Club privé (09) : Différence entre versions

(Page créée avec « - Je suis content servus que tu pleures, de joie, je suppose, en découvrant tout le plaisir que tu nous donnes… C’est bien-sûr le seul plaisir que tu puisses ressent... »)
 
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
{{Story|auteur=Servus49|date=2022-08-12|notice=publié|flag=fr|a1=MM}}
 +
{{Série|série=Club privé|prem=Club privé (00) PREAMBULE|prev=Club privé (08)|next=Club privé (10)|fin=}}
 +
 
- Je suis content servus que tu pleures, de joie, je suppose, en découvrant tout le plaisir que tu nous donnes… C’est bien-sûr le seul plaisir que tu puisses ressentir, comme esclave. Tu devrais nous remercier.
 
- Je suis content servus que tu pleures, de joie, je suppose, en découvrant tout le plaisir que tu nous donnes… C’est bien-sûr le seul plaisir que tu puisses ressentir, comme esclave. Tu devrais nous remercier.
  

Version actuelle datée du 13 août 2022 à 02:35


Club privé (09)
Texte paru le 2022-08-12 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 188 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 607 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Servus49.


Template-Books.pngSérie : Club privé

- Je suis content servus que tu pleures, de joie, je suppose, en découvrant tout le plaisir que tu nous donnes… C’est bien-sûr le seul plaisir que tu puisses ressentir, comme esclave. Tu devrais nous remercier.

- J’ai mal Maître. Je suis épuisé. Est-ce que vous avez terminé de m’utiliser Maître ?

- Je suis content que tu me poses cette question, cela montre que tu es attentif à nos plaisirs. Et le fait que tu as mal… Cela est ce que nous recherchons comme sadiques. Nous aimons faire souffrir et sache que nous somme comblés ou presque par nos prestations avec toi.

- Maître, s’il vous plait… Arrêtez…

- Pas encore petite bête, tu ne voudrais pas que nous partions d’ici avant que tous les hommes présents n’aient eu la possibilité de jouir, ils se sont gardés jusqu’à présent afin de se déverser en toi. Il reste encore le maître d’hôtel qui s’est si bien occupé de nous et moi. Alors offre toi encore à nous.

- PITIE !

- Non servus, souviens toi de ton dressage et ce que nous t’avons inculqué: Les Hommes n’ont pas à avoir de pitié pour votre espèce, vous n’êtes moins importants que les animaux domestiques. Je vais te poser une question, je t’autorise à y répondre : A-t-on et dois-t-on avoir de la pitié pour un moustique qui veut nous piquer ?

- Non Maître,

- Alors tu vois, un moustique est plus important que toi et donc il est tout à fait normal de ne pas penser à toi quand nous prenons du plaisir quelles que soit les conséquences pour toi. Tu as compris petit esclave ?

- Oui Maître, je vous prie de me pardonner. Faites de moi ce qu’il vous plaira pour avoir du plaisir.

- Voilà, c’est très bien… Mais comme il a fallu prendre de notre temps tu seras puni pour cela. C’est juste tu ne trouves pas ?

- Oui Maître.

- Alors quand ce sera mon tour et c’est normalement moi qui terminerai, je le ferai plus sauvagement. Louis comment souhaites-tu baiser cette pute ?

- J’aimerai bien qu’il soit suspendu par les bras… que les deux chiots lui relèvent ses jambes afin que son trou soit bien en face de ma verge

servus n’est pas trop lourd, les esclaves ne doivent pas être gras, juste ce qu’il faut, mais trop lourd tout de même pour 12 et 15. Je les aide à pendre servus par les bras… puis avec le pas-lent ajuste la hauteur en fonction des souhaits de celui qui va l’empaler une nouvelle fois… servus, résigné semble-t-il se laisse manipuler comme une poupée en chiffon… il pleure tout doucement, je le félicite pour cela. La position est vraiment superbement excitante et des plus obscène… son anus est au premier plan derrière pendent ses couilles et sa queue. Défiguré par la souffrance et les larmes, les yeux exorbités en voyant et prévoyant ce qui va lui arriver… Il penche sa tête arrière pour refuser de voir… mais notre plaisir nécessite qu’il voie, aussi je lui prends les cheveux pour lui redresser la tête.

Louis s’est appuyé dos au mur… il fait ajuster la hauteur par rapport à sa verge puis quand cela lui convient, il prend les couilles de servus pour s’enfoncer en lui… il tire jusqu’à ce que son gland soit rentré puis dit

- 12 et 15 actionnez cet objet pour que ma verge rentre complètement puis revienne à cette position…

Les deux esclavillons, surpris au départ de ce que l’on leur demande de faire, mais réalise finalement, se mettent en mouvement, ils avancent et recule le corps de servus sur la verge de Louis qui semble apprécier… servus est dans un état second… je pense qu’il va être temps d’arrêter nos ébats, après bien entendu l’avoir moi-même farci…, sinon je risque de le perdre, alors que je pense que je peux encore gagner pas mal d’argent à son corps avant de m’en débarrasser en le vendant au plus offrant ou à boucher spécialisé dans le cochon long (nom donné à la viande d'australopithèque) ou un équarisseur qui pourra en extraire la peau qui est très prisée pour la confection de sacs à main ou de portefeuilles, puis ils broient les matières crues, les font cuire et une fois que l’eau est enlevée, la matière sèche est pressée ; deux substances sont extraites : de la farine animale, et de la graisse animale. Ces productions peuvent servir pour l’alimentation des animaux de compagnie ou des animaux d’élevage ou des esclaves mais aussi à des usages énergétiques (biocarburants, électricité verte), à des usages industriels (lipochimie), ou encore pour l’agriculture. C’est comme dans le cochon… tout est bon dans l’esclave.

Au bout de quelques minutes d’actionnement du piston… sous les gémissements de servus qui nous excitent tous et particulièrement Louis qui gémit aussi mais de plaisir sentant à chaque aller et retour sa semence monter. On le sent se retenir pour prendre plus longtemps ce plaisir… Mais bien sûr il faut qu’il laisse sa place et comme il est bien élevé…il finit par se lâcher…

- Oh Oh. Ahh !

- Oui vas-y inonde son cul de ta semence de vrai mâle… de mâle humain…

- Ouiiiiii ! Serre tes anneaux… trou à verge… Ohhhhh OUIIIIIIIIIIII !

Nous applaudissons devant cette magnifique jouissance… encore quelques allez et retour fougueux… servus cri…

- Oh que c’est bon… il va déborder… tellement je lui en ai versé… Ohhhh Ouiiii… Patric tu n’auras plus de place…

Il se retire, je prends un plug plus gros que le bouchon précédant… son cul est largement ouvert

- servus referme ton cul, tant pour conserver en toi ce que ces messieurs t’ont offert que pour que je puisse aussi me masser ma verge en toi…

- Maître, j’ai mal…

- Oui tu nous l’as déjà dit… tu te répètes…

- Mais j’ai mal…

- Oui, oui… merci de nous le dire cela nous fait plaisir.

- Louis, ne t’inquiète pas, on va faire de la place…

Je descends le corps de servus afin que son cul ne soit plus qu’à 40 cm environ du sol…

- 15 relèves les cuisses de servus et toi 12 positionne ta bouche sous son cul… voilà parfait. Je n’accepterai pas une goutte de nos nectars soient versés en dehors de ta bouche… et interdiction de boire avant que je ne donne éventuellement l’ordre.

Bien positionnés je retire le bouchon… un flot de sperme commence à couler de l’anus de servus vers a bouche de 12 qui stoïquement comme il l’a appris, la bouche se remplissait petit à petit sous nos commentaires et nos rires

- Un bon réceptacle

Le flux se tarit, je secoue la queue de servus pour rien perdre de nos nectars mélangés peut-être avec au moins des odeurs de merde d’esclave. (Les Hommes ne consomment que la jute d’esclaves pour assaisonner leurs mets car ils préfèrent se faire masturber par les bouches ou les anus des esclaves et leurs spermes devient alors inconsommable par eux car souillé soit par la salive soit par les éventuels humeurs du cul. Des esclaves gros producteurs sont prévus pour être trait lors des grandes réceptions pour agrémenter certains mets.)

- Comment prends-tu tes esclaves Patrick ?

- Moi systématiquement en levrette, cela leur rappel qu’ils sont une espèce d’animal. Les jeunes bergers, au lieu de se branler, pénètrent leurs chèvres ou leurs boucs de cette façon. Alors je pense qu’il est bon de les utiliser ainsi…

- C’est vraie bonne réflexion pour un bon dresseur comme toi.

- servus en position, « offrande » présente-moi ton cul bien haut pour que je te pénètre à mon tour et te remplisse à mon tour. Viens au centre de la pièce pour que tous voient bien et que les photos et films soient de bonne qualité. Cela servira à la publicité de mon élevage.

- Ouuuuiiiii Maître

- Et ne gémis pas, c’est ton devoir de servir nous la race humaine.

servus, a compris que c’était inutile de rechigner, il se déplace difficilement mais se positionne au centre de la pièce comme il le fait au centre de dressage. A genoux d’abord, puis se prosterne jusqu’à mettre sa tête au sol de côté, étend ses bras le long de son corps puis relève son cul au maximum…

- Beau mouvement et félicitation pour son dressage.

- Merci, mais cette position est devenue naturel pour tous mes esclaves en âge d’être pénétré. Cela est devenu instinctif chez eux quand on dit « offrande »

12 a toujours la bouche ouverte présentant sa récolte…

- 12 partage avec 15, servis est trop occupé pour vous accompagner dans la dégustations.

15 et 12 se rapprochent l'un de l'autre, 15 récupère du sperme sur la langue de 12. Nous rions à nouveau de cette déchéance.

Je me positionne derrière servis, je sens un certain tremblement… c’est super… je constate que son anus a beaucoup travaillé, bien tuméfié et reste ouvert… je le pénètre d’un seul coup… aucun cri ou gémissement… ce qui est normal compte tenu de l’ouverture…

- Ferme ton cul, trou à verge, je ne ressens pas tes parois… comment puis-je me branler ainsi en toi…

- C’est dur Maître

- Je ne te demande pas ton ressenti, mais simplement que tu ressers ce cul… Faut-il te stimuler au fouet, que je presse tes couilles, te tord tes tétons ?

- NON MAITRE… je vais resserrer mon trou

Tout en riant mes amis me disent

- Désolé on l’a bien ouvert

- C’est son problème, un esclave doit servir et être en état de servir…

Tout en disant cela j’ai attrapé ses couilles et les pressent comme pour en tirer le jus…

- Aïïïïïe

- Tu vois quand tu veux… encore un peu … Voilà… c’est mieux… Oui…

Je relâche ses couilles, passe, une main sur ses tétons… et immédiatement ma verge est serrée comme il se doit. Je peux commencer à l’utiliser et je ne m’en prive pas… Voyant ma cadence et le corps secoué de l’esclave… mes amis applaudissent en riant. Régulièrement je réduis la cadence car je veux faire durer mon plaisir et celui de mes clients amis qui se font sucer ou branler en alternance par 12 et 15… une verge dans leurs bouches et 1 ou deux en main… tout en savourant un digestif servi par Louis qui ne peut bénéficier des services de 12 et 15. servus est un vrai pantin, une véritable poupée gonflable… ce n’est pas ce que j’attends de lui

- servus tu dois mettre du tien pour me donner du plaisir… travail ton cul de salope… oui c’est mieux… mais je te ferai travailler au centre… allez masse ma verge, chien… oui, bien

Ma verge est mieux massée, j’en profite pour accélérer la cadence et…

- Ohhhhhhh, Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, c’est bon……… jouir dans un cul bien au chaud… OH Ouiiiiiiii.

Je m’enfonce bien profond dans servus…

- Désolé mes amis pour ces cris de bien être

- Pas de problème Patrick, nous avons fait de même.

Je me relève et me positionne devant servus…

- Nettoie…

Il obtempère bien évidemment.



Lecteurs, Maîtres ou Soumis ou esclaves, merci de lire ces lignes. Un petit mot de soutien ou une appréciation positive ou négative, une idée à développer… Tout cela est le bien venu. Bonne journée Maître, Soumis et esclave servez bien les Maîtres.