter une fortune.

Le chastisan retirait avec soin et délicatesse le dispositif que portait Tooni, il s'assurait que tout allait bien, et remplaçait l'ancien dispositif par le nouveau en ivoire de dentosaure … ( Non mais vous vous rendez bien compte … Ivoire De Dentosaure ! ) … ! Il semblait plus petit mais c'était uniquement parce que la matière était moins épaisse. Tooni n'a pas bandé, c'est souvent le cas, après avoir porté un dispositif pendant un certain temps il faut au corps un moment de réaction avant de bander de nouveau quand on retire le dispositif. Mais ça, ce n'était désormais plus prévu !

Le chastisant glissait dans une petite fente une sorte de clavette en ivoire, avec un pince prévue pour cela il l'enfonçait en force dans le dispositif puis ponçait la surface du dispositif à cet endroit.

C'était fait, le dispositif était fermé, il ne pourrait plus être ouvert. Il faudrait le détruire pour cela. Tooni se présentait nu devant son mari qui le prenait alors dans ses bras.

D'un geste rapide Guss retirait ses vêtements, sa queue se relevait avec force. Tout le monde applaudissait. Maaro faisait de même et Addji comprenait le message …

Gus et Tooni s'embrassaient, tendrement enlacés ils se caressaient avec une grande douceur. Le visage de Tooni glissait sur la peau de son mari, avec sa langue il semblait le goûter, le chatouillait également ce qui le faisait frissonner de plaisir. Ensuite il lui mordillait les tétons avec tendresse, avec amour.

Guss caressait les cheveux de son mari, il le tirait vers lui et l'embrassait sur l'épaule puis dans le cou. Puis de nouveau c'étaient des baisers passionnés. Une étreinte affolée, Tooni s'accroupissait et prenait la queue, l'énorme queue de Gus dans la bouche.

Il jetais rapidement un œil vers le reste du groupe. Maaro tenait Addji dans ses bras, ils étaient nus tout les deux. Rédy lui, tenait le chastisan dans ses bras. Rapidement le chastisan passait à la suite et suçait la queue de Rédy.

Tooni commençait à avoir de l'expérience, Guss n'avait pas attendu la fin de la cérémonie pour consommer sexuellement son mariage. Tooni avait déjà pris plus d'une fois la queue de Guss dans la bouche et dans le cul. Il parvenait maintenant à se l'enfiler jusque dans la gorge sans trop de difficultés. C'était impressionnant et voyant cela Addji décidait de montrer que lui aussi maîtrisait parfaitement la chose. Il prenait avec une étonnante facilité la bite de son mari Maaro, elle entrait sur toute sa longueur et le ventre de Maaro s'écrasait sur le visage de Addji.

Ce n'était pas Maaro qui tirait vers lui son époux, c'était le contraire, c'était Addji qui s'appuyait, c'était Addji qui écrasait son visage entre les cuisses de son mari. On devinait la queue épaisse qui était maintenant bien installé dans sa gorge. Il était tout rouge. Il relevait la tête et la rabaissait, et la queue de Maaro entrait et sortait avec une étonnante facilité.

Pour Tooni, c'était un peu plus difficile mais Guss appréciait tous les efforts que faisait son époux et l'incitait à continuer en appuyant un peu, très peu sur le dos de sa tête. C'était juste pour l'encourager. Tooni aussi était devenu tout rouge. Il se retirait pour reprendre sa respiration et pouvait alors voir le chastisan dans la même situation. Mais lui par contre parvenait à enfiler la queue de Rédy sans difficultés.

Il avait de l'expérience le chastisan. C'est à ce moment que Tooni remarquait que le chastisan portait un dispositif de chasteté. Un modèle très beau, noir et blanc qui semblait fait de plusieurs morceaux. Une caresse de son mari le rappelait à la tâche. Il se retournait vers lui et avalait d'un coup sa queue jusqu'à la garde. Guss soupirait de plaisir. Tooni encaissait, il avait du mal mais il encaissait.

Maaro demandait à son mari de se retourner et de se pencher en avant. Addji s'exécutait et en un mouvement rapide Maaro lui enfonçait sa queue bien à fond. Addji poussait un cri. C'était pas vraiment la douleur, il avait l'habitude mais à chaque fois, il la sentait passer. À chaque fois il la sentait s'enfoncer, c'était tout de même un gros morceau, plus petit que le calibre de Guss mais à peine en fait.

Guss décidait de passer à l'étape suivant et en faisait de même, il allongeai Tooni sur le dos, sur le petit lit. Il lui relevait les cuisses, plaçait ses cheville sur ses épaules et enfonçait avec détermination son énorme queue dans le cul de son mari. Aussitôt il le limait avec régularité. Tooni poussait quelques cris puis gémissait de plaisir. Les gémissements devenait par moment particulièrement violents et ressemblaient surtout à des cris. Une seule chose était sûre, il y avait surtout du plaisir.

Le chastisan était à genoux sur le sol, il se faisait limer le cul joyeusement pas Redy. Il était célibataire Redy et participait à sa manière avec le chastisan, dont c'est aussi le rôle il faut le reconnaître … Se faire enculer pendant ce genre de cérémonie je veux dire …

Guss limait le cul de Tooni avec de plus en plus de force, il accélérait le mouvement, il devenait violent. Tooni était tout rouge et s'il encaissait, on devinait qu'il avait encore du mal. Mais là encore, il y avait toujours du plaisir, peut être pas que du plaisir mais il y en avait beaucoup.

Addji hurlait tant c'était agréable maintenant. Le ventre de son mari claquait fort quand il frappait contre ses fesses, il était violent mais il y était venu avec retenue, maintenant il n'y en avait plus mais il avait pris son temps pour en arriver là. Il se lâchait, Addji se lâchait aussi il criait, il hurlait, il en redemandait !

Redy se lâchait lui aussi sur le cul du chastisan. Lui c'était le pro, il encaissait avec une facilité déconcertante, et plus Rédy se lâchait, plus Rédy faisait preuve de force et de violence, plus il en redemandait.

C'est Guss qui jouissait en premier et il le faisait savoir. Il poussait alors sa queue de toutes ses forces bien à fond dans le cul de son mari et ne bougeait plus, il maintenait la pression pendant un moment, puis il débandait lentement. C'est à ce moment qu'il se retirait. C'est à ce moment que Tooni jutait, il avait aussi joui pendant un long moment un peu plus tôt mais jusqu'à ce moment il n'avait pas juté.

Gus allait se rafraîchir, Tooni se retournait et regardait les deux autres couples. Addji en prenait plein le cul, Maaro n'était pas un tendre, enfin dans le sexe, et avec ses ennemis non plus c'était pas un tendre … Sinon il paraît qu'il savait être câlin, mais c'était pas le cas en ce moment. Il serrait Addji dans ses bras et avec des mouvements violents du bassin il le burinait de toutes ses forces. Addji jutais, et de toutes évidences il devait jouir également. Quand Maaro se retirait il avait joui, Addji jutais de nouveau pendant quelques instants puis s'écroulait sur le ventre. A son tour Maaro partait se rafraîchir.

Il restait Redy qui s'appliquait à démonter méthodiquement le cul du chastisan. Et il aimait ça le chastisan. Tooni et Addji regardaient ça.

– Mais le chastisan, il porte aussi un dispositif ? Demandait Tooni à Addji.

– C'est une obligation. Pour obtenir sa reconnaissance professionnelle il doit fabriquer son chef d’œuvre. Le sien est une pièce exceptionnelle, en ivoire végétale blanche et noire. Il la présente à son maître d'apprentissage et lors d'une cérémonie il la met pour ne plus jamais la retirer. Tout comme ton dispositif, le sien est conçu pour ne jamais être ouvert.

Redy finissait pas jouir à son tour, lui aussi le faisait savoir avant de se retirer et lui aussi allait se rafraîchir …

Le chastisan, Tooni et Addji se retrouvaient dans une baignoire géante, ils pouvaient se détendre, il n'y aurait aucun doute sur la validité du nouveau mariage. Il était consommé.

Les trois hommes discutaient. Plus tard, un banquet serait servi, les gardes participeraient eu aussi au repas un menu particulier pour marquer l'événement. Tous les gradés participeraient avec leur époux au banquet spécial.



N'hésitez surtout pas à me laisser une commentaire et à me retrouver sur Twitter … @CharlyChast