Avec David Trézéguet


Avec David Trézéguet
Texte paru le 2009-05-10 par VincentT   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MMM.jpg

Cet auteur vous présente 8 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7647 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2009 — Tous droits réservés par VincentT.


David Trézeguet est hélas surtout connu comme celui qui a raté son penalty lors de la finale de la coupe du monde France Italie de 2006. Double hélas lorsque l’on constate que Raymond Domenech ne le sélectionne plus en équipe de France malgré ses talents et… son physique craquant.

Je me vois dans le vestiaire après un de ses entraînements…

Jim, un de ses préparateurs physiques le masse consciencieusement, il est dans l’intérieur des cuisses et remonte doucement. Comme on est entre mecs, il n’a pas l’habituelle serviette et je dévore des yeux ses fesses musclées qui s’écartent au fur et à mesure de la remontée du massage. Jim lui malaxe maintenant le cul qu’il a pourtant bien ferme, en séparant les lobes, je vois qu’il est rasé à l’intérieur.

Un petit clin d’œil entre David et lui et je vois ce dernier sortir d’un petit tiroir sous la table de massage un beau gode qu’il enduit de gel. Il l’enfonce en douceur dans le cul du joueur qui gémit sourdement et se décontracte complètement. J’ai la queue qui est trop serrée dans mon pantalon moulant, David l’a vu et me fait signe d’approcher. J’ai la bosse juste à la hauteur de sa bouche.

Toujours couché, il me débraguette et me fait sortir mon engin. Il passe ses doigts sur sa bouche pulpeuse puis me tripote le gland. Il se lève alors, toujours le gode dans le cul et me fait signe de m’allonger à sa place, sur le ventre. Il me descend mon pantalon, j’ai à mon tour le cul à l’air. Je le sens me lécher le cul, il s’attarde un peu puis je comprends qu’il y met sa bite qu’il a bien épaisse. Il m’encule en l'entrant centimètre par centimètre et se couche sur moi. Je vois Jim qui a repris le maniement du gode et le fait tourner dans le cul de David. Ça ne le perturbe pas pendant qu’il me baise de plus en plus vite. Il jouit en moi en me mordant dans le cou. J’ai envie de juter, mais personne ne s’est occupé de ma queue qui est dure comme jamais. David file sous la douche.

Quelques minutes se passent, je ne sais pas quoi faire. Jim m’a empêché de me branler puis de me rhabiller. David revient. Sans un mot, il commence à me caresser le corps et finit de me déshabiller. Cette fois, je suis allongé sur le dos sur la table mais c’est Jim qui s’approche à son tour, la bite à la main et il m’encule très facilement en m’écartant bien les jambes qu’il place sur ses épaules. Pendant ce temps, David se branle, il a un petit mouvement rotatif du poignet bien à lui qui m’excite. Je ne sens même plus Jim qui se comporte plus en machine à coudre sur moi qu’en bon baiseur.

À un moment, David se met la tête en arrière. En fait, il jute sur moi, j’ai sa semence sur ma joue, le front. Elle est épaisse et odorante. C’est ce qu’attendait Jim qui me lèche le tout, tout en jouissant en moi. De mon côté, toujours rien jusqu’au moment où David m’empoigne la bite et me branle très énergiquement. Je jouis rapidement par grosses saccades, ce qui ne l’arrête pas au point presque de me faire mal quand les dernières gouttes ont coulé.

Quand tout s’arrête, je me rends compte que l’on ne s’est pas parlé, David s’en va mais il pose ses lèvres charnues sur les miennes. Ce baiser bouche fermée me plaît presque plus que tout le reste, je suis vraiment trop fleur bleue…