Chuck (01)

Traduction du texte original « Chuck »


Chuck (01)
Texte publié le 2018-10-25. Traduit et adapté par DOMY33380   
Auteur original : Root 1   
Ce texte a été traduit et publié sur l'archive avec l'autorisation expresse de l'auteur original.



Cet auteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.
Ce traducteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6243 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Template-Books.pngSérie : Chuck


 Récit librement traduit (et complété) de l’anglais et publié sur Nifty par Root 1 sous le titre Chuck.


Chapitre 01 – Allan et Chuck


RÉCIT D’ALLAN

Salut! Je m'appelle Allan et je suis le voisin de Chuck. J'habite dans une grande maison de deux étages et aussi d'un grand grenier. Tout cela se trouve sur un petit terrain qui contient juste la maison et une petite cour. Autant vous dire que la maison est donc très proche de celle de Chuck. Vous rencontrerez des maisons comme celle-ci dans n'importe quelle petite ville plus ancienne du centre de Jersey.

C'est à la fin du mois de novembre que je me suis mis en tête de fouiller dans le grenier et de retrouver les décorations de Noël de l’an dernier. Je savais qu'elles étaient là-haut avec les boîtes de vieux vêtements et autres souvenirs. Je suis donc monté au grenier en début de soirée et après avoir déplacé pas mal d’objets, j'allais allumer la lumière quand j'ai réalisé tout à coup qu'il y avait de la lumière dans la maison juste à côté de la mienne.

Je me suis donc approché et j’ai ainsi pu voir que le grenier de cette maison avait été transformé en chambre. Une véritable chambre de garçon avec tout un tas d’objets en plastique sur des étagères, ainsi que des affiches de groupe de rock aux murs. Un lit se trouvait dans un coin et à côté un grand miroir sur pied. Le lit était recouvert de draps froissés et en observant bien, j’ai reconnu dessus CHUCK, l’un des fils du voisin. Il devait avoir 16 ans environ. Je le connais bien, car il avait tondu ma pelouse l'an dernier pour gagner de l'argent. Je l’avais regardé travailler à chaque fois. Vêtu seulement d'un short, il avait poussé d'avant en arrière la tondeuse à gazon dans ma petite cour qui me servait donc de pelouse. Je m’étais dit, à cette époque, qu’il allait falloir agrandir la pelouse pour pouvoir travailler aisément avec la tondeuse.

Mais rapidement, je revins sur le spectacle qui s’offrait devant moi. Il était vêtu uniquement d'un jean et d'une chemise de flanelle. Celle-ci était déboutonnée et le jean était ouvert au niveau de la braguette et descendu sur ses cuisses. Une main de Chuck avait disparu sous la ceinture de son slip et l'autre se déplaçait sur le coton blanc, malaxant ses testicules.

Les yeux de Chuck étaient fermés et sa tête inclinée en arrière et tournée vers moi. Ses cheveux bouclés bruns encadraient son visage délicat. Ses lèvres se séparèrent dans un petit sourire divin. Son long cou faisait une ligne se terminant sur sa poitrine en développement. Mes yeux se sont attardés sur ses mamelons et son ventre plat puis jusqu’au duvet apparaissant à la lisière du slip.

On pouvait facilement voir la forme de son sexe à travers le slip. Il était d’une taille impressionnante. Soudain, je vis son sexe jaillir du slip, car sa main en se déplaçant lentement sur le manche dur, l'avait excité un max. Ses hanches se sont déplacées presque hors du lit alors qu'il les soulevait pour accompagner le mouvement de ses mains. Chaque vague poussait le slip plus bas sur ses jambes solides.

Son excitation était au maximum, car il s’arrêta soudain pour mettre ensuite un doigt autour de son gland et ramasser une goutte de précum. Cette fois, son doigt après l’avoir récupérée se dirigea vers ses lèvres. Il se frotta la lèvre inférieure puis lécha le doigt.

Ses mains retournèrent à sa taille, repoussant ses vêtements. Il se mit alors à genoux et puis il est revenu s’occuper de sa queue. Chaque mouvement était long et lent. Je pouvais voir son ventre et ses couilles accompagner les mouvements de sa main.

Inutile de vous dire que ma propre queue n'était pas insensible au spectacle qui m’était offert et avait donc doublé de volume en quelques secondes. Elle était si tendue que j’ai libéré ma bite et rejoint Chuck dans sa masturbation. Son rythme avait augmenté. Il était plus rapide et plus court. Je savais par expérience que sa bite d'adolescent allait bientôt répandre son jus. Je pouvais presque voir ses boules se serrer sous l'effet de son excitation. Soudain, sa tête roula dans les deux sens sur l'oreiller et je remarquai ensuite que ses tétons s’étaient dressés et qu'ils étaient durs lorsqu'il les effleurait du bout de ses doigts. Sa bouche s'ouvrait plus largement sous l’effet de son plaisir. Sa langue léchant ses lèvres inférieure et supérieure. Ses hanches se sont soulevées du lit et un frisson de plaisir partit de ses épaules et parcourut tout son corps et apparemment pour finir par se concentrer dans ses couilles.

À ma grande surprise, sa main droite se déplaça profondément entre ses jambes, dépassant ses couilles et se trouvant maintenant près de son anus. Je pouvais voir que ses doigts appuyaient contre ce trou brun. Sa main gauche astiquait toujours sa bite une fois, deux fois pour finir par s'immobiliser à la base de sa bite raide comme un manche de pioche. Puis sa main est repartie de plus belle et il s’est mis à se branler de nouveau. Soudain, le corps de Chuck se souleva du lit alors qu'une poussée de sperme se déversa sur son ventre bronzé et finit par atterrir sur son torse. Un second jet a atterri sur le ventre suivi d'un troisième qui remplit le creux de son nombril. Sa main continuait toujours de monter et de descendre sur son sexe. Je pouvais presque l'entendre gémir de plaisir et de soulagement alors que son corps se détendait sur le lit.

À partir de ce moment, il desserra la main qui se trouvait toujours autour de sa bite ; celle-ci commençant à perdre de sa vigueur et finit par retomber sur son ventre. Ses yeux s'ouvrirent et il baissa les yeux sur son corps couvert par les flaques de sperme, source de son plaisir.

Pour ma part, ma propre queue avait suivi celle de Chuck. Nous étions venus ensemble. Je me suis assis dans le grenier sombre en me demandant combien de ces émissions porno privées j'avais manqué et je me promis de revenir chaque jour.

En regardant par la fenêtre, je vis Chuck se détourner un instant, semblant parler à quelqu'un. Se pourrait-il qu’il y ait quelqu'un d'autre dans sa chambre ? J'aperçus alors, un téléphone sur sa table de chevet. Le combiné était manquant. En suivant le cordon, je vis qu’il se trouvait près de son oreille. Chuck acquiesça alors qu'il discutait avec son correspondant. Il attrapa ses sous-vêtements et s'essuya la poitrine et le ventre.

Sa conversation terminée, il roula sur le côté et raccrocha le téléphone. Il s’est retourné en arrière et c'était presque comme s'il me regardait. Il a alors éteint la lumière.

RÉCIT DE CHUCK

Je m'appelle Chuck et j'ai seize ans. Mon pote Bobby (Bob pour les intimes) et moi nous nous connaissons depuis l'école primaire, autant dire que nous partageons tout et nous avons tout fait ensemble. Lui et moi avons même découvert la branlette et ses plaisirs ensemble. Parfois, quand je suis particulièrement excité et que Bob est chez lui, je l'appelle et alors nous nous branlons ensemble pendant que nous parlons au téléphone.

Ce soir-là, j’avais appelé Bob et nous avons parlé de l'école pendant un moment. Puis il a commencé à me parler de son jean qu’il avait acheté et qu'il devait porter le lendemain en cours. Il était du genre braguette et Bob disait comment il se sentait réellement bien dedans quand il le portait. Il m'a dit, toujours au téléphone, qu'il était en train de le déboutonner et qu’en plus, il n'avait rien sous le jean. Vous pensez bien qu'à ce moment-là, mon sexe s'est retrouvé au garde à vous, rien qu'en imaginant la scène ! Nous avons donc commencé à nous branler et je pourrais dire que Bob était vraiment chaud. J'étais sur le point de jouir quand j'ai eu le sentiment que quelqu'un me regardait. Cela m'a encore plus excité que jamais. J'ai joui au même moment que Bobby.

J'ai nettoyé un peu avant de dire au revoir à Bob. J'ai éteint la lumière et j’ai ainsi laissé mes yeux s’habituer à l'obscurité. En face de moi, par la fenêtre, je pouvais voir quelqu'un s'en éloigner.

Je savais que ce devait être Allan, le voisin de mes parents. Il semblait toujours être en train de regarder. J'avais coupé sa pelouse l'été dernier et j'aimais m'habiller en short, car j’avais remarqué qu’à chaque fois, il lorgnait vers moi. J'ai parfois même pensé à lui pendant que je me branlais. Le plus audacieux à l'époque que j'ai fait, ce fut le jour où j’ai chassé la mouche sur mon short alors que je coupais l'herbe. En suivant le mouvement, mon short est descendu et j’ai senti mon sexe se gonfler. J'ai jeté rapidement un œil vers Allan et je vis qu’il avait remarqué, car il bandait mou lui aussi.

Je ne pouvais pas décider de ce qui me gênait le plus, à ce moment-là, la peur de sa découverte ou l'excitation d'avoir quelqu'un pour me regarder.