Comment j'ai été débauché à 18 ans (08)


Comment j'ai été débauché à 18 ans (08)
Texte paru le 2022-04-28 par Apprenti-Matty   Drapeau-be.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 12 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1380 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Apprenti-Matty.


Donc, j'ai décidé de passer la nuit chez Paul et je vais me faire beaucoup d'argent, c'est plutôt chouette. Mes parents me donne peu d'argent de poche et ça va me permettre de me faire plaisir et de sortir plus souvent avec les amis… si j'ai le temps parce que les semaines sont bien remplies pour le moment…

- Remets-toi nu, me dit Paul. J'aimerais encore un peu voir ton magnifique corps avant d'aller faire dodo. Moi, je vais aller me mettre à mon aise et je reviens. On boira un dernier verre puis au dodo !

- Ok je t'attends.

Paul quitte la pièce un moment. Moi, je me remets complètement nu. Quelques minutes plus tard, Paul me rejoint. Il a enlevé ses habits et enfilé un peignoir. Il ressemble vraiment à un vieux riche comme ça.

Il vient se rassoir à côté de moi et me regarde avec assistance.

- Je suis vraiment content que tu sois resté, me dit-il.

À peine sa phrase terminée, sa bouche vient se coller contre la mienne. Il m'embrasse de façon très langoureuse et je lui rends son baiser. Nos langues s'entre-mêlent et s'enfoncent dans la bouche l'un de l'autre. Cela dura plusieurs minutes. Je n'avais jamais embrassé un homme aussi longtemps et aussi tendrement. On reprend notre respiration 2 secondes.

- J'attends ça depuis le début de la soirée, tu me plais beaucoup Mattéo. Je n'avais pas seulement envie de te voir nu et de toucher, j'avais aussi vraiment envie de t'embrasser.. Je suis aux anges. Tu as aimé ?

- Oui, c'était très agréable.

- Je te sers un dernier verre puis on recommence si tu veux.

- Oui je veux bien, mais je ne veux pas aller au lit trop tard.

- Pas de problèmes.

Paul me ramène un verre. Je bois un grand coup et je le redépose. Aussitôt, il m'embrasse à nouveau. Cette fois, ce baiser est accompagné de mains baladeuses. Pendant que sa langue fouille ma bouche, il ma caresse tout mon corps, ma poitrine, mon ventre, mes jambes, et il s'approche de mes couilles. Il les prend en main et les caresse délicatement, j'adore ça. Pourtant, je ne bande pas très fort, mais Paul m'a fait boire beaucoup d'alcool. Mais je n'en reste pas moins très excité, je me tortille et lâche des petits gémissements.

- Ben dis donc, tu as l'air d'apprécier de plus en plus mes caresses. Tu commences à te libérer de plus en plus, c'est bien.

Oui, mais bon, il m'a surtout saoulé ce vieux pervers. Il comptait bien en arriver à ça. Il pense que je suis quasi puceau, que j'ai juste eu une petite relation avec Christian. Il doit penser qu'il a bien réussi son coup, qu'il arrive à me dévergonder, même si on n'a pas encore été jusqu'au bout. Moi, de mon côté, je me suis pris au jeu du garçon timide sans expérience. Même si, d'un côté, c'est pas vraiment faux. Je reste très novice, ma première relation est finalement très récente. Quoi qu'il en soit, il a réussi à me faire monter en excitation alors que j'ai essayé de résister à ses avances. Je suis même un peu perdu dans tout ça. J'ai vraiment l'impression d'être une petite pucelle en train de se faire débaucher par un vieux pervers, mais ce n'est pas pour me déplaire.

Sa main continue à me caresser mes boules, ma queue, ma poitrine, l'intérieur de mes jambes et il me tire un peu vers lui afin d'atteindre mes fesses et les palper.

Au moment où il me met un peu sur le côté, tourné vers lui, je vois que son peignoir est déformé par une grosse bosse et il s'est même légèrement entrouvert. Je pense apercevoir la base de sa queue… J'ai l'impression d'être encore tombé sur une bien grosse de nouveau. Je ne peux détacher mes yeux de la bosse au niveau de son entre-jambe, j'attends avec impatience que son peignoir s'écarte encore un peu afin de découvrir l'entièreté de son membre.

Paul continue pendant ce temps de me masser les fesses, de passer ses doigts dans ma raie et de tourner autour de ma rondelle. Je crois qu'il a remarqué également que je ne peux pas détacher mes yeux de son entre-jambe. Il bouge et son peignoir se dérobe de plus en plus pour finalement s'ouvrir en grand et laisser apparaître son énorme bite.

Ses doigts caressent ma rondelle et je le laisse faire. Je voudrais aller au lit mais je n'arrive pas à résister. Faut que je lui dise d'en rester là.

- On arrête là? lui dis-je.

- T'es sûr? Tu as l'air d'apprécier non? Puis je vois bien que tu n'arrives pas à détacher les yeux de ma queue. Si tu veux, tu peux la toucher?

- Je sais pas. Mais j'aimerais que tu retires tes mains de mes fesses.

- T'inquiète, je ne vais pas rentrer mes doigts dans ton petit trou. Je sais qu'il est encore tout serré.

- On en reste là stp.

- Ok si tu veux.

Paul enlève ses mains, se redresse un peu et s'appuie dans le fond du divan. Il s'expose, son peignoir est toujours ouvert et sa queue dressée. Elle me paraît encore plus grosse. Elle est vraiment belle. Elle donne envie. Je crois que Paul essaie de m'attirer vers son beau pénis tout dur.

- Tu continues à regarder ma queue. tu es sûr que tu ne veux pas la toucher?

Il me prend la main et la met autour de sa queue. Je continue à jouer la coincée et la retire immédiatement. Il me la reprend aussitôt et la maintient sur sa queue.

- J'aimerais que tu me fasses ce petit plaisir.

- Je sais pas, je sais pas comment m'y prendre, j'ai pas l'habitude.

- Vas-y doucement, commence par me caresser les couilles puis branle la, comme tu fais avec la tienne.

- Ok.

- T'es un gentil garçon.

Je suis faible, je commence à lui caresser les couilles. Il a l'air d'adorer. Je m'attarde dessus un moment avant de prendre sa queue en main et de commencer à la branler délicatement. J'accélère petit à petit. Paul gémit et me dit :

- Faisons une petite pause parce que tu n'es pas loin de me faire venir. Tu es vraiment doué mon poussin. Ça te fais quoi de toucher le zizi d'une homme qui a l'âge de ton grand-père? Tu te sens comment?

- Ça fait bizarre, elle est grosse en plus. La mienne est toute petite comparé à ça. Mais j'avoue que j'ai un peu honte de faire ça.

- Tu ne dois surtout pas avoir honte, tu fais ce que tu as envie et ce qui te plais. Puis tout ça restera entre nous, donc pas de panique.

- Oui je sais, mais quand même, j'aurais jamais cru un jour toucher la queue d'autres hommes.

On continue à discuter un peu, je termine mon verre et je demande à Christian si on va dormir maintenant? Mais sa queue est toujours dressée et pendant qu'on parle, il a entrepris de me branler encore un peu, certainement pour maintenir mon excitation. Et ça marche, je suis très excité et je pense qu'il le voit. Donc je ne suis pas sûr qu'il a l'intention d'aller au lit…

- Tu veux me sucer? Me dit-il de but en blanc.

- …

- Tu ne dis rien, ça veut dire oui ou non? Je sais que tu en as envie… Te fais pas prier!

- Je sais pas.

Voyant mon indécision, Paul m'attrape gentiment par la nuque, m'embrasse et puis dirige ma tête vers sa queue. Je me laisse faire.

- Ouvre grand la bouche!

Je m'exécute, j'ouvre et j'engloutis sa queue.

- Mmmmm c'est bien mon garçon. Maintenant tu suces comme si un si c'était un gros glaçon bien juteux, tu vas voir c'est facile.

Paul ne sait pas que j'ai déjà sucé plusieurs queues donc j'essaie de faire le mec un peu maladroit mais il a l'air de quand même bien apprécier.

- Tu te débrouilles bien poussin, continue! Tu peux aussi me lécher les couilles et le gland avec ta langue.

Je continue, je le lèche, le suce et Paul gémit de plus en plus fort.

- Essaie de rentrer la queue le plus possible dans ta bouche maintenant.

Je n'arrive pas à la mettre entièrement mais je vais quand même assez loin, jusqu'à ce que je la sente buter dans le fond de ma gorge. Puis je recommence à le pomper pendant de longues minutes, jusqu'à ce que Paul m'arrête.

- Tu as déjà goûter du sperme?

- Non jamais.

Bien sûr je mentais… J'adorais avaler le sperme.

- Ca te dit?

- Je sais pas!

- bon tu ne sais pas grand chose toi dis donc. Je vais décider pour toi alors. Viens te mettre à genoux devant moi.

Je descends du divan et me place devant lui, ou plutôt devant son énorme queue.

- Suce moi encore un peu d'abord.

Je remet sa queue en bouche. elle es trop bonne et je m'en donne à cœur joie.

- C'est bon, stop! Bouge pas et ouvre grand la bouche!

Paul commence à se branler juste en face de ma bouche. Le bout de son gland doit être à peine à 2-3 cm de ma bouche, qui est grande ouverte. Il accélère et gémit de plus en plus. Il arrive au bout, il va tout lâcher.

- Ca vient, bouge pas chéri.

Paul lâche d'énormes giclées. La plus grosse partie va dans ma bouche mais j'en reçois aussi sur mon visage.

- Ooooooh oui c'est trop bon. Si tu veux, tu peux goûter et avaler!

De nouveau, je joue les maladroits, j'avale une petite partie, laisse couler un autre hors de ma bouche et je vois que ça plait beaucoup à Paul! Ca l'amuse beaucoup. Le sperme coule sur mon visage, mes joues, hors de ma bouche! Il a encore une sacrée quantité de jus pour quelqu'un de son âge.

- Désolé, me dit-il, je t'en ai mis partout!

- Pas grave!

- Je suis bien vidé là et fatigué maintenant, on va en rester là et allez dormir! J'ai vraiment passé une super soirée avec toi mon poussin!

- Merci, moi aussi!

- Tu auras bien mérité ton argent! Va te débarbouiller dans la salle de bain, tu peux prendre une petite douche si tu veux.

Je ne me fais pas prier et je vais me laver. Paul m'a donné tout ce dont j'avais besoin. Il s'est débarbouillé vite fait et a filé dans le grand lit qui se trouve dans la chambre à côté de la salle de bain. Je finis de me sécher et le rejoins, toujours nu, dans la chambre.

- Je dors où Paul?

- Ben ici, à côté de moi! C'est plus sympa de dormir ensemble non?

- Ah ok d'accord.

- Allez viens!

Je me glisse dans le lit, à côté de Paul. C'est bizarre de se retrouver dans un lit avec un homme, un vieux au plus mais c'est agréable de ne pas être seul. J'avais également remarqué que Paul avait repris le petit flacon, que nous n'avons pas encore utilisé, sur sa table de nuit.

Paul coupe la lumière et me dit :

- Viens te mettre contre moi, on va se faire un petit câlin avant de faire dodo. Je m'approche de lui. Il reste sur le dos et lève le bras pour que je vienne me blottir contre lui. Je comprends de suite, je me mets sur le côté, je m'approche et je pose la tête sur sa poitrine. Paul referme son bras autour de moi. C'est très agréable, je me sens bien dans les bras de Paul. Il me caresse le bras et le dos. Moi je mets ma main sur sa poitrine et son ventre et je le caresse un peu instinctivement.

- Si tu veux, tu peux encore caresser un peu ma queue. Ca m'aidera à m'endormir.

Je ne dis rien et je descends doucement ma main jusqu'à ce qu'elle arrive sur sa queue. Il était nu aussi. Je m'amuse à effleurer sa queue, ses couilles et je sens qu'elle regonfle déjà un peu.

- Allez arrête, me dit-il, sinon je vais encore avoir des envies mais il est temps qu'on dorme. Mets-toi sur le côté, c'est moi qui vais venir tout contre toi. Je me retourne et Paul vient se mettre tout contre moi. Je suis couché donc sur l'autre côté, Paul est derrière moi, son ventre collé contre mon dos. Il passé sa main autour de moi et m'entrelace. Il me caresse gentiment avec sa main, c'est agréable, je suis bien. On reste comme ça quelques instants avant que Paul ne bouge un peu et rapproche ses parties de mes fesses. Il me sert un peu plus et je sens sa queue contre mon cul. Il bouge un peu, se frotte et je la sens durcir. Il s'arrête et enlève sa main autour de moi. Il est aller redresser sa queue. Il remet sa main autour de moi et je sens maintenant sa queue de ton son long qui vient contre mes fesses et ma raie. Je recommence à bander aussi, la situation m'excite.

- Désolé, me chuchote-t-il, je ne contrôle pas ma queue. C'est trop agréable d'être contre toi. J'espère que ça ne te gène pas.

- Non pas de problèmes.

Mais je n'étais pas dupe, j'avais compris le manège de Paul. Il ne m'avait pas fait éjaculé histoire que je reste excité. Il me chauffe encore un peu plus en mettant sa queue toute dure contre mon petit cul et en me caressant. De plus, le flacon qu'il a ramené près du lit n'est certainement pas un hasard. Je pense qu'il met tout en place pour pouvoir m'enculer. Et ça marche, je commence à avoir très envie de sa queue. Putain, on arrivera jamais à dormir si ça continue. Je vais être crevé.

Le manège continue, Paul frotte de plus en plus sa queue contre mon cul, sa main me caresse partout et commence à se rapprocher de mon petit zizi, qui est en train de bien grandir. C'est parti, Paul bouge de plus en plus, il me branle et m'embrasse dans le coup.

- Qu'est-ce que tu fais? Lui dis-je innocemment.

- Désolé j'arrête, je me suis laissé emporter.

Je suis surpris, je pensais qu'il allait insisté. Mais il s'arrête vraiment et se recule une peu. Je l'entends farfouiller dans un tiroir et j'ai l'impression qu'il attrape une ou plusieurs choses mais je suis toujours dos à lui donc je ne sais pas trop ce qu'il fait.

Quelques secondes après, il vient se recoller à moi mais en laissant sa queue à distance cette fois.

- Tiens, j'ai un truc qui aide à dormir si tu veux. C'est à sniffer, tu vas voir c'est agréable.

Je fais comme si je ne me doutais pas de ce que c'était, il me prend vraiment pour un gamin innocent.

- Ne bouge pas, me dit-il! Redresse-toi juste un tout petit peu. Tu te bouches une narine et tu sniffes très fort… Voilà très bien… l'autre maintenant… Voilà! Maintenant recouche toi et laisse toi aller!

J'avais déjà goûter ce produit, j'adore ça d'ailleurs. Je sens la bouffée de chaleur m'envahir. J'avais vraiment pris deux grosses doses. Je suis en feu. Christian, s'est immédiatement remis contre moi et sa queue contre mes fesses. Il l'a mise tout du long dans ma raie, je la sens bien entre mes fesses et je bouge mon petit cul telle une chienne en chaleur.

- Oh oui voilà, laisse-toi aller!

- Mumm c'est bon, j'aime sentir ta queue… Mais tu m'as donné quoi?

- J'ai un peu menti, désolé. En fait c'est un produit pour t'exciter et j'ai l'impression que ça marche!

- Mais on devait dormir. C'est pas cool, dis-je sur un ton de salope assoiffée de bites…

- Chut, laisse-toi aller encore un peu, juste un peu… puis tu pourras dormir. Tiens, reprends un peu de produit.

Il essaie de faire en sorte que je ne redescende pas. Il veut me maintenir en chaleur. Et j'accepte et en reprend. Sa queue se détache de mes fesses et il prend autre chose. Je sens ses doigts que viennent se glisser entre mes fesses. C'est froid, il a pris du gel.

- Tourne-toi un peu plus et écarte tes jambes poussin.

Je lui obéis directement et j'écarte à fond. Il s'approche de ma rondelle et y rentre un doigt plein de gel. Il me pénètre pour bien me lubrifier le trou. Il rajoute même un deuxième doigt. Il les enfonce bien à fond.

- Voilà, continue à bien te laisser aller! Je vais être doux avec toi! Tu vas aimé. Mets-toi sur le dos maintenant.

Je me mets en position. Je suis un garçon bien obéissant maintenant. Paul place un coussin en-dessous de mes fesses et m'écartent les jambes. Il met de gel sur sa queue, m'écarte les jambes et en profite pour me remettre 2 doigts.

- Prends encore une fois du produit, il est juste à côté de toi.

Je sniffe aussitôt.

- Je t'ai mis dans cette position parce que je veux voir ton visage lorsque ma queue rentrera en toi!

Le lumière de la chambre est éteinte mais le rideau laisse passer un peu la lumière de le rue, on arrive donc à se voir sans soucis. Paul se met en position, approche sa queue de mon petit trou qui est en feu. Il caresse ma rondelle avec le bout avant de commencer à la rentrer tranquillement. Il l'enfonce petit à petit dans mon cul! Je la sens rentrer en moi. Je n'ai pas mal, ce n'est que du plaisir. Et là commence les va-et-vient. Je me fais baisé comme une pucelle en chaleur. Je pousse des petits gémissements.

- Ca va mon petit lapin, tu n'as pas mal?

- Non ça va!

- Dis moi que tu veux que je continue.

- Oui continue. Baise-moi.

- Bon garçon! Prends ça!

Paul avait accéléré le mouvement. Il me saute comme une petite pute. Il s'allonge presque sur moi, je me mets jambes autour de lui et il y va de plus en plus à fond.

- Ton petit cul encaisse bien pour un débutant. Tu as de l'avenir avec les bites toi. Retourne-toi et mets à 4 pattes, je veux voir ma bite rentrer dans ton cul tout lisse.

Je me retourne, Paul s'ajuste dernièrement et me pénètre à nouveau!! Je couine comme une fille. C'est trop bon. Je me prends des gros coups de bites dans mon cul. Je le sens aller et venir entre mes fesses et je sens qu'il la pousse toute entière. Paul y va vraiment à fond maintenant, je suis rempli. Il accélère encore et encore, je couine, et sa respiration aussi s'accélère. Il va venir, il crie et finit pour tout lâcher dans mon cul. Me voilà à nouveau plein de sperme. Il avait encore une sacrée réserve! Je sens le sperme couler hors de mon trou, sur mes fesses et le long des mes jambes. Il est presqu'incroyable qu'il puisse encore sortir une telle quantité de jus. J'en aurais vraiment eu partout encore aujourd'hui. Enfin, je vais finir par être habitué à être couvert de semence de mâles en rut!

On s'est couché l'un contre l'autre directement et on s'est endormi presque de suite. J'ai juste pris la peine de m'essuyer un peu avec des mouchoirs qui étaient sur la table de nuit.

La nuit a été assez courte. On s'est endormi vers 2h du matin et on se réveille à 6h15. Je vais vite prendre une douche, je me branle vite fait en repensant à la veille, parce que moi, je n'avais toujours pas éjaculé et puis, je mets mes vêtements.

Paul se prépare aussi de sont côté. On ne traîne pas, il m'avait promis de me ramener dans les temps.

On sort de la maison, il ouvre son garage via une télécommande et on monte en voiture. Un superbe SUV. Et on démarre, on est dans les temps, ouf! Je me sens néanmoins un peu fatigué et un peu honteux de ce que j'ai fait hier. Je me suis encore fait avoir. Même si je n'allais pas là avec des intentions pieuses, je ne pensais pas ramasser comme ça non plus, surtout que j'ai tenté de résister, que se soit un jeu ou non. Et Paul n'en savait rien, donc pour lui, je ne voulais vraiment pas en arriver là. Pourtant, il a fini avec sa bite dans mon cul. Les vieux n'ont aucune pitié, même pour les gamins comme moi. Ils veulent juste prendre leur pieds et baiser des petits jeunes. Ou alors, c'est moi qui attire ce genre de mecs, c'est peut être moi qui les chauffe sans le savoir, c'est peut être moi qui les provoque. Je suis peut être juste une salope qui aime se laisser faire et être dominée, qui aime laisser les autres décider à sa place, qui aime se contenter de faire ce qu'on lui demande, d'ouvrir la bouche, d'écarter les jambes, d'avaler… Je sais pas trop… Mais même si j'ai aimé la soirée d'hier, j'ai ce sentiment de honte qui me poursuit. Et je me demande à nouveau si je ne devrais pas arrêter mes conneries! Faut que je réfléchisse à tout ça. Que dire à Christian aussi? que faire avec ce site internet?

Paul a senti mon mal aise je pense et me dit :

- Ecoute Mattéo, ne t'inquiète pas. Tout ceci restera entre nous. Je dirai même à Christian qu'on a rien fait, on a juste passé la soirée ensemble. Je lui dirai que tu me plais, que tu as été très gentil mais que je n'ai pas voulu abusé d'un beau gamin comme toi. Mais je t'avoue que j'aimerais bien te revoir. Au-delà du sexe, tu es un garçon adorable et j'ai aimé passé du temps avec toi. Et j'ai beaucoup d'argent, et je suis prêt à t'en donner plus. Voici ce que je te dois pour cette nuit. Paul sort les 200 € de sa poche et me les donne.

- J'aimerais que tu ne vois plus Christian et que tu me laisses m'occuper de toi! Je te donne les 200 € qu'il te doit aussi, comme ça tu reçois tout ton argent.

Je ne m'attendais pas à ça mais du coup, j'entrevoie directement un moyen de me sortir de cette spirale dans laquelle je me suis enfoncé. Même s'il a bien profité de moi, je pense que Paul est différent de Christian… Et là, je décide de tout lui déballer : ce qu'il s'est passé avec Christian, Serge, la nuit dans les bois, le film avec Marc, les pipes dans le bois et les 2 passes en tant que putes.

- Ah ok, quand même, je vois me dit-il! J'avais bien senti que tu étais plus expérimenté que se que Christian m'avait dit! Et que tu jouais un peu. Tout d'abord, ça n'enlève rien à la soirée d'hier, ce jeu était amusant et j'ai passé un super moment. Par contre, toi, tu dois me prendre pour un vieux pervers hihi.

- Un peu, dis-je en rigolant mais j'ai passé un bon moment aussi.

- Mais même si tu as déjà vécu certaines choses, cela est tout récent pour toi, tu es très jeune et toujours très novice. Je crois que tu dois te poser un peu et te détacher de Christian. Sinon tu risques de t'enfoncer dans les méandres de la débauche. Laisse-moi réfléchir à tout ça et je vais trouver un moyen de t'aider. Tu es encore trop jeune et innocent pour être entre les mains de Christian. Si tu restes avec lui, ta vie va devenir une vie de pute et rien d'autres. Laisse-moi m'en occuper!

- Ok Paul, c'est super gentil, je ne sais pas quoi dire, merci beaucoup! Je ne dis pas que tout ce que j'ai fait m'a déplus, mais c'est trop pour moi pour le moment. J'ai l'impression de ne rien gérer et je suis complètement perdu entre le plaisir, les ordres de Christian, le blog qu'il pourrait montrer à n'importe qui, l'humiliation dans les bois… Comme je t'ai dit, j'ai à la fois aimé ce que j'ai mais j'ai également très honte et je me sens pris au piège.

- Et oui, tout simplement parce que c'est trop tôt et Christian t'a imposé beaucoup de chose trop vite pour profiter de toi et afin que tu n'aies pas le temps de décider par toi-même. Et de ton côté, à l'aide de cette figure autoritaire, tu t'es laissé embarqué car tu es des envies très fortes aussi je pense. Tu es très jeune, tu as le temps.

On continue à discuter encore un peu avant d'arriver près de mon kot. Il me dépose, il me donne un petit bisou toute en discrétion et je descends de la voiture. Je suis de bonne humeur, je vais peut être me sortir de tout ça et avoir plus de libertés pour explorer ma sexualité. Je croise les doigts mais je crois en Paul!

A suivre