Première sur internet 5 : Différence entre versions

(Après de nombreux mois sans se voir, c'est avec plaisir que Marc revient et me permet de m'occuper de lui !)
 
(Mise en forme+PPC)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
{{story|auteur=Francky442001 |date=2022-02-08|notice=publié|flag=fr|a1=MM}}
 +
[[C:PPC]]
 +
 
Je suis à genoux devant toi. Ton sexe déjà dressé pointe vers moi, nos caresses par dessus nos pantalons t'ont déjà passablement excitées. Toutefois tu n'es pas encore totalement bandé, c'est à moi de t'amener à cet état. Je le prends en main, il est épais, assez long, 16/17cm, surmonté d'un superbe gland. J'ai envie de l'engloutir sans attendre mais cela fait très longtemps que je ne t'ai pas sucé, plus d'un an. Avec le COVID nous sommes restés loin l'un de l'autre pendant près de 18 mois, toi auprès de ta famille moi avec la mienne.
 
Je suis à genoux devant toi. Ton sexe déjà dressé pointe vers moi, nos caresses par dessus nos pantalons t'ont déjà passablement excitées. Toutefois tu n'es pas encore totalement bandé, c'est à moi de t'amener à cet état. Je le prends en main, il est épais, assez long, 16/17cm, surmonté d'un superbe gland. J'ai envie de l'engloutir sans attendre mais cela fait très longtemps que je ne t'ai pas sucé, plus d'un an. Avec le COVID nous sommes restés loin l'un de l'autre pendant près de 18 mois, toi auprès de ta famille moi avec la mienne.
 
Nous nous sommes revus mais je n'ai été qu'actif. Tu m'as pris dans ta bouche, doucement, tendrement, puis tu t'es relevé, retourné pour frotter tes fesses contre mon sexe. J'ai attrapé tes tétons et joué avec pendant que tu ondulais, puis ma main droite a lâché tes seins pour descendre te masturber doucement, au rythme de ton frottement. Tu as voulu te retourner et descendre pour me sucer à nouveau mais je t'ai arrêté, l'envie de te prendre est trop forte après une si longue attente. Je t'ai emmené sur le lit, t'ai fait mettre à quatre pattes au bord et j'ai appliqué du gel sur ton anus, j'ai enfoncé mes doigts puis mon sexe en toi. Enfin tu as ressenti ce que tu désirais tellement, dont tu me parlais dans tes mails, être pris, sentir à nouveau mon sexe dans tes fesses, entrer en toi. Tu ne m'as laissé que quelques coups de rein dans cette position. Tu t'es retourné, tu voulais être sur le dos, me regarder pendant que tu prenais ton pied. Puis ton regard a changé, tes mots sont devenus plus crus, mes coups de rein plus puissants. J'ai pris ton sexe et je l'ai branlé pendant que je te prenais oubliant toute notion de tendresse, souhaitant uniquement nous faire jouir et l'intensité de nos cris indiquaient que la fin était proche. Tu as joui, ton sperme en grande quantité inondant ton torse pendant que tes contractions déclenchaient mon orgasme et je me suis vidé dans tes fesses. Malheureusement, un claquement de porte dehors me coupait toute envie de continuer et tu es parti sans que je puisses en faire plus. Recevoir un homme chez soi quand on est marié apporte ce lot de stress qui peut couper toute envie.
 
Nous nous sommes revus mais je n'ai été qu'actif. Tu m'as pris dans ta bouche, doucement, tendrement, puis tu t'es relevé, retourné pour frotter tes fesses contre mon sexe. J'ai attrapé tes tétons et joué avec pendant que tu ondulais, puis ma main droite a lâché tes seins pour descendre te masturber doucement, au rythme de ton frottement. Tu as voulu te retourner et descendre pour me sucer à nouveau mais je t'ai arrêté, l'envie de te prendre est trop forte après une si longue attente. Je t'ai emmené sur le lit, t'ai fait mettre à quatre pattes au bord et j'ai appliqué du gel sur ton anus, j'ai enfoncé mes doigts puis mon sexe en toi. Enfin tu as ressenti ce que tu désirais tellement, dont tu me parlais dans tes mails, être pris, sentir à nouveau mon sexe dans tes fesses, entrer en toi. Tu ne m'as laissé que quelques coups de rein dans cette position. Tu t'es retourné, tu voulais être sur le dos, me regarder pendant que tu prenais ton pied. Puis ton regard a changé, tes mots sont devenus plus crus, mes coups de rein plus puissants. J'ai pris ton sexe et je l'ai branlé pendant que je te prenais oubliant toute notion de tendresse, souhaitant uniquement nous faire jouir et l'intensité de nos cris indiquaient que la fin était proche. Tu as joui, ton sperme en grande quantité inondant ton torse pendant que tes contractions déclenchaient mon orgasme et je me suis vidé dans tes fesses. Malheureusement, un claquement de porte dehors me coupait toute envie de continuer et tu es parti sans que je puisses en faire plus. Recevoir un homme chez soi quand on est marié apporte ce lot de stress qui peut couper toute envie.

Version actuelle datée du 17 février 2022 à 04:07


Première sur internet 5
Texte paru le 2022-02-08 par Francky442001   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 26 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 964 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Francky442001.


Je suis à genoux devant toi. Ton sexe déjà dressé pointe vers moi, nos caresses par dessus nos pantalons t'ont déjà passablement excitées. Toutefois tu n'es pas encore totalement bandé, c'est à moi de t'amener à cet état. Je le prends en main, il est épais, assez long, 16/17cm, surmonté d'un superbe gland. J'ai envie de l'engloutir sans attendre mais cela fait très longtemps que je ne t'ai pas sucé, plus d'un an. Avec le COVID nous sommes restés loin l'un de l'autre pendant près de 18 mois, toi auprès de ta famille moi avec la mienne. Nous nous sommes revus mais je n'ai été qu'actif. Tu m'as pris dans ta bouche, doucement, tendrement, puis tu t'es relevé, retourné pour frotter tes fesses contre mon sexe. J'ai attrapé tes tétons et joué avec pendant que tu ondulais, puis ma main droite a lâché tes seins pour descendre te masturber doucement, au rythme de ton frottement. Tu as voulu te retourner et descendre pour me sucer à nouveau mais je t'ai arrêté, l'envie de te prendre est trop forte après une si longue attente. Je t'ai emmené sur le lit, t'ai fait mettre à quatre pattes au bord et j'ai appliqué du gel sur ton anus, j'ai enfoncé mes doigts puis mon sexe en toi. Enfin tu as ressenti ce que tu désirais tellement, dont tu me parlais dans tes mails, être pris, sentir à nouveau mon sexe dans tes fesses, entrer en toi. Tu ne m'as laissé que quelques coups de rein dans cette position. Tu t'es retourné, tu voulais être sur le dos, me regarder pendant que tu prenais ton pied. Puis ton regard a changé, tes mots sont devenus plus crus, mes coups de rein plus puissants. J'ai pris ton sexe et je l'ai branlé pendant que je te prenais oubliant toute notion de tendresse, souhaitant uniquement nous faire jouir et l'intensité de nos cris indiquaient que la fin était proche. Tu as joui, ton sperme en grande quantité inondant ton torse pendant que tes contractions déclenchaient mon orgasme et je me suis vidé dans tes fesses. Malheureusement, un claquement de porte dehors me coupait toute envie de continuer et tu es parti sans que je puisses en faire plus. Recevoir un homme chez soi quand on est marié apporte ce lot de stress qui peut couper toute envie.

Et donc me voilà enfin avec ton sexe dans ma main, et je vais pouvoir en profiter. Je pourrais me précipiter mais j'ai envie de prendre mon temps, de laisser monter en moi la petite coquine qui se cache et remonte quand je suis avec toi. Je commence de lents allers-retours, je n'ai d'yeux que pour cette bite qui durcit encore dans ma main. Tes couilles sont bien pleines et c'est par elle que je veux commencer, je les lèche, une par une, puis les prends dans ma bouche une par une puis les deux ensemble tout en continuant ma lente masturbation. J'ai envie de tout faire lentement, te faire monter la sauce petit à petit, te faire languir... Ma langue remonte doucement tout le long de ton sexe maintenant totalement dur, j'ai enlevé mes mains et seule ma langue est en contact avec toi. J'arrive à ton gland et je fais tourner ma langue autour, je lèche ton frein, puis reprends mes tours. Tu gémis doucement, me demande de te sucer, mais je recommence à la lécher sur toute la longueur, plusieurs fois de suite, et chaque passage sur ton gland fait tressauter ta queue et te fait gémir de plus en plus fort. A nouveau je te branle doucement, et admire cette belle bite tendue. Je n'en peux plus et je craque, j'ouvre ma bouche et j'introduis ton gland dont ma langue fait le tour pendant qu'il entre en moi. Puis enfin je te suce, après tout ce temps ton sexe coulisse dans ma bouche, je souffle et gémis en te suçant. J'ai les yeux fermés, plus rien ne compte que le gout de ton sexe, sa chaleur qui envahit ma bouche, le plaisir de donner du plaisir. J'essaie de la prendre entière mais elle est un peu trop longue, je réessaye lentement, plusieurs fois jusqu'à la prendre entière, tu adores ça visiblement car tu gémis, puis pose tes mains sur ma tête pour que je recommence. Plusieurs fois, tu enfonces entièrement ton sexe dans ma bouche, mais sans violence, sans m'étouffer comme on peut le voir sur certaines vidéos. Je pose mes mains sur tes fesses, tu donnes maintenant le rythme, et tu me baises la bouche, alternant les rythmes rapides et lents, enfonçant ta queue entièrement puis seulement à moitié. Je remonte mes mains le long de ton torse et attrape des tétons que je pince tendrement. Tu relâches ton étreint et me laisses mener la danse. Je suce doucement, ressortant ta queue légèrement pour lécher ton gland, puis j'enfonce à nouveau ta queue dans ma bouche. Tes gémissements sont devenus des mots crus, tu me traites de salope, de petite chienne, tu sais que j'adore ça. Je n'ai toujours pas ouvert les yeux, et mon monde se limite seulement à ta queue dans ma bouche, tes tétons que je pince et tes mots qui me transcendent. Je bande car l'excitation d'être soumis à ton désir est énorme. Je ressens aux creux de mes reins l'envie de te sentir dans mes fesses, que tu me possèdes totalement. Je suis tiraillé entre l'envie de te faire jouir dans ma bouche et gouter ton sperme chaud ou de me donner à toi totalement, sans retenue. Tu sors ton sexe de ma bouche, et tu t'assieds sur le canapé juste à côté en m'intimant l'ordre de revenir te sucer. Je rouvre les yeux, et c'est lentement à 4 pattes que j'avance vers ton sexe que je reprends en bouche tout doucement en te regardant droit dans les yeux. Après quelques succions, je remonte et vient lécher tes seins puis je redescends embrassant ton ventre, ton pubis pour reprendre enfin ton sexe en bouche, à nouveau les yeux fermés hésitant quant au choix entre mes envies. Finalement, c'est toi qui aide à la décision et te penchant en avant pour introduire doucement un doigt dans mon trou déjà ouvert et humide. Puis tu prends du gel, en mets sur mon anus et introduit maintenant 2 doigts en moi, de plus en plus fort. J'ai lâché ta queue, et le visage appuyé sur ton ventre, je me concentre sur le plaisir anal que tu me procures. Tu peux maintenant faire tout ce que tu veux de moi, tu le sais, j'ai envie de me faire prendre, de n'être qu'un orifice dans lequel tu pourras te vider, je veux jouir avec ta queue en moi. Je reprends ta bite en bouche et bave exagérément dessus, puis je me lève, me retourne et c'est dos à toi que je m'empale lentement sur ton sexe qui écarte petit à petit mon trou pour me remplir entièrement. Ça fait longtemps que je n'ai pas été baisé, et je la sens passer ! Je reste immobile quelques instants, assis sur toi, ta queue entièrement en moi et je commence à faire de petits ronds avec mon bassin, ton gland appuie sur ma prostate, c'est divin, mais rapidement l'envie de te sentir coulisser en moi prend le dessus et je commence des va-et-vient de plus en plus rapide en contractant mes fesses pour te sentir un maximum. Tes mains posées sur mes hanches me donnent le rythme que tu veux et chaque coup de boutoir me fait gémir. C'est trop bon !! J'ai à nouveau les yeux fermés et je ne pense qu'au plaisir que je prends à me faire prendre, plus rien ne compte que cette queue qui me remplit ! Mes cuisses me brulent, je me laisse aller en arrière et m'appuie sur toi, ma tête au creux de ton épaule pendant que tes coups de rein prennent le relais et c'est maintenant avec force que tu me prends. Tu murmures à mon oreille que tu aimes mon cul, que je suis une bonne chienne qui aime la queue. J'adore ce moment car il n'y a pas de bestialité dans ta voix, mais tu sais à quel point ça me rend dingue ce genre de phrases quand je suce ou quand on me baise. Ta main droite vient me pincer les tétons, me caresser le torse, palper mes couilles et finalement tu me branles tout en continuant à me prendre profondément. Le plaisir monte à la fois dans mon sexe mais aussi dans le bas de mes reins, tu veux que l'on jouisse ensemble. Je n'en peux plus et j'explose, mon foutre jaillit et arrive jusque sur mon visage, inonde mon torse et je suis terrassé par cette jouissance énorme, la plus grande que j'ai jamais connu. Tu jouis en moi quelques secondes plus tard et je sens ta queue tressauter tandis que ton sperme remplit mon cul. Tu me surprends en m'embrassant à pleine bouche et pour la première fois j'adore embrasser un homme, continuer un peu dans ce baiser l'orgasme fulgurant que nous venons de nous procurer mutuellement. La douche est la bienvenue et je n'arrive pas à reprendre totalement mes esprits sous l'eau chaude. Tu es derrière moi, ton sexe bandé, et c'est sans difficulté que tu rentres à nouveau en moi pour me reprendre, le plaisir est là mais la jouissance précédente a été tellement forte que celle qui arrive paraît presque fade malgré le plaisir ressenti quand tu me défonces sans ménagement. Après avoir joui en moi, tu me suces pour me vider avec ta bouche. Une fois séché, c'est toujours un peu dans le gaz que je te raccompagne. Pendant de longues heures, mon cul me rappelle que tu étais là ce matin et j'ai hâte de te revoir pour à nouveau te sucer tendrement et peut être t'avaler la prochaine fois.