Edimbourg (7)

Révision datée du 24 février 2018 à 11:23 par Vernon (discussion | contributions) (quelques erreurs)


Edimbourg (7)
Texte paru le 2013-12-01 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM.jpg/ MM.jpg

Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6516 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Edimbourg

— Pourquoi tu dis que Rupert est une salope Johnny?

Il a baissé les yeux.

— Il est tout le temps à nous mater et ne pense qu'a sucer ou se faire enculer.

— Et pour ça tu trouves que c'est une salope?

— Ouais. Un mec qui pense qu'a se faire enfiler c'est une salope.

Je souriais, mon doigt grattait le trou au centre de ses fesses et je le sentais se détendre.

— Rupert? Montre comment une salope suce un mec. Montre lui que tu adores la queue des mâles.

Il s'est accroupi et a léché la queue de Ben ,caressant ses couilles, le branlant doucement pour exciter Ben . Lui matait les fesses de Johnny et se doutais de ce que je faisais. Sa queue s'est tendue sous la langue, Il a appuyé sur la tête de Rupert qui a sucé comme il aimait. J'ai eu le plaisir de voir Johnny les yeux fixés sur la queue de Ben, commencer à bander. Il respirait plus vite, mon doigt a forcé le passage, il a poussé un petit cri de pucelle. Je me suis penché sur sa bouche pour lui rouler une pelle, fouillant sa bouche de la langue comme mon doigt fouillait son petit trou. Il matait toujours en coin Rupert qui s'était relevé et s'était appuyé au mur pour offrir ses fesses, les tenant à deux mains, grandes ouvertes. J'ai senti sa petite prostate humide et je l'ai frotté. Il bandait dur et je l'ai branlé à la même cadence que mon doigt dans son cul. Ben s'était enfilé dans le cul de Rupert qui geignait à petits coups sous la poussée du sexe de Ben. Johnny a reculé sa bouche mais n'a pas eu le reflexe de me faire lâcher sa queue et m'a giclé sur le torse.

— Hé la Johnny . Faut faire gaffe petit.

J'ai attrapé sa tête et ai appuyé ses lèvres sur son jus. Lèche un peu ce que tu as fait. Il résistait mais je l'ai bien plaqué et il a passé un coup de langue rapide. J'ai essuyé le reste avec un pan de sa chemisette.

— Et moi? Tu vas me laisser bander comme ça dans le vide? Montre moi . Je sais que tu en as envie.

Il a reculé. comme tous les gamins , une fois satisfait il ne pensait plus à rendre service.

— Pas de ça avec moi Johnny. Tu veux que je mette la photo à l'affichage à l'endroit prévu ?

— Non... S'il vous plaît.

— Alors suce ma queue. J'ai passé l'âge de la branlette.

Il a regardé mon sexe dressé, Rupert gémissant contre le mur, Johnny s'est penché sur mon sexe, maladroitement , il l'a enserré des lèvres sans bouger , j'ai du donner le rythme en le cramponnant par les cheveux. Limant sa jeune bouche serrée sur moi. Le plaquant sur moi quand j'ai éclaté de plaisir. Il a tenté de se retirer mais je le tenais bien .

— Goute . Tu verras , c'est très bon pour les petits mecs comme toi.

Il a fini par avaler et passer à nouveau la langue sur le gland.

— Alors? Tu crois que t'es une salope? Y a quelque chose de changé en toi?

— Non monsieur. J'ai aimé ça mais je ne suis pas une salope.

— Bien dit Johnny. Regarde Rupert. Il aime tellement qu'il va gicler sur le mur sans même se branler.

Il gémissait comme une femelle, tendant son cul au coups de queue de Ben et en effet il a eu un spasme et a éjaculé devant lui, aspergeant le mur quand Ben a rempli son cul.

— Lèche ton jus Rupert. Tu sais bien qu'on aime les endroits propres.

Il a obéi en jetant un coup d'œil vicieux à Johnny.

— Vas t'en Johnny. Si tu veux recommencer, prend mon numéro de portable sur la table.

Il a rien dit , rien promis mais a ramassé la carte avec mon numéro et il est parti.

Ben et Rupert était partis se doucher quand ça a frappé J'ai dit d'entrer et Jimmy est entré. M'a regardé avec curiosité. Sans bander tout à fait je savais que j'avais une assez belle queue.

— Vous m'avez dit de passer?

— Oui Jimmy , On t'as vu te branler sur des photos de mecs.

— C'est interdit?

— Non mais que dirais tu de te branler devant un mec en réel ?

Je voyais son pantalon faire une bosse à l'endroit de son sexe. Il a passé la main dessus.

— Comme ça ? Sans rien dire ?

— Non , je te dirige dans tes caresses. J'ai vu des photos et je sais ce qui te travaille le plus.

— Ha oui ?

— Oui. Vire ton pantalon. Non ! Ne parle pas. Obéis.

Il a descendu son pantalon et a défait ses chaussures pour l'ôter.

— Enlève ton sweat.

Il l'a enlevé, il n'avait plus qu'un slip de gamin qui baillait sur les cotés, tendu par son sexe.

— Frotte ta queue avec ta main à travers le slip.

Il a commencé à respirer plus vite en fixant mon sexe qui se déployait, se caressant le slip. Une couilles est sortie par un coté.

— Approche. Continue à te caresser.

Je voyais la bosse se teinter de bave à travers le slip.

— Arrête. Tourne toi. Montre tes fesses moulées par le slip.

Il s'est tourné, cambré. On voyait un espace entre sa peau ,le creux de ses reins et le slip. je l'ai peloté doucement, il gémissait.

— Je... Je peux me toucher?

— Non Jimmy.

J'ai fait rouler l'élastique du slip sur ses fesses jusqu'au pli sous les fesses.

— Retourne toi.

Il a eu une hésitation puis s'est tourné face à moi. J'ai mis la main sous ses boules dans le slip, les faisant rouler dans mes doigts avant de baisser le slip sous ses couilles. Il avait une petite bite encapuchonnée ,toute humide, bien proportionnée avec lui. Raide. J'ai tiré sur la peau, faisant ressortir le gland. Il haletait.

— Retourne toi et enlève ton slip. Laisse le par terre.

Il obéissait docilement et en soulevant un pied j'ai entrevu la peau brune dans le sillon de ses fesses.

— Tu as déjà joué avec tes fesses Jimmy?

— Heu... Un peu oui.

— Va ouvrir le tiroir du meuble en face de toi. Celui du haut.

Il avait de superbes fesses musclées quand il bougeait. Il a eu un exclamation quand il a ouvert.

— On dirait des vrais. Mais c'est gros.

— Prends le plus petit et reviens

Il est revenu avec le plus petit des godes que j'avais. 15 centimètres sur 3.

— Lèche le, comme une petite bite. Regarde moi.

Il a sorti la langue pour le lécher, me fixant sans pudeur, sans honte. Il était entre mes cuisses. Je sentais sa chaleur.

— Tu aimes lécher comme ça?

— J'en rêve depuis longtemps monsieur.

— Penche toi et lèche moi des couilles au gland. Passe ce que tu as léché sur tes fesses.

Je lisais l'envie dans ses yeux. Et il m'a léché, frottant le gode entre ses fesses. J'ai vu Ben sortir des douches et je lui ai fait signe de ne plus bouger.

— Maintenant tu vas me sucer et enfoncer le gode dans tes fesses. Fait le pour moi.

Il a serré les lèvres sur ma queue et poussé un petit cri étouffé par ma queue quand le gode l'a pénétré.

— Bien Jimmy. Suce moi en serrant les lèvres, aspire ma queue et branle toi avec le gode. Doucement.

Il s'appliquait. Ben au première loge bandait en matant, repoussant Rupert dans la douche.

— Tu as envie d'une vraie bite dans tes fesses?

— Oui mais la votre est grosse. Il avait cessé de sucer pour répondre.

— Une plus fine tu est d'accord ?

— Oui je veux bien essayer.

Ne te retourne pas, laisse tomber le gode et détends toi.

Je tenais sa tête entre mes mains. Ben s'est avancé et a posé son gland sur la fente. Il a poussé un peu pour que le gland passe.

— La. tu as une bite dans le cul. Remue doucement. Apprends à aimer.

il a été étonné de ne pas avoir eu plus mal qu'il croyait et son bassin a commencer à onduler en même tempo que sa bouche sur ma queue.

— Caresse toi doucement les couilles et va très doucement sur ton sexe. Frotte le de la main.

Il était plein de bonne volonté mais n'a pas tenu longtemps, se trempant les doigts de jus. La main en coupe sous sa queue.

— Regarde moi et goute ton jus. Ne me quitte pas des yeux.

Il a léché ses doigts en se faisant enculer par Ben qui n'a pas jouis et s'est retiré de son cul pour retourner dans les douches.

— Tu aimes Jimmy? Tout ce que tu découvres?

— Ho oui monsieur. Tout.

— Bien, réfléchis ce soir, je cherche un esclave sexuel. Une vraie chienne si tu acceptes. Bien pire que ce qui vient de se passer. Tu vas te rhabiller et demain tu me laisseras un SMS sur mon portable. prends une carte sur le bureau en t'en allant.