Un après-midi au Sauna Salvator

Révision datée du 13 février 2018 à 16:35 par Patrice (discussion | contributions) (top : retrait {{cats}} vide, espaces doubles, mdash, retrait: {{cats}})
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)


Un après-midi au Sauna Salvator
Texte paru le 2015-07-26 par Francis13600   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM.jpg/ MM.jpg

Cet auteur vous présente 5 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6737 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Francis13600.



C'est l'été à Marseille et je me suis réveillé en pleine forme et agité d'envies pressantes... J'ai 43 ans, je suis plutôt imberbe, et ce matin je suis d'humeur passive. Super excité, je me douche et je décide de mettre mon cockring en métal et un plug noir que je veux porter toute la matinée.

La matinée se passe en rendez-vous, le plug me titille la prostate et me fait mouiller abondamment. Quand enfin midi arrive, je me précipite littéralement au sauna Salvator, le seul sauna plausible de Marseille selon moi depuis la fermeture du club XY..

Il y a déjà pas mal de monde apparemment. Je me déshabille au vestiaire. Les deux mecs présents remarquent mon cockring, l'un des deux voit mon plug. Ça m'excite de m'exhiber comme ça.

Je tourne un peu mais je vais très vite vers un sling situé dans un petit recoin assez sombre, éclairé en rouge, dans une cabine exigüe. Je laisse la porte ouverte et je m'installe sur le sling, à poil, les jambes en l'air le long des chaines, la tête renversée en arrière et la bite bandée à fond.

Je n'attends pas longtemps avant que deux mecs que je ne regarde pas rentrent dans la cabine. Le premier commence à me triturer les bouts de seins qui sont très douloureux chez moi. Le deuxième titille mon plug, et met des claques sur mon périnée, enfonçant le plus par la même occasion. Je me tends et je soupire, sans relever la tête.

Le mec qui se trouve entre mes jambes m'enlève le plug et commence à me doigter avec beaucoup de gel pendant que son pote me donne sa queue à sucer sur le coté du sling. Je ne sais déjà plus où j'habite quand le premier enfile un préso et me pénètre le cul assez franchement. Il a une bonne queue et je me sens bien rempli.

Il commence rapidement à me pilonner et ma tête cogne contre le mur. Pendant un petit quart d'heure il m'envoie des coups de boutoir qui me font mouiller de la queue à fond, je me sens trop bien, abandonné à ces deux bites qui m'honorent.

Le mec finit par jouir dans la kapote et part avec son pote en direction des douches.

Je n'ai pas joui et après avoir pris une petite douche et remis mon plug, je marche quelques mètres avec la serviette autour du cou quand un mec qui doit avoir une grosse trentaine, bien foutu, tête rasé avec une barbe de trois jours, me pousse directement dans une cabine, me plaque les mains sur le matelas, me demande de cambrer et commence à me fesser assez fortement pour je crie un petit peu. Il enchaine fessées, triturage de mes couilles et de ma bite, re-fessée, triturage de mon plug...

Très vite il m'attrape et me jette à genoux devant sa queue qui est somptueuse: longue (20cm?), assez fine, bien droite, avec un gland proportionné. Il me fait la sucer et il me l'enfonce bien profond dans la gorge, comme je l'aime. Il me met quelques baffes et me traite de pute. Il a bien raison, aujourd'hui je suis vraiment une trainée...

Finalement il me fait remettre les mains sur le matelas, debout, il me redemande de cambrer et il m'emmanche sans crier gare ses 20cm au fond du boule (je vérifie du bout des doigts qu'il a bien mis une kapote). Et là, il me besogne assez violemment, ce qui me fait crier de plaisir, quelqu'un tambourine sur la porte (veut-il entrer? est ce que je fais trop de bruit?), il me met des fessées, tire mes cheveux en arrière, me donne ses doigts à sucer, sort entièrement et se réenfonce jusqu'au bout, il me défonce le fion, me tire les couilles.

Cela dure assez longtemps pour que je prenne mon pied et qu'il jouisse dans sa capote, puis il me remercie et part se doucher.

Pour ma part, je descends au hammam où un bel éphèbe d'une petite vingtaine d'années s'extasie sur deux mecs en train de se sucer.

Vers 15h je finis par me rhabiller et partir, comblé, le trou éclaté, le sourire aux lèvres et une forte envie d'y revenir me faire prendre comme une pute sur le sling entouré de miroirs cette fois ci.

Je suis vraiment en train de virer chienne.

Je crois que j'ai besoin d'un maître...

N'hésitez pas à m'écrire si vous habitez dans le coin...

francis13600@gmail.com