Éric découvre la vraie vie (1)


Éric découvre la vraie vie (1)
Texte paru le 1999-10-03 par Étienne de ACA   Drapeau-ca.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 70 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 12022 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 1999 — Tous droits réservés par Étienne de ACA.


Cette histoire à été écrite en étroite collaboration avec Éric lui-même.

Chapitre 1

J'ai placé une annonce sur le net:

Jeune homme bisexuel de 23 ans, sans expérience recherche couple, homme et femme pour une première expérience à trois. Je suis soumis et souhaite obéir à tout vos ordres et fantasmes. Écrire à jair55@hotmail.com. Si vous chercher une mec pour une bonne baisse et vous servir totalement.

Déjà trois semaines que j'ai placé cette annonce et je n'ai reçu aucune réponse, mais un bon matin j'ouvre mon ordinateur à mon courrier Hotmail et j'ai enfin une lettre avec un attachement.

Je vais voir vite les deux photos, Nicole est ravissante, de beaux gros seins avec de beaux gros mamelons et long cheveux noirs, lui, il est grand, bien bâti, un torse d'athlète et il a une face carré de vrai mâle stricte et autoritaire.

Je reviens lire le courriel

Je suis Pierre, 48 ans, routier de métier, je suis bisexuel, je mesure 6 pieds, poids de 190 livres, j'ai un beau gros 8" de queue, ma femme Nicole me rase le cul et les couilles régulièrement et moi je lui rase au complet l'entrejambe, Nicole à 39 ans et comme tu verras sur les photos, elle à de super beaux gros tétons, elle adore sucé une queue bandé raide, autant que moi, elle adore se faire mettre autant du devant, que par en arrière, et son rêve c'est de se faire mettre en même temps, une grosse queue dans son vagin et une autre dans son trou de cul. Alors, si tu a le goût d'une fin de semaine dans l'intimité de notre maison en banlieue est de Montréal à trois, pour te faire sucé à ton goût par nous deux, de fourré et enculé ma femme et même m'enculé moi aussi pendant que je fourre ma femme, de te vidé autant de fois que tu le pourras. Tu es le bienvenu, mais une chose importante, tu devra être et tu seras notre esclave, tu devras faire exactement ce que nous t'ordonnerons. Tu devras être totalement soumis à nos ordres. Si intéressé envoi nous des photos de toi habillé et des nus de face et de dos. Nous attendons avec impatience ta réponse et tes photos à poil.

Chapitre 2

Il correspond exactement a ce que je cherche. J'ai répondu aussitôt et envoyé 5 photos de moi, dons trois photos à poils.

Après plusieurs échange de couriels ou l'on parle de nos fantasme... Surtout leurs expliquant que je voulais être soumis à tout, sauf me faire enculer, leurs réponse fût, nous cherchons une queue, pas un trou, que moi j'aurai deux gueules et trois trous à satisfaire.

Le jour J est enfin arrivé. Comme les deux habites en banlieu, Pierre me donne rendez vous au centre-ville le vendredi soir pour me ramener chez lui après le travail. Les ordres sont strictes, je dois êtres sur le coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Hubert, je dois porter de vieux jeans sales, des bottes de travail, pas de bas, aucun sous vêtement, un cock-ring à ma queue et un t-shirt blanc et être sur le coin de la rue pour 6h précis.

A 6:00 précis une voiture s'approche et je reconnais, Pierre au volant. Il ne dit rien. il fait seulement un signe de tête de monter. Je monte dans la voiture. La radio est fermée, les vitres sont montées, à part le son du moteur tout est silencieux... Mon coeur battait très vite, tellement j'étais nerveux de cette première expérience qui m'attendais de servir d'objet sexuel à un couple.

Puis il tourna brusquement dans une ruelle, il arrêtas son moteur et il me dist de descendre, de me placé devant l'auto et d'enlever mes jeans. Je descend de l'auto, j'enlève mes bottes de travail et mes jeans, je remet mes bottes et je reviens vers l'automobile, il à klaxonné et il mà crié:

— Je t'ai jamais dit de revenir dans l'auto.

Je suis rester figé sur place et espérant que le coup de klaxon et son cri n'attire pas de curieux, car il faisant encore jour et j'avais peur de me faire voir à poil au plein centre de la ruelle, il me fis des signes de me tourner sur moi-même, examinant mon cul, et ma queue molle, puis il me fis signe de remonter dans l'automobile sans remettre mes jeans, je suis remonté dans l'auto et il me dis:

— Tu n'as même pas un beau corps, tu as une petite queue, des petites couilles, une bedaine à ton âge et en plus tu as un gros cul, en plus d'être très poilu, mais tu feras quand même l'affaire pour ce soir.

Il me place les mains derrière le banc et les attaches avec un corde, il me remonte mon t-shirt par dessus ma tête, je suis a moitié nu étendu sur le banc qu'il a baissé, les mains attaché dans le dos, a quelques occasion il me serre la poche avec ses grosses mains il me tâte les couilles, me frappe les cuisses, a chaque fois lorsqu'on l'on passe a coté de gros camion je veux me cacher car ils voient que je suis nu. Il dit:

— Cache toi pas. montre a tous le monde que t'es une chienne, un vrai salope, si c'était juste de moi tu serais flambant nu et tu serais attaché en arrière du char et tu me suivrai.

J'avais hâte d'Arriver à la maison pour voir la belle Nicole et ses beaux gros seins. Parce que c'est en grande partie a cause d'elle si j'ai accepté Nous arrivons dans le quartier de la maison de mes nouveau Maîtres. un quartier huppé avec de grosse maison. La voiture entre au garage puis Pierre coupe le moteur. Il ferme tout les lumières du garage et il me dit: Attend ici chienne sale.

Il fait noir et je n'entend rien de ce qui ce passe à l'intérieur. puis j'entends la porte de la maison s'ouvrir. quelqu'un avance. c'est Pierre. Il me place un bandeau sur les yeux, me met en gag dans la gueule, puis un collier en cuir de chien. Sur le collier il y a un cadenas. Un fois mit une seul personne peu le retirer. il attache un grosse chaîne après le collier, il détache mes mains et me dit enlevé ton t-shirt. j'ai seulement mes bottes, je ne peux pas parler, j'ai les yeux bander et je suis enchaîner. il tire sur la chaîne et me fait sortir du véhicule.

On descend des marche puis je sens la fraîcheur et l'humidité du sous-sol tout en ciment. j'entend la chaîne frotter sur le ciment. Puis Pierre attache la chaîne a un crochet. Il m'ordonne de me mettre a genou dans le coin. Puis il me dit:

— Si tu attends Nicole tu vas attendre longtemps belle chienne de salope.

— J'ai pas de femme mais j'ai quelques chose de bien mieux...

— Il se nomme Louis et il n'à pas de gros seins, mais un super grosse queue de 9", juste pour toi et on petit trou de cul vierge

Chapitre 3

Le maître Pierre siffle et j'entend quelqu'un descendre les marches. Maintenant je vois que Pierre est le Maître. Le Maître me retire mon bandeau. Je vois Louis. C'est un jeune d'homme d'environ 23 ans comme moi. Il est bien bâti et il a une énorme queue complètement rasé! Elle est bien bandée et il porte un cock ring très serré, qui lui garde sa queue bandé raide et lui séparé complètement de chaque coté ses deux gosses couilles. Le Maître a changé ses vêtement. Il porte des chaps en cuir, puis un harnais de cuir. Il a aussi des bottes de cuir noirs. Le Maître prend Louis par la queue et l'approche de moi il me la passe partout dans la figure et il me dit:

— C'est comme ca qu'on homme bande. Je vais te la faire gonfler ta petite queue chienne. il me place a quatre pattes et il me dit: Regarde maintenant.

Il prend Louis par le coup et il le traîne de l'autre coté du sous-sol ou il y a une table. Le Maître attache les chevilles de Louis au pattes de la tables. Il le couche a plat ventre sur la table. Il lui écarte les fesses, puis il liche le cul complètement rasé de l'esclave Louis. Il se relève et frappe les fesses de l'esclave avec autorité. Le maître prend un de ses doigts et l'enfonce dans le cul de l'esclave sans hésiter et même deux. J'entends Louis lâché un cri de douleur mêlé de jouissance. ohh yeah!

Le Maître dit tu aimes ca. attend un peu. Puis le maître sort sa grosse queue et sans préparation il l'enfonce dans le cul du jeune Louis. Il entre et sort de son cul comme si c'était une autoroute. il lui frappe les fesses lui crache dans le dos. Puis il s'arrête. Il marche vers une étagère et prend un butt plug très long. Il s'approche de Louis puis il l'enfonce dans son cul. tient prend ca en attendant. pis bouge pas trou de cul.

Puis le Maître se retourne vers moi. tu as aimé ca regarder ma chienne. inquiètes toi pas je vais m'occupé de toi comme il le faut. il s'assoit sur un chaise a environ 10 pieds de moi. Il me dit: rampe jusqu'a moi trou de cul.

Sans hésiter, je me glisse sur le sol froid jusqu'à mon nouveau Maître. Je suis a ses pieds couché contre le sol. Il me prend par les cheveux et amène mon visage près de sa grosse queue. Il retire mon gag et il me dit...fait le ménage maintenant. Lèches ma queue. je prend la queue avec mes mains pour la mettre dans ma bouche. Paf je reçois un gifle en plein visage. Je t'ai dit de licher. je t'ai jamais dit de toucher.

Il me prend par les cheveux et pousse sa queue dans ma gorge. je m'étouffe, il ne lâche pas, j'ai peine a respirer. sa queue entre et sort de ma bouche. je peux sentir le pré cum sur le bout du gland de mon Maître. puis il me lâche. je suis a bout de souffle. je respire rapidement. Tu dit vouloir obéir pis t'es même pas capable de sucer un hommes comme il faut maudite salope, qu'il me dit d'un ton méprisant.

Traîne toi et va sucer Louis, ont va voir si tu apprend vite. je me lève et je me traîne tranquillement vers Louis qui est toujours couché sur le table les fesses bien en vues. Je me couche sous la table pour voir la queue de Louis encore toute excité. je la prend dans ma main pour la mettre dans ma bouche quand...

GLING. le Maître tire sur la chaîne avec force. je perd le souffle. Tu n'apprendras jamais minable. je t'ai dit de sucer pis tu prend sa queue dans ses mains.

Le Maître retourne a l'étagère, prend un petit butt plug et mets un peu de lubrifient puis l'enfonce dans mon cul. il me remet mon gag et il raccourcit la longueur de la chaîne, je ne vais pas te fouetter tout de suite, je vais te faire réfléchir un peu, je suis a genou dans le coin il prend mes mains et il les attaches avec des menottes dans mon dos, il détache Louis et il me regarde et dit: Reste tranquille criss de plotte sale, il donne un claque sur les fesses de Louis et Louis remonte l'escalier comme un chien. puis le Maître remonte tranquillement les marches et un fois en haut il éteint le peu de lumière qui restait.

Chapitre 4

J'entends le Maître et son jeune esclave marché au deuxième étage. Ça fait au moins 8h que je suis dans le noir total, 8h enfin je crois. Je les ais entendu se coucher, et moi je me suis aussi endormi. Une chance que mes parents ne dormait pas à la maison car je ne saurais pas comment j'aurait expliqué pourquoi je ne suis pas rentré à la maison. Je ne sais pas qu'elle heure il est, nous sommes la matin ca c'est sur. Je me retrouve nu comme un ver, enchaîné, attaché, la gueule pleine et bien bouché, avec un butt plug dans le cul en pleine obscurité. Je n'ai aucune idée de ce que me réserve l'avenir. J'étais venu pour rencontré une femme et un homme et me voilà poigné avec un mâle et un esclave qui n'en a pas assez d'un, il lui en fait deux.

Puis j'entend sonné à la porte. quelqu'un va ouvrir. Il est tôt. qui peux bien visiter des gens a cette heure! Est-ce que c'est de la famille. des amis. Il font comme si de rien n'était. Les invités ne savent pas surement pas qu'il y a un jeune homme nu et enchaîné au sous-sol... enfin je crois. J'entends rire, j'entends parler fort. puis soudainement je n'entend plus rien. Puis la porte du sous-sol s'ouvre. mon coeur bat plus vite. j'entend des gens descendre les marches, ils sont au moins 3.

Puis je sens plusieurs mains passer partout sur mon corps. au moins deux hommes m'examine. Un tâte mes bras et ma poitrine l'autre tâte ma queue, me serre les couille, me frappe mon cul. Puis j'entend:

— Yé grossette en stie! Je sais pas si le Maître va l'aimer.

J'entends le déclic d'appareil photo polaroid, de 7 ou 8 photos sont prises. Puis je les entends quitter et remonter les marches. je n'ai aucune idée qui sont ces hommes et ce qu'il me veulent. Je les entends encore en haut discuter puis il quitte la maison de mon Maître. A la seconde ou la porte se ferme, j'entend quelqu'un marcher rapidement et descendre les marche pour revenir au sous-sol.

— Ma grosse salope, savais tu qui c'était ca? Tu sais pas dans quoi tu t'es embarqué ma grosse plotte sale! J'attend un réponse avant midi mais en attendant je vais profiter de t'avoir ici.

Il me détache et me tire par le collier jusqu'a une table. Il me jette a plat ventre sur la table. retire le butt plug de mon cul et pan, pan, il me plante sa grossse queue bien bandée dans mon petit cul vierge. Le butt plug ma garder un peu ouvert donc, ça nefait pas trop mal. Il me fourre vraiment comme un chien fourre sa chienne. Il est complètement par dessus moi, il me donne des coup de bassins puissants, le gag m'empêche de crier, mais je pousse des gémissements, il me dit:

— T'aime ca hein. stie de bitch sale, ça se dis aux femmes et en réalité, tu n'es qu'un gros cul sale a sperme.

Je suis tout en sueur, je tremble de partout, je sens ce gros pénis dans mon cul qui entre et sort. Puis il sort son pénis et je sens cinq bonnes giclés de sperme dans mon dos. Le Maître lâche un crie de victoire. aaaaahhhhhhh. avec ses mains il étends le sperme partout sur mon dos, puis il me fourre dans le cul un plus gros butt plug et beaucoup plus long.

— Tien prend ça, ça va t'agrandir le cul. Bonne chienne sale.

Puis j'entend Louis descendre les marches. Le Maître dit: met ca dans le coin. Le jeune esclave me tire par les cheveux et il me traîne dans le coin de la pièce et il me place le visage dans un bol de chien avec de la nourriture et le maître me cris:

— Mange ca grosse vache...tu vas avoir besoin de force.

Je liche donc le bol et je mange l'espèce de gruau que le Maître me réservais. Il pisse dans mon bol, m'attache a nouveau et remonte. En me criant:

— Le bol dois être complètement vide à mon retour et si j'en vois par terre, tu auras dix coups de fouet sur ton gros cul sale.

A SUIVRE