Edimbourg (8)

Révision datée du 24 février 2018 à 11:33 par Vernon (discussion | contributions) (quelques erreurs)


Edimbourg (8)
Texte paru le 2013-12-03 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM.jpg

Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6610 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Edimbourg

Dés qu'il est parti Ben est sorti des douches.

— Il a un cul super celui la. Pas bégueule en plus. Pas comme le premier , le Johnny. Sors de la douche Rupert va montrer de prés à Manuel ton rasage.

Il avait plus un poil à part ses cheveux.

— Laisse les pousser pour le contraste. A partir d'aujourd'hui tu ne portes plus que des shorts ou un de tes kilts mais aucuns sous vêtements, que tu sois constamment disponible. Avec les cuisses lisses comme le reste de tes jambes et un cul pareil tu vas en faire fantasmer. Défense de te refuser. Ok?

— Ok maître.

— Barre toi. Je t'ai acheté un body de sport qui va mouler tes fesses et dégager tes cuisses pour rentrer dans ton dortoir.

Il a enfilé le truc qui non seulement lui moulait les fesses mais tout le reste, remontant dans la raie du cul. il est parti en courant. J'ai caressé les tétons de Ben, de plus en plus développés avec de superbes auréoles brunes qui attiraient les lèvres. Je les ai sucées comme des tétines de femelle le faisant gémir et bander un maximum.

— Tu sais ce que je veux Ben?

— Evidemment , je te connais bien! Mets toi sur le dos, ouvre tes cuisses.

Il a posé un coussin sous mes fesses pour les relever et a commencé à engager les doigts dans mon fondement. j'adorais ce moment ou je m'offrais à Ben, totalement, comme un ami à un ami . Il a titillé ma prostate, me faisant gémir et baver.

— Tu mouilles du cul comme une lopette Manu. Tu aimes ça ma main dans ton cul.

— Oui Ben. Vas y explose moi le cul comme tu le fais si bien.

Il avait mis les doigts en pointe et m'a pénétré jusqu'au poignet, refermant ses doigts en moi.

— Vas y. Ramone moi avec ton poing. Je suis ta chienne.

Le salaud me connaissait et s'est pas gêné. Sortant le poing fermé pour le remettre dans mon cul.

— Je vais bientôt avoir de vrais seins pour ta main et ta bouche. Mais j'aime ton cul Manu.

— Oui Ben.

Je cherchais sa queue des lèvres pour la sucer . Il se refusait pour jouer puis me l'a enfoncé dans la bouche au moment de jouir. Il a retiré le poing et m'a envoyé son jus au fond de la gorge satisfaisant mon coté féminin et on s'est habillé pour aller se promener un peu. L'université était sur les bords de la mer du nord et on a marché un peu dans les rochers, respirant l'air iodé.

— Tu choisirais lequel des deux, Ben? Jimmy ou Johnny?

— Pourquoi tu me demandes puisque t'as fait le choix de les dresser tous les deux?

J'ai souri.

— Ca se voit tant que ça?

— Ouais. Tu sais bien que je suis celui qui te connais le mieux.

— C'est vrai Ben. J'irais voir le doyen avant.

— Laisse le tranquille. Il est en pleine lune de miel avec Lee. J'ai vu la tronche de Lee hier, Il a de vraies valises sous les yeux. Appelle le sur son portable mais je crois pas qu'il y voit un problème.

— T'as raison Ben.

On est rentré en ville manger un peu, on a croisé Steeve dans une ruelle, suçant une bite accroupi, le cul à l'air. Il nous a même pas remarqué. On est rentré dormir. Le matin on s'est réveillé sans café et c'est Ben qui s'en est chargé. Après , j'ai allumé mon portable et bingo. J'avais un SMS de Jimmy qui voulait recommencer et demandait quand il pouvait venir. Je lui ai répondu de passer après ses cours et d'attendre sur la terrasse si j'étais pas la. Il a répondu de suite. Ok pour 11 heures. Il était 9 heures et on avait le temps on a pris une douche et on est allé faire un tour en ville. Je commençais à connaître et après avoir trouvé 2 boutiques SM fermées j'en ai dénichée une dans une ruelle. J'ai pris un collier très large en cuir avec des attaches métalliques sur les cotés et des poignets en cuir avec anneaux. Ils n'avaient pas trop de choix et j'ai pris juste un plug assez épais avec une large base, et un passage très étroit sous le plug . Ce truc devait bien se coincer dans un cul. On est partis vers l'appartement, Jimmy était déjà la sur la terrasse à nous attendre. Il a eu un large sourire quand il nous a vu.

— Salut. T'as réfléchis?

— Oui et j'ai vu Rupert. Il m'a dit que vous étiez deux maîtres en sexe. Il est superbe sans les poils sur les jambes.

— Tu as vu que ses jambes?

— Ben à l'amphi il est plus haut que moi et j'ai pas vu de poils mais j'ai pas vu bien plus haut.

Ben nous avait ouvert la porte j'ai pousse Jimmy dans l'appartement.

— Tu as bien compris que je cherche un vrai esclave?

— J'ai déjà vu des mecs dressés comme des clebs en photos oui. Je crois avoir la mentalité pour ça.

— Un clebs est à poil non?

— Pardon.

Il a retiré ses fringues, bandant déjà sans même être autorisé.

— On t'as dit de bander bâtard?

— Pardon mais la je peux pas débander comme ça.

Ben par derrière l'a chopé aux couille, les tirant en arrière. Il a eu la queue à l'équerre mais débandait pas. Je suis allé chercher une cravache , l'ai fait siffler dans le vide mais il débandait toujours pas. J'ai prévenu Ben de lâcher et j'ai fouetté ses fesses. Le petit con bavait, la queue raide, couinant sous les coups. Il a vite eu les fesses zébrées de marques mais débandait pas, véritable maso.

— Ok tu commences à me plaire.

Je lui ai mis le collier qui lui interdisait de pencher la tête et de voir sa queue. Posé un autre sur ses couilles, large et serré avec un anneau que j'ai fixé sous la porte par une chaîne d'1 mètre de long. Il bandait sans arrêter et j'ai donné des baffes à sa bite, la tirant vers le bas et la baffant quand elle remontait. Il gémissait mais gardait la queue raide. J'ai fixé ses poignets au collier et l'ai fait pencher en avant. Ecartant ses pieds et le forçant à tirer sur le sac de ses couilles. Il creusait les reins et la trace de peau brune entre ses fesses encerclant son anus était bien visible.

— Si t'aimes avoir mal et te sentir manipulé comme une salope tu vas morfler mais en attendant je vais te mettre un truc qui va te dilater le passage dans ton cul.

Je l'ai fait appuyer la tête sur la porte , j'ai écarté ses fesses et doigté son petit trou, le plug paressait bien gros mais il était pas la pour son plaisir, plutôt le mien. Ben s'est foutu entre ses fesses pour saliver sa rondelle, la préparer pour le plug. Une fois bien humide de salive j'ai posé le bout du plug en forme de poire sur sa rondelle et j'ai poussé à petits coups pour le faire pénétrer. La taille au maximum devait être de 5cm et j'ai eu le plaisir de voir son trou se dilater juste devant mes yeux pour la première fois. Il mouillait de la queue comme une vraie lope. J'ai poussé encore , au maximum de la largeur du plug et d'un coup il a été comme avalé par son cul. Se bloquant autour de la partie la moins épaisse, la base caoutchoutée cachait la peau brune. Je l'ai redressé.

— Marche un peu avec ça dans ton cul. Tu vas avoir la sensation D'avoir une queue dans le cul qui remue à chaque pas.

J'ai détaché la chaîne de la porte. Il a avancé la queue sa balançant devant lui. Il la voyait pas mais elle bavait toute seule avec le plug qui lui travaillait le trou.

— Puisque tu as vu Rupert et que tu trouves les bâtards sans poils mieux qu'avec on va ta raser les jambes et la queue.

Je l'ai poussé en arrière sur la table basse et Ben et moi on a commencé le rasage par son sexe. Les doigts glissants sur sa bave, on a rendu de sous les couilles au ventre lisse avant de nous occuper de ses cuisses et de ses jambes. Il n'a pas débandé à aucun moment.

— Ben va te prêter un short de footing échancré sur les cotés. Je pense qu'un petit tour dans le parc va te plaire.

Avec le short tendu par devant et un débardeur trop court pour lui, il était un vrai appel au sexe.

— Aller passe devant, on reste à tes cotés.

J'ai surpris Johnny qui trainait prés de chez nous. Il a essayé de se planquer derrière un arbre mais à deux on l'a coincé.

— Alors que fais tu par ici?

— J'hésitais à entrer.

— Profites en on fait un tour avec Jimmy.

Il a maté et rougi d'un coup.

— Il sort comme ça?

— Evidemment on est avec lui. Et t'as vu le résultat à voir ta tronche.

— C'est dingue. Il a l'air d'aimer en plus.

— Arrête , y a pas que lui qui aime.

J'ai plaqué la main sur son pantalon, le petit Johnny avait une super gaule, un peu visible malgré le slip qui plaquait son sexe sur son ventre.

— Tu vas voir pourquoi il bande comme ça Jimmy.

J'ai baissé le short sous ses fesses, montrant la base du plug et un peu écarté une jambe du short montrant son sexe rasé avec ses couilles attachées.

— Ho. Il porte ça dehors et il bande!

— Mais oui. Toi aussi je suis sur que tu aimerais avec le temps. Tu veux qu'il te suce la queue?

— Ben, pourquoi pas. Il matait autour si on nous voyait, et il a dégagé sa queue, bien plus imposante que la dernière fois.

Jimmy qui avait avancé la main pour la sentir s'est laissé aller à genoux pour la voir , le collier l'empêchait de baisser la tête. Il a pas hésité une seconde pour l'avaler et la sucer comme un chien sur un os. Johnny haletait de se faire sucer comme ça et très vite il a essayé de repousser Jimmy mais il se cramponnait à la queue et a tout avalé, léchant la queue après.

— Tu devrais rendre service à Jimmy. Ca ne te prendra pas longtemps. Personne ne regarde. Même pas besoin de baisser son short.

J'ai écarté pour laisser passer le sexe de Jimmy qui s'était relevé et fixait Johnny.

— Suce moi Johnny. Soit sympa. J'ai besoin de jouir.

Il a posé la main sur la bite de Jimmy, l'a retirée gluante et a sucé son doigt, fixant Jimmy dans les yeux. Prenant le temps , tournant la langue sur le doigt. Il s'est accroupi entre les cuisses et a à peine eu le temps de faire 3 va et vient sans se reculer que Jimmy se vidait les couilles en gémissant, plaquant sa tête sur sa queue. Il a été barbouillé de jus. Comme il n'a pas avalé , ça avait coulé sur son menton.

— Ok Johnny la prochaine fois, avale. Tu vas continuer la promenade avec nous mais t'essuie pas le menton. Laisse couler.

Il s'était relevé et son premier geste avait été pour essuyer le jus . Il l'a retenu de justesse en me fixant puis baissant les yeux.

(à suivre)