Cédric: le retour

Drapeau-fr.svg Confessions Gay

CG15.jpg


Numéro 15

Texte d'archive:


Archivé de: Confessions Gay – Numéro 15
Date de parution originale: inconnue

Date de publication/archivage: 2017-12-16

Auteur: Marc
Titre: Cédric: le retour
Rubrique:

Note: Le magazine Confessions Gay ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 2861 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Ce récit vous a été présenté grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver.


Voilà 6 mois j’ai connu Cédric. Nous nous sommes rencontrés en voiture. Il venait en sens inverse dans la même rue. Quand nous nous sommes croisés, on s’est maté et on a fait demi tour au bout de la rue pour de nouveau nous revoir. Bref passons les détails de la rencontre, ce ne sont pas les plus intéressants.

J’adore Cédric. Jamais un mec ne m’a sucé la queue aussi bien que lui. Il prend son temps, la roule dans sa bouche, joue avec ses lèvres dessus. Je dois toujours lui décoller la bouche de ma queue sinon je jouis en trente secondes. J’essaie de lui faire des pompiers aussi sensas que les siens.

Cédric est super car il sait trouver toutes les zones érogènes de mon corps. Il me lèche partout. Il a une petite langue très vive et c’est par coups brefs qu’il m’excite entre les cuisses, le long des côtes, sous les bras. Il m’a même fait découvrir une nouvelle zone : l’encoignure des genoux.

Quand il m’a bien léché, il me grimpe sur le ventre et colle sa bouche contre la mienne. Là, il gobe ma langue comme un malade. Il l’aspire comme s’il voulait la décrocher et l’avaler. Parfois, le passage de l’air (il faut bien respirer) provoque des bruits bizarres qui nous font pouffer de rire. On se roule des pelles durant des heures. À la fin, on a les lèvres toutes gercées et l’entourage tout rouge à cause du frottement des poils de barbe, mais on s’en fiche, je crois qu’on pourrait s’user la peau jusqu’au sang tellement on adore s’embrasser profondément.

Cédric est un maître en amour. Il m’apprend tout ce qu’il sait. (il faut dire qu’avant j’allais avec les filles et que c’est depuis peu que j’ai découvert la baise avec les mecs). J’adore quand il me travaille le cul. Il prend son temps. Il se débrouille toujours pour m’enfiler un ou deux doigts quand il me pompe. Je suis tellement excité que ça m’ouvre le cul comme une chienne en chaleur. Il en profite Cédric. Parfois, c’est d’abord avec la langue qu’il m’ouvre l’anus. Mais je crois que c’est une pratique dangereuse pour le Sida et en tout cas l’Hépatite B.

Comme je ne suis pas vacciné pour l’hépatite, je préfère qu’il n’y aille pas trop avec la langue. Donc, il me travaille lentement. Généralement, cela dure 20 à 30 minutes avant qu’il ne me baise. Quand j’ai le trou ouvert comme une grotte (ou presque), je me place à quatre pattes sur le lit. Cédric enfile une capote noire (ça m’excite encore plus de voir sa queue toute noire) il me nique d’un coup. Chaque fois, je m’accroche aux draps. J'ai l’impression qu’il me déchire tout le ventre. Puis il ressort sa queue à moitié et commence un va-et-vient plus tranquille. Il replonge sa bite au fond de mon cul et là, il me lime de plus en plus fort. Sans ménagement. Je suis du style petit macho mais j’avoue que je jouis du cul comme une garce.

Ce qui me plaît c’est que mon amant est endurant : pas comme certains, trois petits coups dans le cul et puis je jouis. Une fois, il m’a baisé 45 minutes. Pendant trois jours, j’ai eu mal aux cuisses, mais dès le quatrième on a recommencé. J’aime bien aussi parce que Cédric est respectueux. Il ne me jouis jamais dans le cul. Quand il sent qu’il vient, il se retire avant et jouis à l’extérieur. Quand il a bien craché, il s’enfile sous moi et me bouffe les couilles jusqu’à ce que je vienne à mon tour.

Cédric est moyennement beau et pas spécialement monté comme un taureau. Mais comme il me baise comme un dieu, c’est le mec que je vois le plus.

Et j’espère pour longtemps encore.

Marc, 24 ans. Angers.