A 18 ans devenu chienne de la cité (08)


A 18 ans devenu chienne de la cité (08)
Texte paru le 2022-09-17 par Joeuroise   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 15 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 2855 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Joeuroise.


Une fois lavé de partout, même dans les fesses et avoir fait ressortir mes excrémentes et le jus des mecs, je cherchais une serviette mais il m'a jeté une serpillère.

- Pour une chienne ça suffit. Et tu approches en me tendant tes couilles.

Il les a réunies dans sa main et fait plusieurs tour avec une ficelle en crin qui piquait même sous la queue.

- Enfile ta tunique le facteur va passer. Tu pourras le prévenir que j'ai le droit de prendre le courrier de la cage à ta place.

Bon ça ne me gênait pas j'étais habillé malgré la bosse provoquée par les picots de la ficelle. Le mec a été à l'heure et j'ai eu une masse de revues et lettres à distribuer. Je l'ai prévenu pour Ben qui a dû signer un papier. Une fois parti Ben m'a fait changer et remettre le short sans slip et le débardeur

- Viens on va distribuer le courrier Dans l'entrée commune les boîtes étaient alignées et Ben m'indiquait les boîtes correspondant aux étages.

Certains paquets ne rentraient pas et il m'a fait monter pour les remettre en main propres. Dans la cage des jeunes traînaient.

- C'est cool les mecs ? Pas d'alerte ?

- Non c'est bon. Il y a des mecs qui voudraient voir ta lopette mais c'est toi qui décide. Il a soulevé juste un coté du short se recevant une mandale. Pas touche t'es trop jeune, tu vas te branler.

Moi j'aurais bien voulu il devait être moins bien monté que les plus âgés mais on est monté. Au quatrième il s'est arrêté.

Frappe et entre, entre beurs on vole pas. y a rien à piquer. En effet la porte était ouverte et j'entendais des bruits dans la chambre.

- T'inquiète pas Abdu, c'est moi et la chienne. Continue.

En entrant j'ai vu les fesses d'Abdu qui s'activaient entre les cuisses d'une nana.

- Elle va attendre un peu.

Il s'est dégagé.

J'ai vu mon premier sexe de femme ouvert et ses seins qu'elle caressait. Le sexe humide d'Abdu tendu il est venu vers moi a posé le colis que je lui tendais sur une tablette.

- Tu veux goûter les humeurs d'une femme ? Fous toi à genoux et suce, tu apprendras.

Ce n'était plus ma tasse de thé depuis que j'avais eu son sperme dans la bouche mais il était toujours aussi épais. Pendant que je suçotais le gland Ben l'a invité à la cave avant manger pour un bonne tournante.

- Ok je viendrais. et il est sorti de ma bouche pour se coucher sur la nana qui a poussé un petit cri. Ben m'a fait sortir. Viens t'as encore deux paquets à distribuer.

On est monté d'un étage. Là, la porte était ouverte et une petit vieux attendait dans un fauteuil. Il s'est relevé avec des cannes.

- Pose ton paquet sur la table. On parle que de toi dans l'immeuble. Penche toi et baisse ton short j'ai envie d'une sucette et de voir tes fesses.

Il sentait fort mais je ne pouvais pas refuser et sa tige était molle dans mes doigts.

- C'est bon un jeune qui suce. Je suis sec mais tu suces bien. t'es un brave garçon et t'as de belles fesses un peu féminine.

On est monté ensuite tout en haut porter le dernier paquet. A l'intérieur, plusieurs mecs qui me mataient à contre-jour, et se sont mis à bander visiblement dans leurs pantalons. Ils étaient trois, dont deux malabars d'une trentaine d'années et un sec plus jeune dans la vingtaine. J'ai compris que les plus grosses transactions se passaient ici. Il y avait une balance et des sachets vides. J'ai dû les sucer l'un après l'autre . C'était la seule porte fermée et les deux plus musclés avaient un sexe respectable mais si ils étaient épais, ils n'étaient pas long. Il se sont fait sucer tranquille, bougeant à peine. et ça s'est passé rapidement .De bons flots de foutre me venaient dans la bouche que je devais avaler. Ce n'était pas désagréable. Le dernier , plus sec était en fait le mieux monté bonne queue épaisse et longue.

- Tu commences pas titiller le gland et le trou puis tu avales le gland plus épais. Commence je te dirais la suite.

Là c'était simple et j'ai bien rempli ma mission .

- Maintenant respire fort, je vais t'apprendre la gorge profonde.

Je l'avais lu sur un bouquin et j'ai craint de ne pas accepter la longueur mais il m'a tenu la nuque et progressivement s'est enfoncé. Le passage de la luette fut le plus difficile , j'avais de petits haut le coeur que j'avais du mal à maitriser. Il a massé ma gorge, sentant le gland. Il a eu lui aussi un sursaut en giclant, m'envoyant son jus directement dans la fond de la gorge. Une fois dégagé j'ai mis du temps à reprendre ma respiration, haletant.. Bern m'a chopé par le collier.

- Ecoute bien lopette, on ne vend jamais au même endroit donc que tu connaisses le lieu du jour je m'en fous et si j'entends quelqu'un parler, ce ne pourra venir que de toi ! Mes gars à moi sont payés et se taisent. Fais pareil.

Il m'a poussé dehors vers l'ascenseur. On a attendu un peu . T'es vraiment une salope je croyais pas que sa queue passerait si loin. On avait pris l'ascenseur pour redescendre et il avait glissé deux doigts dans mes fesses en passant entre ma peau et le short.

On a eu un arrêt pour une femme qui a parlé en arabe à Been. Je voyais bien qu'elle parlait de moi en regardant parfois dans ma direction. Au rez de chaussée elle est descendu Ben avait appuyé au deuxième sous/sol et arrivé il m'a guidé par les doigts dans les garages jusqu'à une porte et dans un dédale de couloirs jusqu'à une vaste cave dont il a ouvert le cadenas.

- Entre et dessapes toi. Ici ce sera ton deuxième chez toi.

Autour ,contre trois murs des canapés plus très jeunes, tachés et au dernier mur une croix en bois avec des anneaux fixés aux coins. J'avais déjà vu dans certaines vidéo assez hard ce genre de croix et nu, je n'ai pu m'empêcher de bander.

- Je vois que tu connais !

- J'ai déjà vu en vidéo, Maître, mais les mecs se faisaient fouetter. Euh je vous ai déplu ?

- Pas encore non, mais on peut fouetter par plaisir. Regarde plutôt à côté.

- Ah oui, ça aussi je connais j'ai vu sur des vidéos des mecs sucer et se faire prendre en même temps.

- Bien monte devant le carcan , met la tête et les poignets aux endroits prévus.

Je bandais comme un fou de me savoir dans cette position et j'ai dû baver quand il a fait coulisser le haut. Je ne me voyais plus ,mais il a défait la corde autour de mes couilles. J'ai eu un cri quand il a installé deux pinces reliées par une chaînette à mes tétons.

- Si tu te voyais !! Tu as des perles de bave qui descendent de ton gland. Pour le début tu ne verras personne.

Il m'a mis un masque qui occultait la vue totalement. J'entendais qu'il déplaçait des trucs et j'ai senti une barre sur mes reins. Les bras coincés aux poignets, la tête aussi, je ne pouvais pas me mettre à genoux sans me casser le cou. Je me suis cambré sous la barre, exposant ce que tout homme cache habituellement.

- Je vais sortir , te laisser réfléchir à ce qui va se passer. L'accès au parking du bas est réservé aux résidents mais celui au-dessus est libre aux visiteurs de passage. Ainsi , la porte étant simplement poussée avec une pancarte que je retournerais en partant indiquant "lope". Tout veux qui voudront se vider les couilles pourront venir voir et t'utiliser. Je te mets des écouteurs dans l'oreille avec des cris de cochonne pour te mettre dans l'ambiance te laisse.

Je ne voyais rien, entendais de petits gémissements et des cris de mec, des "noooon". Et des "oui encore". Le tout entrecoupé de gémissements dans les écouteurs.

J'ai senti d'un coup que je n'étais plus seul. Peut-être le courant d'air de la porte. Une main a caressé mes fesses, remontant sur mes reins. Puis il a dû passer de l'autre côté et a passé la main sur mes cheveux et deux doigts se sont enfoncés dans ma bouche.. J'ai réalisé qu'il devaient être au moins deux quand mes fesses ont été écartées un maximum et qu'un crachat a atterri sur ma rosette. J'ai compris ce qui allait suivre et pas loupé, une queue s'est enfoncée en moi. Je ne la voyais pas mais pas trop épaisse et moyennement longue, le mec m'a labouré le cul, La barre me faisait creuser les reins. Un gland un peu humide est passé sur mes lèvres que j'ai entrouverte. Un gland a investi ma bouche allant et sortant j'ai eu une petite baffe et je n'ai que serré les lèvres dessus. Cette fois j'ai dû satisfaire, car je n'ai plus eu de baffes. Par contre dans mes fesses le mec se donnait à fond faisant bouger la chaîne des pinces à seins et là j'avais mal tout en aimant les coups de queue que je recevais.

J'ai senti le mec avoir des sursauts dans mon cul et il s'est retiré. Retirant en même temps le casque sur mes oreilles. Il a donné une tape sur mes fesses. Tu vas morfler mais tu adores je crois. Presque aussitôt une autre queue s'est enfoncé dans mes fesses. Plus épaisse, il a profité du jus qui coulait de mon cul et m'a piné rapidement comme une machine. Je haletais le mec dans ma bouche avait dégorgé son jus qui me coulait sur le menton Une autre queue a ouvert ma bouche. Curieuse, gland plat sur le dessus, assez courte il m'a piné tranquillement, prenant son temps. Derrière moi j'ai entendu le gros rire gras d'Abdu. Ta position me plaît lopette et tu ne pourras plus refuser une queue! J'ai senti son gros gland pousser entre mes fesses et me muscles fessiers ont cédé à la pression. J'ai gueulé sur la pine que je subissais dans la bouche, j'ai entendu des rires et des encouragements.

- Vas-y Abdu , défonce lui le cul. Fait lui sentir ce que c'est qu'un homme.

Il n'avait pas besoin des cris, toute sa queue m'a pénétré. Je sentais son gland au plus profond de moi-même. Il a entamé un long va et viens sur toute la longueur de sa queue La barre sur mes reins me tenait cambré et les mecs se sont succédés dans ma bouche. J'arrivais à avaler un peu de foutre mais pour la plupart ils se finissaient face à mon visage que j'ai vite eu recouvert de jus.

Abdu lui continuait à ramoner faisant des pauses mais restant en moi. Il a eu un sursaut suivi d'un tremblement et il est sorti de mon cul dans son jus. Il a eu plus de facilité à sortir que pour entrer et j'ai eu moins mal.

- On va le changer de pose. Là j'ai reconnu la voix de Ben et le haut du carcan a été soulevé et ils m'ont installé sur ce que je suppose être un sling mais court car j'avais la tête qui pendait et le cul qui dépassait. J'ai gardé le masque sur le visage et les queues se sont à nouveau succédées dans ma bouche et mon cul. J'étais plus confortablement installé , chaque cheville attachée à la chaîne du sling . Je ne sais pas combien se sont servis de moi. Le masque avait glissé et j'ai pu d'une main essuyer mes yeux. Les mecs se branlaient attendant leur tour. Autour de moi , de chaque côté deux mecs se branlaient me touchant parfois le ventre de leur gland. Je ne les voyais qu'entre deux pipes en soulevant la tête. J'étais couvert de foutre et j'avais mal à la mâchoire. Mon anus était irrité mais sans plus par les limages successifs. Puis au bout d''un moment ne sont restés que Ben et Abdu. Ils m'ont détaché du sling et mené dans un coin ou il y avait un tuyau d'eau.

Rince toi bien tu pues le foutre de mâle. Ce matin tu vas rentrer dormir et je suis sûr que j'aurais plus de clients à l'étage pour savoir quand tu seras remis à l'abatage. Il avait amené la djellaba , pas celle que j'avais porté, une plus rugueuse qui m'a irrité le sexe décalotté. En lavant mes fesses et mon trou cette fois j'ai senti l'air et il n'était pas refermé entièrement. Bien au contraire je sentais une boursouflure sur les bord de mon trou et l'eau fraîche m'a fait du bien. En massant les bords j'ai pu dégonfler ce bourrelet disgracieux.

- Arrête de te tripoter . Ce n'est que ta première tournante comme lopette et il y en aura d'autres. Mets ta djellaba et suis nous on rentre.

Le retour fut bien plus rapide , en fait le parking avait un ascenseur qui donnait dans l'entrée au boîte aux lettres et en deux minutes j'étais chez moi.

- Allonge toi sur le lit, sur le dos. Ils m'ont attachés les poignets et les chevilles par des menottes en cuir moins douloureuses et Ben a ouvert un paquet amené là par celui qui avait déjà amené les pompes à tétons. Comme tu vois cette fois c'est plus large et va englober ce qui n'est pas encore un sein mais que je veux comme un sein. Il a commencé en me tartinant la poitrine pour presser deux globes, guères épais en plastique souple dont le centre possédait des petits picots. Ajustés mes tétons passaient au centre et quand il a mis en route la pompe mes tétons ont été aspirés et les picots ont remués doucement autour.

Ce n'était pas désagréable, plus chatouilleux qu'autre chose.

- On te laisse dormir On passera une fois que nous nous serons reposé aussi!

Je me suis endormi les yeux et la tête pleins de sexe dans mes trous. Ce qui m'a réveillé c'est la voix du facteur qui devait s'adresser à Ben devant la loge.

- Je vous laisse tout sur le rebord de la fenêtre j'ai frappé mais il n'est pas là.

Merde je l'avais oublié ! Ben est entré avec le sourire.

- Bien dormi lopette ?

- Oui Ben , pardon, Maître ben, sans doute assommé par la soirée.

- Je passais changer les embouts de tes seins.

Il a ouvert une vanne qui a dégonflé le peu d'air et m'a remis en place deux autres seins creux, plus épais , avec le même système de picots vibrants Cette fois ci j'ai vraiment senti ma peau aspirée dans le faux sein et les picots frotter sur mes tétons.

- Ne crois pas que tu vas rester reposer j'ai des demandes. En même temps qu'ils viennent chercher leur shit ils demandent quand tu seras à nouveau disponible. Comme j'ai repéré sur les renseignements de potes il y a dans un autre bâtiment un minet plutôt genre minette. Je vais l'inviter à passer te voir une fois, sans tes accessoires, juste avec le collier pour voir sa réaction. En attendant je défais tes liens et le truc est alimenté par piles. Tu pourras distribuer le courrier quand même avec ta djellaba.

- Un mec de quel âge, celui qu'ils vous ont indiqué?

- Dix-huit ou guère plus t'inquiètes. Là , voilà tu peux enfiler ta tunique.

Bon on devinait une légère poitrine mais pas trop une fois enfilée. Je suis allé dans l'entrée distribuer le courrier dans les boîtes. Il n'y avait que deux colis dont un pour Abdu. L'autre était au sixième et je ne connaissais pas. J'ai pris l'escalier jusqu'à la porte d'Abdu , frappé et entré. La nana était nue prenant son café.

- Abdu , la lopette de concierge est là.

- J'arrive ma puce. Il est arrivé nu encore humide, son sexe était déjà moins raide. Alors ton petit cul s'est refermé?

J'ai baissé les yeux, la nana me matait vicieusement.

- T'aimes sa grosse queue lopette ? Moi aussi.

Abdu a ri et prenant le paquet m'a claqué la fesse .

- Va bosser.

Je suis monté au sixième et le jeune qui m'a ouvert si j'avais été gai je l'aurais dragué. Joli corps en short et en sueur, je devinais son sexe mou qui se balançait. Donne la fiotte et ne fait pas ses yeux là. Tout le monde sais que t'aime la bite. Je t'aurais surement quand je voudrais. Barre toi.

Ben m'avait suivi et s'est marré.

- Il joue les machos mais je crois qu'il a déjà un ami en ville. Tu as pu voir en montant que les murs comme les portes n'ont plus un seul graffitis. Les extérieurs c'est la ville qui va s'en occuper. Aller au lit que je te rattache et aspire un peu plus.