Long Play versus Super Gliss (1)

Révision datée du 26 octobre 2021 à 01:01 par Gordon (discussion | contributions) (Ajout de l'entête)


Long Play versus Super Gliss (1)
Texte paru le 2021-10-26 par Oakspirit   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 15 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 161 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Oakspirit.


Catégorie:PPC

J’ai pour habitude d’aller faire mes courses dans un supermarché non loin de chez moi. Depuis quelques semaines, j’ai remarqué un nouveau caissier plutôt mignon. Un petit brun un peu rond à la bouille souriante et barbue, bien sûr !

Ce jeudi soir, lors de ma petit branle, je me suis rendu compte que mon tube de lubrifiant était quasi vide. J’ai pris l’habitude d’utiliser du lubrifiant pour me branler. C’est étrange comme les pratiques évoluent avec le temps. Quand j’étais ado, je me branlais avec mon prépuce, puis j’ai pris l’habitude de me caresser le gland avec de la salive et mon pré-jus. A me branler avec l’un ou l’autre gars, j’ai commencé à utiliser du gel. Aujourd’hui, utiliser du lubrifiant décuple mon plaisir !

Ce vendredi matin, je vais donc faire quelques courses et j’en profite pour prendre un tube de ce lubrifiant intitulé « long play ». Je n’ai pas testé les autres mais le nom m’a inspiré…

Je ne suis pas pudique mais je n’ai pas envie de passer à la caisse du magasin devant une caissière avec mon tube de plaisir. Je regarde s’il n’y a pas un gars à la caisse et je vois que mon jeune caissier est de service. A force de le choisir à chaque fois quand il est là, il m’a reconnu derrière une dame au caddie rempli à ras bord et m’adresse un sourire furtif : sympa !

Une fois mon tour, il me lance un "Bonjour Monsieur". J’ai étalé mes marchandises sur le tapis. Le gars passe les produits au scan. Comme d’hab, il est de bonne humeur. Je crois que c’est ce que j’aime fondamentalement chez ce gars, sa bonhommie. Il ne doit pas avoir plus de 25 ans, il porte une petite chemise bleue foncé, sans col et aux manches retroussées. Il semble assez bien fait. Sa barbe est soignée et dense. Il lève rapidement ses yeux bruns tout en passant les produits devant lui et croise mon regard, il me sourit de nouveau. Il saisit mon tube de lubrifiant, semble surpris, hésite l’espace d’une fraction de seconde tout en le regardant, me regarde de nouveau tout sourire et me demande à demi voix : "Vous en êtes satisfait ?"

Surpris de sa question, je réponds bêtement un « oui » hésitant.

"J’utilise un autre, moi et je n’ai jamais testé celui-là. Je l’utilise en… solitaire. » Lâche-t-il avec un clin d’œil.

"Euh, oui, moi aussi !" Dis-je plus confiant.

"Ce serait cool qu’on compare une fois !"

Je suis soufflé par sa répartie et son aisance. Il me fait des avances, là, ou j’interprète ? Il n’y a pas de client après moi. Il clôture mon compte, imprime la souche et griffonne sur le papier.

"Au cas où tu voudrais comparer un jour…"

Wow, il me propose un rancard le gars. Il est gonflé. Pour le même prix, je pouvais le prendre mal et faire un scandale à la caisse.

"Merci !" Lui dis-je simplement en regardant son numéro de téléphone et son prénom. "Merci Fabian…"

Sur les 10 minutes de route qui me ramènent à la maison, je reste estomaqué par l’instant. Par ce ptit gars plaisant qui me refile son numéro de téléphone pour comparer nos lubrifiants à branlettes.

Evidement que je vais le contacter ! Il me plait bien ce Fabian ! Et il me trouve manifestement à son goût aussi. Assez en tout cas pour partager un chouette moment !

Je suis déjà émoustiller à l’idée. Je m’imagine arriver chez lui, il m’accueillera avec son sourire habituel. Il me proposera un truc à boire, on s’installera dans le canapé. On parlera de nos lubrifiants et on sortira nos bites en échangeant nos tubes ! ça y est, je bande. Il y a un petit temps que je n’ai plus joué avec un garçon. Je suis un peu en manque de nouvelle peau… Là, je crève d’envie de me branler ! Je lui envoie un sms dans l’heure. Pourquoi attendre ?

« Slt Fabian, c’est Ben, le gars au lubrifiant. Je suis curieux de comparer nos tubes… je suis dispo quand ça t’arrange… »

Vers midi, sans doute lors de sa pause. Il m’envoie un retour !

« Super ! Soulagé de ne pas m’être trompé. Tu peux passer ce soir, si tu es libre. J’organise justement une soirée branle chez moi avec 2 autres potes. Si ce genre de trip te branche, tu es le bienvenu ! »

Et il me donne son adresse dans un second message ainsi qu’une heure. J’aurais préféré faire connaissance avec Fabian dans un cadre plus intime mais, bon, une soirée branle à plusieurs, ça m’émoustille aussi. Si ses potes sont dans son style, je bande déjà à m’imaginer passer d’une queue à l’autre, les mains avides de nouveaux bâtons crémeux !

Je vais me mettre sur mon 31, enfin sur le plan de mon corps, je veux dire ! Entretenir ma toison, me tailler les poils. Je suis impatient en fait !

L’heure de me rendre à cette soirée spéciale arrive. Je me rends au lieu de rendez-vous. Ce n’est pas bien loin de chez moi. Je suis un peu stressé. La propriété est sympathique. Il y a quelques voitures garées devant la maison. Je sonne. Fabian vient m’ouvrir. Il est torse-nu, en shorty. Il est plutôt bien fait malgré un léger embonpoint.

« Salut, Ben, super que tu sois venu ! Entre, entre ! Un de mes amis est déjà arrivé mais tu n’es pas le dernier !» On se fait la bise, je le suis ! Je suis étonné d’arriver dans une sorte de vaste véranda. Il y fait assez chaud. Un écran de grande dimension est installé devant quelques fauteuils dont un est déjà occupé.

« Yvan, voici Ben, on s’est croisé ce midi et il est déjà des nôtres ! Ben, je te présente Yvan.»

Yvan est un ptit jeune. 20 ans tout au plus. Un petit brun aux grands yeux verts en amande et à la jolie gueule. Il est plaisant. De jolies lèvres, d’agréable pectos. Il est déjà en shorty aussi. Je peux détailler son torse, ses jambes, son paquet…

« Installe-toi, Ben ! Ya des bières ou d’autres alcools dans le frigo. Quand Johan sera là, je lancerai un film et chacun fait un peu ce qu’il veut. La consigne est qu’il n’y a pas de tabou. En général, on finit tous à poil mais ça reste soft. » Précise-t-il.

La sonnerie retentit. « Ah, voilà Johan ! » Pendant que Fabian va ouvrir au 4e larron, je me désape en silence. Yvan me détaille sans complexe.

« Johan, je te présente Ben ! Ben, voici Johan ! “

Johan est un gars un peu plus âgé. La petite trentaine sans doute. Un beau black au corps sportif et à la barbe fournie : le style de gars que je ne connais pas trop mais qui est loin de me déplaire ! Il me salue d’une poignée de main virile et vire son t-shirt dévoilant un torse en effet bien athlétique et viril. Cool, il va devoir s’assoir à côté de moi. Sans complexe, il descend sont jeans et son slip, se retrouvant d’amblée nu devant nous.

« Oui, ne t’étonne pas, Ben ! Johan aime être à poil dès le départ. J’espère que son tuyau ne te met pas mal à l’aise ? »

« Non, t’inquiète, je suis aussi un mec qui vit nu dès qu’il peut ! » Et j’accompagne Johan dans sa nudité, la pudeur ne fait pas partie de mon bagage mais c’est vrai qu’il a un beau calibre : il ne renie pas la réputation des blacks !

« Vous perdez pas de temps vous deux !» Lance Fabian qui garde son shorty, tout comme Yvan qui garde ses yeux rivés sur nos corps nus, une main dans son shorty.

« Ta meuf a pas fait la gueule ? » demande Fabian à Johan.

« Non, comme d’hab, je lui ai dit que j’allais faire une soirée jeux chez des amis. Comme c’est toujours pas son truc, je suis tranquille, elle ne risque pas de vouloir m’accompagner… »

« Et toi, Ben, tu as une copine, tu es marié ? »

« Euh, non, non, célibataire pour le moment ! »

Cette question me permet déjà de mieux situer la soirée. J’ai donc à faire à une bande de mecs plus ou moins hétéro qui aiment les jeux de bites entre gars…

Chacun a été se servir dans le frigo. On a tous pris une bière. J’admire Johan qui se lève nonchalamment pour se diriger vers le frigo, revient avec sa chope, face à moi, sa longue bite pendante sur les couilles bien lourdes, un corps élancé, une toison fournie. Il va me faire bander. Je me réjouis de le voir durcir à mes côtés ! Il a de jolis tétons plats, et plus sombres encore que sa peau ébène, qui invitent à la léchouille. Cette peau mate me donne très envie…

«Bon, les gars, je lance le film ! Je vous ai dégoté un de ces petits bijoux ! Jolies filles, jolies bites. De ce que j’en ai aperçu, ça va être rude de pas se vider trop vite, je crois ! » Lâche Fabian avec un large sourire.

«Ben a amené un autre lubrifiant que celui qu’on a pour habitude d’utiliser. On va pouvoir comparer les gars ! Alors, Ben, pour que tu saches, on n’est pas pressé de jouir. Le mot d’ordre : prendre du plaisir. Et les mains peuvent être curieuses... » Précise Fabian, sur un ton de mystère.

Ma cuisse gauche est posée contre la cuisse droite de Johan. J’ai une vue plongeante sur sa queue. A ma gauche, dans un petit fauteuil, Fabian. A notre droite, Yvan. Les tubes de gel sont sur une petite table devant nous. J’y ai déposé mon tube « Long play.»

Le fait que Johan et moi sommes déjà nus, est une invitation pour les 2 autres à se foutre à poil aussi. Yvan se débarrasse rapidement de son bout de tissu. Je ne peux m’empêcher de bien le mater quand il se lève pour saisir mon tube de gel, la queue déjà à l’horizontal. Pas mal équipé le gamin ! J'aime toujours bien ce contraste entre une peu assez clair et une toison sombre et fournie.

« Tu me le passes après, hein ! » lance Johan

Fabian a aussi enlevé son shorty. Sa queue est massive et c’est le seul à avoir un pubis complètement rasé.

Yvan a déposé quelques gouttes de gel sur son gland rosé et étend le liquide avec soin et sensualité.

« Wow, c’est vrai qu’il glisse bien ce gel ! » dit-il un peu timidement.

Mes 3 compagnons de jeu sont maintenant bien bandés. Je ne m’étais pas trompé : Johan a un très grand sexe avec un large gland, un peu plus plat que le mien, qui mouille déjà un peu. Je peux comparer aisément avec ma propre bite. Et je reste malgré tout vainqueur sur la grosseur du gland, par contre il me bat largement sur la taille du jouet. Johan s’enduit le gland de gel puis me passe le tube.

« Tu as un superbe gland, dis donc ! » me complimente Fabian

« Ah, oui, dis, montre ! » s’enhardit Yvan

« Clairement, c’est un beau morceau, elles doivent aimer le sucer ! » avance Johan qui, décidément, semble le plus hétéro du lot.

« Boh, je crois qu’il n’y a pas que des filles qui aimeraient le sucer ! » dit Yvan en rigolant.

La branle s'engage, tranquille : on est ici pour faire durer le plaisir, partager un truc de mecs. Ça sent la queue et les bruits de frottements humides concurrencent les soupirs des acteurs du film. Deux beaux gosses se font goulument sucer par 3 nanas dans les bois. Les gros plans sont très excitants. Les glands rentrent et sortent des bouches gourmandes, les langues se déchainent sur des glands qui semblent huilés : classique finalement...

"Putain…" Soupire Yvan…

« Ouai, il est vraiment cool ton gel ! Les gars, je crois qu’on va l’adopter pour nos futurs plans !» Affirme Fabian.

La promiscuité avec Johan fait que nos regards se croisent souvent, que nos regards se posent aussi souvent sur le corps de l’autre. Il a un superbe sourire dévoilant des dents blanches qui contrastent avec ses lèvres sombres.

« Ai rarement vu un gland aussi gonflé ! suis curieux de te voir cracher ! » chuchote Johan.

« Moi, aussi je suis impatient de voir exploser ta longue tige ! » m’enhardis-je à dire.

Tout le monde rigole. L’ambiance est très bon enfant mais très chaude ! Je ne peux m’empêcher de zieuter Johan. Cette peau, ce corps musclé et élancé, ces poils bouclés sur le torse et les cuisses et puis, cette bite ! Johan s’astique des deux mains. Il peut aligner ses larges mains pour saisir sa bite sans encore en couvrir toute la longueur !

Le temps passe et je pense que nous sommes tous plus ou moins sur la corde. Chacun est habitué à prolonger le plaisir. Mais Yvan manifeste les premiers signes que ça ne va plus durer très longtemps.

« Putain, les mecs, j’ai terriblement envie de jouir, je suis mûr là ! »

« Laisse toi aller Yvan ! C’est que du bonheur ! »

Yvan se lève, vient s’asseoir sur l’accoudoir du sofa dans lequel Yohan et moi nous trouvons. Une main s’enhardi à malaxer les couilles de Yohan puis à saisir le grand tube noir. Johan se laisse faire, ça semble être une habitude. Ce dernier ferme les yeux sous les caresses du plus jeune d’entre nous. Yvan se branle de la main gauche et branle Johan de l’autre main. Puis se redresse d’un coup, se frotte frénétiquement la tige, souffle et nous sert de longs jets de foutre sur le parquet, jusque sur la petite table basse. Une liqueur de jeune mâle expulsée avec force. Il est suivi de peu par Fabian, qui reste assis et se macule le torse de sa sauce dans un râle de libération.

Reste nous !

« Chiche que tu vas jouir avant moi ! » dit Johan en déposant une main sur ma cuisse.

Il n’a sans doute pas tort. Je ne suis pas un expert dans la longue durée et je n’ai pas envie de commencer à débander parce que j’ai trop trainé ! Et puis, le regarder ainsi se caresser la matraque, voir ce gland luisant prêt à cracher sa crème…

Je sens que la pression monte. Je dépose ma main gauche sur le bas ventre de Johan. Je m’enhardis à lui caresser le ventre. Vu la familiarité d’Yvan, je ne me gène pas trop de saisir la bite de Johan. Je suis encore étonné de son épaisseur : quelle trompe ! A la fois bien ferme et souple, je la secoue, passe le doigt sur ce gland. C’est la première fois que je branle une si grosse queue et, accessoirement, un black. Ce contact avec cette queue me fait jouir. Ce qui entraine rapidement l’orgasme de mon beau mâle. Quasi simultanément, on éjacule de manière grandiose. Je ne suis pas déçu : cette grande bite crache de manière magistrale. Un sperme très crémeux retombe sur sa peau sombre et offre un magnifique contraste artistique. Sa crème macule ma main. Je crois que je donne bien le change aussi avec mon gland bien gonflé qui lance sa purée dans l’air. Nos spermes sont retombés sur nos corps sans distinction de propriétaire…

Ce partage de liqueur sur nos torses fait rire nos 2 autres amis.

« Vous vous êtes pas branlés pendant des jours ou quoi ? Je sais pas ce que tu lui as fait, Ben, mais je n’ai jamais vu Johan jouir comme ça ! » rigole Fabian.

« C’est son gros gland qui m’a stimulé ! Et puis, il sait y faire avec sa main… mais oui, toi aussi Yvan ! C’est juste que j’étais pas prêt à juter quand tu m’as branlé !» rigole Johan.

Je ne peux m’empêcher d’espérer qu’il a raison…

Puis, il me chuchote : « j’ai vraiment kiffé tes caresses, mec !» Sa voix chaude, sa confidence dans le creux de l’oreille, me font fondre.

« Eh, vous en êtes déjà aux confidences vous deux ? Bon, vous en pensez quoi, les mecs ? Moi, jme dis que Ben a bien passé son examen d’entrée et que j’ai bien fait de l’inviter ! »

« Yes, j’adore le voir jouir ! » lance Yvan.

On reste nu pour boire une nouvelle bière. Fabian, Johan et moi n’avons même pas pris la peine d’essuyer la semence sur nos corps. Le sperme sèche, emplissant la pièce de ces effluves très particulières. Cette odeur m’enivre. Je ne débande pas totalement. Le long tube de Johan reste aussi gonflé et son gland poisseux perle d’une dernière goute crémeuse.

Fabian remarque nos queues encore gonflées et nous complimente sur notre énergie. Mais je fais remarquer qu’Yvan garde aussi une semi-molle plutôt raide. Le fait qu’on mate toujours mon jouet me fait de nouveau gonfler plus fort. Je remarque que Johan rebande aussi quelque peu. Je pense qu’on est sur la même longueur d’ondes, Johan et moi. Nos queues sont sensibles aux compliments.

Putain, les mecs, on rebande déjà nous ! Rigole Johan en enveloppant mes épaules de son bras pour me serrer contre lui. On se boit notre petite bière tranquille. Yvan enfile son shorty, Johan fait de même, sans doute un peu embêté par cette queue qui ne veut pas se calmer. Après avoir joui, c'est plus pareil, hein ! De mon côté, j’ai toujours du mal à me rhabiller mais faut bien y passer. Fabian reste à poil. Après tout, il est chez lui. C’est dommage qu’il se rase la bite. Il me plait toujours autant mon ptit caissier ! En fait, ils me plaisent tous, ces gars ! La branlette en groupe, c’est génial mais c’est quand même moins intimiste que si j’étais venu seul pour comparer nos gels avec Fabian, en tête à tête ou… en queue à queue.

« On se refait un plan bientôt ? » Questionne Yvan.

« Je vous tiens au courant, les gars ! »

« Euh, quelqu’un peut me retaper chez moi ? Suis descendu en bus ! » Demande Yvan.

« Je sais pas où tu habites mais je te ramène ! » m’entends-je dire.

On se fait la bise. Je me suis fait de nouveaux potes de branle ce soir. C’est cool ! c’est vraiment un truc qui manquait dans mes déclinaisons de plaisirs : un petit groupe de branleurs réguliers !

J’adore ces moments entre gars sans façon qui ne se posent pas de question sur le partage de ces jeux…

« On y va Yvan, tu me montreras le chemin ! »

Yvan affiche un grand sourire. Il a l’air heureux que ce soit moi qui le ramène.

Il m’explique le chemin. On en a pour 30 petites minutes et le détour pour chez moi n’est pas énorme.

« Mince, jme branlerais bien encore moi, ce soir ! » Lâche-t-il dans la discussion en passant la main droite dans son jogging.

« Je n’irai pas me coucher sans me branler de nouveau aussi tu sais ! »

« Viens chez moi alors, on se branlera ensemble ! » Propose-t-il avec engouement !

Sa voix est douce et chaude. Elle me séduit dans cette ambiance de route nocturne. Ce petit gars me donne envie, je l’ai remarqué dès mon arrivée. Comment résister à sa proposition…